Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 742.25 PTS
-0.17 %
6 743.5
-0.1 %
SBF 120 PTS
5 172.71
-0.12 %
DAX PTS
14 529.39
+0.27 %
Dow Jones PTS
34 429.88
+0.1 %
11 994.26
-0.4 %
1.054
+0. %

Wall Street : rebond confirmé pour le Dow Jones et le Nasdaq

| Boursier | 5821 | 3 par 1 internautes

La Bourse de New York regagne lundi soir une bonne partie du terrain perdu vendredi dans la crainte du variant Omicron du coronavirus.

Wall Street : rebond confirmé pour le Dow Jones et le Nasdaq
Credits Reuters

La Bourse de New York regagne lundi soir une bonne partie du terrain perdu vendredi dans la crainte du variant Omicron du coronavirus, qui pourrait menacer la reprise économique s'il s'avérait résistant aux vaccins existants. Après une première réaction épidermique, les marchés ont repris leur sang-froid dans l'attente de connaître la réelle dangerosité de ce variant, qui a désormais été repéré dans une douzaine de pays, malgré les nouvelles restrictions de voyages imposées depuis 3 jours par de nombreux pays.

A deux heures de la clôture, le Dow Jones reprend 0,94% à 35.227 points, après une chute de 2,53% vendredi, tandis que l'indice large S&P 500 regagne 1,6% à 4.668 pts (-2,27% vendredi) et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, remonte de 2,1% à 15.812 pts (-2,23% vendredi).

Les cours du pétrole, qui avaient plongé de plus de 10% vendredi regagnent environ 4% lundi soir, tandis que les obligations qui avaient été prises d'assaut en tant que valeurs refuge, corrigent légèrement lundi, entraînant un rebond des taux d'intérêts. Le dollar repart à la hausse, l'indice du dollar avançant de 0,32% face à un panier de devise, tandis que l'euro rechute de 0,39% à 1,1273$. L'or cède 0,13% à 1.785,80$ l'once (contrat à terme de février sur le Comex) et le bitcoin regagne 4% autour de 58.620$ sur le site Coindesk après être tombé vendredi sous 54.000$.

Dans l'attente de précisions sur les dangers d'Omicron

Alors que les laboratoires Pfizer (-1,4%) et BioNTech (+4,1%) estiment qu'il leur faudra deux semaines pour savoir dans quelle mesure leur vaccin sera efficace contre le variant Omicron, les craintes des marchés ont été quelque peu atténuées par de nouvelles informations venues d'Afrique du Sud, où les cas avérés de ce variant n'ont jusqu'ici pas provoqué de formes graves du coronavirus. Les données sont cependant encore peu nombreuses et difficiles à extrapoler, le variant n'ayant été identifié que le 23 novembre dernier.

Aux Etats-Unis, l'immunologue Anthony Fauci, conseiller de la Maison Blanche, a déclaré qu'il pensait que les vaccins existants étaient susceptibles de fournir un degré de protection. Une opinion que partage Francis Collins, l'ancien directeur des NIH, les institutions gouvernementales chargées de la recherche médicale et biomédicale. Pfizer et BioNTch ont estimé être en mesure, si nécessaire, de mettre au point et de produire un vaccin adapté à Omicron en moins de 100 jours. Moderna (+11,6%) s'est aussi dit capable de "rapidement développer un candidat vaccin pour une dose de rappel spécifique au variant Omicron".

De nombreuses incertitudes planent dons encore sur la dangerosité de ce variant aux multiples mutations, qui semble bien plus contagieux que le variant delta actuellement majoritaire dans le monde. L'OMS, qui a classé vendredi le variant Omicron comme "préoccupant", a jugé lundi que son risque de propagation dans le monde était "très élevé".

Les chiffres de l'emploi US en novembre en ligne de mire

Face à ces incertitudes, les marchés financiers risquent de rester volatils ces prochains jours, au gré des informations sanitaires. Le transport aérien et le secteur du tourisme sont à nouveau très perturbés alors qu'ils se remettaient à peine des précédente vagues de covid. Et le relèvement des mesures de restrictions déjà en place pour faire face à la 5e vague en Europe menace de peser sur les fêtes de fin d'année. Les campagnes de vaccination de rappel s'accélèrent en Europe comme aux Etats-Unis.

Les investisseurs ont fait peu de cas lundi des indicateurs macro-économiques du jour aux Etat-Unis. L'indice des promesses de ventes de logements mesuré par la National Association of Realtors (NAR) a bondi de 7,5% en octobre sur un mois, contre un consensus de +0,7% et après un déclin de 2,4% en septembre.

Par ailleurs, l'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Dallas pour le mois de novembre 2021 s'est établi à 11,8, contre un consensus FactSet de 17 et un niveau de 14,6 un mois avant. L'indicateur signale donc un ralentissement de l'expansion de l'activité industrielle dans la région considérée.

Le principal indicateur "macro" de la semaine sera le rapport sur l'emploi en novembre aux Etats-Unis, attendu vendredi. Le consensus des économistes table sur 550.000 créations d'emplois, après 531.000 en octobre, et sur un taux de chômage de 4,5% en léger recul par rapport à octobre (4,6%).

Omicron pourrait compliquer la tâche de la Fed

L'apparition du nouveau variant Omicron risque de compliquer la tâche déjà difficile des banques centrales, qui venaient de s'engager dans la voie d'une réduction progressive de leur soutien aux marchés, au vu de l'amélioration de la situation sanitaire mondiale, et d'une reprise économique solide, accompagnée d'une forte inflation qui pourrait devenir problématique si elle s'enracinait.

Vendredi, les probabilités d'une première hausse des taux directeurs de la Fed à la mi-juin 2022, voire plus tôt, ont baissé sur les marchés à terme. Raphael Bostic, le patron de la Fed d'Atlanta, a cependant minimisé l'impact potentiel d'Omicron, déclarant vendredi sur 'Fox News' qu'il restait ouvert à une accélération du rythme du "tapering", la réduction des achats d'actifs, prévu actuellement au rythme de 15 milliards de dollars par mois.

Le président de la Fed, Jerome Powell, qui vient d'être reconduit à la tête de la Fed pour un nouveau mandat, doit donner lundi soir un discours d'introduction pour le lancement du New York Innovation Center, à l'occasion d'un événement virtuel à l'initiative de la Fed de New York. Il n'y a toutefois probablement pas de nouvel élément à attendre de ce discours. John Williams, président de la Fed de New York doit aussi intervenir dans la journée.

En Europe, Christine Lagarde, la présidente de la BCE, a jugé dimanche que la zone euro était mieux préparée pour faire face à l'impact économique possible du nouveau variant, suggérant que la politique de la banque centrale européenne ne devrait pas grandement évoluer.

Les stratèges actions gardent le cap

Les stratèges ont souligné que les marchés s'étaient redressés malgré les variants passés, estimant que les dernières préoccupations pourraient également s'estomper à condition que les vaccins restent efficaces et qu'Omicron ne soit pas plus grave que les autres souches de Covid-19. Goldman Sachs maintient ses prévisions inchangées pour le moment, notant qu'Omicron pourrait avoir un impact significatif sur la croissance mais que l'éventail des possibilités est large.

Le Credit Suisse a noté que les pilules de traitement Covid resteraient efficaces et que, dans le pire des cas, la reprise économique serait reportée plutôt qu'annihilée. D'autres ont noté que les valeurs du 'stay-at-home' pourraient équilibrer la sous-performance des titres de recovery, tandis que la forte baisse du brut atténuerait les inquiétudes immédiates concernant l'inflation.

Le pétrole rebondit avant la réunion de l'Opep+

Sur les marchés pétroliers, les investisseurs se remettent lundi des excès baissiers de vendredi. Le cours du baril de brut léger américain WTI regagne 4% à 70,85$ (contrat à terme de janvier sur le Nymex) après un plongeon de 13% vendredi. Le Brent de Mer du nord regagne 2,7% à 74,68$ (contrat de janvier) après -11,5% vendredi.

La semaine sera marquée par la réunion de l'Opep+, jeudi, qui doit décider si le groupe de pays producteurs va continuer d'augmenter progressivement sa production de 400.000 barils par jour en janvier. Selon les stratèges de JP Morgan, l'irruption du variant Omicron pourrait servir de prétexte pour ralentir le rythme de hausse de production... Cette hypothèse était déjà évoquée depuis que Washington avait annoncé, le 23 novembre, le déblocage de réserves stratégiques en coopération avec d'autres grands pays consommateurs, dont la Chine et l'Inde. Joe Biden entendait ainsi faire baisser les prix de l'énergie et ralentir l'inflation.

Des sources ont déclaré à 'Reuters' que certains membres de l'Opep+ craignent que le variant n'aggrave les perspectives du marché pétrolier après la libération de réserves de brut par les Etats-Unis et d'autres pays consommateurs. Cependant, d'autres délégués ont déclaré qu'il était trop tôt pour évaluer l'impact d'Omicron, et une source a déclaré que la Russie n'était pas encore inquiète.

VALEURS A SUIVRE

Twitter (-1,6%) rechute après un gain initial, suite à l'annonce du départ de son CEO et cofondateur Jack Dorsey. C'est Parag Agrawal, jusqu'alors CTO (directeur technique) du réseau social à l'oiseau bleu, qui va prendre les fonctions de CEO de Twitter. Jack Dorsey est également CEO de Square, firme spécialisée dans le paiement électronique et mobile.

Tesla (+4%). Elon Musk, CEO du constructeur de voitures électriques, a demandé aux employés du groupe de rechercher l'efficience et la réduction des coûts plutôt que la maximisation en urgence des livraisons avant la fin de l'année, croit savoir CNBC.

AMD (+3,5%) profite du choix de Tesla, qui a décidé d'équiper ses véhicules Model Y en Chine avec les 'puces' du groupe.

Moderna (+11,6% !). Le directeur médical du laboratoire américain suspecte qu'Omicron puisse échapper aux vaccins actuels. Des doses reformulées, adaptées au nouveau variant, pourraient être prêtes en début d'année prochaine selon le CMO, qui s'exprimait sur la BBC.

Novavax (-1,6%) a entamé le développement d'une nouvelle version potentielle de son vaccin contre le covid ciblant le variant Omicron. Des doses de test devraient être disponibles d'ici quelques semaines.

Pfizer (-1,4%) et BioNTech (+4,1%) s'étaient également montrés confiants vendredi, se disant capables d'adapter rapidement leur vaccin commun si nécessaire.

Thermo Fisher Scientific (+2,1%) a précisé ce lundi que ses tests de diagnostic covid pouvaient détecter de manière précise le nouveau variant.

GlaxoSmithKline (+1%), le géant pharmaceutique britannique coté à Wall Street, va lancer un essai sur l'homme d'un traitement du HIV, peut-être dès l'été prochain, avec des thérapies démontrant déjà leur succès chez les primates. Le Dr Smith, responsable de la R&D à la division de la santé VIH de GSK, ViiV Healthcare, pense qu'un remède est "à portée de main". GSK annoncera les plans lors d'une journée investisseurs.

Merck & Co (-6%). Le titre du laboratoire américain devrait en revanche corriger ce jour. Citigroup vient de dégrader la valeur d''achat' à 'neutre', jugeant probable l'abandon du traitement expérimental islatravir du groupe contre le sida dans les trois prochains mois. Citi juge faible le pipeline du laboratoire, après des données décevantes sur deux traitements importants.

Berry Global (+8%). L'activiste Ancora Holdings pousse Berry à explorer une cession ou une alternative stratégique. Le Wall Street Journal cite à ce sujet une lettre d'Ancora au board de Berry Global. Ancora détient environ 1% des parts de 'BG'.

Walmart (-1,2%) / Amazon (+2,1%). Les Américains avaient dépensé 6,6 milliards de dollars vendredi à 21h00 'Easter Time' à l'occasion du Black Friday, selon le baromètre Adobe Digital Economy repris par Reuters, avec une prévision allant de 8,8 à 9,2 milliards de dollars de dépenses pour cette journée phare de promotions. Les distributeurs US entendent réaliser jusqu'à 11,3 milliards de dollars de ventes pour le Cyber Monday, ce jour.

Amazon aurait demandé à l'autorité indienne de concurrence d'annuler son feu vert au rachat des actifs de Future Retail pour 3,4 milliards de dollars par Reliance, estimant que l'accord aurait été obtenu illégalement, selon une lettre consultée par Reuters.

UPS (-0,3%) encaisse une dégradation de Deutsche Bank, qui vient de passer d''achat' à 'conserver'. Le broker constate la surperformance de la valeur du géant des livraisons depuis le début de la pandémie, et juge que les investisseurs devraient regarder désormais ailleurs.

Visa (+0,4%) a saisi l'administration américaine à propos d'une campagne de promotion jugée déloyale initiée en Inde par RuPay, service de paiement soutenu par le Premier ministre indien Narendra Modi. C'est du moins ce que croit savoir l'agence Reuters.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Bourse Direct vous souhaite la bienvenue
et vous offre vos frais de courtage*

Découvrir l'offre

Valable jusqu'au 03 janvier
*Voir conditions

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 02/12/2022

La cote américaine fléchit ce vendredi, suite à la publication d'un rapport sur l'emploi bien meilleur que prévu ! Cette excellente nouvelle...

Publié le 02/12/2022

La cote américaine dévisse avant bourse ce vendredi, suite à la publication d'un rapport sur l'emploi bien meilleur que prévu ! Cette excellente...

Publié le 02/12/2022

La cote américaine dévisse avant bourse ce vendredi, suite à la publication d'un rapport sur l'emploi bien meilleur que prévu ! Cette excellente...

Publié le 01/12/2022

Wall Street s'est mis en mode consolidation ce jeudi après son très gros rebond de la veille, (+4,41% sur le Nasdaq et +2,18% sur le Dow Jones)...

Publié le 01/12/2022

Wall Street consolide ce jeudi, au lendemain d'une séance de rebond (+4,41% sur le Nasdaq et +2,18% sur le Dow Jones)...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/12/2022

OL Groupe rappelle que la société Eagle Football Holdings LLC, contrôlée par John Textor, s'est engagée auprès de ses principaux actionnaires historiques (Pathé, IDG Capital et Holnest) à…

Publié le 02/12/2022

Par une décision en date du 1er décembre 2022, la High Court de Séoul a partiellement fait droit à l'appel de GTT contre l'ordonnance rectificative (corrective order) de la Korea Fair Trade…

Publié le 02/12/2022

Annulation de l'amende administrative de 9,5 millions d'euros

Publié le 02/12/2022

CatanaLe spécialiste des navires de plaisance communiquera ses résultats annuels.QuadientLe groupe spécialisé dans les logiciels et les consignes de colis automatiques annoncera son chiffre…

Publié le 02/12/2022

Cabasse, société française d’audio haute-fidélité de luxe, a annoncé le large succès de son augmentation de capital à l’occasion de son introduction en Bourse sur le marché Euronext…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRES

Le PER, un allié pour votre retraite ?

Mardi 06 décembre
de 15h30 à 16h30


M'INSCRIRE GRATUITEMENT