Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 565.72 PTS
-0.69 %
6 565.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
5 143.52
-0.5 %
DAX PTS
15 522.66
-0.73 %
Dow Jones PTS
33 948.77
+0.01 %
14 287.15
+0.12 %
1.195
+0.07 %

Wall Street : quatrième séance de baisse en vue, Musk fait le show

| Boursier | 625 | Aucun vote sur cette news

Ascension ou pas, Wall Street devrait poursuivre sa série négative en début de séance...

Wall Street : quatrième séance de baisse en vue, Musk fait le show

Ascension ou pas, Wall Street devrait poursuivre sa série négative en début de séance. Les futures pointent en tous cas vers une nouvelle baisse des trois grands indices qui pourraient, pour l'occasion, aligner une quatrième séance de consolidation. Alors que toutes les planètes semblaient aligner il y a encore quelques jours, deux indicateurs sont venus obscurcir l'horizon. Vendredi, les chiffres mensuels de l'emploi, ressortis très nettement en-deçà des attentes, ont tout d'abord montré qu'il faudrait encore de longs mois pour que le marché du travail retrouve sa vigueur d'avant-crise.

Puis hier, la publication d'une hausse de 4,2% des prix à la consommation aux Etats-Unis en avril sur un an, au plus haut depuis 13 ans, est venue ravivée les craintes d'une inflation incontrôlée même si certains, Fed en tête, estiment que ce dérapage des prix ne sera que passager.

La Réserve fédérale a plusieurs fois laissé entendre ces dernières semaines qu'elle était prête à tolérer un dépassement temporaire de son objectif, jugeant que la hausse des prix serait un phénomène transitoire, lié à la sortie de la crise du coronavirus (effet de base avec 2020, pénuries et problèmes de chaîne logistique, hausse des cours des matières premières...). Reste que pour certains investisseurs, il ne fait désormais plus guère de doute sur le fait que la Fed va devoir commencer à serrer la vis au cours des prochains mois. De quoi mettre à mal des marchés nourris par les milliards de dollars injectés par la Fed depuis de très longs mois.

"Les marchés ont perdu un peu de confiance dans le fait que la Fed contrôle l'inflation" et l'inquiétude est que la Banque centrale pourrait attendre trop longtemps pour s'attaquer à la hausse, a déclaré Victoria Fernandez sur 'Bloomberg TV'. "Je ne suis pas sûre que le marché soit extrêmement à l'aise avec cela à ce stade", a précisé le directeur de la stratégie marchés chez Crossmark Global Investments.

Les marchés obligataires ont logiquement réagi mercredi à cette vive hausse des prix. Le rendement du T-Bond américain à 10 ans pointait en fin de soirée à 1,69% et reste proche de ce niveau ce matin. Le taux du "30 ans" se maintient pour sa part au-dessus des 2,40%.

Du côté des changes, l'indice du dollar est quasi stable à 90,7 points face à un panier de devises de référence. L'euro grignote 0,1% face au billet vert, à 1,208$ dans les échanges interbancaires à New York.

Les cours du brut consolident, les inquiétudes concernant la crise du coronavirus en Inde, troisième plus grand importateur de brut au monde, tempérant l'optimisme sur la reprise alimentée par les dernières prévisions de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de l'Agence internationale de l'énergie. Le baril de brut léger américain WTI cède actuellement 2% à 64,8$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juin, tandis que le Brent rend 1,8% à 68$ (contrat de juillet).

Dans son dernier rapport mensuel, publié mercredi, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a estimé que les stocks mondiaux de brut accumulés pendant la crise du Covid étaient presque revenus à la normale, et a prévu que la demande mondiale de brut aura presque retrouvé ses niveaux d'avant-crise d'ici à la fin de l'année. Les deux variétés de brut ont gagné plus de 30% depuis le début de l'année, les investisseurs anticipant une accélération de la demande au second semestre 2021 à mesure que les effets de la pandémie de coronavirus s'estomperont.

Enfin, sur le marché des "cryptos", la tendance haussière s'est brusquement inversée après les dernières déclarations d'Elon Musk. Le bitcoin chute de 11% sur 24h, revenu autour de 50.500$ sur la plateforme Bitfinex, alors que l'Ether plonge de 8,5% à 3.925$.

VALEURS A SUIVRE

* Tesla. Virage à 180 degrés pour Elon Musk ! Le patron de Tesla, qui continue à faire la pluie et le beau temps sur le marché des cryptos, est à l'origine du décrochage de la quasi totalité des devises numériques après une annonce pour le moins surprenante. Grand adepte des cryptos, le milliardaire a indiqué dans un tweet dévoilé hier soir que Tesla avait suspendu la possibilité d'acheter une de ses voitures électriques en payant avec du Bitcoin, principalement pour des raisons environnementales.

"Tesla a suspendu les achats de voitures avec des bitcoins. Nous sommes inquiets du recours de plus en plus important aux combustibles riches en carbone pour miner des bitcoins, surtout le charbon, qui a les pires émissions de tous les combustibles. La cryptomonnaie est une bonne idée à plein de niveaux et nous pensons qu'elle a un avenir prometteur, mais cela ne doit pas compromettre l'environnement. Tesla ne vendra pas de bitcoins et nous l'utiliserons pour des transactions dès que les mines seront alimentées par des énergies plus durables".

Un gros revirement pour Elon Musk qui avait lui-même annoncé il y a moins de deux mois que Tesla acceptait désormais le paiement en Bitcoin.

Une déclaration elle-même intervenue quelques semaines après que le dirigeant eut révélé que sa société avait acquis 1,5 milliard de dollars de Bitcoins. La vente de Bitcoins a d'ailleurs permis à Tesla de gonfler ses profits au premier trimestre.

Elon Musk aura donc mis plusieurs semaines pour comprendre (où plutôt reconnaître) que le minage de cryptos est une activité fortement énergivore. Il a précisé " regarder d'autres devises virtuelles qui utilisent moins de 1% de l'énergie du Bitcoin par transaction ". Le marché est déjà impatient de connaître lesquelles.

* Hertz Global Holdings s'est envolée de 55% à 5,72$ mercredi à Wall Street, après l'annonce d'un accord sur un plan de 6 milliards de dollars destiné à faire sortir le loueur de voitures du Chapitre 11 sur les faillites, où il s'était inscrit en mai 2020.

Les fonds Knighthead Capital Management, Certares Opportunities et Apollo Capital Management ont accepté de recapitaliser Hertz, qui réalisera aussi une augmentation de capital de 1,6 Md$ réservée à ses actionnaires actuels. Il s'agit d'une bonne nouvelle pour le groupe, ainsi que pour les investisseurs particuliers actifs sur le réseau social Reddit. Ils ont été nombreux à parier l'an dernier sur un sauvetage de Hertz, qui paraissait alors avoir très peu de chances de survivre à la crise du coronavirus, qui a laminé le marché de la location automobile.

En revanche, les mésaventures de Hertz ont pesé sur son ex-principal actionnaire, le milliardaire Carl Icahn, qui détenait 39% du capital du groupe avant la crise du Covid. Il a cependant jeté l'éponge sur ce dossier au printemps 2020, vendant à perte sa participation, et encaissant une lourde perte estimée à 2 milliards de dollars par la chaîne télévisée 'CNN'.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/06/2021

Vers 16h15, Europcar Mobility Group progresse de 6,29 % à 0,4175 euro sur la place de Paris, alors que le spécialiste de la location de véhicules aurait rejeté une offre de rachat d'un consortium…

Publié le 23/06/2021

Bon moment pour se placer...

Publié le 23/06/2021

Avec cette nomination, le conseil d'administration d'ABC arbitrage est désormais composé de 5 membres, dont 3 administrateurs indépendants...

Publié le 23/06/2021

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 23/06/2021

Europcar Mobility Group s'envole de près de 10% à 0,42 euro sur la place parisienne, dopé par des rumeurs de rachat...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne