Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 936.42 PTS
-0.82 %
5 926.5
-0.99 %
SBF 120 PTS
4 567.80
-0.74 %
DAX PTS
12 470.78
-0.37 %
Dow Jones PTS
29 926.94
-1.15 %
11 485.50
-0.76 %
0.979
+0.03 %

Wall Street prudent, avant les chiffres de l'inflation

| Boursier | 577 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine affiche peu d'évolution avant bourse ce mardi, attendant prudemment les chiffres de l'inflation US qui seront connus demain...

Wall Street prudent, avant les chiffres de l'inflation
Credits Reuters

La cote américaine affiche peu d'évolution avant bourse ce mardi, attendant prudemment les chiffres de l'inflation US qui seront connus demain. Le S&P 500 perd 0,2% en pré-séance, le Nasdaq 0,5% et le Dow Jones 0,1%. Le baril de brut WTI gagne 1,4% sur le Nymex à 92$. L'once d'or grappille 0,2% à 1.809$. L'indice dollar cède 0,3% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin se tasse sur les 23.000$.

Selon le rapport du jour, la productivité non-agricole américaine préliminaire pour le deuxième trimestre 2022 a corrigé sur un rythme annualisé de 4,6%, contre -4,5% de de consensus et -7,4% un trimestre auparavant. Les coûts unitaires du travail, quant à eux, se sont appréciés sur un rythme de 10,8%, contre 9,3% de consensus et 12,7% un trimestre plus tôt.

L'indice américain des prix à la consommation du mois de juillet sera publié demain mercredi à 14h30 (consensus +0,2% en comparaison du mois antérieur et +8,7% en glissement annuel - soit un ralentissement après un record de 9,1% en juin ; consensus +0,5% hors alimentaire et énergie par rapport à juin et +6,1% sur un an selon FactSet). L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta, les stocks de grossistes, le rapport hebdomadaire du Département à l'Energie sur les stocks pétroliers domestiques américains et la balance budgétaire US, seront aussi communiqués mercredi. Jeudi, les opérations suivront les inscriptions hebdomadaires au chômage et l'indice des prix à la production du mois de juillet (consensus +0,3% par rapport à juin et +10,3% sur un an ; +7,8% en glissement annuel hors alimentaire et énergie).

Par ailleurs, le Sénat américain a adopté dimanche un plan de 430 milliards de dollars pour lutter contre le changement climatique, réduire le prix des médicaments et majorer certains impôts sur les entreprises. L''Inflation Reduction Act' a été adoptée par 51 voix contre 50, la vice-présidente Kamala Harris détenant un vote décisif. Le texte va être examiné par la Chambre des représentant, où un vote final est attendu vendredi. Le fameux plan vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à orienter les consommateurs vers les énergies vertes, à abaisser les coûts des médicaments sur ordonnance pour les personnes âgées et à renforcer les impôts sur les entreprises.

Par ailleurs, un plan majeur de soutien à l'industrie des semi-conducteurs aux États-Unis doit être promulgué ce mardi par le président Biden, débloquant près de 53 milliards de dollars de subventions pour la production et la R&D dans le secteur. Les CEO d'Intel, Micron, HP ou AMD doivent assister notamment à la signature. Il s'agit là de favoriser les investissements. La loi prévoit aussi un crédit d'impôt à l'investissement de 25% pour les usines de puces, pour un montant total estimé à 24 milliards de dollars. 200 milliards de dollars seront injectés sur dix ans pour stimuler la recherche scientifique américaine. Le Congrès devra adopter une loi de crédit pour financer ces investissements. Pékin a fait savoir son hostilité face à ce plan américain.

Dans l'actualité des entreprises à Wall Street, Emerson Electric, Sysco, Roblox, GlobalFoundries, Coinbase, Akamai et Warner Music Group, publient ce mardi. Walt Disney, Nio Inc, Fox Corporation et Wendy's dévoilent leurs chiffres demain mercredi. Baidu, Illumina, Cardinal Health et ResMed annoncent jeudi.

Les responsables de la Fed continuent de repousser les espoirs d'un "pivot" accommodant sur les taux, c'est à dire d'une inversion du mouvement sur les taux passant du resserrement à l'assouplissement monétaire. La gouverneure de la Fed, Michelle Bowman, a déclaré que d'autres hausses de taux de 75 points de base devraient être envisagées jusqu'à ce que l'inflation diminue de manière constante. Bowman n'a toujours pas vu d'indications concrètes que l'inflation ait atteint un sommet, notant un risque important qu'une inflation élevée persiste jusqu'en 2023 pour des produits de première nécessité comme le logement et la nourriture.

Par ailleurs, la présidente de la Fed de San Francisco, Mary Daly (non-votant), a réitéré les remarques selon lesquelles la Fed était "loin du compte" dans la réduction de l'inflation. Daly a suggéré qu'une hausse de 50 pb en septembre n'était ainsi pas la seule option. Elle avait précédemment affirmé qu'une hausse de 50 pb en septembre était "raisonnable". Bowman et Daly ont déclaré qu'elles seraient guidées par les données entrantes, mais toutes deux accordent une plus grande priorité à la réduction de l'inflation.

La fourchette actuelle sur le taux des fonds fédéraux va de 2,25 à 2,5%, après deux augmentations de 75 points de base. Selon l'outil FedWatch, la probabilité d'une hausse de 50 points de base supplémentaire le 21 septembre, lors de la prochaine réunion monétaire, est de 32,5%, contre 67,5% de chances d'une augmentation de 75 points de base (entre 3% et 3,25%).

Les valeurs

Snap, la maison-mère de l'application de messagerie Snapchat, envisage de réduire ses effectifs selon 'The Verge', citant des personnes familières du sujet. L'étendue des coupes est pour l'heure inconnue, alors que Snap dispose actuellement de plus de 6.000 salariés. D'après Reuters, le patron du groupe, Evan Spiegel, avait informé en mai ses employés, dans un message interne, que Snap allait ralentir les embauches pour cette année. Le mois dernier, le groupe s'est montré extrêmement prudent dans ses perspectives, du fait de l'affaiblissement économique.

Groupon va supprimer 500 emplois, 15% de ses effectifs dans le monde, précise TechCrunch, citant une lettre que le DG Kedar Deshpande a envoyée au personnel indiquant que l'impact se fera sentir principalement dans son organisation technologique, ses activités de vente en Amérique du Nord et de marchandises australiennes. La majorité des réductions de coûts de l'entreprise - qui incluent une "rationalisation" de l'immobilier - aura lieu cette année. Deshpande a dit à TechCrunch que les coupes permettraient à l'entreprise d'afficher un flux de trésorerie positif d'ici la fin de 2022. Par ailleurs, le groupe a affiché au deuxième trimestre une perte par action de 34 cents, moins lourde qu'attendu. Les revenus trimestriels se sont établis à 153 millions de dollars contre 156 millions de consensus FactSet. L'Ebitda ajusté a décliné à 6 millions, contre 41 millions un an avant. Groupon a retiré sa guidance de revenus et d'Ebitda ajusté pour 2022, mais confirme ses ambitions de redressement pour 2023, visant 100 millions de dollars de free cash flow et 15-20% de marge d'Ebitda ajusté. Le groupe pense que ses actions lui permettront de générer du free cash flow dès le quatrième trimestre de cette année.

AIG a battu les estimations du marché en matière de bénéfice trimestriel, alors qu'une augmentation des revenus de souscription a amorti la baisse des rendements des investissements. Les primes nettes souscrites dans les activités d'assurance dommages de la société ont augmenté de 5% en devises constantes au cours du trimestre d'avril à juin pour atteindre 6,9 milliards de dollars, tandis que les bénéfices associés ont grimpé de 73%. L'assureur a dévoilé ainsi un bénéfice après impôts ajusté, attribuable aux actionnaires ordinaires, de 1,19$ par action. Les analystes s'attendaient à un niveau de 1,10$. Néanmoins, le bénéfice d'investissement de la firme a chuté de 29% à 2,6 milliards de dollars, en partie touché par la faiblesse des placements alternatifs comme le capital-investissement. L'inflation, la hausse des taux d'intérêt et la guerre russo-ukrainienne ont secoué les marchés financiers cette année, sapant les revenus de placement qui avaient alimenté les bénéfices des assureurs l'an dernier. AIG a également souligné que la volatilité de marché avait retardé l'introduction en bourse de son unité vie et retraite.

News Corp, le groupe américain de médias, bondit avant bourse à Wall Street, au lendemain des comptes trimestriels. Soutenu en particulier par Dow Jones (maison-mère du Wall Street Journal), News Corp a affiché une croissance des revenus de 7,3% pour le quatrième trimestre fiscal 2022. Le groupe new-yorkais a ainsi annoncé un chiffre d'affaires sur le trimestre clos fin juin de 2,67 milliards de dollars. Le bénéfice net a représenté 127 millions de dollars, contre une perte de 15 millions un an plus tôt. Sur l'ensemble de l'exercice 2022, les revenus et profits ont atteint des records respectifs de 10,39 milliards de dollars et 760 millions de dollars. Les revenus se sont améliorés ainsi de 11%, alors que le bénéfice a pratiquement doublé. L'Ebitda a atteint lui aussi un record à 1,67 milliard, en augmentation de 31%.

Emerson Electric, la multinationale américaine active dans les services d'ingénierie et les équipements, a fait état pour son deuxième trimestre d'une forte augmentation de 47% du bénéfice, avec son unité d'automatisation. Le groupe du Missouri a dégagé un bénéfice net de 921 millions de dollars et 1,54$ par titre sur le trimestre clos, contre 627 millions de dollars un an avant. Les entreprises du monde entier se sont efforcées en effet d'automatiser leurs chaînes de montage en ajoutant des robots pour aider à répondre à la demande croissante de marchandises, dans un contexte de pénurie de travailleurs à la suite de la pandémie. Pourtant, le conglomérat industriel a réduit ses perspectives de croissance des ventes nettes pour l'année entière à une fourchette de 7% à 8%, par rapport à ses perspectives antérieures de 8% à 10%, pour refléter les impacts de sa sortie de Russie, des transactions et d'autres "vents contraires" liés notamment à la pandémie.

Take-Two Interactive, l'éditeur américain de jeux vidéo connu notamment pour 'Grand Theft Auto', perd du terrain avant bourse à Wall Street, après des prévisions annuelles inférieures aux attentes de marché. Après intégration des résultats de Zynga, le bénéfice ajusté par action pour l'exercice 2023 est anticipé entre 4,6 et 4,85$, alors que le consensus était voisin de 5,4$. En mai, Take-Two avait bouclé le rachat de Zynga pour 11 milliards de dollars sur le marché des jeux pour smartphones. Le niveau annuel de net bookings est attendu entre 5,8 et 5,9 milliards de dollars, ce qui dépasse tout de même le consensus. Sur le trimestre clos, les jeux WWE 2K22 et NBA 2K22 ont bien performé. Les revenus ajustés ont progressé de 41% à 1 milliard de dollars, contre 984 millions de consensus. Le bénéfice ajusté par action sur ce premier trimestre de l'exercice décalé a été de 61 cents, contre 84 cents de consensus et 1,07$ un an avant.

Micron, le concepteur américain de 'puces' mémoire, décroche avant bourse à Wall Street. Le groupe de l'Idaho vient en effet de réduire ses anticipations de revenus pour le quatrième trimestre fiscal. Micron a déclaré qu'il s'attendait à ce que les revenus de la période atteignent au mieux l'extrémité basse de la fourchette prévisionnelle antérieure fournie lors de la publication des résultats fin juin. À l'époque, Micron avait déclaré s'attendre à des revenus de 6,8 à 7,6 milliards de dollars. Le groupe a déclaré que son flux de trésorerie disponible devrait être négatif pour le premier trimestre fiscal et qu'il pourrait voir des baisses séquentielles importantes de ses revenus et de ses marges au cours de la période en raison d'une baisse des livraisons. La société a également déclaré que les revenus du quatrième trimestre pourraient donc être inférieurs ou égaux à ses prévisions précédentes, indiquant un affaiblissement de la demande des industries des PC et des jeux. D'autres fabricants de puces, dont Intel, Advanced Micro Devices et Nvidia, avaient déjà alerté de cette tendance.

GlobalFoundries bondit avant bourse à Wall Street, suite à sa publication financière. Le groupe de Malta, New York, actif dans la fonderie de semi-conducteurs, n'a pas démérité au deuxième trimestre, sur un secteur qui a pourtant multiplié les avertissements ces dernières semaines. Le groupe a battu le consensus sur le trimestre clos, les résultats préliminaires à fin juin faisant ressortir des revenus record de 1,99 milliard dollars, en augmentation de 23% en glissement annuel, ainsi qu'une marge brute record de 27% et qu'une marge brute ajustée de 28%. La marge opérationnelle est également au plus haut, à 14,9%, alors que la marge opérationnelle ajustée a représenté 17,6%. Le bénéfice net est de 264 millions de dollars, encore un record, alors que le bénéfice net ajusté s'établit à 317 millions. L'Ebitda ajusté atteint 39,3% des recettes. Le bpa ajusté a été de 58 cents, contre un consensus FactSet de 45 cents. Sur la période comparable, l'an dernier, le groupe avait perdu 6 cents par titre, pour des ventes de 1,62 milliard.

Pour le trimestre en cours, GlobalFoundries prévoit un bénéfice ajusté de 62 cents par action en milieu de fourchette et des ventes de 2,05 milliards de dollars. Les analystes modélisaient un bénéfice de 44 cents par action sur des ventes de 1,99 milliard de dollars pour ce troisième trimestre.

Sysco, le distributeur alimentaire texan, a publié ses comptes trimestriels et fait remarquer la forte croissance de sa part de marché américaine, ainsi que la solidité de ses profits et les perspectives positives pour l'exercice 2023. Sur le quatrième trimestre fiscal 2022 juste clos, les revenus ont grimpé de 17,5% en glissement annuel à 19 milliards de dollars, avec une expansion à comparable de 26,5%. Les ventes ont même grimpé de 22,5% par rapport à 2019. Le bénéfice opérationnel s'est envolé de 35% à 767 millions de dollars, alors que le profit opérationnel ajusté a été de 877 millions de dollars. Les profits opérationnels s'affichent aussi en légère hausse par rapport à 2019. Le bénéfice ajusté par action a été de 1,15$, contre 71 cents sur la période correspondante, l'an dernier.

Novavax perd un tiers de sa valeur avant bourse à Wall Street ce mardi. Le groupe biotechnologique vient en effet de tronquer ses prévisions annuelles de revenus, n'anticipant plus de ventes supplémentaires provenant de ses injections Covid-19 cette année aux USA, face à une faible demande et aux difficultés d'approvisionnement.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 06/10/2022

La cote américaine a reperdu du terrain mercredi, après deux jours de rebond alimenté par les espoirs de 'pivot' de la Fed...

Publié le 06/10/2022

La cote américaine a de nouveau perdu du terrain ce jeudi, en l'absence de catalyseur, et alors que les investisseurs hésitent toujours, pris entre...

Publié le 06/10/2022

La cote américaine perd encore du terrain, toujours incertaine

Publié le 06/10/2022

La cote américaine perd un peu de terrain avant bourse ce jeudi, en l'absence de catalyseur évident, et alors que les investisseurs hésitent, pris...

Publié le 06/10/2022

La Bourse de New York a légèrement consolidé, après le vif rebond du début de semaine. 

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/10/2022

Au 30 juin 2022, la trésorerie nette du Groupe ressort à 1,1 ME...

Publié le 06/10/2022

Ecomiam poursuit son développement et enregistre un chiffre d'affaires magasins en progression de 18,6%...

Publié le 06/10/2022

Le Groupe Pizzorno a poursuivi sa dynamique commerciale...

Publié le 06/10/2022

HRS dispose de 34,7 ME de trésorerie et équivalents...

Publié le 06/10/2022

Vergnet se dote d'une nouvelle organisation conçue pour renforcer l'efficacité commerciale et opérationnelle, l'innovation et la diversification de solutions...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne