Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 570.19 PTS
-0.79 %
6 560.00
-0.73 %
SBF 120 PTS
5 151.31
-0.7 %
DAX PTS
15 490.17
-1.03 %
Dow Jones PTS
34 584.88
-0.48 %
15 333.47
-1.18 %
1.172
0. %

Wall Street : prudence, en attendant le rapport sur l'emploi US

| Boursier | 503 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York réduit ses gains jeudi soir, avant la publication, vendredi, du rapport sur l'emploi en août au Etats-Unis.

Wall Street : prudence, en attendant le rapport sur l'emploi US
Credits Reuters

La Bourse de New York réduisait ses gains jeudi soir, avant la publication, vendredi, du rapport sur l'emploi en août aux Etats-Unis, qui sera déterminant pour la Fed dans la fixation de son calendrier du "tapering". Ce jeudi, les chiffres hebdomadaires ont montré que le nombre de demandeurs d'emploi a continué à reculer la semaine dernière. Le pétrole est reparti à la hausse au lendemain de la décision de l'Opep+ de poursuivre la hausse progressive de sa production.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones progressait encore de 0,22% à 35.387 points, tandis que l'indice large S&P 500 avançait de 0,13% à 4.530 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, est tombé légèrement dans le rouge (-0,05%) à 15.302 pts, après avoir progressé de 0,3% un peu plus tôt.

Les valeurs cycliques et défensives soutiennent la cote, à commencer par l'indice S&P de l'énergie (+2,8%) qui profite du rebond des cours du brut, ainsi que les valeurs industrielles (+0,7%) et la santé (+0,8%). Les technologiques (-0,3%) et les services de communication (-0,7%), recherchés les jours précédents, font l'objet de prises de bénéfices.

L'once d'or a consolidé de 0,3% à 1.811,50$ sur le Comex. L'indice du dollar cède 0,2% à 92,27 points face à un panier de devises. Le bitcoin gagne 0,6% sur 24 heures à 49.475$, malgré le risque d'une régulation accrue outre-Atlantique.

Le cours du pétrole brut léger américain (WTI) rebondit de 2,5% à 70,30$ sur le Nymex (contrat à terme d'octobre), tandis que le baril de Brent de novembre prend 2,4% à 73,30$. Les cours profitent à retardement de l'annonce mercredi d'une forte baisse des stocks de pétrole aux Etats-Unis, qui ont fondu de 7,2 millions de barils la semaine passée, alors que les analystes tablaient sur un retrait de 2,5 mb. Les marchés ont rapidement digéré les annonces de l'Opep+, qui a décidé mercredi de poursuivre sa politique de hausse progressive de sa production au rythme de 400.000 barils par jours chaque mois pour retrouver son niveau d'avant-crise du Covid à l'automne 2022.

Jeudi, les investisseurs ont pris connaissance des chiffres hebdomadaires de l'emploi aux Etats-Unis. Les inscriptions au chômage sont ainsi reparties à la baisse la semaine passée, restant à leur plus bas niveau depuis mars 2020. Pour la semaine close au 28 août, ces inscriptions ont atteint 340.000, en repli de 14.000 par rapport à la semaine antérieure. Le consensus était positionné à 345.000. La moyenne à quatre semaines s'établit à 355.000, en baisse de 11.750, également au plus bas depuis mars 2020. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 21 août atteint 2,748 millions, en repli marqué de 160.000 sur sept jours (2,808 millions de consensus).

Par ailleurs, selon la dernière étude de Challenger, les licenciements annoncés au mois d'août 2021 par les entreprises américaines ont reculé à 15.723 emplois, contre 18.942 en juillet.

Mercredi, les données mensuelles dans le secteur privé avait en revanche déçu. L'institut ADP a fait état de seulement 374.000 postes créés en août dans le secteur privé, contre un consensus FactSet de plus de 600.000 ! ADP impute ce net ralentissement à la crise sanitaire et en particulier au variant Delta, qui a probablement nui à la reprise du marché du travail.

La politique de la Fed suspendue à l'évolution du marché de l'emploi

Dans ces conditions, le rapport gouvernemental sur l'emploi en août, qui sera publié vendredi, revêt une importance toute particulière. Si les créations de postes étaient très inférieures aux attentes, la Fed pourrait reporter le coup d'envoi de la baisse de ses achats d'actifs au-delà de la fin 2021. Mais si les chiffres étaient bien meilleurs que prévu, elle pourrait décider lors de sa prochaine réunion des 21 et 22 septembre de commencer à réduire ses achats mensuels (120 Mds$ actuellement) dès le 4e trimestre.

Le consensus FactSet est actuellement situé à environ 750.000 créations de postes non-agricoles, pour un taux de chômage réduit à 5,2%. Le taux de participation à la force de travail, de 61,7% le mois dernier, pourrait augmenter légèrement. Le salaire horaire moyen est anticipé en hausse de 0,3% en comparaison du mois antérieur et de 3,9% en glissement annuel.

Parmi les autres indicateurs du jour outre-Atlantique, les commandes industrielles ont augmenté de 0,4% en juillet sur un mois, un peu plus que le consensus de marché (+0,3%). La productivité non-agricole au 3e trimestre a augmenté de 2,1% en 2e lecture, contre +2,4% de consensus et +2,3% pour la 1ère lecture. Les coûts unitaires du travail se sont appréciés plus que prévue, de 1,3%, contre +1% de consensus de marché.

Enfin, le déficit du commerce international de biens et services s'est réduit à 70,1 milliards de dollars en juillet, contre un consensus de marché voisin de 74 milliards de dollars et un niveau révisé à 73,2 Mds$ en juin.

VALEURS A SUIVRE

Smith & Wesson (11,7%) plonge malgré la publication mercredi soir de résultats trimestriels supérieurs aux attentes des analystes. Le bénéfice du fabricant d'armes à feu, basé à Springfield, dans le Massachusetts, s'est élevé à 76,9 millions de dollars au premier trimestre de son exercice fiscal 2022, contre 43,3 M$ un an plus tôt (+77%). Le bénéfice par action ajusté a atteint 1,57$ contre 0,83$. Les analystes financiers anticipaient en moyenne un bpa ajusté de 1,26$. Les ventes du groupe ont bondi de 19,5% par rapport à la même période de 2020 pour atteindre 274,6 M$, et la direction s'est réjouie d'une réduction des coûts d'exploitation, passés de 33,7 M$ au premier trimestre de l'exercice 2021 à 30,1 M$ cette année.

Tesla (stable), victime de la 'supply chain', a reporté encore la sortie de son nouveau Roadster électrique à l'autonomie espérée de 1.000 km et à l'accélération attendue fulgurante (0 à 100 en 1,1 seconde). Du fait des pénuries au niveau mondial, le groupe d'Elon Musk prévoit désormais une commercialisation en 2023. Musk a expliqué ainsi sur Twitter que l'année 2021 avait été marquée par des pénuries importantes. Il suppose que 2022 sera encore "compliquée". Par conséquent, il est probable que le Roadster tant attendu ne soit lancé que dans deux ans.

En outre, Bloomberg rapporte que Tesla a dû suspendre durant quatre jours environ sa production en Chine le mois dernier du fait de problèmes concernant les 'puces'. Des sources familières de la question ont indiqué à l'agence que la production sur le site de Shanghai était désormais de retour à la normale.

General Motors (stable), le géant automobile de Detroit, est contraint à son tour de réduire sa production en septembre dans plusieurs usines d'assemblage en Amérique du Nord, du fait de la pénurie mondiale de semi-conducteurs, qui impacte la production de ses camions et SUV. Le groupe suspendra la semaine prochaine la production dans ses usines à Fort Wayne dans l'Indiana et à Silao au Mexique, qui fabriquent des camionnettes. GM réduira au total sa production dans huit usines d'assemblage nord-américaines.

Apple (+0,12%), le géant californien de Cupertino, préparerait la production de masse de son Apple Car pour 2024. Sans citer de sources, le quotidien taïwanais DigiTimes rapporte que la rumeur voudrait qu'Apple rende visite à des fournisseurs et constructeurs automobiles au Japon et en Corée du Sud. SK Group et LG Electronics sont notamment nommés. StreetAccount note qu'il n'est pas évident de savoir si cette nouvelle rumeur diffère des rapports publiés au début de cette année, dont l'un suggérait que Kia pourrait commencer à fabriquer des voitures Apple en 2024.

Apple, visé par diverses enquêtes concernant sa boutique d'applications, a assoupli ses règles, en autorisant notamment certains fournisseurs de contenus comme Netflix (+1,3%) à proposer des liens vers leurs propres sites pour souscrire un abonnement hors App Store. La concession a été initialement validée dans le cadre d'un accord avec les autorités japonaises, qui ont accepté de clore une enquête de 5 ans portant sur les applications vidéo et musicales d'Apple en échange d'un allègement des règles du groupe. Apple reste sous le coup d'enquêtes et de poursuites concernant ses règles dans d'autres domaines comme les jeux vidéo, avec en particulier un procès intenté par Epic Games, éditeur de Fortnite, aux Etats-Unis.

Alphabet (-1%). Le DoJ (Département américain de Justice) pourrait lancer un deuxième procès pour monopole visant le Californien Google (Alphabet), concernant ses pratiques en matière de publicité numérique. Le procès pourrait être intenté d'ici à la fin de l'année, indique Bloomberg, citant une personne proche du dossier. Sous l'ère Trump, le DoJ et une dizaine d'États américains avaient déjà intenté une action contre Google pour 'monopole illégal' sur les activités de recherche online et publicité. Une quarantaine d'États US avaient ensuite poursuivi le géant de Mountain View en décembre pour position dominante.

Facebook (1,7%). L'autorité irlandaise chargée de la protection des données personnelles a infligé à WhatsApp une amende de 225 millions d'euros au terme d'une enquête sur le partage des données des utilisateurs de la messagerie avec d'autres sociétés du groupe. WhatsApp a jugé le montant de l'amende disproportionné et a annoncé son intention de faire appel.

Hormel Foods (-5%), le groupe alimentaire américain d'Austin, connu pour sa marque SPAM de viande précuite, a annoncé pour son troisième trimestre fiscal des bénéfices en ligne avec les attentes et des revenus solides, mais réduit dans le même temps ses estimations annuelles, face aux pressions inflationnistes et aux challenges en matière de force de travail. Sur le trimestre clos, le bénéfice net a reculé à 177 millions de dollars et 32 cents par titre, contre 203 millions un an avant. Le bpa ajusté a été de 39 cents, alors que les revenus se sont améliorés de plus de 20% en glissement annuel à 2,86 milliards de dollars.

Ciena (+1,3%) hésite à Wall Street, suite à sa publication financière du troisième trimestre fiscal. L'équipementier de réseau a réalisé sur la période close fin juillet un bénéfice net de 238 millions de dollars soit 1,52$ par action, contre 142 millions de dollars un an avant. Le bénéfice ajusté par action a été de 92 cents, contre 80 cents de consensus de marché. Les revenus sont ressortis en croissance, de manière inattendue. La guidance s'affiche par ailleurs robuste.

Baxter International (+5,3%), groupe pharmaceutique et médical américain, a confirmé l'acquisition de son concurrent Hill-Rom Holdings (+4,6%) pour environ 10,5 milliards de dollars, ou une valeur d'entreprise de 12,4 milliards. Baxter a ainsi indiqué qu'il avait conclu un accord définitif avec la firme de technologie médicale de Chicago, Hill-Rom, le rachat était libellé à 156$ par titre. Selon Baxter, l'opération apporte un portefeuille de produits "hautement complémentaire".

Alibaba (-0,3%), le géant chinois du e-commerce, coté à Wall Street, va investir 100 milliards de yuans (15,5 milliards de dollars) dans le soutien à la politique de "prospérité commune" des autorités chinoises, projet évoqué par Zhejiang News. Alibaba prévoit "dix actions majeures" pour promouvoir cette fameuse "prospérité", en matière notamment d'innovation technologique, de développement économique, d'emploi de 'haute qualité', de soin aux groupes désavantagés (...).

Moderna (+1,7%) a identifié la cause de la présence de particules étrangères dans trois lots de son vaccin contre le Covid-19 distribués au Japon. Les lots incriminés ont été suspendus le 26 août par les autorités sanitaires nipponnes, en attendant la conclusion d'une enquête liée aux décès de deux hommes vaccinés par des doses issues de ces lots. Par ailleurs Moderna a annoncé avoir déposé auprès de la FDA américaine sa demande d'évaluation pour un rappel (3e dose) de son vaccin anti-Covid, et a annoncé son intention de faire de même auprès de l'agence européenne du médicament (EMA) dans les prochains jours.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/09/2021

Dans le cadre du contrat d'émission de 10...

Publié le 17/09/2021

ST Dupont a levé le voile sur ses résultats du premier trimestre 2021-2022 (clos fin juin). Le groupe a publié une perte nette de 1 million d’euros (contre -3,2 millions un an plus tôt) et une…

Publié le 17/09/2021

Sur les 6 premiers mois de 2021, ABO-GROUP a connu une forte croissance de plus de 30% par rapport aux 6 premiers mois de 2020...

Publié le 17/09/2021

u 1ersemestre 2021, Artea enregistre un chiffre d'affaires de 58 ME en progression de +414% par rapport au 1ersemestre 2020...

Publié le 17/09/2021

La société Altur Investissement a annoncé la fin de la période de réouverture de l’offre publique d’achat déposée par la société Altur Holding visant les actions d’Altur Investissement…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne