Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 631.15 PTS
-
6 634.50
-
SBF 120 PTS
5 184.73
-
DAX PTS
15 589.23
+0.86 %
Dow Jones PTS
34 196.82
+0.95 %
14 365.96
+0.64 %
1.194
+0.1 %

Wall Street progresse malgré la hausse des prix US !

| Boursier | 401 | 5 par 1 internautes

La Bourse de New York pointe dans le vert jeudi soir malgré l'annonce d'une hausse plus forte que prévue des prix à la consommation aux Etats-Unis.

Wall Street progresse malgré la hausse des prix US !
Credits Reuters

La Bourse de New York pointe dans le vert jeudi soir malgré l'annonce d'une hausse plus forte que prévue des prix à la consommation aux Etats-Unis en mai, au plus haut depuis 2008... Le S&P 500 évolue même à des niveaux record. Les investisseurs semblent s'être ralliés à la thèse de la Réserve fédérale et de la BCE, qui jugent temporaire la poussée de l'inflation observée à la sortie de la crise du coronavirus. Les taux d'intérêts se détendent malgré les tensions inflationnistes, tandis que le dollar recule légèrement par rapport à un panier de devises.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones avance de 0,34% à 34.563 points, tandis que l'indice large S&P 500 prend 0,58% à 4.243 pts, au dessus de son dernier record en clôture (4.232 pts le 7 mai). Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, grimpe de 0,77% à 14.017 pts.

Le segment ultra-spéculatif des "actions meme" corrige jeudi, après la révélation par GameStop d'une enquête de la SEC sur l'incroyable parcours de ces actions travaillées activement par les actionnaires individuels présents sur le forum 'WallStreetBets'. GameStop plonge de 21%, malgré la publication de comptes moins mauvais que prévu et l'annonce d'une nouvelle direction en provenance d'Amazon. Les autres actions dites "BANG", corrigent aussi, dont Blackberry (-5,5%), AMC Entertainment (-10%) et Nokia (-1,6%). Clover Health (Clvr Hlth -10%), Bed Bath & Beyond (-8,2%) et la chaîne de restaurants Wendy's (-4,7%) sont aussi chahutés.

Le Bitcoin gagne 1% sur 24h, autour de 36.700$ sur la plateforme Bitfinex, et l'or pointe à 1.896,50$ l'once (+0,05%) pour le contrat à terme d'août sur le Comex.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar cède 0,06% à 90,06 points. Du côté des obligations, le rendement du T-Bond à 10 ans cède 2 points de base à 1,46%, tandis que le Bund à 10 ans allemand s'affiche à -0,25% (-1 pdb).

L'inflation au plus haut depuis 13 ans aux Etats-Unis

Le principal événement de la séance de jeudi reste la publication de l'indice des prix à la consommation aux Etats-Unis pour le mois de mai. Or, le CPI a bondi de 0,6% sur un mois, contre 0,4% de consensus, et il grimpe même de 5% par rapport à mai 2020 alors que le consensus s'attendait à 4,6%, après un bond de 4,2% en avril ! Il s'agit de la plus forte inflation depuis 2008, qui était survenue alors que les cours du pétrole avoisinaient les 150$... Avant cela, l'inflation n'avait pas été aussi élevées depuis...1991 !

Hors alimentaire et énergie, éléments volatils, les chiffres sont également préoccupants. Le CPI progresse ainsi de 0,7% par rapport au mois d'avril, contre 0,4% de consensus. Il grimpe de 3,8% en glissement annuel contre 3,4% de consensus de marché et après 3% en avril...

Par ailleurs, la situation de l'emploi continue de s'améliorer outre-Atlantique. Les inscriptions au chômage ont encore reculé aux Etats-Unis pour la semaine close au 5 juin, à 376.000, en repli de 9.000 par rapport à la semaine antérieure. Le consensus était positionné à 368.000.

La moyenne à quatre semaines s'établit à 402.500, en baisse de 25.500, au plus bas depuis le début de la crise du Covid, le 14 mars 2020. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 29 mai atteint 3,499 millions, en recul de 258.000 sur sept jours (3,665 millions de consensus), également au plus bas depuis la mi-mars 2020.

A 20 heures, le Département au Trésor dévoilera le déficit budgétaire du mois de mai (consensus FactSet -250 milliards de dollars).

L'inflation sera temporaire, estime Christine Lagarde

Les investisseurs ont aussi été attentifs à la réunion de la BCE, ce jeudi, qui précède celle de la Réserve fédérale américaine, prévue les 15 et 16 juin. Comme prévu, la banque centrale européenne n'a pas modifié sa politique monétaire, et n'a pas signalé son intention de réduire ses achats d'actifs, même si elle a relevé ses prévisions de croissance et d'inflation pour cette année et les suivantes. La BCE prévoit désormais une croissance de 4,6% dans la zone euro en 2021, puis 4,7% en 2022 et 2,1% en 2023. L'inflation de base devrait atteindre 1,1% en 2021, 1,3% en 2022 et 1,4% en 2023...

La BCE a fait savoir que les taux resteront à leurs niveaux actuels ou plus bas jusqu'à ce qu'une convergence durable soit observée sur les perspectives d'inflation, vers un niveau suffisamment proche de, mais inférieur à 2%. L'enveloppe prévue pour le programme d'achats PEPP reste fixée à 1.850 milliards d'euros. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a affirmé qu'il est encore trop tôt pour envisager de lever le soutien monétaire.

Elle a répété que la hausse de l'inflation est liée à des effets de base et à des facteurs temporaires, comme l'augmentation des prix de l'énergie. Mme Lagarde s'attend à ce que l'inflation monte encore au second semestre, avant de refluer avec la dissipation des facteurs temporaires. Une position que la patronne de la BCE partage avec les responsables de la Fed, qui sont demeurés constants sur la question de l'inflation, qu'ils jugent eux aussi transitoire. Quelques membres de la Fed souhaitent tout de même entamer dès juin les discussions concernant un "tapering" du programme d'achat d'actifs de la banque centrale américaine.

Joe Biden entame sa première tournée en Europe

Sur le plan géopolitique, les marchés gardent un oeil sur le sommet du G7 qui s'ouvrira vendredi en Cornouailles, et qui offre à Joe Biden l'occasion de faire sa première tournée internationale depuis son élection à la Maison Blanche. Le président américain est arrivé dès mercredi au Royaume-Uni, où il devait rencontrer jeudi le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Suivra le sommet du G7 de vendredi à dimanche consacré en particulier à la pandémie de coronavirus et à la crise climatique. Puis Joe Biden participera au sommet de l'OTAN à Bruxelles lundi, avant un sommet de l'Union Européenne mardi, et enfin, une rencontre entre Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine, le mercredi 16 juin à Genève.

Après les Etats-Unis, le mois dernier, les dirigeants de l'Union européenne ont demandé à leur tour une enquête sans interférence sur les origines du coronavirus. Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a estimé que les enquêteurs devaient disposer d'un accès complet aux données pour trouver l'origine de la pandémie. Reuters évoque pour sa part un projet de communiqué commun UE / USA réclamant une étude transparente et fondée sur les preuves, menée par des experts sous l'égide de l'OMS et libre de toute interférence. La première étude de l'OMS avait conclu à une grande probabilité de l'hypothèse d'un virus transmis des chauves-souris à l'homme par l'intermédiaire d'un animal tiers. Cette enquête repoussait alors l'idée d'un virus échappé d'un laboratoire.

Le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock, a également réclamé ce jour une nouvelle investigation indépendante sur les origines du virus.

Toujours dans l'actualité géopolitique, Biden a révoqué jeudi les ordres exécutifs de Donald Trump visant TikTok et WeChat. Mais il a ordonné en parallèle une revue de sécurité des applications liées à des "adversaires étrangers". En outre, le Sénat américain a adopté dans la nuit de mardi à mercredi un plan d'investissement ambitieux de 250 milliards de dollars dans la science et les technologies, présenté par l'administration Biden comme un texte "historique" pour contrer la menace économique de la Chine et son modèle "autoritaire".

VALEURS A SUIVRE

Pfizer (+1,9%). Sur le front sanitaire, la Maison blanche a conclu un accord avec l'Américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech (-1,5%), pour que les laboratoires fournissent 500 millions de doses de leur vaccin anti-Covid à 100 pays durant l'année prochaine.

Johnson & Johnson (+1%). L'UE a choisi de ne pas exercer une option sur 100 millions de doses de son vaccin contre le Covid-19. L'Union européenne pourrait en donner 100 millions d'autres.

GameStop (-21%), valeur 'star' des traders sociaux américains, a fait état de la nomination en tant que directeur général (CEO) du patron de la filiale australienne d'Amazon, Matt Furlong. La nomination prendra effet le 21 juin. Le titre souffre cependant ce jeudi, alors que la chaîne de distribution de jeux vidéo envisage une nouvelle augmentation de capital, et a révélé faire l'objet d'une enquête de la SEC sur les mouvements erratiques du titre ces derniers mois.

Tesla (+2,2%), le leader californien de l'automobile électrique, est attendu au tournant. Le groupe d'Elon Musk doit présenter une nouvelle version haut de gamme de sa berline Model S.

Boeing (+0,7%) et le transporteur aérien américain United Airlines (-1,1%) discutent d'une commande importante de monocouloirs. La commande géante d'United Air serait partagée entre le constructeur aéronautique américain et son rival européen Airbus, a appris l'agence Reuters de sources sectorielles.

Amazon (+1,5%), le géant du e-commerce, serait dans le viseur de l'autorité britannique de concurrence, croit savoir le Financial Times, citant trois sources familières de la question. Le régulateur britannique étudierait dans le détail les pratiques du groupe de Jeff Bezos, et notamment celles concernant la collecte des données des utilisateurs, ou encore les mises en avant de certains vendeurs utilisant ses services.

Beyond Air, Chewy et SeaChange, publient après bourse ce soir à Wall Street leurs résultats financiers.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/06/2021

Le CAC 40 évolue dans le vert avant l’ouverture des marchés américains. Marchés américains attendus eux aussi en hausse, à en croire les contrats futurs sur les indices. Comme pour les Bourses…

Publié le 24/06/2021

La Bourse de Paris évolue toujours dans le vert à la mi-journée.La dernière déclaration du Président de la Réserve Fédérale Jérôme Powell, mardi au Congrès, a su apaisé en partie les…

Publié le 23/06/2021

Vers 16h15, Europcar Mobility Group progresse de 6,29 % à 0,4175 euro sur la place de Paris, alors que le spécialiste de la location de véhicules aurait rejeté une offre de rachat d'un consortium…

Publié le 23/06/2021

Bon moment pour se placer...

Publié le 23/06/2021

Avec cette nomination, le conseil d'administration d'ABC arbitrage est désormais composé de 5 membres, dont 3 administrateurs indépendants...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne