Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 701.98 PTS
-
6 698.00
-
SBF 120 PTS
5 247.64
-
DAX PTS
15 643.97
+0.88 %
Dow Jones PTS
34 764.82
+1.48 %
15 316.58
+0.92 %
1.174
+0.04 %

Wall Street progresse encore, après les 'stats' et Best Buy

| Boursier | 495 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine s'affiche de nouveau en hausse ce mardi...

Wall Street progresse encore, après les 'stats' et Best Buy
Credits Reuters

La cote américaine s'affiche de nouveau en hausse ce mardi. Le S&P 500 gagne 0,26% à 4.491 pts et le Dow Jones 0,18% à 35.398 pts, alors que le Nasdaq monte de 0,55% à 15.024 pts. Le baril de brut WTI poursuit sa remontée et gagne 2,4% sur le Nymex à 67,2$, alors que le Brent de la mer du Nord s'accorde 2,3%. L'once d'or grappille 0,1% à 1.809$. L'indice dollar recule de 0,1% face à un panier de devises. Le bitcoin perd 2,2% et revient à 48.600$ environ.

Les ventes de logements neufs aux Etats-Unis pour le mois de juillet 2021 sont ressorties au nombre de 708.000, légèrement supérieures au consensus, qui se situait à 700.000. De plus, les ventes du mois de juin ont été révisées assez nettement à la hausse, à 701.000 contre 676.000 auparavant estimé.

L'indice manufacturier régional de la Fed de Richmond pour le mois d'août 2021, qui vient également d'être révélé, ressort en revanche très inférieur aux attentes, à 9 seulement contre 25 de consensus. Cela traduit un net ralentissement de l'expansion de l'activité manufacturière dans la région considéré.

Demain mercredi, commandes de biens durables, indice de confiance des investisseurs institutionnels de State Street et rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers domestiques américains seront à suivre. Jeudi, la journée sera un peu plus chargée, avec les chiffres du PIB américain, les inscriptions au chômage, l'indice manufacturier de la Fed de Kansas City, et surtout le début du symposium économique de Jackson Hole.

Jerome Powell cherche à trouver un consensus au sein d'une Fed très divisée ces derniers temps sur la question du 'tapering'. Il s'agit donc de trouver un terrain d'entente tout en gérant les risques, rappelle le Wall Street Journal. Les avis en faveur d'un allègement du soutien monétaire dès cette fin d'année ont été nombreux ces dernières semaines. L'annonce hier d'indicateurs PMI américains très inférieurs aux attentes montre pourtant que la reprise économique n'est sans doute pas aussi vigoureuse que certains ne l'espéraient, même si la question essentielle demeure celle du marché de l'emploi.

Les débats se précisent autour du 'tapering', alors que les Minutes de la Fed publiées la semaine dernière laissent entendre que cet allègement du soutien de la Fed pourrait intervenir dès le quatrième trimestre de cette année. Le symposium de Jackson Hole qui se tient du 26 au 28 août pourrait permettre à Jerome Powell, patron de la Fed, de se montrer un peu plus explicite, mais c'est surtout la réunion de la Fed des 21 et 22 septembre qui devrait se révéler déterminante. Powell s'exprimera vendredi à Jackson Hole.

Le 'tapering', qui pourrait donc être annoncé prochainement en vue d'une application en fin d'année ou en début d'année prochaine, devrait représenter selon les spécialistes une baisse de plusieurs milliards de dollars des achats obligataires mensuels de la Fed, actuellement logés à 120 milliards. Une réduction à un rythme de 15 milliards de dollars est fréquemment évoquée, ce qui voudrait dire que la banque centrale américaine pourrait mettre un terme à ses achats d'actifs en milieu ou fin d'année prochaine. La Fed pourrait ensuite progressivement durcir encore sa politique, si la vigueur de l'économie le justifie, en remontant ses taux toujours logés proches de zéro depuis mars 2020 (entre 0 et 0,25%) et le début de la crise sanitaire...

Goldman Sachs table désormais sur une annonce du tapering en novembre, en vue d'un début de durcissement en toute fin d'année. GS estime que les achats mensuels de titres sur le marché seraient réduits de 15 milliards de dollars à chaque réunion, dont 10 milliards pour les achats d'obligations du Trésor et 5 milliards pour ceux de prêts immobiliers titrisés (MBS). La banque d'affaires estime à 45% la probabilité d'une annonce du tapering à l'issue de la réunion des 2 et 3 novembre, contre 25% pour sa prévision antérieure.

Janet Yellen, Secrétaire américaine au Trésor et ex-patronne de la Fed, s'est exprimée en faveur d'une reconduction de Jerome Powell à la tête de la banque centrale américaine pour un nouveau mandat. Elle aurait, selon Bloomberg, exprimé son opinion favorable à des conseillers seniors de la Maison blanche. Le mandat actuel de Powell expire en février 2022. Le président Joe Biden devrait annoncer son choix vers le 6 septembre (Labor Day). Il devra être confirmé par le Sénat, où certains démocrates estiment Powell un peu trop souple concernant la régulation bancaire. Lael Brainard, qui siège au Conseil des gouverneurs de la Fed, est quant à elle toujours perçue comme un potentielle candidate à la direction de la banque. Ses positions sont assez alignées sur les priorités politiques de Biden.

Dans l'actualité sanitaire, Joe Biden presse les entreprises et les leaders publics d'instituer des vaccinations obligatoires après la pleine approbation du vaccin Pfizer / BioNTech. Bill de Blasio, maire de New York, n'a pas traîné et vient d'annoncer que les enseignants et le personnel des écoles publiques et du département d'éducation devront avoir reçu une première dose d'ici au 27 septembre. Il ne leur sera pas donné la possibilité de se faire tester pour éviter l'injection tant redoutée par certains... Les autorité militaires américaines entendent également, selon Bloomberg, imposer la vaccination anti-covid au personnel en service. Le Pentagone a confirmé cette information, la décision s'appliquant à près de 1,3 million de membres en service.

Rappelons que la Food & Drug Administration (FDA), autorité américaine de santé, a comme attendu accordé hier une autorisation formelle au vaccin contre le Covid-19 de l'Américain Pfizer et de son partenaire allemand BioNTech. La FDA a fait particulièrement vite, alors que le vaccin ne disposait que d'une autorisation d'utilisation d'urgence. Il s'agit notamment de convaincre les hésitants, alors que la majeure partie de la population américaine est déjà vaccinée. Selon le New York Times, qui avait rapporté précédemment la très probable approbation complète du vaccin Pfizer, l'accord formel de la FDA concernant le vaccin anti-covid de Moderna ne devrait pas en revanche intervenir avant plusieurs semaines.

L'approbation formelle du vaccin de Pfizer / BioNTech était auparavant attendue vers le 6 septembre, jour du 'Labor Day'. La FDA a donc accéléré le mouvement, ouvrant aussi la voie aux organisations pour éventuellement imposer des obligations. L'accord FDA constitue, selon l'autorité américaine de santé, "une étape clé en matière de santé publique". Il s'agit du premier vaccin anti-covid officiellement validé par l'agence américaine, qui n'avait accordé que des autorisations d'urgence. Le vaccin commercialisé sous le nom de Comirnaty, est destiné à la prévention du Covid-19 chez les personnes de plus de 16 ans. Le vaccin continue d'être autorisé par ailleurs dans le cadre d'une autorisation d'utilisation d'urgence, pour les adolescents de 12 à 15 ans, et pour l'administration d'une troisième dose dans certains cas immunodéprimés.

Le président Biden va être informé des résultats de l'enquête des services de renseignement américains sur les origines de l'épidémie de Covid-19, mais il est probable à en croire Reuters que le rapport ne répondra pas à toutes les questions sur l'apparition du virus en Chine. Biden avait demandé en mai aux agences de renseignement de tenter de résoudre leurs différends sur les hypothèses retenues sur l'origine de cette pandémie ayant fait près de 5 millions de morts dans le monde. Les conclusions des trois mois d'enquête seront présentées aujourd'hui au président. La publication d'éléments non confidents devrait attendre encore quelques jours, d'après Jen Psaki, porte-parole de la Maison blanche. Il est toutefois peu probable que des éléments précis soient fournis, éclairant le public sur l'origine réelle du virus, du fait en particulier des réticences de la Chine à coopérer.

Les valeurs

Best Buy (+7%), le colosse américain de la distribution de produits électroniques, vient de publier des comptes du deuxième trimestre largement supérieurs aux attentes et de rehausser ses prévisions. Le bénéfice net trimestriel a représenté 734 millions de dollars et 2,90$ par titre, contre 432 millions de dollars un an avant. Le bénéfice ajusté par action a été de 2,98$, à comparer à un consensus FactSet de... 1,89$ seulement. Les revenus se sont établis à 11,85 milliards de dollars, contre 9,91 milliards sur la période correspondante de l'an dernier et 11,55 milliards de consensus. La croissance à magasins comparables a été extrêmement forte à 20%, contre un consensus de 17,2%. Corie Barry, la directrice générale du groupe, explique cette croissance par la demande soutenue et la forte consommation sur le marché américain.

L'activité devrait se tasser au troisième trimestre, mais beaucoup moins que prévu, puisque le groupe anticipe une baisse à comparable allant de 1 à 3%, alors que les analystes tablaient en moyenne sur une chute de 9%. Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe prévoit une croissance à comparable allant de 9 à 11%, contre une guidance antérieure qui allait de 3 à 6%.

Boeing (+1%). La Federal Aviation Administration (FAA), agence gouvernementale américaine en charge des réglementations et des contrôles concernant l'aviation civile, revoit la manière dont Boeing gère les questions de sécurité, explique le Wall Street Journal. Le WSJ cite une lettre de la FAA du 19 août et des personnes familières des discussions, selon lesquelles cette revue étendue intervient alors que certains ingénieurs de Boeing ont fait part de pressions inappropriées et trouveraient difficile d'être transparent avec les régulateurs. Une étude FAA, menée entre mai et juillet, aurait déterminé que des employés de Boeing s'occupant de la sécurité pour l'agence estimeraient que l'environnement chez Boeing ne leur offrirait pas l'indépendance nécessaire pour représenter la FAA. La lettre de la FAA indique que la culture d'entreprise de Boeing semblerait interférer avec une communication ouverte de ses employés habilités par la FAA avec l'agence.

Un porte-parole de Boeing a déclaré au WSJ que la politique de l'entreprise était d'offrir aux délégués de la FAA le même respect et la même déférence fournis à la FAA elle-même.

Blackstone (+1%) serait en pourparlers avancés pour acquérir l'entreprise singapourienne de composants de précision Interplex pour un montant d'environ 1 milliard de dollars. Selon des personnes connaissant bien le dossier citées par 'Bloomberg', la société d'investissement américaine est en train de régler les derniers détails avec le propriétaire actuel d'Interplex, Baring Private Equity Asia. Une annonce officielle pourrait intervenir dans les prochaines semaines. Blackstone aurait devancé d'autres sociétés de capital-investissement concurrentes pour ce groupe asiatique spécialisé dans la fabrication de composants utilisés dans les véhicules électriques, la conduite autonome, la santé ainsi que le cloud.

Airbnb (+8%). Brian Chesky, le directeur général d'Airbnb, a indiqué que la plateforme allait loger temporairement 20.000 réfugiés afghans à travers le monde. Les réfugiés seraient hébergés dans des propriétés répertoriées sur la plateforme d'Airbnb et les séjours seraient financés par Airbnb. "Nous ne pourrions le faire sans la générosité de nos Hôtes", a ajouté Chesky, qui n'a pas précisé combien l'entreprise prévoyait de consacrer à cet engagement ni pendant combien de temps les réfugiés seraient hébergés. Les États-Unis ont déclaré hier avoir évacué environ 48.000 personnes d'Afghanistan ces derniers jours, alors que des milliers de personnes tentent toujours de s'échapper, craignant des représailles de la part des Talibans désormais au pouvoir.

Delta Air Lines (+3%) gonfle encore son carnet de commandes d'A321neo. La compagnie américaine a signé un accord avec Airbus pour acheter 30 appareils supplémentaires à l'avionneur européen. Avec ces avions additionnels, Delta s'est désormais engagé sur 155 A321neo. "L'ajout de ces appareils renforce l'engagement de Delta à remplacer ses avions les plus anciens par des jets plus durables et plus efficaces, et à offrir la meilleure expérience client du secteur", déclare Mahendra Nair, Senior Vice President de Delta. "Alors que l'industrie cherche à sortir de la pandémie, Delta fait preuve d'un leadership responsable et émet dès à présent un fort vote de confiance envers l'A321neo", note Christian Scherer, directeur commercial d'Airbus.

Cigna (+2%), l'assureur américain, a annoncé son intention de racheter pour 2 milliards de dollars de ses propres titres par des accords de rachats accélérés.

Palo Alto Networks (+18%), le groupe de cybersécurité, connaît une belle séance à Wall Street ce jour. Le groupe table sur une forte progression des revenus annuels et vient de relever son programme de rachat de titres.

Medtronic (+4%), le géant des équipements médicaux, a battu le consensus de revenus sur le trimestre clos, bénéficiant de la forte reprise de la demande. Le bénéfice du premier trimestre fiscal, clos fin juillet 2021, a été de 763 millions de dollars et 56 cents par titre, contre 487 millions de dollars un an avant. Le bénéfice ajusté par action a été de 1,41$, contre un consensus de 1,32$. Les revenus se sont appréciés de 23% à près de 8 milliards de dollars, alors qu'ils étaient attendus à 7,86 milliards.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/09/2021

Le groupe européen doit améliorer sa compétitivité face à une concurrence accrue du groupe américain SpaceX et de ses lanceurs réutilisables.

Publié le 23/09/2021

Au cours du premier semestre 2021, le chiffre d'affaires consolidé du groupe Altheora, s'est établi à 17,1 ME...

Publié le 23/09/2021

DOLFINES, expert dans les projets d'ingénierie et de services sur le marché des énergies traditionnelles depuis plus de 20 ans, a finalisé...

Publié le 23/09/2021

Pour le premier semestre de l'exercice 2021, Wedia a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 8,1 ME, en progression de 9% par rapport au premier...

Publié le 23/09/2021

Le chiffre d'affaires de Hiolle Industries du 1er semestre de plus de 46...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne