Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 598.61 PTS
-
5 609.00
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 447.23
-
DAX PTS
13 815.06
-0.24 %
Dow Jones PTS
30 930.52
+0.38 %
12 996.54
+1.5 %
1.213
+0.06 %

Wall Street progresse dans l'espoir d'un nouveau plan de soutien US

| Boursier | 906 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York gagne du terrain mardi soir, continuant de parier sur une reprise rapide de l'économie malgré l'épidémie de coronavirus.

Wall Street progresse dans l'espoir d'un nouveau plan de soutien US
Credits Reuters

La Bourse de New York gagne du terrain mardi soir, continuant de parier sur une reprise rapide de l'économie malgré l'épidémie de coronavirus, qui reste active dans de nombreux pays, dont les Etats-Unis. Les marchés ont apprécié les dernières déclarations de Donald Trump, qui envisage un nouveau plan de soutien financier direct aux ménages américains. Par ailleurs, l'accord commercial avec la Chine reste en vigueur, a assuré le président américain. Le l'or poursuit sa hausse, tandis que le dollar reflue.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones gagne 0,86% à 26.250 points, tandis que l'indice large S&P 500 progresse de 0,95% à 3.147 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, gagne 1,36% à 10.193 pts, évoluant au plus haut de son histoire, après son record de la veille. Par secteurs, les plus fortes hausses viennent des technologiques (+1,5% pour le S&P de ce secteur), des biens de consommation discrétionnaires (+1,5%) et des services de communication (+1,3%). Apple (+3,1%) évolue sur de nouveaux sommets historiques.

Plus tôt dans la journée, les autres places mondiales ont cédé du terrain face à la dégradation de la situation sanitaire dans le monde. En Asie, le Nikkei a avancé de 0,50% et le Shanghai composite a pris 0,18%, tandis qu'en Europe, l'EuroStoxx 50 a terminé en hausse de 1,76%, et à Paris, le CAC 40 a rebondi de 1,39%.

Les indices d'activité ont poursuivi leur redressement en juin

Malgré la progression de l'épidémue de Covid-19 dans environ la moitié des 50 Etats américains, kes investisseurs saluent les sgnes de repruse de l'éctivité en juin, à la faveurd ela publication des indices des directeurs d'acvjats aux Etats-Unus et en Europe.

Ainsi, l'indice PMI composite américain s'est redressé à 46,8 en juin, contre 45 de consensus de place et 36,4 en mai. L'indice manufacturier s'est élevé à 49,6 en juin, tout proche de la barre des 50 séparant l'expansion de la contraction. L'indicateur des services a de son côté progressé à 46,7, contre 44 de consensus et après 36,9 en mai.

Par ailleurs, les ventes de logements neufs ont bondi en mai à 676.000, contre un consensus de marché de 636.000 et un niveau révisé (en baisse) à 580.000 en avril, où ces ventes avaient été freinée par les mesures de confinement. Enfin, l'indice manufacturier de la Fed de Richmond est ressorti à zéro en juin, alors qu'il était attendu encore négatif de -5 pts - contre -27 un mois avant.

En Europe aussi le conjoncture a continué de s'améliorer en juin. L'indice PMI flash Composite a bondi de 31,9 en mai à 47,5 en juin, au plus haut depuis 4 mois, et supérieur aux 43 attendus par les marchés.

Vers un nouveau chèque de 1.200$ pour chaque Américain ?

Outre-Atlantique, la reprise économique pourrait être soutenue ces prochains mois par un nouveau programme de versements directs aux ménages américains. Ainsi, dans une interview à une télévision locale Scripps, Donald Trump a annoncé que son administration préparait ce nouveau plan, sans en préciser le montant ou le calendrier, évoquant "les prochaines semaines".

Dans le cadre du vaste programme de 2.200 milliards de dollars adopté en mars, baptisé CARES Act, chaque Américain adulte ou enfant, avait perçu un chèque de l'Etat de 1.200$. En mai, les démocrates (majoritaire à la chambre des représentants) ont proposé un nouveau package de 3.000 Mds$, qui inclut un 2e versement du même montant, dans la limite de 6.000$ par ménage. Ce texte a été adopté par la chambre des représentants, mais il a été bloqué au Sénat, à majorité républicaine.

Les tensions commerciales avec la Chine, qui s'étaient réveillées ces dernières semaines, semblent à nouveau s'apaiser, malgré des déclarations contradictoires côté américain. Lundi soir, le conseiller commercial de la Maison Blanche, Peter Navarro, avait inquiété en déclarant à Fox News que l'accord signé le 15 janvier dernier avec Pékin était désormais "fini", avant de se rétracter. Dans la foulée, Donald Trump (qui avait lui-même menacé il y a deux semaines de mettre fin à cet accord) a assuré via son compte Twitter que cet accord était "tout à fait intact". Il a jouté "en espérant qu'ils (les Chinois) continuent d'en respecter les termes".

Dans le cadre du bras de fer entre Washington et Pékin, Donald Trump avait menacé à la mi-mai de rompre toute relation avec la Chine, et assuré qu'il ne souhaitait plus parler à son président, Xi Jinping.

L'or approche à nouveau les 1.800$ l'once

Le pétrole subit des prises de bénéfices mardi. Le baril de brut léger américain WTI pour livraison juillet (contrat arrivant à échéance ce lundi soir) cède 1,5% à 40,10$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance août recule de 1,5% à 42,40$.

L'or a continue de progresser, le contrat à terme d'août gagnant mardi 0,9% à 1.782$ l'once sur le Comex, retrouvant son plus haut niveau depuis la mi-avril. Le métal jaune gagne plus de 15% depuis le début de l'année, servant de valeur-refuge. Comme lundi, le métal jaune a aussi profité de la faiblesse du dollar (-0,42% pour l'indice du dollar, à 99,34 points mardi soir).

VALEURS A SUIVRE

Apple bondit encore 3,1% après un bond de 2,6% lundi, signant un nouveau record. La firme à la pomme a annoncé lundi, à l'occasion de sa conférence annuelle des développeurs, qu'elle allait désormais produire elle-même les processeurs équipant ses ordinateurs Mac, qu'elle achetait à Intel (+0,1%) depuis 2006.

Avant son accord avec Intel, Apple produisait déjà ses propres puces pour Mac, les processeurs PowerPC, dont l'architecture avait été créée par Apple, IBM et Motorola. Ces dernières années, Apple était revenu dans le secteur des processeurs, en développant une famille de puces ARM, qui équipent déjà ses iPhones et iPad, et qui sont désormais devenues assez rapides et puissantes pour faire tourner des ordinateurs portables.

La nouvelle puce pour ordinateur, baptisée Apple Silicon, sera donc basée sur cette architecture ARM, a précisé Apple, qui prévoit de commercialiser le premier Mac équipé de cette puce d'ici à la fin de l'année. La transition vers cette nouvelle architecture devrait être achevée dans environ deux ans, a précisé le groupe.

Apple a également présenté lundi plusieurs innovations pour ses systèmes d'exploitation mobiles qui mettent notamment l'accent sur la protection de la vie privée. Parmi les nouveautés notables figurent Carkey, qui permet de transformer un iPhone en clé virtuelle de voiture et de partager le véhicule avec des membres de sa famille. La BMW série 5 sera le premier véhicule compatible avec cette fonction.

Le groupe a mis à jour son logiciel de cartographie Plans, qui indique désormais les bornes de recharge pour véhicules électriques. BMW et Ford Motor seront les premiers constructeurs à y adhérer.

Translate Bio (+44% !) a scellé un accord avec le Français Sanofi renforçant le partenariat entre les deux groupes pour le développement de vaccins pour la prévention des maladies infectieuses. Le laboratoire français est prêt à verser jusqu'à 2,325 milliards de dollars à la biotech américaine.

T-Mobile US (+2,5%). Le Japonais Softbank a lancé la cession en plusieurs transactions de plus de 21 milliards de dollars de titres de l'opérateur télécoms américain, près des deux tiers de ses parts qui représentent 24,6%, le solde faisant l'objet d'options accordées à Deutsche Telekom, premier actionnaire de T-Mobile.

Spirit Aerosystems (-14%) espère un aménagement de ses covenants bancaires face à la crise actuelle et à la décision de Boeing, son premier client, de réduire amplement la production du 737 cette année.

IHS Markit (-0,15%) a publié des comptes trimestriels quelque peu décevant, marqués par des revenus inférieurs aux attentes de marché du fait de la crise du coronavirus.

Beyond Meat (-4%) pourrait souffrir quelque peu ce jour à Wall Street, le géant des cafés Starbucks ayant préféré conclure un accord avec son rival non coté Impossible Foods, aux Etats-Unis, pour un sandwich à base de plantes. Starbucks avait auparavant signé un deal avec Beyond Meat au Canada, laissant espérer un accord plus étendu sur la zone Amériques.

Tesla (+0,61%), le leader de l'automobile électrique, aurait enregistré désormais plus de 650.000 réservations pour son Cybertruck. Le titre pourrait toutefois hésiter ce jour suite à un accident en Allemagne suscitant le doute sur la complète efficacité de son Autopilot.

Intuit (+0,33%), qui développe des solutions de gestion et de comptabilité à destination des PME, comptables et particuliers, entend supprimer 715 postes au sein de son organisation dans un effort de réduction des charges.

Amazon (+2,3%), géant du e-commerce, lance un fonds de capital-risque de deux milliards de dollars dédié aux investissements dans les technologies autour du développement durable et de la lutte contre le réchauffement climatique.

American Airlines (-7,6%) va émettre 74,1 millions d'actions nouvelles à un prix unitaire de 13,50 dollars contre un cours en clôture de 14,92 dollars hier, ainsi que des obligations convertibles pour un montant d'un milliard de dollars à échéance 2025.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2021

Virbac reste vigilant à l'évolution de la pandémie dans les prochains mois et aux impacts sur l'activité....

Publié le 19/01/2021

Par courrier reçu le 13 janvier à l'AMF, Norges Bank indique avoir franchi en baisse, le 8 janvier, par suite de la restitution d'actions CGG détenues...

Publié le 19/01/2021

Préserver la santé et la sécurité des employés reste la priorité absolue du groupe Teleperformance...

Publié le 19/01/2021

La société a recours au dispositif de chômage partiel depuis le 19 mars 2020...

Publié le 19/01/2021

Précisions sur le capital et les Droits de vote....

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne