Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 611.69 PTS
-1.22 %
5 595.00
-1.42 %
SBF 120 PTS
4 456.08
-1.11 %
DAX PTS
13 787.73
-1.44 %
Dow Jones PTS
30 814.26
-0.57 %
12 803.93
-0.73 %
1.207
+0. %

Wall Street progresse avec Apple et les espoirs de plan de relance

| Boursier | 1271 | 5 par 1 internautes

La Bourse de New York est repartie à la hausse mardi, alors que le Congrès s'active pour mettre au point un nouveau plan de soutien à l'économie avant Noël.

Wall Street progresse avec Apple et les espoirs de plan de relance
Credits Reuters

La Bourse de New York est repartie à la hausse mardi, alors que le Congrès s'active pour mettre au point un nouveau plan de soutien à l'économie avant Noël, au moment où l'épidémie de coronavirus vient de franchir le seuil des 300.000 morts aux Etats-Unis, et que la ville de New York envisage de se reconfiner. Les investisseurs attendent aussi avec intérêt les annonces à venir de la Fed, qui a entamé mardi une réunion de deux jours. Comme prévu, le Collège Electoral a confirmé lundi soir l'élection de Joe Biden comme 46e président des Etats-Unis, dont la prise fonction se fera le 20 janvier prochain.

Au deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones regagne 1,15% à 30.205 points, tandis que l'indice large S&P 500 reprend 1,18% à 3.690 pts et que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, grimpe de 0,91% à 12.553 pts.

Du côté des valeurs, Apple se distingue par bond de l'ordre de 4%, après des informations du 'Nikkei' selon lesquelles la firme à la pomme prévoit de produire jusqu'à 96 millions d'iPhone au premier semestre 2021, ce qui serait un bond de près de 30% par rapport à la même période de 2019... Malgré la crise du Covid, la demande aurait ainsi été dopée par les modèles 5G lancés en novembre.

Face à la situation sanitaire dégradée, les opérateurs attendent assez impatiemment le verdict de la Fed de mercredi. La banque centrale américaine pourrait à cette occasion annoncer une prolongation de ses programmes d'achats d'actifs ("QE") jusqu'à ce que la reprise économique remplisse certaines conditions.

Il n'est pas non plus exclu que la banque augmente le montant de ses programmes, même si cela ne constitue pas l'hypothèse la plus probable. La Fed devra aussi tenir compte du soutien budgétaire de l'Etat fédéral, dont la prochaine étape tarde à se concrétiser...

Un plan de soutien de 908 Mds$ en deux parties

Les marchés jugent ainsi urgent l'adoption d'un nouveau "package" budgétaire, alors que la plupart des mesures d'aide prises au printemps se terminent le 31 décembre, notamment le versement d'indemnités de chômage à 12 millions d'Américains ainsi que des moratoires sur des crédits et des loyers de particuliers et d'entreprises.

Les choses pourraient enfin avancer rapidement sur ce sujet, avec la présentation détaillée, lundi, du projet bipartisan de 908 milliards de dollars. Rédigé par un groupe de sénateurs démocrates et républicains, et soutenu par Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, ce plan a été scindé en deux parties distinctes, pour lui donner davantage de chances d'être adopté avant Noël, au moins partiellement.

Le projet prévoit ainsi d'une part une enveloppe de 748 Mds$, relativement consensuelle, qui permettrait de verser 300$ par semaine d'indemnités aux chômeurs pendant 4 mois à partir de janvier, ainsi qu'une enveloppe de 300 Mds$ d'aide aux PME, et de 35 Mds$ de soutien au secteur de la santé.

D'autre part, un "package" de 160 Mds$ comprendrait des sujets qui continuent de diviser démocrates et républicains, à savoir les aides aux Etats et aux collectivités (refusées par les républicains), ainsi que la question de la protection contre les poursuite judiciaires liées au Covid (exigée par les républicains).

Réunion cruciale prévue ce mardi soir autour de Nancy Pelosi

Nancy Pelosi réunira ce mardi soir (à 22h heure française) les leaders du Congrès pour se pencher sur le détail de ces propositions, ainsi que sur le projet de loi de finances pour 2021 qui doit être adopté avant vendredi afin d'éviter un "shutdown" de certains services fédéraux.

Selon 'CBS News', le leader de la majorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell (dont le soutien est indispensable) sera présent, ainsi que le leader de la minorité démocrate du Sénat Chuck Schumer et le leader de la minorité républicaine à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy.

Le Secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, avec lequel Mme Pelosi négocie depuis des mois, devait également se joindre à cette réunion par téléphone à cette réunion, dont les marchés espèrent enfin des avancées concrètes en vue de l'adoption d'un plan de soutien.

Des indicateurs macro-économiques en demi-teinte

En attendant, les derniers indicateurs macro-économiques aux Etats-Unis ont témoigné d'un certain essoufflement. L'indice manufacturier 'Empire State' de la Fed de New York est ressorti très inférieur aux attentes en décembre, à 4,9, contre 5,8 de consensus de place et après 6,3 pour sa lecture antérieure.

Par ailleurs, les prix à l'import aux USA ont progressé de 0,1% en novembre sur un mois, contre +0,3% de consensus. Les prix à l'export se sont appréciés quant à eux de 0,6%, contre un consensus de +0,3% par rapport au mois d'octobre.

La production industrielle a progressé plus que prévu en novembre, de 0,4% sur un mois, contre un consensus logé à +0,3%, et après un gain révisé à 0,9% pour le mois d'octobre. La production manufacturière a augmenté de 0,8% en novembre contre un consensus de 0,4%, alors que le gain se situait à +1,1% en octobre.

La livre grimpe dans l'espoir d'un accord sur le Brexit

Concernant le Brexit, Royaume-Uni et Union européenne ont donc accepté de poursuivre les discussions. Des sources proches des négociations signalent des progrès, mais rien n'est encore assuré loin de là. Sur le marché des changes, la livre sterling bondit mardi soir de 0,77% à 1,3426$, dans l'espoir d'un accord de dernière minute.

L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises (euro, livre sterling, yen, franc suisse, dollar canadien et couronne suédoise) recule de 0,26% à 90,50 points, dans la perspective d'un nouveau plan de relance budgétaire aux USA, tandis que l'euro avance de 0,10% à 1,2155$, de retour près du plus haut depuis avril 2018. Sur le marché des emprunts d'Etat américains, le rendement du T-Bond à 10 ans remonte de 2 points de base à 0,92%.

Sur le marché pétrolier, l'optimisme porte encore les cours dans l'espoir d'une reprise économique en 2021 grâce aux vaccins anti-Covid-19. Le pétrole brut léger américain (WTI) progresse de 0,87% à 47,40$ le baril, pour le contrat de janvier sur le Nymex. Le contrat sur le Brent pour livraison en février gagne 0,62% à 50,60$ le baril.

VALEURS A SUIVRE

Apple (+3,9%), le colosse technologique californien de Cupertino, qui capitalise plus de 2.100 milliards de dollars à Wall Street, envisage selon des sources du 'Nikkei' de produire jusqu'à 96 millions d'iPhone pour le premier semestre 2021, une augmentation de pratiquement 30% en glissement annuel. Le groupe à la pomme profiterait ainsi d'une demande dopée surtout par les modèles 5G. Ainsi, il aurait été demandé aux fournisseurs du groupe de produire 95 à 96 millions d'iPhone, notamment dans la catégorie iPhone 12. Les iPhone 11 et SE sont aussi concernés.

Néanmoins, des difficultés industrielles d'approvisionnement relatives à certains composants clés pourraient menacer cet objectif ambitieux de production.

Alphabet (+0,35%). Un porte-parole du groupe a indiqué au Wall Street Journal que la panne des services Google de la veille était plutôt due à une question relative aux serveurs internes. Il ne s'agirait donc pas d'une cyberattaque. La fameuse panne, qui a beaucoup fait parler d'elle, a affecté lundi les services d'Alphabet, notamment YouTube, Gmail et Google Drive, touchant des milliers d'utilisateurs dans le monde.

Amazon (stable) / Twitter (+0,15%) / Alphabet / Facebook (-0,6%) / Snap (-0,4%)... La FTC, Commission fédérale du Commerce aux Etats-Unis, ouvre une enquête sur la collecte de données personnelles par les géants du numérique. L'investigation concerne Facebook / WhatsApp, YouTube (Alphabet), Twitter, ByteDance (TikTok), Amazon, Discord, Reddit et Snap. La FTC veut étudier notamment les pratiques en matière de collecte et utilisation des données, ainsi que la présentation de l'information. Neuf médias sociaux et digitaux ont reçu des demandes de la FTC auxquelles ils auront 45 jours pour répondre.

En outre, Amazon, Apple, Facebook et Google (Alphabet) sont susceptibles d'encourir des amendes allant de 6% à 10% leur chiffre d'affaires en application du projet de l'Union européenne sur les services numériques présenté aujourd'hui.

Pfizer (-1,6%) / BioNTech (+1,2%). Alors que les vaccinations ont donc débuté au Royaume-Uni et aux États-Unis avec le produit de l'Américain et de son partenaire allemand, l'Agence européenne du médicament (EMA), qui subirait d'importantes pressions pour avancer vite sur le sujet, devrait rendre un verdict positif sur le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer et BioNTech le 23 décembre, a appris Reuters ce jour de source gouvernementale allemande.

Moderna (-5%) a indiqué pour sa part hier que certains documents relatifs aux discussions préalables à la demande de validation de son candidat vaccin contre le Covid-19 avaient été illégalement consultés lors d'une attaque informatique contre cette même Agence européenne du médicament (EMA).

Regeneron (-0,7%) a interrompu le recrutement de patients pour deux études sur son traitement expérimental contre le lymphome après que l'agence américaine du médicament (FDA) eut demandé des modifications des protocoles d'essai.

Eli Lilly (+3%), le laboratoire d'Indianapolis, gagne du terrain après avoir boosté ses prévisions financières. Avec la croissance des traitements phares Trulicity, Taltz et Verzenio, les revenus annuels 2021 sont attendus jusqu'à 28 milliards de dollars (26,5-28 Mds$ pour un bpa de 7,25-7,9$). Pour 2020, le groupe table sur des revenus de 24,2-24,7 milliards de dollars, ainsi qu'un bpa allant de 6,28 à 6,48$. Lilly fait aussi état de l'acquisition du groupe new-yorkais Prevail (+82%!) spécialisé dans les traitements de thérapie génique pour la maladie de Parkinson, pour un peu plus d'un milliard de dollars ou 22,5$ par titre (prime de 80%) - plus un bonus éventuel de 4$ sous conditions de milestones.

Baidu (+9,6%), le moteur de recherche chinois coté à Wall Street, sur le Nasdaq, aurait selon Reuters approché des constructeurs automobiles chinois en vue de se lancer dans la production de véhicules électriques. L'agence Reuters cite à ce sujet trois sources proches de la question.

Uber (-0,3%) écope d'une amende de 59 millions de dollars pour ne pas avoir fourni à la Commission des services publics de Californie (CPUC) les informations demandées à propos des plaintes pour agression et harcèlement sexuels. Le géant VTC pourrait être privé de licence s'il ne s'acquitte pas de l'amende sous 30 jours, ajoute Reuters.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/01/2021

Sogeclair, concepteur et producteur de solutions innovantes à forte valeur ajoutée pour la mobilité, annonce avoir conclu l'opération d'entrée de...

Publié le 15/01/2021

L'Administrateur Provisoire, assisté de l'Administrateur Judiciaire ont arrêté les états financiers sociaux et consolidés du groupe EEM le 15 janvier...

Publié le 15/01/2021

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies infectieuses générant d'importants besoins médicaux, a annoncé aujourd'hui une...

Publié le 15/01/2021

A la suite de l'ordonnance de référé du 9 octobre 2020 et de l'arrêt de la Cour d'appel du 19 novembre 2020, ayant ordonné la suspension des effets de...

Publié le 15/01/2021

Valneva a annoncé une modification des termes de son accord de financement avec les fonds américains spécialisés dans le secteur de la santé Deerfield Management Company et OrbiMed. Compte tenu…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne