Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 162.97 PTS
-0.14 %
7 146.50
-0.36 %
SBF 120 PTS
5 536.40
-0.38 %
DAX PTS
15 800.13
-0.06 %
Dow Jones PTS
35 028.65
-0.96 %
15 047.84
-1.07 %
1.134
+0.01 %

Wall Street poursuit sa baisse, avec Omicron et le reste...

| Boursier | 401 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine a poursuivi sa correction ce lundi, sur sa lancée de la fin de semaine dernière...

Wall Street poursuit sa baisse, avec Omicron et le reste...
Credits Reuters

La cote américaine a poursuivi sa correction ce lundi, sur sa lancée de la fin de semaine dernière. Les incertitudes demeurent nombreuses, concernant notamment le variant Omicron, les pénuries, l'inflation ou encore le plan Biden, dans un contexte de 'tapering' accéléré de la Fed... Le Dow Jones recule de 1,23% à 34.032 pts, tandis que le S&P 500 régresse de 1,14% à 4.568 pts. Le Nasdaq perd 1,24% à 14.981 pts. Le baril de brut WTI retombe sur le Nymex à 69$.

Sur le front sanitaire, le variant Omicron confirme sa forte propagation mais semblerait moins virulent que le Delta... Joe Biden va intervenir demain mardi au sujet du variant et pourrait annoncer de nouvelles mesures afin de soutenir les communautés dans le besoin, tout en soulignant la nécessité de la vaccination. Les nouvelles provenant des laboratoires sont quant à elles plutôt positives, avec une efficacité du vaccin Pfizer / BioNTech contre les formes graves et une protection fortement accrue offerte par une troisième dose du vaccin covid Moderna... Les cas US de covid atteignent quant à eux un plus haut de quatre mois, avec un nombre de cas record dans certains Etats tels que New York. Le principal conseiller médical de la Maison Blanche a exclu toutefois ce week-end l'idée des confinements. En Europe, dans le même temps, les restrictions s'accentuent.

Le sénateur Manchin a déclaré qu'il s'opposerait à la législation Build Back Better de l'administration Biden. Manchin, dont le vote est critique au Sénat, a réitéré ses inquiétudes quant à l'impact sur l'inflation et la dette. Il s'est attiré une réprimande rapide de ses collègues démocrates et de la Maison Blanche, la porte-parole Jen Psaki affirmant que Manchin avait induit le président en erreur lors des récentes négociations. Manchin a indiqué tout de même qu'il pourrait poursuivre les négociations sur un package réduit, mais pour l'instant, son opposition au projet de loi sous sa forme actuelle signifie que les démocrates auront du mal à le faire avancer au Sénat. Les modérés ont suggéré de réduire le nombre de programmes, mais cela pourrait se heurter à l'opposition des progressistes qui avaient initialement fait pression pour un ensemble beaucoup plus important.

Goldman Sachs a dans la foulée promptement abaissé ses prévisions trimestrielles de croissance économique aux Etats-Unis pour 2022, après que Joe Manchin a donc annoncé qu'il n'apporterait pas son soutien au projet de loi de dépenses sociales et écologiques de 1.750 milliards de dollars de Biden, plan qui vise à étendre le filet de sécurité sociale des Américains et à lutter contre le changement climatique. Démocrates et républicains disposant d'un nombre identique de sièges à la chambre haute du Congrès, l'opposition de Manchin perturbe la donne. "Nous nous attendions déjà à une impulsion budgétaire défavorable pour 2022 en raison de l'affaiblissement du soutien contre le Covid-19 apporté en 2020 et en 2021 et sans la promulgation du BBB, cette impulsion budgétaire deviendra un peu plus défavorable que prévu", a précisé Jan Hatzius, analyste de Goldman Sachs, qui a par conséquent abaissé sa prévision de croissance du PIB américain à 2% contre 3% pour le premier trimestre 2022, sans tenir compte de l'adoption du projet de loi par le Congrès. Pour le deuxième trimestre, l'estimation est ramenée à 3% contre 3,5% auparavant. Pour le troisième trimestre, elle passe à 2,75% contre 3%.

"Alors que le projet de loi sous sa forme actuelle semble peu probable, il y a encore une bonne chance que le Congrès adopte un ensemble beaucoup plus restreint de propositions fiscales avec des mesures incitatives pour le secteur manufacturier et pour lutter contre les tensions dans la chaîne d'approvisionnement", a nuancé Hatzius. GS juge qu'il reste une chance que le Congrès prolonge le programme de crédit d'impôt pour les familles avec enfant avec quelques ajustements.

Côté indicateurs, l'indice des indicateurs avancés américains du Conference Board pour le mois de novembre 2021 a progressé de 1,1% en comparaison du mois antérieur, contre 0,8% de consensus et 0,9% pour la lecture révisée du mois antérieur... Le PIB américain sera connu mercredi, le même jour que l'indice de confiance du Conference Board ou que les reventes de logements existants. La journée de jeudi sera également chargée, avec les commandes de biens durables, les inscriptions au chômage, les revenus et dépenses des ménages, les ventes de logements neufs ou l'indice du sentiment des consommateurs de l'Université du Michigan. La cote américaine sera fermée vendredi pour Noël.

Les valeurs

Oracle (-5,1%) / Cerner (+0,8%). Le géant américain des logiciels professionnels a confirmé ce lundi l'acquisition de Cerner, spécialiste des données médicales, pour 28,3 milliards de dollars, ce qui lui permet de se renforcer dans le domaine de la santé. La nouvelle avait été rapportée plus tôt par le Wall Street Journal. "En travaillant ensemble, Cerner et Oracle ont la capacité de transformer la prestation des soins de santé en fournissant aux professionnels de la santé de meilleures informations, leur permettant de prendre de meilleures décisions de traitement entraînant de meilleurs résultats pour les patients", a déclaré Larry Ellison, président et CTO d'Oracle.
Les actionnaires de Cerner recevront 95$ en espèces pour chaque action, soit une prime de 5,8% par rapport au cours de clôture de vendredi. L'accord, le plus important jamais réalisé par Oracle après son acquisition de PeopleSoft en 2004, aidera le fabricant de logiciels à renforcer les services qu'il fournit aux clients du secteur de la santé.

Pfizer (+2,6%) et BioNTech (-4,2%) ont annoncé qu'à la suite d'un examen de routine par le comité externe indépendant de surveillance des données (DMC), les sociétés modifieront l'étude clinique évaluant l'innocuité, la tolérabilité et l'immunogénicité du vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 chez les enfants de 6 mois à moins de 5 ans. L'étude comprendra désormais l'évaluation d'une troisième dose de 3 microgrammes au moins deux mois après la deuxième dose de la série de deux doses pour fournir des niveaux de protection élevés dans ce groupe d'âge jeune.
Alors que l'étude est en cours et reste en aveugle, une analyse d'immunogénicité prédéfinie a été menée sur un sous-ensemble de la population étudiée un mois après la deuxième dose. Par rapport à la population de 16 à 25 ans dans laquelle une efficacité élevée a été démontrée, la non-infériorité a été rencontrée pour la population de 6 à 24 mois mais pas pour la population de 2 à moins de 5 ans dans cette analyse. Aucun problème de sécurité n'a été identifié et la dose de 3 µg a démontré un profil de sécurité favorable chez les enfants de 6 mois à moins de 5 ans, précisent les partenaires.

Moderna (-6,2%) a annoncé des données préliminaires concernant sa dose 'booster' (de rappel) de vaccin Covid-19 et l'impact sur le nouveau variant. Selon le laboratoire, le rappel autorisé (50 microgrammes) augmente le niveau d'anticorps neutralisants d'environ 37 fois contre Omicron, tandis qu'une dose plus forte (100 microgrammes) multiplierait par 83 ces anticorps. Néanmoins, le groupe pharmaceutique poursuit ses travaux sur un booster spécifique à Omicron.
"L'augmentation spectaculaire des cas de Covid-19 dus au variant Omicron est préoccupante pour tous. Cependant, ces données montrant que le rappel Moderna Covid-19 actuellement autorisé peut multiplier par 37 les niveaux d'anticorps neutralisants sont rassurantes", a déclaré Stéphane Bancel, Directeur Général du laboratoire.
Comme décrit précédemment, la Société fait continuellement progresser les candidats boosters pour traiter les variants émergents préoccupants. La stratégie comprend l'évaluation du prototype de vaccin (ARNm-1273) au rappel autorisé (dose 50 microgrammes) et une dose plus élevée (100), des candidats polyvalents qui incorporent des variants antérieurs (ARNm-1273.211, ARNm-1273.213) également à 50 et 100 microgrammes, et des candidats 'boosters' spécifiques aux variants préoccupants (Delta, Omicron). Les candidats sont évalués dans des études de phase 2/3 en cours portant sur environ 300 à 600 participants par bras.

Novavax (-7%). L'Agence européenne des médicaments a recommandé d'accorder une autorisation de mise sur le marché au vaccin contre le covid de la biotech américaine Novavax, nommé Nuvaxovid, cinquième vaccin autorisé pour les adultes en Europe. Le laboratoire devrait commencer à livrer son vaccin dans l'Union européenne au premier trimestre 2022, a déclaré une source à Reuters.

Biogen (-0,2%) a annoncé une baisse d'environ 50% du prix de son médicament contre la maladie d'Alzheimer en réaction aux plaintes d'hôpitaux et de parlementaires américains concernant le prix trop élevé du traitement. L'Aduhelm, premier traitement pour la maladie neurodégénérative à arriver sur le marché depuis près de 20 ans, après que les régulateurs américains l'ont autorisé en juin en dépit d'interrogations sur son efficacité, coûtera désormais 28.200 dollars par patient et par an aux USA.

Tesla (-3,5%). Elon Musk, le charismatique patron de Tesla et SpaceX, homme le plus riche de la planète récemment désigné "personnalité de l'année" par le magazine Time et le Financial Times, a mis les choses au point il y a quelques heures sur Twitter, alors que les spécialistes tentaient d'évaluer le montant de son imposition attendue record pour cette année. "Pour ceux qui se demandent, je paierai plus de 11 milliards de dollars d'impôts cette année", a donc indiqué le milliardaire.

Alphabet (stable). YouTube, service vidéo de Google, filiale d'Alphabet, a rétabli hier l'accès aux chaînes de Walt Disney sur sa plateforme après un accord au montant non dévoilé entre les deux groupes.

Apple (-0,8%). Le géant technologique de Cupertino a demandé à l'autorité indienne de concurrence de rejeter une plainte pour abus de position dominante concernant la commission qu'il prélève aux développeurs d'applications, au regard de sa faible part de marché en Inde, montre un document consulté par l'agence Reuters.

Carnival (+3,3%), géant de la croisière, grimpe à Wall Street, alors que le groupe vient de dévoiler ses derniers comptes. Carnival admet que le nouveau variant du covid a affecté ses réservations à court terme, mais la demande observée pour l'année prochaine et 2023 suggère un impact de courte durée. Pour le quatrième trimestre fiscal, la perte ajustée du groupe s'est creusée à 1,96 milliard de dollars. Les revenus se sont redressés à 1,29 milliard. Le groupe souligne que les réservations pour le second semestre 2022 et le premier semestre 2023 sont en haut de fourchette des normes historiques, et sur des prix plus élevés.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

Plus que quelques jours pour bénéficier de notre offre Assurance vie

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 janvier 2021 inclus.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/01/2022

La séance est mouvementée pour Alstom. Bondissant de plus de 3 % dans les premiers échanges, l’action a rapidement pris le chemin inverse et connu une suspension de cotation en milieu de…

Publié le 20/01/2022

Avec toujours une activité en plein boom...

Publié le 20/01/2022

Partenaire financier d'Europlasma depuis 4 ans, Alpha Blue Ocean, le family office fondé par Pierre Vannineuse, réaffirme "tout son soutien au groupe...

Publié le 20/01/2022

Le chiffre d’affaires de Bourse Direct s’élève à 45,9 millions d’euros en 2021, en croissance de 3,3%. Au cours du quatrième trimestre 2021, il a augmenté de 0,6% à 11,9 millions d’euros…

Publié le 20/01/2022

Malmené au cours des deux dernières séances avec une chute de 12% hier, Valneva rebondit vigoureusement ce jeudi...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne