Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 609.15 PTS
+0.62 %
5 609.0
+0.74 %
SBF 120 PTS
4 436.26
+0.66 %
DAX PTS
13 298.96
+0.35 %
Dow Jones PTS
30 218.26
+0.83 %
12 528.48
+0.49 %
1.212
-0.02 %

Wall Street positive avant la signature de l'accord commercial

| Boursier | 773 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine reprend de la hauteur ce lundi, le S&P500 s'accordant 0,27% à 3...

Wall Street positive avant la signature de l'accord commercial
Credits Reuters

La cote américaine reprend de la hauteur ce lundi, le S&P500 s'accordant 0,27% à 3.274 pts et le Nasdaq 0,35% à 9.211 pts, alors que débute la 'saison' des comptes trimestriels outre-Atlantique et dans l'attente de la signature tant attendue de l'accord commercial sino-américain de phase 1 - prévue mercredi. Le DJIA avance de 0,13% à 28.862 pts. L'indice dollar gagne 0,1% à 97,5. Sur le Nymex, le baril de brut WTI corrige de 1,5% à 58,1$, le Brent évoluant autour des 64$ le baril (-1,3%).

Soulagés par l'apaisement relatif au Moyen-Orient, les investisseurs s'intéressent à nouveau à la signature de l'accord commercial de Phase 1 entre les Etats-Unis et la Chine. Le vice-Premier ministre chinois Liu He, principal négociateur commercial de Pékin, est attendu ce lundi à Washington à la tête d'une délégation chinoise en vue de signer le texte.

La cérémonie de signature est prévue le mercredi 15 janvier à la Maison Blanche, a confirmé vendredi Washington, et l'accord sera rendu public dans son intégralité lors de la signature. "Le document entier sera rendu public mercredi", a ainsi déclaré le conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow lors d'un échange avec les journalistes. "Il y aura une merveilleuse cérémonie", a-t-il ajouté, évoquant un dîner la veille de la signature et un déjeuner le jour même.

La signature de cet accord de 'Phase 1' est une étape cruciale pour mettre fin à la guerre commerciale que se livrent les deux pays depuis plus d'un an et demi. Il prévoit un démantèlement partiel des barrières douanières érigées par les deux pays en échange de l'achat par Pékin de milliards de dollars de biens américains supplémentaires.

Quant à la 'Phase 2', elle s'avèrera sans doute plus compliquée et pourrait n'être conclue qu'après l'élection américaine de novembre prochain, même si les négociations devraient démarrer dès la signature de la Phase 1. "Nous allons entamer tout de suite les négociations sur la phase 2, ça prendra du temps", a indiqué jeudi le président américain.

Par ailleurs, Chine et USA seraient convenus de discussions biannuelles sur la poursuite de réformes et la résolution des conflits.

Les opérateurs et les médias américains demeurent assez dubitatifs concernant la 'phase 2', qui comprend des questions plus délicates et pourrait donc ne pas se solder de sitôt par un accord.

Le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin a expliqué à Fox News que l'accord de phase 1 comprenait toujours des achats de produits agricoles américains par la Chine pour 40-50 Mds$ annuels, ainsi qu'un total de 200 Mds$ d'achats de produits américains sur deux ans. Pékin n'a cependant toujours pas confirmé de tels engagements. Mnuchin estime par ailleurs que les problèmes de Boeing pourraient diminuer d'un demi-point la croissance du PIB américain cette année. Il envisage toutefois une expansion de 2,5%, largement supérieure au consensus des économistes (+1,8%).

Du côté du Moyen-Orient cette fois, l'Iran a admis avoir abattu par erreur l'avion ukrainien dont le crash a fait 176 morts, attisant la colère au sein du pays et suscitant de vives réactions internationales. Le président américain Donald Trump a quant à lui tweeté en farsi pour affirmer qu'il se tenait aux côtés du peuple iranien. Trump affirme que les Etats-Unis suivent de près les manifestations locales. "Il ne peut y avoir d'autre massacre de manifestants pacifiques, ni de fermeture d'Internet", a indiqué le leader américain. "Le monde regarde", a prévenu Trump.

Sur le front économique aux USA ce jour, le déficit budgétaire de décembre sera connu à 20 heures (consensus -15 Mds$).

Wall Street a fini la semaine en baisse, vendredi, après la publication du rapport de décembre sur l'emploi aux Etats-Unis, qui a montré que l'économie a créé moins de postes que prévu. L'indice Dow Jones a brièvement grimpé au-dessus des 29.000 points pour la première fois de son histoire avant de se replier. Le pétrole a poursuivi sa décrue avec l'apaisement de la crise entre les Etats-Unis et l'Iran, malgré l'annonce par Washington de nouvelles sanctions économiques contre Téhéran.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,46% à 28.823 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 0,29% à 3.265 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a reculé de 0,27% à 9.178 pts. Sur l'ensemble de la semaine, les trois indices ont cependant progressé respectivement de 0,66%, 0,95% et 1,75%.

En décembre, l'économie américaine a créé 145.000 emplois, un chiffre inférieur aux attentes des différents consensus (160.000 à 165.000), après 266.000 créations de postes en novembre. Le taux de chômage est resté comme prévu à 3,5%, tandis que le rythme de hausse des salaires horaires a ralenti à 2,9% contre 3,1% attendu. C'est la première fois depuis juillet 2018 que ce chiffre tombe sous le seuil des 3% sur un an.

Malgré la déception, ces chiffres ne remettent pas en cause le scénario central d'un atterrissage en douceur de l'économie américaine en 2020, sur un rythme annuel de croissance de l'ordre de 2%. Jeudi, le vice-président de la Fed, Richard Clarida, a ainsi estimé que la politique monétaire actuelle de la Fed demeurait appropriée, et qu'elle devrait continuer à soutenir une croissance ferme, un marché du travail solide et une inflation proche des 2%. "Nous pensons que la politique est appropriée, et, dans le cadre de nos perspectives de base, demeurera appropriée", a résumé Clarida.

Deux autres responsables de la Fed ont fait des déclarations publiques, jeudi, et ont tous deux estimé que l'économie américaine devrait éviter une récession grâce aux baisses de taux effectuées en 2019. Les chances d'un "atterrissage en douceur" sont "raisonnables", a ainsi estimé James Bullard, le président de la Fed de St-Louis dans un discours à Madison (Wisconsin).

Le patron de la Fed de Minneapolis Neel Kashkari a de son côté affirmé sur la chaîne 'Fox Business' qu'"il n'y a certainement pas dans mes prévisions actuelles le fait qu'une récession viendrait nécessairement dans un an ou deux".

Sur le front géopolitique, les Etats-Unis ont détaillé vendredi leurs nouvelles sanctions économiques contre Téhéran, et ont répété qu'ils ne comptaient pas retirer leurs troupes d'Irak. Ces sanctions visent huit haut responsables de la République islamique, ainsi que les plus grands fabricants d'acier, d'aluminium, de cuivre et de fer du pays. Selon le Trésor américain, ces sanctions se poursuivront jusqu'à ce que le régime iranien "arrête le financement du terrorisme mondial" et s'engage à ne jamais avoir d'armes nucléaires.

Les valeurs

La saison des publications trimestrielles débute par ailleurs cette semaine outre-Atlantique, les valeurs financières étant à l'honneur. American Eagle Outfitters publie ce jour. Delta Air Lines, JPMorgan Chase, Citigroup et Wells Fargo annoncent demain mardi. Alcoa, Bank of America, BB&T, BlackRock, U.S. Bancorp, PNC Financial Services, UnitedHealth et Goldman Sachs seront de la partie mercredi. Morgan Stanley, Charles Schwab, CSX, Bank of New York Mellon et SunTrust suivront jeudi. Schlumberger, State Street, First Horizon et Fastenal publieront vendredi.

American Eagle (+3%) gagne un peu de terrain. Le détaillant américain en vêtements et accessoires a confirmé sa guidance de bénéfice par action pour le quatrième trimestre allant de 34 à 36 cents hors éléments.

Boeing (+1%). Les autorités fédérales américaines de la FAA entendent infliger une amende de 5,4 M$ à Boeing, lui reprochant de n'avoir rien fait pour empêcher le montage de composants défectueux sur les 737 MAX. Par ailleurs, concernant l'affaire du Boeing 737-800 d'Ukraine Airlines qui s'est crashé mercredi à Téhéran, faisant 176 victimes, l'Iran a reconnu avoir abattu "par erreur" l'appareil, pris pour un missile de croisière.

Dans un autre registre, notons que les fournisseurs de Boeing, Hexcel (+9%) et Woodward (+4%), qui capitalisent actuellement 6,7 Mds$ et 7,9 Mds$ sur la cote américaine, entendent fusionner.

TerraForm Power (+10% !). Le Canadien Brookfield Renewable Partners va racheter les 38% du capital de la compagnie d'électricité non encore détenus pour 3,93 Mds$.

Lululemon Athletica (+4%), firme canadienne cotée à Wall Street, spécialiste de l'habillement sportif et surtout de celui destiné à la pratique du yoga, a rehaussé ce lundi ses estimations de chiffre d'affaires et de bénéfice pour le trimestre. Pour son quatrième trimestre, le groupe prévoit désormais un bpa de 2,22-2,25$ et des revenus de 1,37-1,38 Md$. Le consensus était de 2,15$ de bénéfice par titre et 1,35 Md$ de recettes.

Tesla gagne encore 5% à 504$, pour une capitalisation boursière de plus de 90 milliards de dollars ! Nio Inc grimpe de 1%. L'agence Reuters évoque des informations de la presse chinoise selon lesquelles Pékin n'envisagerait pas de réduire les aides publiques à l'achat de véhicules électriques cette année.

La firme Oppenheimer a par ailleurs dopé son objectif de cours sur Tesla à 612$ ! "Bien que TSLA ait connu des difficultés de croissance, nous pensons que l'entreprise a atteint une taille critique suffisante pour pouvoir délivrer des FFC positifs durables", affirme l'analyste. "En même temps, nous croyons que la tolérance au risque de l'entreprise, sa capacité à mettre en oeuvre les leçons tirées des erreurs passées et son ambition plus grande que celle de ses pairs commencent à représenter une menace existentielle pour les entreprises de transport qui ne peuvent, ou ne veulent pas, innover à un rythme plus rapide". Selon le courtier, le concepteur de voitures électriques a environ trois ans d'avance sur ces concurrents sur plusieurs points clefs.

Ford (-1%) a affiché en revanche en 2019 une baisse de ses revenus de 26% en Chine. Il s'agit de la troisième année de baisse des ventes en Chine pour le constructeur automobile du Michigan.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 04/12/2020

L'Olympique Lyonnais informe avoir obtenu un pré-accord de ses prêteurs bancaires et obligataires pour la mise en place d'un PGE (Prêt Garanti par l'État) complémentaire, dit "PGE Saison", de…

Publié le 04/12/2020

26 OCA numérotées de 209 à 234 ont été émises

Publié le 04/12/2020

Amplitude Surgical annonce la décision du Tribunal Judiciaire de Valence dans son litige avec l'URSSAF au titre de la taxe sur la promotion des...

Publié le 04/12/2020

La Banque centrale européenne a notifié à Société Générale l’exigence de capital supplémentaire au titre du P2R (Pillar 2 requirement) à partir du 1er janvier 2021. Cette dernière est…

Publié le 04/12/2020

La BCE (Banque Centrale Européenne) a notifié l'exigence de capital supplémentaire au titre du P2R - Pillar 2 requirement - à partir du 1er janvier...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne