Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 068.59 PTS
-1.75 %
7 064.00
-2.75 %
SBF 120 PTS
5 475.97
-1.71 %
DAX PTS
15 603.88
-1.94 %
Dow Jones PTS
34 265.37
-1.3 %
14 438.40
-2.75 %
1.132
-0.18 %

Wall Street : plus dur sera le 'tapering'

| Boursier | 596 | 3 par 1 internautes

La cote américaine campe sur ses positions

Wall Street : plus dur sera le 'tapering'
Credits Reuters

Wall Street affiche peu d'évolution, proche de l'équilibre avant bourse ce mercredi suite à l'annonce de ventes de détail décevantes, et dans l'attente du communiqué monétaire de la Fed. Le Dow Jones est stable et le S&P 500 prend 0,1% en pré-séance. Le baril de brut WTI cède 1% sur le Nymex à 70$. L'once d'or se tasse à 1.770$. L'indice dollar consolide de 0,1% face à un panier de devises. Le bitcoin avance de 1% vers les 48.000$.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis, les ventes de détail du mois de novembre 2021 se sont établies en augmentation de 0,3% en comparaison du mois antérieur, contre 0,8% de consensus FactSet et +1,8% un mois avant. Hors automobile, les ventes affichent une croissance comparable de 0,3%, contre 0,8% de consensus. Hors automobile et essence, enfin, elles s'apprécient de 0,2% contre 0,7% de consensus FactSet.

L'indice Empire State de la Fed de New York pour le mois de décembre, qui vient aussi d'être publié, s'est établi à 31,9 contre 26,5 de consensus.

Les prix à l'import de novembre ont augmenté de 0,7% en comparaison du mois antérieur, contre 0,5% de consensus. Les prix à l'export ont grimpé de 1% contre 0,5% de consensus de marché.

Les stocks et ventes des entreprises sont attendus à 16 heures, en même temps que l'indice du marché immobilier américain et que l'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta. Le rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers domestiques américains sera révélé à 16h30. Le communiqué FOMC de la Fed tombera à 20 heures, alors que la conférence de presse de Jerome Powell se tiendra à 20h30.

Les marchés s'attendent à ce que la Fed annonce ce soir une accélération de la réduction de ses achats d'actifs obligataires mensuels, à l'issue de la réunion du FOMC qui se tient depuis hier, un peu plus d'un mois après avoir dévoilé ses plans initiaux. Ainsi, la Fed pourrait choisir de réduire ses achats de 30 milliards de dollars par mois (20 milliards de bons du Trésor / 10 milliards de dollars de MBS), soit le double du rythme annoncé lors de la dernière réunion. Cela ramènerait le terme du 'tapering' au mois de mars, contre juin auparavant visé.

En ce qui concerne le 'dot plot', la trajectoire médiane semble indiquer deux hausses de taux de la Fed en 2022 et trois en 2023 et 2024. Cependant, il n'est pas exclu que les attentes pour 2022 passent à trois durcissements monétaires.

Jerome Powell, choisi par Biden pour un nouveau mandat à la tête de la Fed aux côtés de la vice-présidente Lael Brainard, devrait réitérer que le tapering n'est pas un resserrement monétaire. Il devrait également rappeler qu'un tapering plus rapide donnera plus de flexibilité pour relever ultérieurement les taux. Il ne devrait toutefois pas fournir de détails sur le timing de la première remontée des taux, du fait notamment de l'incertitude sanitaire limitant la visibilité. Parallèlement à l'accélération du tapering, l'autre grand changement dans la déclaration du FOMC devrait tourner autour de la reconnaissance que l'inflation n'est plus transitoire, comme l'ont déjà signalé Powell et Janet Yellen - Secrétaire au Trésor américaine.

Les derniers chiffres américains de l'inflation publiés en fin de semaine dernière ont été conformes aux attentes... et au plus haut d'une quarantaine d'années ! L'IPC global de novembre a grimpé de 0,8% en comparaison du mois antérieur. L'IPC annualisé a progressé de 6,8%, du jamais vu depuis juin 1982. C'est le cinquième mois consécutif d'inflation annualisée US supérieure à 5%. L'IPC de base (hors alimentation et énergie) a augmenté de 0,5% (hausse annualisée de 4,9%). Les premières lectures ont noté que le rapport ne faisait que renforcer les arguments de la Fed en vue d'une accélération du tapering...

L'indice américain des prix à la production du mois de novembre est lui ressorti en augmentation de 0,8% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place de +0,5%. En glissement annuel, il a progressé de 9,6%, hausse record, contre 9,2% de consensus. Hors alimentaire et énergie, le PPI s'est apprécié de 0,7%, contre 0,4% de consensus. Il s'apprécie de 7,7% sur un an contre 7,2% de consensus.

Les stratégistes actions s'interrogent sur les effets de ce durcissement monétaire sur les marchés d'actions. Jonathan Golub, directeur de la stratégie actions aux Etats-Unis de Credit Suisse, a estimé lundi dans une note à ses clients qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter outre-mesure, si l'on réfère à l'histoire boursière.

Le Congrès américain a validé hier soir un relèvement du plafond de la dette des Etats-Unis de 2.500 milliards de dollars. Lors d'un vote de parti à 50-49 mardi soir, le Sénat a voté pour augmenter le plafond de la dette fédérale de 2.500 milliards de dollars, suffisamment pour couvrir les emprunts jusqu'en 2023 - au-delà des élections de mi-mandat de 2022 donc. La Chambre des représentants, à majorité démocrate, a ensuite adopté le projet de loi juste après minuit à 221 contre 209, l'adressant ainsi au président Biden pour promulgation. Ainsi, le Congrès a comme attendu écarté en dernière minute le risque d'un défaut de paiement des USA. Il y avait urgence, puisque le plafond de la dette américaine devait être relevé au plus tard ce jour pour maintenir la capacité de l'Amérique à honorer ses paiements. "Le peuple américain peut respirer", a lancé le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer.

Pour Biden, la prochaine étape est celle du gigantesque package social et écologique du Build Back Better, évalué à 1.750 milliards de dollars.

L'attention se porte maintenant directement sur l'engagement antérieur du chef de la majorité au Sénat, Schumer, d'adopter ce projet de loi Build Back Better de 1.750 milliards de dollars d'ici la fin de l'année. Cependant, les observateurs estiment probable que cela soit repoussé à 2022, plusieurs domaines étant encore en débat.

Les législateurs américains ont adopté un projet de loi restreignant les importations du Xinjiang, tandis que le Département américain au Commerce réfléchirait à l'ajout de firmes chinoises de biotechnologie à sa 'liste d'entités' sanctionnées. Reuters a rapporté que les législateurs américains avaient donc adopté mardi soir un projet de loi interdisant les importations en provenance de la région chinoise du Xinjiang, en raison des préoccupations liées au travail forcé, en particulier de la minorité des Ouïghours. Le projet de loi conserve une disposition créant une "présomption réfutable" selon laquelle tous les biens du Xinjiang, où le gouvernement chinois a mis en place un réseau de camps de détention pour les Ouïghours et d'autres groupes musulmans, sont fabriqués en ayant recours au travail forcé, et ce afin d'interdire de telles importations.

Le Financial Times indique pour sa part que le Département au Commerce devrait également placer jeudi plus de deux douzaines d'entreprises chinoises sur la "liste des entités", y compris certaines sociétés de biotechnologie. Par ailleurs, Bloomberg a signalé que le plus grand producteur de semi-conducteurs de Chine, SMIC (Semiconductor Manufacturing International Corporation), pourrait faire face à des restrictions plus strictes de la part des États-Unis, alors que la Maison Blanche envisagerait de nouvelles restrictions qui limiteraient ses approvisionnements. Le Conseil de sécurité nationale des USA doit se réunir jeudi pour discuter de la suppression de la faille dans la décision originale de l'ère Trump qui a placé SMIC sur sa liste d'entités.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), agence fédérale américaine majeure en matière de protection de la santé publique, ont averti que le variant Omicron se propageait rapidement aux États-Unis avec une modélisation montrant, dans le pire des cas, qu'il pourrait submerger les systèmes de santé, en particulier dans les communautés sous-vaccinées, et ce dès le mois prochain. Les CDC ont déclaré que le public devait être préparé à ce qui pourrait se passer. Un responsable de la santé au courant du briefing, cité par le Washington Post, a affirmé que ces informations étaient considérées "au plus haut niveau".

Le deuxième scénario décrit une poussée plus modérée d'Omicron au printemps, mais les responsables de santé ne sont pas en mesure de déterminer l'issue finale. Alors que la stratégie de l'administration Biden repose principalement sur la vaccination et les tests, un vaccin retravaillé ne ferait pas partie pour l'heure de la 'boîte à outils', selon les hauts responsables de la santé de l'administration, car il n'y aurait aucune preuve qu'une mise à jour soit nécessaire... Les dernières études ont montré que le schéma vaccinal à deux doses de Pfizer / BioNTech offrait toujours une protection de 70% contre les maladies graves, tandis que le rappel renforcerait probablement la protection contre l'infection, tombée à seulement 33% avec deux doses.

Les valeurs

Uber cherche à vendre des participations non stratégiques, dont ses parts de Didi Global, croit savoir Reuters. S'adressant à un analyste, le DG d'Uber, Dara Khosrowshahi, a déclaré ainsi que la société conserverait une partie de ses participations dans des sociétés qui sont devenues publiques pour des raisons stratégiques, mais que sa participation dans Didi n'était pas perçue de cette façon. "C'est un concurrent, la Chine est un environnement assez difficile avec très peu de transparence", a lancé le CEO. Khosrowshahi indique néanmoins qu'Uber ne se précipitera pas pour vendre. Il ajoute que la semaine dernière, Uber a connu sa meilleure semaine de réservations brutes, bien que les trajets soient encore 10% inférieurs aux niveaux pré-pandémiques.

Tesla. Elon Musk, le charismatique patron de Tesla et SpaceX, homme le plus riche de la planète tout juste désigné "personnalité de l'année" par le magazine Time, avait été durement taclé par la sénatrice Elizabeth Warren sur Twitter. "Modifions le code fiscal truqué afin que la personne de l'année paie réellement des impôts et arrête de vivre aux crochets de tout le monde", s'était offusquée la sénatrice démocrate... Musk n'a visiblement pas apprécié cette critique. "Vous me rappelez quand j'étais enfant et que la maman en colère de mon ami criait simplement au hasard sur tout le monde sans raison", a répliqué le milliardaire.

"Et si vous ouvriez les yeux pendant 2 secondes, vous réaliseriez que je paierai plus d'impôts qu'aucun Américain dans toute l'histoire cette année", a insisté Musk, qui vient de vendre pour près de 13 milliards de dollars de titres Tesla suite à son sondage Twitter du mois dernier dans lequel il demandait aux internautes s'il devait céder 10% de sa participation. Notons toutefois que dans le même temps, le CEO de Tesla a exercé des options portant sur un nombre encore plus élevé d'actions...

En outre, concernant l'accident mortel survenu samedi à Paris dans lequel un Model 3 était impliqué, le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, a affirmé que les dirigeants du groupe avaient indiqué n'avoir identifié aucun problème technique sur ce modèle.

Eli Lilly rehausse sa guidance. La société annonce le lancement de la soumission continue à la FDA pour le pirtobrutinib dans le lymphome à cellules du manteau, révèle de nouveaux essais de phase 3 prévus pour le tirzepatide dans l'obésité, l'apnée du sommeil et les maladies rénales, et publie de nouvelles données de biomarqueurs soutenant l'efficacité du donanemab.

Lilly s'attend à ce que les revenus de l'année 2022 se situent entre 27,8 milliards de dollars et 28,3 milliards de dollars, avec des produits de croissance clés générant les deux tiers des revenus de son activité principale, à l'exclusion des thérapies Covid-19. Le groupe s'attend à ce que la marge d'exploitation soit d'environ 30% sur une base publiée et d'environ 32% sur une base ajustée. Il anticipe un bénéfice par action logé entre 8$ et 8,15$ sur une base publiée, et de 8,5$ à 8,65$ sur une base base ajustée. Lilly s'attend désormais à ce que les revenus de 2021 se situent entre 28 et 28,3 milliards de dollars et que le bpa ressorte entre 6,18 et 6,23 dollars sur une base publiée (8,15 à 8,20 dollars sur une base ajustée).

Lowe's rend 3% avant bourse à Wall Street, alors que le groupe vient de dévoiler une guidance 2022 inférieure aux attentes de marché. Le détaillant américain en produits d'ameublement et d'intérieur table, pour l'année prochaine, sur des revenus allant de 94 milliards de dollars à 97 milliards de dollars. Les ventes à comparable sont attendues stables ou en baisse, recul allant jusqu'à -3%. Lowe's vise un bénéfice 2022 par action allant de 12,25 à 13$. Le consensus FactSet était de 97,6 milliards de dollars de revenus et 12,94$ de bénéfice par action.

Ocugen, le groupe biotechnologique de Pennsylvanie, affirme que les dernières données suggèrent que son vaccin contre le Covid-19 pourrait fournir une protection contre les variants actuels et futurs.

Vir Biotechnology, le groupe biotech californien, a annoncé de nouvelles données montrant que sa thérapie par anticorps contre le covid, développée avec GlaxoSmithKline, était efficace contre le redouté variant Omicron.

Johnson & Johnson. Le CHMP de l'EMA, Agence européenne des médicaments, a conclu qu'une dose de rappel du vaccin Covid-19 Janssen pouvait être envisagée au moins deux mois après la première dose chez les personnes âgées de 18 ans et plus. La recommandation fait suite aux données montrant qu'une dose de rappel du vaccin Covid-19 Janssen administrée au moins deux mois après la première dose chez les adultes avait entraîné une augmentation des anticorps contre le SRAS-CoV-2 (le virus qui cause le Covid-19). Le risque de thrombose en association avec une thrombocytopénie ou d'autres effets indésirables très rares après un rappel "n'est pas connu et fait l'objet d'une surveillance étroite".

Le CHMP a également conclu qu'une dose de rappel avec le vaccin Covid-19 Janssen pouvait être administrée après deux doses de l'un des vaccins à ARNm autorisés dans l'UE, Comirnaty (de Pfizer/BioNTech) ou Spikevax (de Moderna).

Digital World Acquisition Corp. La plateforme de distribution vidéo Rumble a signé un accord de partenariat avec Trump Media, firme média de Donald Trump qui va fusionner prochainement avec Digital World Acquisition.

Nucor, le groupe américain de sidérurgie, a indiqué qu'il anticipait pour le trimestre entamé un bénéfice par action moins élevé que prévu.

Medtronic, fabricant de dispositifs médicaux, a reçu un avertissement de la Food and Drug Administration évoquant des défauts de contrôle qualité et de gestion des risques sur l'un de ses sites.

Oracle, géant des logiciels professionnels et du cloud, a annoncé l'ouverture de son premier centre de données pour les pays nordiques en Suède, tandis qu'un autre centre est attendu à Milan.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

Plus que quelques jours pour bénéficier de notre offre Assurance vie

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 janvier 2021 inclus.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2022

Dans le sillage du 1er semestre 2021, marqué par un net rebond de l'activité, Munic a enregistré une accélération de sa croissance au 2nd semestre...

Publié le 24/01/2022

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules...

Publié le 24/01/2022

Signature d'un accord de distribution avec Saban Film LLC prévoyant des revenus de 1,5 million de dollars US pour ILBE Finalisation en cours d'autres...

Publié le 24/01/2022

A la suite de son acquisition par GTT en octobre 2020 et après une première année consacrée à renforcer son organisation et ses équipes, Elogen,...

Publié le 24/01/2022

L'opérateur Orange devrait nommer cette semaine Christel Heydemann au poste de directrice générale du groupe, selon plusieurs sources proches du...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne