En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 223.46 PTS
+0.39 %
4 227.50
+0.55 %
SBF 120 PTS
3 321.60
+0.56 %
DAX PTS
9 582.69
+0.4 %
Dow Jones PTS
20 943.51
-4.44 %
7 486.29
+0. %

Wall Street plonge avec le pétrole et le coronavirus

| Boursier | 857 | Aucun vote sur cette news

Wall Street, qui tentait de résister en fin de semaine dernière et avait finalement limité ses pertes (-0,98% sur le DJIA et -1,87% sur le Nasdaq),...

Wall Street plonge avec le pétrole et le coronavirus
Credits Reuters

Wall Street, qui tentait de résister en fin de semaine dernière et avait finalement limité ses pertes (-0,98% sur le DJIA et -1,87% sur le Nasdaq), dévisse cette fois de manière brutale ce lundi. Les principaux indices de référence à Wall Street abandonnent 6% environ, plombés par la propagation du coronavirus et le plongeon des prix du pétrole. Le DJIA chute de 6,16% à 24.271 pts, alors que le S&P500 corrige de 6,05% à 2.794 pts. Le Nasdaq perd 5,80% à 8.078 pts. L'indice dollar recule de 0,9% à 95,1.

Les cours du pétrole s'effondrent, le baril de brut WTI abandonnant 19% à 33,5$ sur le Nymex, et le Brent de la mer du Nord plongeant de plus de 19% à 36,4$. Les prix ont même perdu plus de 30% plus tôt ce jour suite à l'échec cuisant de la réunion de l'OPEP+. Dans la foulée, l'Arabie saoudite a abaissé le prix de vente officiel pour le mois d'avril de l'ensemble de ses qualités de brut vers toutes destinations. L'échec des négociations entre OPEP et Russie en fin de semaine dernière sur un encadrement de la production est donc lourd de conséquences, et plombe le secteur en bourse ce matin. Vendredi, la Russie s'était opposée à une nouvelle baisse de production voulue par l'OPEP, qui désirait une réduction de 1,5 million de barils par jour jusqu'à fin 2020 afin de faire face à la chute des cours consécutive à la propagation de l'épidémie de coronavirus.

Le colosse pétrolier saoudien Saudi Aramco a fixé son prix de vente sur le baril de brut léger à destination de l'Asie pour avril à 3,10 dollars de moins que la moyenne d'Oman/Dubaï, relève Reuters. Il s'agit d'une baisse de 6$ par baril en comparaison du mois de mars. Le groupe a par ailleurs abaissé le prix de vente du baril de brut léger vers les Etats-Unis pour avril à 3,75 dollars de moins par rapport à l'ASCI, en baisse de 7$ par rapport à mars. Le prix à destination d'Europe du Nord et de l'Ouest a été fixé à 10,25 dollars de moins que la référence de l'Ice Brent, en baisse de 8$ par baril. L'Arabie saoudite demeure le premier exportateur mondial de pétrole, ce qui explique le poids de ces décisions.

Il s'agit donc d'une décision sans précédent d'Aramco, qui lance la guerre des prix dans le secteur, favorisant les parts de marché. Le producteur saoudien aurait indiqué en privé à certains 'participants de marché' son intention de relever sa production bien au-dessus des 10 millions de barils par jour le mois prochain, et même peut-être au niveau record de 12 millions de barils / jour, selon des sources familières de la question citées par Bloomberg, ayant choisi de rester anonymes afin de protéger leurs relations commerciales.

L'AIE anticipe quant à elle une baisse de la demande mondiale de pétrole cette année, ce qui constituerait une grande première depuis 2009.

Trump ne s'émeut guère de la chute des marchés ce jour. "L'Arabie saoudite et la Russie se disputent sur le prix et le flux du pétrole. Cela, et les Fake News, sont les raisons de la chute des marchés !", résume le président américain, relevant que le reflux brutal des cours du brut est "bon pour le consommateur", puisque les prix de l'essence vont baisser.

Ce matin, l'indice chinois composite SSE a perdu 3,01% à 2.943 pts. L'indice Nikkei a chuté de 5,07% à 19.699 pts. Le Kospi coréen a abandonné 4,19% à 1.955 pts. Les indices européens suivent également cette tendance, à l'approche de la clôture.

Il faut dire que la chute des prix du brut ce jour est inédite depuis le début des années 1990 et la guerre du Golfe.

Dans le même temps, l'épidémie de coronavirus Covid-19, qui semble refluer en Chine, se propage à grande vitesse à l'international, et notamment en Iran (43 nouveaux morts) ou en Italie (133 décès supplémentaires et 1.492 cas de plus rapportés hier soir). Rome a annoncé ainsi des mesures drastiques de quarantaine qui impacteront un quart de la population italienne et affecteront durement l'économie nationale, alors que le pays est désormais le second plus touché au monde après la Chine.

Aux Etats-Unis, les déclarations d'urgence se multiplient. Donald Trump conserve son calme sur le réseau social Twitter et rappelle : "La MEILLEURE décision prise était la plus dure d'entre elles - qui a sauvé de nombreuses vies. Notre décision TRÈS rapide de stopper les voyages vers et en provenance de certaines parties du monde !" Trump félicite par ailleurs le vice-président Mike Pence et sa 'CoronaVirus Task Force' pour leur "excellent travail".

Le leader américain relativise en comparant les chiffres du coronavirus à ceux de la grippe saisonnière, dont 37.000 Américains ont péri cette année. "Elle fait en moyenne 27.000 à 70.000 (morts) par an. Rien n'est fermé, la vie & l'économie continuent. A cet instant, il y a 546 cas confirmés de CoronaVirus et 22 morts. Pensez-y !"

La Chine, pour sa part, semble avoir maîtrisé le virus, aucun nouveau cas n'ayant été rapporté hors du Hubei. Des signaux positifs sont également constatés en Corée du Sud... Dans le monde, plus de 110.000 cas sont recensés et près de 4.000 morts.

Il n'y aura pas de statistiques économiques ce jour outre-Atlantique. Notons tout de même que les USA sont passés à l'heure d'été durant le week-end, ce qui fait que Wall Street débutera ce jour à 14h30 heure française.

A Wall Street ce lundi, Apple dévisse de 6%, Microsoft de 4%, Amazon de 4% et Alphabet de 5%. Tesla chute de 10%, Facebook de 6%. Intel perd 7%. Texas Instruments affiche une correction de 5%. Oracle rend 2%...

Sur le secteur pétrolier, la séance tourne à la boucherie. ExxonMobil dévisse de... 9%, ConocoPhillips de 23% et Chevron de 13%. Halliburton plonge de 35% et Schlumberger de 27% !

Sur le compartiment bancaire cette fois, Citigroup corrige de 13% environ, comme JP Morgan Chase et Bank of America. Wells Fargo rend 10%. Goldman Sachs cède 9%, comme Morgan Stanley.

Apple (-6%). Selon des données citées par Reuters, les marques de téléphonie mobile ont livré un total de 6,34 millions d'appareils en Chine au mois de février 2020, ce qui traduit une chute de 54,7% en glissement annuel. Les données fournies par la China Academy of Information & Communications Technology montrent qu'Apple n'a écoulé pour sa part qu'un peu moins de 500.000 smartphones en Chine en février, victime des lourdes restrictions locales durant presque tout le mois. Les marques Android, comprenant Huawei ou Xiaomi, n'ont livré que 5,85 millions d'appareils contre 12,72 millions en février 2019.

Twitter (-1%) a annoncé un accord dans le cadre duquel les firmes de private equity Elliott Management Corp. et Silver Lake obtiendront chacune un siège au conseil d'administration. Le 'deal' intervient alors qu'Elliott faisait pression afin d'obtenir le départ du directeur général de la firme à l'oiseau bleu, Jack Dorsey. Dans le cadre de l'accord, Silver Lake investira pour sa part 1 milliard de dollars. Twitter utilisera sa propre trésorerie, ainsi que l'investissement de Silver Lake, afin de mener à bien un programme de rachat d'actions de 2 milliards de dollars. Twitter indique que son conseil d'administration a formé un comité destiné à évaluer la structure managériale et le plan potentiel de succession de son CEO.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/04/2020

Conformément aux recommandations de la Banque centrale européenne émises le 27 mars dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, applicables au Groupe Crédit Agricole et à ses filiales, Amundi…

Publié le 02/04/2020

Un modèle diversifié...

Publié le 02/04/2020

British Airways (groupe IAG) devrait annoncer qu'elle va suspendre environ 36 000 membres de son personnel, selon les informations de la BBC. La compagnie aérienne, qui a immobilisé au sol une…

Publié le 02/04/2020

Dans le contexte de l'épidémie du Covid-19 et des mesures législatives et administratives récemment adoptées pour limiter les rassemblements collectifs pour des motifs sanitaires, Icade a…

Publié le 02/04/2020

Compte tenu des appels du gouvernement français intervenus la semaine dernière, et soucieux d’adopter une attitude responsable, le Conseil d’Administration d’Icade, réuni le 1er avril 2020, a…