En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 068.85 PTS
-
5 068.00
-0.01 %
SBF 120 PTS
4 054.92
+0.00 %
DAX PTS
11 412.53
-
Dowjones PTS
25 080.50
-0.81 %
6 769.87
+0.00 %
1.134
+0.23 %

Wall Street : plombé par les tensions commerciales et politiques

| Boursier | 280 | Aucun vote sur cette news

Le DJIA perd 0,62% à 24.934 pts, Nasdaq recule de 0,24% à 7.728 pts, et le S&P500 rend 0,39% à 2.769 pts...

Wall Street : plombé par les tensions commerciales et politiques
Credits Reuters

Wall Street reste dans le rouge ce lundi soir à trois heures de la clôture. La surenchère des mesures protectionnistes entre États-Unis et Chine pèse particulièrement sur les marchés, d'autant que la situation est également tendue entre les USA et leurs autres partenaires. Les opérateurs suivent par aillerus la dégradation de la situation politique en Europe concernant les questions migratoires, notamment en Allemagne alors que l'aile droite de la coalition gouvernementale du pays exige davantage de fermeté. Le DJIA perd 0,62% à 24.934 pts, Nasdaq recule de 0,24% à 7.728 pts, et le S&P500 rend 0,39% à 2.769 pts.

"Le peuple allemand se dresse contre son gouvernement alors que l'immigration bouscule une coalition déjà fragile à Berlin. La criminalité est en hausse en Allemagne", a affirmé Donald Trump sur Twitter, réagissant à la crise politique qui secoue le pays européen actuellement.

La Maison Blanche a confirmé vendredi, par un communiqué officiel du président Donald Trump, les mesures concernant le commerce avec la Chine. Au regard des pratiques commerciales de la Chine, jugées déloyales par Donald Trump, les Etats-Unis appliqueront "un droit de douane de 25% sur des marchandises chinoises de 50 milliards de dollars contenant des technologies d'importance industrielle. Cela comprend les biens liés au plan stratégique chinois 'Made in China 2025' visant à dominer les industries émergentes de haute technologie qui stimuleront la croissance économique future de la Chine, mais qui nuisent à la croissance économique des États-Unis et de nombreux autres pays", détaille le président américain.

Pékin a riposté en annonçant l'instauration de taxes du même montant, fragilisant les marchés financiers mondiaux. Dans le détail, Washington a précisé que sur les 50 Mds$ de produits chinois visés, ce sont dans un premier temps 34 Mds$ qui seront taxés à partir du 6 juillet. Le Bureau du représentant américain au commerce (USTR) a précisé dans un communiqué que le second lot de 16 Mds$ d'importations chinoises "sera soumis à un examen supplémentaire" qui comprendra une période de consultations et d'auditions publiques. La Chine a elle aussi prévu de procéder en deux temps, avec la taxation, dès le 6 juillet, de 34 Mds$ d'importations américaines, dont des produits agricoles et les automobiles, a indiqué l'agence officielle Chine Nouvelle (Xinhua).

Cette nouvelle étape intervient alors que les Etats-Unis ont mis en oeuvre leurs menaces de taxes de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, en provenance de Chine, mais aussi de l'Union européenne et du Canada. Ottawa et Bruxelles s'apprêtent désormais à riposter, face à Washington, en taxant à partir du mois prochain des milliards de dollars d'importations de produits américains...

L'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders -NAHB pour le mois de juin 2018 est ressorti largement inférieur aux attentes des économistes de la place, à 68 contre un consensus de 70. L'indicateur était annoncé à 70 un mois auparavant.

LES VALEURS

General Electric (-1%), attaqué du fait de ses engagements antérieurs en France, va supprimer 1.200 emplois en Suisse via GE Power, alors que le groupe envisageait auparavant 1.400 suppressions de postes locales (et 4.500 en Europe).

Amazon (stable) va créer plus d'un millier de postes en Irlande au cours des deux prochaines années, ce qui portera ses effectifs locaux à plus de 3.500 personnes. Ces créations d'emplois sont les plus importantes dévoilées cette année par une multinationale en Irlande, précise Reuters, citant l'agence irlandaise de promotion des investissements étrangers.

Tesla (+3%) maintient le cap. Elon Musk, patron du groupe, a signalé que le concepteur de véhicules électriques avait finalisé une nouvelle ligne d'assemblage dédiée au Model 3. Cela devrait permettre au groupe d'atteindre son objectif de production de 5.000 Model 3 par semaine d'ici la fin du trimestre. Le dirigeant de Tesla a également conseillé aux vendeurs à découvert de rapidement se racheter sous peine de voir "exploser" leurs positions.

Alphabet (+1%). Google va investir 550 M$ au sein de l'acteur chinois du e-commerce JD.com, poursuivant ainsi son offensive en Chine avec ce partenariat stratégique majeur. Initialement, l'accord permettra au groupe californien de proposer les produits JD.com sur sa plateforme Google Shopping mondiale. Les deux groupes devraient ensuite étendre ce partenariat.

Walt Disney (-1%) perd du terrain à Wall Street ce lundi, les opérateurs craignant une surenchère du groupe sur le dossier de la 21st Century Fox, après une proposition de 65 Mds$ en numéraire de Comcast la semaine dernière. Ainsi, CNBC précise que Disney pourrait rajouter du cash à son offre antérieure pour la reprise des actifs de la 21st Century Fox.

Oracle (stable) publiera demain, après la clôture de Wall Street, ses résultats du quatrième trimestre fiscal. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 0,94$, pour des revenus de 11,2 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 0,89$ et des revenus de 10,9 Mds$.

FedEx (stable) doit également publier demain ses résultats du quatrième trimestre fiscal. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 5,68$, pour des revenus de 17,2 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 4,25$ et des revenus de 15,7 Mds$. Lors de la publication des comptes du T3 fiscal, FedEx avait annoncé viser, sur l'exercice, un bpa entre 17,90 et 18,30$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/11/2018

Information financiÈre du troisiÈme trimestre 2018   Accélération de la stratégie pour transformer Innate Pharma en une société de biotechnologie intégrée dédiée…

Publié le 15/11/2018

                                                       Courtaboeuf, le 15 novembre 2018   RESULTATS DU 1ER SEMESTRE…

Publié le 14/11/2018

L'accord s'accompagne d'un nouveau partenariat élargi entre TF1 et Dailymotion...

Publié le 14/11/2018

Cette opération sera soumise à l'approbation des actionnaires d'Enova Santé dans les prochains jours...

Publié le 14/11/2018

Nextedia a doublé sa taille en 2017...