Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 650.91 PTS
+0.19 %
6 654.00
+0.38 %
SBF 120 PTS
5 212.26
+0.2 %
DAX PTS
15 573.88
+0.27 %
Dow Jones PTS
34 869.37
+0.21 %
15 204.82
-0.81 %
1.169
-0.02 %

Wall Street plombé par les craintes de ralentissement économique

| Boursier | 530 | Aucun vote sur cette news

Wall Street perd du terrain avant bourse ce mardi, le DJIA rendant 0,5% et le S&P 500 0,4%, contre un repli de 0,3% sur le Nasdaq...

Wall Street plombé par les craintes de ralentissement économique
Credits Reuters

Wall Street perd du terrain avant bourse ce mardi, le DJIA rendant 0,5% et le S&P 500 0,4%, contre un repli de 0,3% sur le Nasdaq. Le baril de brut WTI fléchit de 0,5% à 66,7$, alors que le Brent de la mer du Nord recule dans des proportions comparables. L'once d'or avance de 0,1% à 1.795$. L'indice dollar gagne 0,2% face à un panier de devises. Le bitcoin régresse de 1% à 46.785$.

Après l'indice manufacturier Empire State et l'indice de confiance de l'Université du Michigan plus tôt dans la semaine, les chiffres américains de la consommation annoncés ce jour déçoivent à leur tour. Ainsi, les ventes de détail du mois de juillet 2021 sont ressorties en retrait de 1,1% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de marché de -0,2% et une lecture révisée à +0,7% un mois auparavant. Les ventes considérées hors automobile ont baissé de 0,4%, contre +0,2% de consensus de marché et +1,6% en juin. Hors automobile et essence, enfin, la consommation a régressé de 0,7%, après une hausse de 1,3% sur le mois antérieur.

Les marchés demeurent prudents, face aux risques sanitaires et au potentiel ralentissement de croissance, après des statistiques décevantes en Chine (production et ventes de détail) et aux USA. Dans le même temps, des responsables de la Fed insistent sur la nécessité de lancer prochainement le 'tapering', réduction des achats d'actifs obligataires de la Fed actuellement logés à 120 milliards de dollars. D'autres demandent que la banque revoit son objectif d'inflation le temps que le marché du travail s'améliore un peu plus encore.

Eric Rosengren, qui dirige la Fed de Boston, a indiqué dans une interview au Wall Street Journal que la banque avait atteint son objectif sur l'inflation et était sur le point de le faire concernant le marché de l'emploi. Une annonce formelle du 'tapering' pourrait intervenir en novembre ou décembre, avant un allègement du soutien en fin d'année ou début 2022. Rosengren voit une fin du 'tapering' mi-2022.

Jerome Powell, président de la digne institution monétaire américaine, ainsi que Neel Kashkari, président de la Fed de Minneapolis, prendront la parole ce mardi.

Les chiffres de la production industrielle américaine du mois de juillet seront quant à eux révélés à 15h15 par la Fed (consensus +0,5% en comparaison du mois antérieur ; +0,4% pour la production manufacturière ; 75,7% de taux d'utilisation des capacités).

Les stocks et ventes des entreprises américaines pour le mois de juin seront annoncés à 16 heures (consensus +0,8% pour les stocks en comparaison du mois précédent).

L'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders pour le mois d'août sera lui aussi communiqué à 16 heures (consensus 80).

Ailleurs dans le monde, les chiffres japonais de l'industrie tertiaire ont agréablement surpris, avec une croissance supérieure aux attentes. Le taux de chômage britannique a quant à lui régressé à 4,7% en juin. La croissance de la zone euro au deuxième trimestre a été confirmée à 2% par Eurostat. Un net rebond par rapport au repli de l'activité de 0,3% observé au cours des trois premiers mois de 2021. En glissement annuel, le PIB, corrigé des variations saisonnières, affiche un gain de 13,6% contre +13,7% annoncé précédemment.

En Chine, la faiblesse récente des statistiques économiques pourrait inciter les autorités à assouplir la politique monétaire. Des mesures sont par ailleurs étudiées pour stimuler localement l'investissement.

Concernant la crise sanitaire, Pfizer et son partenaire Allemand BioNTech ont soumis à la FDA des données initiales de leur vaccin contre le Covid-19 en vue d'une autorisation pour une troisième dose 'booster' de rappel. Les deux partenaires ont donc soumis à l'autorité américaine de régulation ces données initiales d'une étude à un stade précoce, afin d'obtenir l'autorisation pour une dose de rappel. Les données soulignent une protection favorable... Pendant ce temps, aux États-Unis, le nombre des décès dans les Etats aux faibles taux de vaccination s'affichent au plus haut, avec un nombre record d'enfants hospitalisés.

L'idée d'une troisième injection fait son chemin, au-delà des Américains immunodéprimés pour qui la dose 'booster' a déjà été autorisée sans attendre par la FDA. Cette dernière a modifié il y a quelques jours les autorisations d'utilisation d'urgence (EUA) pour le vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19 (Comirnaty) et celui de Moderna (ARNm-1273), pour permettre l'utilisation d'une dose supplémentaire chez certains individus immunodéprimés, en particulier, les receveurs d'une greffe d'organe solide ou ceux diagnostiqués comme ayant un niveau équivalent d'immunodépression.

Selon le New York Times, qui cite des responsables de l'administration familiers des discussions, une recommandation en faveur d'injections 'booster' contre le coronavirus pourrait être annoncée cette semaine. Les troisièmes doses pourraient être ainsi proposées mi-septembre, du moins si la FDA l'autorise. Le NYT explique que l'administration Biden souhaite que les personnes ayant reçu les vaccins Pfizer / BioNTech et Moderna puissent recevoir une troisième dose huit mois après la deuxième. Les sources du NYT ajoutent qu'une dose additionnelle pourrait aussi être recommandée pour le vaccin à dose unique de Johnson & Johnson, sous réserve des résultats d'une étude actuellement menée par J&J sur deux doses. L'administration américaine juge que les doses de rappels devraient être les mêmes que pour le vaccin initial.

Le Japon va pour sa part étendre l'état d'urgence face à la flambée des infections. La Thaïlande prolonge son confinement, tandis que la Corée du Sud considère de nouvelles mesures pour contenir la propagation. La situation demeure par ailleurs compliquée en Australie ainsi qu'en Nouvelle-Zélande.

L'actualité géopolitique demeure marquée par la reprise de l'Afghanistan par les talibans, mais cela n'a pas d'impact prononcé sur les marchés financiers. Joe Biden, vivement critiqué sur la question, a confirmé son point de vue hier tout en admettant que l'offensive était intervenue plus rapidement que prévu. La Chine entend quant à elle saisir des opportunités économiques dans le pays.

Dans l'actualité des entreprises cotées à Wall Street, les publications se font nettement plus rares. Quelques gros morceaux sont toutefois à suivre ce mardi, avec avant bourse les détaillants Walmart et Home Depot, et après la clôture Agilent ou Cree.

Les valeurs

Walmart, le leader de la grande distribution, a publié pour son second trimestre fiscal 2022, clos fin juillet 2021, des ventes US à comparable en progression de 5,2% hors essence, contre 3,7% de consensus. Contrairement à Home Depot, qui publiait plus tôt ce jour, Walmart dépasse donc les attentes sur le marché domestique. Le distributeur table désormais, pour l'exercice 2022, sur une progression à comparable allant de 5 à 6% aux États-Unis, alors qu'il n'envisageait auparavant qu'une expansion de 1-4%. Le bénéfice par action pour l'exercice est anticipé entre 6,20 et 6,25$. Les ventes de e-commerce sont attendues à 75 milliards de dollars d'ici à la fin de l'année.

Les revenus totaux du trimestre écoulé ont progressé de 2,4% à 141 milliards de dollars, contre 137 milliards de consensus. Le bénéfice opérationnel trimestriel s'est apprécié de 21% à 7,35 milliards. Le bénéfice ajusté par action a représenté 1,78$, contre 1,56$ de consensus. Dans le e-commerce, l'activité a progressé de 6% au second trimestre, après un bond de 97% sur la période correspondante de l'an dernier, avec l'effet confinement.

Rappelons que le groupe de l'Arkansas avait précédemment fait jaser ces derniers jours, suite à une offre d'emploi pour le recrutement d'un spécialiste des 'devises digitales et cryptomonnaies'. L'offre publiée sur le site du groupe stipule donc que le responsable en question sera chargé du développement d'une stratégie et d'une feuille de route concernant les actifs digitaux. Le poste est basé à Bentonville, où siège le groupe. L'expert sera également en charge de l'identification des investissements liés au cryptomonnaies et des partenariats. Walmart cherche un spécialiste disposant idéalement de plus de 10 ans d'expérience dans le management produit et dans l'écosystème des 'cryptos' et des technologies en général.

Home Depot. Le géant américain de la distribution de produits d'ameublement et d'équipement de la maison a publié, pour son deuxième trimestre fiscal, des comptes marqués par une performance décevante sur le marché domestique. Ainsi, après une flambée de la demande au coeur de la crise sanitaire, le groupe affiche une croissance US à comparable inférieure au consensus sur le trimestre clos. La progression de l'activité domestique à comparable n'a été que de 3,4% sur ce trimestre clos début août, au plus bas de deux ans, après une progression de 25% sur la période comparable de l'an dernier. Le consensus de marché était d'environ 5% de croissance sur le trimestre clos. Pour la période close, la fréquentation US à comparable a même reculé de près de 6%, mais le prix moyen dépensé par visite a grimpé de 11%.

Le groupe a délivré dans le monde une croissance de 8,1% des ventes globales à 41,1 milliards de dollars, tandis que le consensus se situait à 40,8 milliards. Le bénéfice net trimestriel s'est amélioré de 11% à 4,8 milliards de dollars, soit 4,53$ par action, contre 4,44$ de consensus. Notons que les ventes trimestrielles du groupe ont tout de même dépassé les 40 milliards de dollars pour la première fois de son histoire. Sur ce deuxième trimestre fiscal décalé de l'exercice 2022, la croissance mondiale à comparable s'établit à 4,5%, contre 5,6% de consensus.

Roblox souffre à Wall Street ce jour, alors que le groupe a fait état de revenus inférieurs aux attentes de marché. Il avait précédemment bénéficié d'un très fort effet 'confinement', mais l'activité a depuis ralenti avec la levée des mesures restrictives. L'éditeur de jeux vidéo destinés surtout aux enfants a affiché un niveau de 'bookings' sur le second trimestre en croissance à 665 millions de dollars, contre 683 millions de consensus. Le groupe californien de San Mateo a vu son nombre d'utilisateurs actifs quotidiens progresser de 8% en juillet, en comparaison du mois antérieur, à 46,6 millions.

Berkshire Hathaway, la firme d'investissement de Warren Buffett, a publié quelques ajustements au sein de ses portefeuilles. La position sur le groupe biotechnologique Biogen a été cédée. Les participations sur les valeurs General Motors, Merck, Bristol-Myers et AbbVie ont été réduites...

General Motors a par ailleurs annoncé qu'il allait remplacer les modules de batterie de certains véhicules électriques Chevrolet Bolt à la suite d'un rappel le mois dernier du fait du risque d'incendie.

Alibaba, Baidu, Sohu et les autres groupes chinois cotés à Wall Street devraient corriger ce mardi, alors que l'Administration d'État pour la régulation des marchés a publié en Chine un projet de réglementation du secteur des entreprises Internet qui vise à empêcher la concurrence déloyale et encadrer l'usage des données d' utilisateurs. Tencent Music Entertainment a publié de son côté des profits trimestriels supérieurs aux attentes, avec la reprise des activités publicitaires et la croissance des abonnements de streaming musical.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/09/2021

A compter du 1er janvier 2022, Pascal Bantegnie est nommé Directeur Financier Groupe et membre du Comex de Safran, également en charge des fusions &...

Publié le 27/09/2021

La stratégie "Ancrage 2023" poursuit son développement et les comptes 2021 du Groupe Bernard Loiseau permettront d'en mesurer les premiers effets...

Publié le 27/09/2021

L'ANR d'ADC SIIC ressort à 0,3634 euro...

Publié le 27/09/2021

Colas a réduit les moyens affectés au contrat de liquidité de 650 kE...

Publié le 27/09/2021

Cette obligation verte financera le portefeuille énergétique existant du groupe, actuellement composé de projets de gaz de mine et de projets solaires dans le Nord de la France et en Wallonie...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne