En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 023.48 PTS
+0.21 %
6 017.00
+0.17 %
SBF 120 PTS
4 742.93
+0.12 %
DAX PTS
13 478.15
-0.28 %
Dow Jones PTS
29 186.27
-0.03 %
9 188.57
+0. %
1.109
-0.03 %

Wall Street : petit coup de mou avant la fin de l'année

| Boursier | 568 | Aucun vote sur cette news

Après les multiples records des dernières semaines, la Bourse de New York subit quelques prises de bénéfices lundi, avant-dernière séance de 2019.

Wall Street : petit coup de mou avant la fin de l'année
Credits Reuters

La Bourse de New York subit quelques prises de bénéfices lundi, après ses records de la semaine passée. Les volumes d'échange sont légers pour cette avant-dernière séance de l'année boursière, qui sera la meilleure année depuis 2013.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones cède 0,47% à 28.510 points, tandis que l'indice large S&P 500 fléchit de 0,46% à 3.225 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, lâche 0,51% à 8.960 pts, retombant sous le seuil des 9.000 points franchis la semaine dernière.

Depuis le début de l'année, les indices ont bondi respectivement de 22,2% pour le DJIA, de 28,7% pour le S&P 500 et de 35% pour le Nasdaq.

Dans un volume inférieur de 30% à la moyenne des 100 dernières séances, les gérants présents s'affairent aux opérations d'habillage de portefeuille en fin d'année, en vue de sécuriser les bénéfices engrangés au 4e trimestre, mais aussi de céder certaines lignes affichant des moins-values.

Une délégation chinoise de haut niveau à Washington cette semaine

Les marchés financiers ont été propulsés à des niveaux records ces dernières semaines par l'annonce, le 13 décembre dernier, d'un accord commercial partiel entre les Etats-Unis et la Chine. Bien que les détails de l'accord ne soient pas encore connus, l'heure est à la détente entre Washington et Pékin, après 18 mois de guerre commerciale, qui a vu monter les barrières douanières entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales.

L'accord de Phase 1, qui prévoit le démantèlement partiel de ces droits de douane, devrait être signé officiellement début janvier, selon des sources concordantes. Ainsi, le quotidien chinois South China Morning Post a indiqué lundi que le vice-Premier ministre chinois Liu He se rendrait cette semaine à Washington afin de signer l'accord. Il reste donc incertain à ce stade que le texte soit signé au plus haut niveau par les présidents Donald Trump et Xi Jinping.

"Washington a envoyé une invitation et Pékin y a répondu favorablement", selon une source citée par le quotidien anglophone. La délégation chinoise devrait séjourner plusieurs jours aux Etats-Unis précise le South China Morning Post.

Le dollar pique du nez en fin d'année

Sur le marché des changes, le dollar a poursuivi son repli face aux principales devises mondiales. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 grandes devises, cède lundi 0,23% à 96,10 points, tandis que l'euro grimpe de 0,33% à 1,1212$, semblant bénéficier d'anticipations de reprise de l'économie européenne en 2020. Sur les marchés obligataires américains, les taux se tendent légèrement, le rendement du T-Bond à 10 ans évoluant à 1,90% (+2 points de base). En Europe, le rendement du Bund à 10 ans a rebondi de 7 pdb à -0,19%

Outre les espoirs d'accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine, les marchés d'actions américains ont profité en deuxième partie de 2019 d'un changement de politique monétaire de la Réserve fédérale, qui a abaissé trois fois ses taux directeurs à partir de juillet, afin de soutenir l'économie aux prises avec les risques liés notamment au commerce, et au ralentissement conjoncturel mondial. En décembre, la Fed a signalé qu'elle ferait désormais une pause monétaire, et a laissé entendre qu'elle ne relèverait sans doute pas ses taux l'an prochain.

Ces gestes de la Fed ont contribué à rétablir la confiance dans les marchés d'actions, dans un contexte où l'économie américaine reste solide bien que ralentie, de même que les résultats des entreprises américaines, qui ont mieux résisté que prévu sur les 3 premiers trimestres de 2019, même s'ils sont en léger recul par rapport à l'an dernier.

Le pétrole au plus haut depuis 3 mois, l'or se défend bien

Le pétrole évolue en ordre dispersé lundi même s'il reste au plus haut depuis 3 mois. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) cède 0,16% à 61,62$ sur le Nymex (contrat à terme de février), tandis que le Brent de la mer du Nord gagné 0,45% à 68,47$ pour le contrat à terme de février. Lundi, l'Iran a affirmé avoir saisi un pétrolier dans le détroit d'Ormuz, accusé de transporter 1,3 million de litres de fuel de contrebande. On ignore sous quel pavillon le navire circulait. L'agence officielle iranienne IRNA a indiqué que Téhéran a arrêté les 16 membres d'équipage du vaisseau, tous de nationalité malaisienne.

Depuis le début de l'année, le cours du pétrole WTI a bondi de plus de 36% et le Brent a grimpé de plus de 26%, tous deux soutenus par la perspective d'un cessez-le-feu commercial entre les Etats-Unis et la Chine, et par l'accord Opep+ de limitation de la production, qui vient d'être renouvelé jusqu'à la fin mars 2020. Cependant, le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak a jeté un froid vendredi en estimant que l'Opep et ses alliés devraient envisager de mettre fin l'an prochain à ces baisses de production.

L'or est presque stable lundi à 1.518,30$ l'once, pour le contrat à terme de février, et affiche une progression à plus de 18% depuis le début de l'année. Le métal jaune a profité notamment de la faiblesse des perspectives inflationnistes dans le monde. La baisse des taux d'intérêt (souvent en terrain négatif) a également rendu l'or plus attractif, bien qu'il n'offre aucun rendement.

La fin de l'année est pauvre en publications macro-économiques aux Etats-Unis. Ce lundi, ont été publiées les promesses de vente immobilières en novembre, qui ont dépassé les attentes, avec une progression d'1,2% sur un mois. Les économistes tablaient sur une hausse de 1% après un recul de 1,3% en octobre (chiffre révisé par rapport à -1,7%).

Dans l'agenda "macro" de la semaine, il faudra surveiller mardi l'indice officiel PMI manufacturier de la Chine en décembre, qui sera suivi jeudi par l'indice manufacturier calculé par l'institut Caixin. Vendredi, les marchés prendront connaissance de l'indice ISM manufacturier pour les Etats-Unis en décembre. Cet indice est attendu en contraction pour le 5e mois consécutif par le consensus.

VALEURS A SUIVRE

Tesla redonne 3,4% à 415$, alors que le constructeur a commencé la livraison de la 'Model 3' produite dans son usine de Shanghai, moins d'un an après la construction de cette première "Gigafactory" à l'étranger. Le groupe entend augmenter les cadences des livraisons à partir du mois prochain...
Le géant californien envisage à cette occasion de baisser ses prix de l'ordre de 20% sur les modèles qui sortiront de cette nouvelle usine de Shanghai à destination du marché chinois.
Le groupe d'Elon Musk entendrait ainsi attirer plus d'acheteurs potentiels. Le prix local de sa Model 3 devait débuter à 355.800 yuans, soit un peu plus de 50.800$. Tesla rendrait cette baisse de prix possible en sourçant les composants localement et en augmentant les cadences.
Par ailleurs, le concurrent chinois de Tesla, NIO, grimpe après l'annonce d'un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes grâce à une demande en hausse.

Amazon.com (-1,3%) sur des prises de bénéfices qui font aussi reculer les autres valeurs technologiques comme IBM (-1,6%), Microsoft (-0,6%) ou Intel (-0,7%). En revanche, Apple gagne encore 0,77% évoluant à ses plus haut niveaux historiques.

Merck & Co (-0,8%) reste proche de ses sommets depuis 2001, alors que le groupe américain et le laboratoire britannique AstraZeneca ont annoncé ce lundi que le Lynparza, développé en commun, avait obtenu le feu vert de l'autorité américaine du médicament (FDA) pour le traitement du cancer du pancréas chez des patients porteurs d'une mutation génétique.
Le géant pharmaceutique américain évolue désormais au plus haut en bourse de New York depuis 2001, sur les 91$, dopé par les dernières annonces, ainsi que par l'accord bouclé récemment avec ArQule Inc en vue de son acquisition pour un montant de 2,7 milliards de dollars en numéraire. La finalisation du rachat de cette firme biotechnologique est attendue durant le premier trimestre 2020, plutôt en début de période...
Le 'deal' en question doit 'booster' le portefeuille de Merck dans le domaine de l'oncologie. Le principal traitement potentiel d'ArQule est l'ARQ 531, inhibiteur BTK en phase 2 pour le traitement de cellules B malignes.

Johnson & Johnson (-0,4%). Le régulateur chinois a annoncé vendredi avoir approuvé l'importation de Tremfya, un traitement du psoriasis développé par le laboratoire américain...

Maxar Technologies (+18,8%) Le groupe spécialisé dans l'imagerie par satellite s'envole après l'annonce de la vente de son activité de robotique spatiale à un consortium emmené par Northern Private Capital pour 1 milliard de dollars canadiens (683 ME) dans le but d'alléger son endettement.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2020

BIC constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Put P045S émis par SOCIETE…

Publié le 23/01/2020

Nouveaux achats en vue...

Publié le 23/01/2020

Le CA d'Alpha MOS a annoncé la nomination de Pierre Sbabo en tant que DG du groupe à compter du 15 janvier 2020...

Publié le 23/01/2020

Dans un contexte où les investisseurs sont de plus en plus sensibles aux enjeux environnementaux et sociaux et souhaitent donner du sens à leur...

Publié le 23/01/2020

Sofia Merlo, actuellement co-CEO de BNP Paribas Wealth Management, rejoindra la fonction Ressources Humaines du groupe à compter de mai 2020 et ira à la rencontre des équipes des différentes…