Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 765.17 PTS
-0.16 %
6 745.5
-0.33 %
SBF 120 PTS
5 259.38
-0.31 %
DAX PTS
15 209.67
-0.47 %
Dow Jones PTS
35 135.94
+0. %
16 399.24
+0. %
1.136
+0.67 %

Wall Street : nouveaux records, le plan infrastructures salué

| Boursier | 553 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York entame la semaine sur de nouveaux records, saluant l'adoption pendant le week-end du plan de rénovation des infrastructures du président Joe Biden.

Wall Street : nouveaux records, le plan infrastructures salué
Credits Reuters

La Bourse de New York entame la semaine sur de nouveaux records lundi, saluant l'adoption à la veille du week-end du plan de rénovation des infrastructures du président Joe Biden, qui devrait contribuer à soutenir l'activité et l'emploi dans les prochaines années aux Etats-Unis. Parmi les valeurs qui profitent de l'adoption de ce plan figurent le sidérurgiste U.S. Steel (+2,2%), le fabricant d'engins de chantier et miniers Caterpillar (+3,6%) ou encore la société de recharge de batteries de véhicules électriques ChargePoint (+13%). Le pétrole WTI progresse de 0,6% et les taux d'intérêts se tendent après avoir baissé en fin de semaine dernière.

A deux heures de la clôture, le Dow Jones progresse de 0,16% à 36.385 points, tandis que l'indice large S&P 500 prend 0,11% à 4.702 pts, et le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, avance de 0,26% à 16.012 pts.

Plus tôt dans la journée, le Nikkei a cédé 0,35% à Tokyo, tandis qu'en Europe, l'EuroStoxx 50 a cédé 0,2%, mais à Paris, le CAC 40 a gagné 0,1%, signant un nouveau record.

Parmi les valeurs en vue à Wall Street, Tesla corrige de 3% après l'annonce d'une cession à venir de 10% du capital détenu par son patron et fondateur Elon Musk. Ce dernier a demandé à ses followers sur Twitter de se prononcer sur ce projet de cession, et ils ont majoritairement voté en sa faveur.

Un coup de pouce aux infrastructures US, en attendant le programme social de Biden

Après des mois de tractations, le Congrès américain a donc adopté, vendredi soir, le plan de Joe Biden de 1.200 milliards de dollars pour moderniser les routes, ponts ou encore l'internet à haut débit. Le vote du volet écologique et social (d'un montant encore plus ambitieux, de l'ordre de 1.750 Mds$) lui aussi porté par le président Joe Biden, a en revanche été reporté, faute de pouvoir recueillir une majorité à ce stade au sein du Parti démocrate, très divisé entre son aile gauche et le camp modéré.

Confronté à une baisse de popularité à un an des élections parlementaires de mi-mandat, le président démocrate a assuré que le programme social serait bien voté par la Chambre dans la semaine du 15 novembre au plus tard, avant que le Sénat ne s'en saisisse.

Ce texte prévoit notamment l'école maternelle pour tous, une nette amélioration de la couverture maladie et des investissements significatifs pour réduire les émissions de CO2.

Matériaux de construction et engins de chantier très recherchés

Selon les économistes, le plan infrastructures adopté vendredi soir devrait avoir un impact légèrement positif sur la croissance américaine, sans exacerber les pressions inflationnistes. Parmi les valeurs qui profiteront de ce plan figurent le sidérurgiste U.S. Steel (+2,2%), le fabricant d'engins de chantier et miniers Caterpillar (+3,6%), les entreprises de matériaux de construction Martin Marietta Materials (+3%), Vulcan Materials (+3,6%), Eagle Materials (+3,5%) et Summit Materials (+6,8%), ou encore le fournisseur de modulaires préfabriqués de chantier WillScot Mobile Mini (+2%).

L'entreprise de BTP Fluor Corporation (+0,4%) ou encore le réseau de recharge de batteries de véhicules électriques ChargePoint (+13%) pourraient aussi profiter de ce plan.

En l'absence de statistiques américaines ce lundi, les investisseur continuent de surveiller les résultats d'entreprises, ainsi que les déclarations des responsables de la Réserve fédérale après les annonces de "tapering" de la semaine passée et les chiffres de l'emploi meilleurs que prévu en octobre, publiés vendredi.

Une hausse de près de 40% des profits du S&P 500 au 3e trimestre

Du côté des entreprises, la saison des résultats tire à sa fin, avec quelques grands groupes encore attendus cette semaine, comme PayPal Holdings (lundi), Stellantis et Walt Disney mercredi et Applied Materials (jeudi). A ce jour, 89% des compagnies du S&P 500 ont déjà publié leurs comptes du troisième trimestre et 81% d'entre elles ont fait mieux que prévu en termes de profits.

Les bénéfices combinés du S&P 500 ont grimpé de 39,1% par rapport à la même période de 2020, alors que les marchés s'attendaient à une hausse de 27,4% le 30 septembre, avant la vague de publications.

Du côté de la Fed, le vice-président Richard Clarida a réaffirmé lundi que l'amélioration des conditions économiques devrait amener à un relèvement du taux des Fed Funds d'ici à la fin 2022, tout en reconnaissant qu'une prolongation de la phase actuelle d'accélération des prix pourrait devenir un problème. Fidèle à sa ligne plutôt modérée, Clarida n'a cependant pas exclu une répétition en 2022 de l'accélération observée depuis le printemps dernier, en reconnaissant qu'une telle occurrence "ne serait pas un succès politique".

Si l'inflation ralentit et que le chômage recule comme il l'anticipe, les "conditions nécessaires pour relever (...) les taux directeurs seront atteintes d'ici la fin de l'année 2022", a encore indiqué M. Clarida, lors d'une conversation en ligne organisée par la Brookings Institution. Il a souligné que l'institution est encore "loin d'envisager une hausse des taux d'intérêt".

Sur le marché pétrolier, les cours débutent la semaine en hausse, le baril de WTI gagnant 0,65% à 81,80$ (contrat à terme de décembre sur le Nymex), tandis que le Brent avance de 0,8% à 83,42$ (contrat de janvier).

Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond à 10 ans se tend lundi soir de 4 points de base pour remonter à 1,49%. Du côté des devises, l'indice du dollar perd 0,25% face à un panier de devises, à 94,08 pts, tandis que l'euro gagnait 0,2% à 1,1588$.

L'or progresse de 0,5% à 1.825,50$ l'once pour le contrat à terme de décembre sur le Comex. Le bitcoin grimpe de 4,7% sur 24h, autour de 65.835$ sur le site Coindesk, non loin de ses records à près de 67.000$ ce week-end.

VALEURS A SUIVRE

Tesla (-3%). Elon Musk a soumis durant le week-end un sondage peu commun. Il s'agissait pour les utilisateurs du réseau social média Twitter de répondre à la question du charismatique CEO, qui demandait si ses followers acceptaient qu'il cède 10% de ses actions Tesla. En plein débat sur la taxe sur les milliardaires, Musk, qui s'est rebaptisé 'Lorde Edge' sur Twitter, a donc demandé à ses 62,8 millions de followers si oui ou non, il pouvait vendre ce bloc d'actions. Selon les résultats finaux de ce sondage, auquel ont répondu 3,52 millions de personnes, 57,9% des internautes sont favorables à la cession, alors que 42,1% sont contre.

"Ces derniers temps, on a beaucoup parlé des plus-values latentes comme moyen d'évasion fiscale, donc je propose de vendre 10% de mes actions Tesla", avait tweeté le 6 novembre l'homme le plus riche de la planète et de tous les temps. "Je respecterai les résultats de ce sondage, quel qu'en soit le sens", avait ajouté le dirigeant. Suite au vote, Musk a assuré qu'il était bien prêt à accepter le résultat quel qu'il soit.

Le leader de Tesla et SpaceX, qui ne paie quasiment pas d'impôt sur les revenus, affiche une fortune estimée de plus de 318 milliards de dollars selon la dernière mise à jour de Forbes. Il détient en particulier 23% du capital de Tesla en tenant compte des stock options, mais a engagé plus de la moitié de cette participation en tant que collatéral pour des emprunts. Forbes en a tenu compte dans son évaluation de la "valeur nette" du milliardaire. Tesla valait environ 1.210 milliards de dollars à Wall Street sur la base des cours de clôture de vendredi. SpaceX, la compagnie spatiale de Musk, est quant à elle valorisée très prudemment environ 74 milliards de dollars, suite au dernier tour de table de février 2021.

"Notez que je ne prends pas de salaire en espèces ou de bonus de n'importe où. Je n'ai que des actions, donc la seule façon pour moi de payer des impôts personnellement est de vendre des actions", a justifié Musk sur Twitter. Aux cours actuels, la vente de 10% de sa participation dans Tesla rapporterait à Musk près de 28 milliards de dollars. Néanmoins, son annonce pourrait bien peser significativement sur les cours ce jour. Il est donc possible que ce bloc soit cédé à un cours inférieur. Quoi qu'il en soit, l'homme d'affaires empochera plus de 20 milliards dans cette opération, avant imposition. En revanche, la valorisation de Tesla et donc des plus de 20% du capital qu'il possèdera encore risque d'évoluer fortement aujourd'hui.

Coty (+12%), le concepteur américain de cosmétiques, a relevé ce lundi ses prévisions de ventes annuelles en base organique, avec la reprise du commerce de détail, les acheteurs d'Asie et d'Europe ayant dopé les ventes de ses maquillages et parfums. Le chiffre d'affaires net trimestriel a augmenté de 35% sur le segment prestige pour atteindre 870,7 millions de dollars. Pour ce premier trimestre fiscal juste clos, se terminant fin septembre, le bénéfice net a représenté 103 millions de dollars et 13 cents par titre, contre 201 millions un an avant. Hors éléments, le groupe a dégagé un bpa ajusté positif de 8 cents, contre 3 cents de consensus FactSet. Les revenus totaux ont grimpé de 22% à 1,37 milliard, en ligne avec les attentes. Pour l'exercice 2022, le groupe table désormais sur une croissance organique de 10% à 15%. Coty a aussi annoncé un accord de cession d'une participation de 4,7% au capital de Wella à KKR, deal évalué à environ 216 millions de dollars.

Pfizer (+0,11%) entend soumettre les données concernant sa très efficace pilule Covid-19 à la Food & Drug Administration (FDA) américaine d'ici le 25 novembre, relate Bloomberg, qui cite Albert Bourla, CEO du laboratoire américain. Cette demande pourrait ouvrir la voie à une autorisation d'utilisation d'urgence de la pilule. Le titre Pfizer avait flambé de 10,9% vendredi soir à 48,6$ environ à l'annonce des résultats d'essai de ce traitement antiviral expérimental contre le covid, alors que celui-ci aurait démontré une réduction de 89% les risques d'hospitalisation ou de décès chez les personnes susceptibles de développer des formes graves de la maladie. Pfizer a fait savoir qu'il entendait transmettre des données provisoires à l'agence sanitaire américaine, la FDA, dans le cadre d'une demande d'utilisation en urgence effectuée en octobre. La gélule de Pfizer est administrée conjointement avec un ancien traitement antiviral appelé ritonavir... Bourla a demandé aux pays de sécuriser dès que possible des accords d'approvisionnement.

Regeneron (+1,6%). Le groupe a annoncé aujourd'hui d'autres résultats positifs d'un essai de phase 3 mené conjointement avec le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), qui a évalué l'utilisation d'une dose unique de REGEN-COV expérimental (1,2 mg administré via 4 injections sous-cutanées) pour prévenir le covid chez les individus non infectés. Le laboratoire américain indique que ces nouvelles analyses de phase 3 montrent qu'une dose unique de REGEN-COV offre une protection à long terme contre le Covid-19. Une dose sous-cutanée de 1,2 mg réduirait le risque d'infection de 81,6% sur la période de suivi pré-spécifiée (mois 2 à 8), assure le groupe à propos de son cocktail d'anticorps, qui maintiendrait donc le niveau de réduction du risque de 81,4% précédemment mesuré sur le mois 1.

Berkshire Hathaway (+0,4%), le groupe d'investissement de Warren Buffett, a dévoilé durant le week-end un profit trimestriel inférieur aux attentes de marché, du fait notamment des perturbations affectant les chaînes mondiales d'approvisionnement et des coûts liés au passage de l'ouragan Ida sur les USA, ainsi que des inondations en Europe qui ont plombé les activités d'assurance. Le groupe a affiché au troisième trimestre fiscal un bénéfice opérationnel en progression de 18% à 6,47 milliards de dollars, 4.331 dollars par action de catégorie A, contre 5,48 milliards un an plus tôt. Les analystes attendaient un bpa plus proche des 4.500$. Le bénéfice net a corrigé de 66% à 10,3 milliards de dollars, 6.882$ par action de classe A. Le groupe a procédé à certaines cessions gonflant sa trésorerie. Berkshire a bouclé le mois de septembre avec un niveau de trésorerie et équivalents de 149,2 milliards de dollars.

Boeing (-0,8%). Des membres actuels et passés du conseil d'administration de Boeing accusés d'avoir failli à leurs obligations sur la sécurité du 737 MAX ont conclu un accord avec des actionnaires de l'avionneur afin que ce dernier perçoive une indemnité de 237,5 M$.

American Airlines (+0,8%), United Air (+0,6%) ou Southwest (-1,7%) réagissent après l'annonce par les Etats-Unis de la levée des nombreuses restrictions frontalières imposées début 2020 dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Les ressortissants de 33 pays, dont la France, peuvent à nouveau voyager vers les Etats-Unis à condition d'être vaccinés.

Amazon (-0,3%). Rivian Automotive, dont le groupe de Jeff Bezos est actionnaire, a relevé sa fourchette indicative d'introduction, ce qui valorise désormais le constructeur de SUV électriques environ 65 milliards de dollars.

McAfee (+0,16%) confirme les récentes rumeurs. Le groupe de cybersécurité a annoncé son rachat par un consortium mené par le fonds Advent International dans le cadre d'une transaction d'une valeur equity de 12 milliards de dollars et d'une valeur d'entreprise de 14 milliards. Le groupement va acquérir l'ensemble des actions ordinaires McAfee en circulation pour 26 dollars l'unité, soit une prime de 2% environ sur les cours de clôture de vendredi à Wall Street. Il s'agit d'une opération en numéraire. La prime atteint près de 23% par rapport aux cours de jeudi soir, dernière séance avant que le Wall Street Journal ne fasse état des négociations. Le groupe avait été fondé en 1987 par l'inénarrable John McAfee. Il était alors l'un des précurseurs des logiciels antivirus.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2021

CODE OFFRE : FLASH21

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : FLASH21 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/11/2021

Ces batteries sont destinées aux véhicules électriques. Plus sûre que la technologie lithium-ion conventionnelle, la technologie FEST permet d'augmenter l'autonomie...

Publié le 30/11/2021

Merck a indiqué qu'il avait encore un rôle à jouer dans le traitement du Covid-19. La FDA a convoqué un comité consultatif pour examiner la pilule antivirale de la société, le molnupiravir.…

Publié le 30/11/2021

Au Etats-Unis, le ventes en ligne du Cyber Monday, une campagne promotionnelle en ligne le lundi suivant le Black Friday, devraient atteindre les 10,4 à 11,1 milliards de dollars. Selon les données…

Publié le 30/11/2021

Ce contrat marque la prochaine étape du projet de construction de Paks II, qui est l'une des pierres angulaires de la stratégie énergétique nationale de la Hongrie à l'horizon 2030...

Publié le 30/11/2021

Erytech Pharma est la star du jour sur la place parisienne...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne