En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 871.0
+1.27 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 024.09
+1.25 %
8 402.11
+1.13 %
1.105
-0.43 %

Wall Street ne sait que croire sur le commerce

| Boursier | 348 | Aucun vote sur cette news

Wall Street tente de se stabiliser, hésitant avant bourse ce jeudi au lendemain d'une séance de correction...

Wall Street ne sait que croire sur le commerce
Credits Reuters

Wall Street tente de se stabiliser, hésitant avant bourse ce jeudi au lendemain d'une séance de correction. La prudence prévaut, alors que les craintes relatives aux négociations commerciales pèsent sur les indices. S&P500, DJIA et Nasdaq sont attendus sans grande évolution. Sur le marché des changes, l'indice dollar fléchit de 0,1% à 97,8. Du côté des matières premières, le baril de brut WTI gagne 0,8% à 57,4$ sur le Nymex, alors que le Brent prend 0,5% à 62,7$.

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Philadelphie pour le mois de novembre 2019 est ressorti à +10,4, alors que le consensus des économistes de la place était de 7. L'indicateur était logé à 5,6 un mois plus tôt. L'indice de novembre signale donc une accélération de l'expansion de l'industrie manufacturière dans la région.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 16 novembre sont ressorties au nombre de 227.000 selon le Département américain au travail, contre 217.000 de consensus et 227.000 pour la lecture révisée de la semaine antérieure.

Les reventes de logements existants du mois d'octobre aux États-Unis seront publiées à 16 heures (consensus 5,48 millions d'unités, +1,9%). L'indice des indicateurs avancés du Conference Board pour le mois d'octobre 2019 sera révélé à la même heure (consensus -0,2% en comparaison du mois antérieur).

Les places boursières sont incertaines, minées par les tensions commerciales. Il faut dire que Donald Trump s'est permis, en marge de la visite d'une usine d'assemblage à Austin, Texas, avec le patron d'Apple Tim Cook, de tacler encore Pékin en affirmant que la Chine ne serait "pas à la hauteur" des négociations. Trump a adouci le ton vis-à-vis d'Apple et de Cook et envisage même d'exempter le colosse californien de Cupertino de tarifs douaniers sur les importations provenant de Chine. "Nous étudions la question", a ainsi glissé le président américain.

En revanche, Trump ne lâche rien en ce qui concerne les négociations sino-américaines. Il estime que s'il n'a pas encore conclu d'accord avec la Chine, c'est tout simplement qu'elle n'est pas à la hauteur. "Je ne pense pas qu'ils atteignent le niveau que je veux", a asséné Trump devant la presse à Austin. Le dirigeant américain a aussi insisté sur le fait que la Chine avait bien plus besoin d'un accord que les USA...

Le vice-Premier ministre chinois Liu He s'est pour sa part montré nettement plus diplomate hier mercredi. Il se dit ainsi "prudemment optimiste" à propos de la conclusion de l'accord commercial partiel de 'phase 1'. C'est du moins ce qu'il a indiqué à l'occasion d'un forum organisé par Bloomberg. Selon l'agence, Liu, se confiant à un participant au dîner organisé à Pékin, se serait dit toutefois "confus", devant les exigences américaines.

"La Chine désire un accord mais se prépare au scénario du pire, celui d'une guerre commerciale prolongée", a tweeté pour sa part le rédacteur en chef du Global Times, Hu Xijin. "Peu de Chinois pensent que la Chine et les USA puissent parvenir bientôt à un accord", a ajouté Hu.

Des spécialistes du dossier et des sources proches de la Maison blanche ont par ailleurs indiqué à Reuters que Washington et Pékin pourraient bien ne pas conclure cette fameuse 'phase 1' tant attendue de leur accord commercial avant l'année prochaine, du fait de la surenchère dans les négociations en cours. La conclusion des pourparlers est donc toujours aussi incertaine et paraît lointaine. Les tractations pourraient d'ailleurs se compliquer encore, selon Reuters, qui cite des sources contactées.

Trump et le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer jugent que la suppression des tarifs douaniers infligés à la Chine sans résolution des questions de propriété intellectuelle et de transfert de technologie ne constituerait pas un 'bon accord', précise encore Reuters.

L'échéance cruciale désormais est celle du 15 décembre. A cette date, plus de 150 milliards de dollars de marchandises importées de Chine doivent être surtaxées par les États-Unis. Les mesures seraient assez radicales juste avant les fêtes de fin d'année.

La situation à Hong Kong constitue par ailleurs un facteur particulièrement adverse au beau milieu de ces négociations commerciales. Le Congrès américain a adopté hier deux textes soutenant les manifestants actuelles à Hong Kong. Ce message sur la question des droits humains a été évidemment mal reçu par Pékin, compliquant un peu plus les relations entre les deux superpuissances. La loi doit être soumise à Trump pour promulgation...

Les valeurs

Fiat Chrysler a tenu à indiquer que les discussions avec le Français PSA se déroulaient bien, et que les accusations du géant automobile de Detroit General Motors contre FCA n'allaient pas ralentir le processus. Les négociations entre Fiat Chrysler Automobiles (FCA) et PSA sur le projet de fusion se poursuivent donc pour le mieux, si l'on en croit les commentaires du PDG du constructeur automobile italo-américain dans une lettre aux salariés dont a eu connaissance l'agence Reuters. Le dirigeant assure que le processus ne serait pas ralenti par les accusations de General Motors, qui a porté plainte hier mercredi aux Etats-Unis contre FCA... pour racket. GM accuse son concurrent de corruption, dans le cadre des négociations avec le syndicat industriel phare UAW.

Les pratiques dénoncées auraient permis à Fiat Chrysler d'obtenir aux USA des avantages injustifiés sur les salaires et les conditions de travail, estime GM. Fiat Chrysler se dit pour sa part très surpris de cette plainte, et a même accusé le groupe de Detroit de vouloir ainsi perturber son rapprochement avec le Français PSA. Bien évidemment, Fiat Chrysler juge ces accusations sans fondement.

Charles Schwab envisagerait de racheter TD Ameritrade pour un montant de 26 milliards de dollars, selon Fox Business, qui cite des personnes proches de la situation. Les deux titres flambent ainsi solidairement avant bourse à Wall Street. L'opération donnerait naissance à un colosse sectoriel aux actifs clients d'environ 5.000 milliards de dollars. CNBC confirme les discussions, l'accord devant être dévoilé ce jour.

L Brands. La maison-mère de Victoria's Secret est attendue en progression à Wall Street, après sa publication du troisième trimestre. Le profit ajusté et les revenus trimestriels sont ressortis conformes aux attentes de marché. La perte nette trimestrielle a représenté 252 millions de dollars soit 91 cents par titre, contre un déficit de 43 millions de dollars un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé à 2 cents, contre 16 cents un an avant. Les revenus se sont tassés à 2,68 milliards, alors que les ventes à comparable ont décliné de 2%. Sur la période cruciale du quatrième trimestre, le bpa est attendu à 2$, ce qui permettrait d'afficher un bpa ajusté annuel de 2,40$.

BJ's Wholesale dévisse avant bourse. Le groupe a battu le consensus de profit sur le trimestre clos, mais les ventes ressortent décevantes et le groupe abaisse dans le même temps sa guidance. Sur le troisième trimestre, le bénéfice net a représenté 55 millions et 40 cents par titre, contre 54 millions un an plus tôt. Le bpa ajusté a représenté 41 cents, contre 39 cents sur la période correspondante de l'an dernier et 40 cents de consensus. Les revenus sont restés assez stables à 3,23 milliards, contre 3,3 milliards de dollars de consensus. Pour 2019, BJ's table désormais sur des ventes d'environ 12,9 milliards, alors qu'il envisageait auparavant une fourchette de 12,9 à 13,2 milliards de dollars. le bpa est attendu entre 1,44 et 1,48$.

Macy's corrige avant bourse. La chaîne de magasins de Cincinnati a émis en effet un avertissement sur les revenus. Pour le trimestre clos, le bpa ajusté avait pourtant dépassé les attentes à 7 cents. Les ventes se sont tassées quant à elles à 5,17 milliards de dollars, contre 5,4 milliards un an avant. Les ventes à comparable ont baissé de 3,5%. Le groupe envisage maintenant des ventes annuelles en déclin de 2 à 2,5%, alors qu'il prévoyait auparavant des ventes stables. Le bpa ajusté annuel est attendu entre 2,57 et 2,77$, contre une guidance antérieure allant de 2,85 à 3,05$ par titre.

Apple gagne encore du terrain avant bourse, sa capitalisation boursière se rapprochant des 1.200 milliards de dollars ! En visite à Austin hier dans une usine d'assemblage du groupe à la pomme, Donald Trump a salué le travail de Tim Cook, CEO d'Apple. Le président américain n'a par ailleurs pas exclu d'exempter le groupe californien de Cupertino de droits de douane sur les produits importés de Chine.

Amgen, géant américain des biotechnologies, a rehaussé ce jeudi ses prévisions annuelles de revenus et de bénéfice, après avoir finalisé l'acquisition pour 13,4 milliards de dollars du traitement du psoriasis de Celgene, Otezla. Par ailleurs, Bristol-Myers Squibb a finalisé hier le rachat du groupe Celgene. Dans ce cadre, BMS avait accepté le désinvestissement de ce traitement. Amgen table désormais sur un bénéfice ajusté 2019 par action allant de 14,50 à 14,70$, contre une fourchette antérieure de 14,20-14,45$. Les revenus annuels sont désormais anticipés entre 23,1 et 23,3 milliards.

Tiffany gagne 4% en pré-séance dans l'espoir d'une offre améliorée du Français LVMH pour son acquisition. Selon Reuters, qui cite des sources proches de la question, LVMH aurait obtenu l'accès aux livres du joaillier new-yorkais en rehaussant le prix de son offre à 16 milliards de dollars. Tiffany avait précédemment indiqué, fin octobre, avoir reçu une offre non contraignante à 120$ par titre.

Intuit, leader américain des solutions de préparation fiscale et comptable aux produits TurboTax et QuickBooks, publie après la clôture de Wall Street ce soir ses derniers comptes trimestriels. Williams-Sonoma, groupe de distribution de meubles, fournitures de cuisine et accessoires pour l'habitat, annonce également ce soir après bourse. Le détaillant californien en vêtements Gap sera aussi de la partie ce soir.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…

Publié le 06/12/2019

Néovacs annonce le lancement d’un appel d’offres ouvert jusqu’au 10 janvier 2020 à 16 heures, en vue de la présentation d’un plan de continuation par des partenaires ou investisseurs ou…