Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 687.79 PTS
-0.14 %
6 690.5
+0.02 %
SBF 120 PTS
5 128.57
-0.21 %
DAX PTS
14 343.19
-0.72 %
Dow Jones PTS
33 596.34
-1.03 %
11 549.69
-2.01 %
1.046
-0.02 %

Wall Street : Nasdaq et Dow Jones décrochent !

| Boursier | 495 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine perd du terrain ce mercredi, après deux jours d'un copieux rallye alimenté par les espoirs de 'pivot' de la Fed...

Wall Street : Nasdaq et Dow Jones décrochent !
Credits iStock

La cote américaine perd du terrain ce mercredi, après deux jours d'un copieux rallye alimenté par les espoirs de 'pivot' de la Fed. Le S&P 500 abandonne 1,55% à 3.732 pts, alors que le Dow Jones cède 1,18% à 29.964 pts et le Nasdaq 2,1% à 10.941 pts. Les derniers chiffres de l'emploi privé américain ressortent en effet résistants, ce qui laisse encore un peu de marge à la Fed pour durcir sa politique monétaire. Sur le Nymex, le baril de brut monte de 1% à 87,4$ avec la forte réduction de production attendue de l'OPEP+. L'once d'or rend 0,8% à 1.716$. L'indice dollar bondit de 1,4% face à un panier de devises de référence.

D'après le dernier rapport d'ADP sur l'emploi privé américain, les créations de postes du mois de septembre sont ressorties légèrement supérieures aux attentes, à 208 000 contre 200 000 de consensus FactSet. Les créations pour le mois d'août ont été révisées à 185 000, contre 132 000 précédemment estimé. ADP explique l'amélioration légère des créations par la réouverture des écoles et l'apaisement de la pandémie. Néanmoins, alors que la croissance de l'emploi se maintient, elle reste inférieure à la moyenne récente à trois mois. En septembre, les salaires annuels ont progressé de 7,8%. "Nous continuons d'observer des gains constants en matière d'emploi", indique Nela Richardson, chef économiste d'ADP.

Le déficit américain du commerce international de biens et services pour le mois d'août est ressorti à 67,4 milliards de dollars, contre 68 milliards de consensus et 70,5 milliards de dollars pour la lecture révisée du mois antérieur.

L'indice Markit PMI composite final américain du mois de septembre s'est établi à 49,5, contre un consensus de 49,3 et une lecture préliminaire de 49,3 également. L'indicateur des services est ressorti à 49,3, contre 49,2 de consensus et 49,2 pour sa lecture préliminaire.

L'indice ISM des services américains pour le mois de septembre, qui vient lui aussi d'être publié, s'est établi à 56,7, contre 56 de consensus et 56,9 un mois avant. Il signale donc toujours une forte expansion, contredisant la lecture du PMI des services, qui ressort en zone de contraction.

La journée est aussi marquée par la réunion de l'OPEP+ à Vienne, qui devrait se traduire ce mercredi par une forte baisse des quotas de production de 2 millions de bpj, pour soutenir les prix face à une demande en fort déclin. Le comité ministériel de suivi (JMMC) de l'OPEP+ a recommandé aux membres du cartel et leurs alliés de couper leur production de 2 mbj afin de faire remonter les prix de l'or noir, affirment 'Reuters' et 'Bloomberg'. La recommandation du JMMC est quasiment toujours adoptée par les ministres de l'organisation. Cette décision, bien qu'importante puisqu'il s'agirait de la coupe la plus importante mise en place par l'OPEP+ depuis 2020, devrait néanmoins avoir un impact moindre sur l'offre mondiale de brut alors que plusieurs pays pompent déjà en dessous des quotas qui leur sont alloués. Plusieurs pays n'auraient ainsi pas besoin de baisser leur production pour être en conformité avec les nouveaux quotas.

Hier, Wall Street a ainsi positivement réagi au rapport JOLTS, sans relief, du Département au Travail, faisant ressortir des ouvertures de postes aux États-Unis pour le mois d'août au nombre de 10,05 millions seulement, contre 11,1 millions de consensus et 11,17 millions en juillet - en lecture révisée.

L'outil FedWatch en temps réel donne actuellement une probabilité de 69,4% d'une nouvelle hausse de taux de la Fed de 75 points de base le 2 novembre, à l'issue de la prochaine réunion FOMC (30,6% de probabilité pour une hausse de 50 points de base). La banque centrale américaine vient déjà de relever par trois fois ses taux de 75 pb, du jamais vu depuis l'ère Volcker. Jerome Powell et ses équipes ont prévenu ces dernières semaines que cette politique très dure devrait se poursuivre, la priorité absolue étant de ramener l'inflation vers l'objectif des 2%, au prix d'une souffrance économique supplémentaire.

Les responsables de la Fed n'ont donc pour l'heure donné aucune indication concernant un éventuel pivot, qui constituerait donc une inflexion de politique monétaire. Pourtant, depuis lundi, Wall Street a joué ce scénario avec un certain enthousiasme. Les officiels de la Fed continuent d'alerter sur l'inflation et estiment que de nouvelles hausses de taux sont nécessaires. De surcroît, le cas de l'Australie, dont la banque centrale vient de surprendre avec une hausse de taux moins forte que prévu (25 points de base), n'a pas grand chose à voir avec celui des USA, même s'il semble avoir inspiré hier les investisseurs.

Il y avait un peu de 'fedspeak' hier, mais peu de développements concrets ou nouveaux. Mary Daly, présidente de la Fed de San Francisco et membre non-votant, a réitéré que la Fed devait maintenir en place des politiques restrictives jusqu'à ce que son travail sur l'inflation soit terminé. Elle a ajouté qu'il restait une marge de manoeuvre pour ralentir le marché du travail avant que ne surviennent de graves conditions de récession. Daly s'attend à ce que les entreprises ralentissent le rythme d'embauche avant de supprimer des emplois, et voit que ce processus commence déjà. Ailleurs, dans son premier discours en tant que gouverneur de la Fed, Philip Jefferson (membre votant) s'est dit préoccupé par l'inflation élevée et a fait valoir que le rétablissement de la stabilité des prix pourrait entraîner une période de croissance inférieure à la tendance. Il a ajouté qu'il considérait la Fed comme "résolue" à ramener l'inflation vers l'objectif de 2%. John Williams, Lorie Logan et Loretta Mester de la Fed, ont aussi parlé hier dans la journée, mais n'ont pas abordé la politique monétaire... ce qui n'était sans doute pas plus mal. Raphael Bostic, patron de la Fed d'Atlanta, s'exprime ce mercredi.

La statistique américaine de la semaine sera le rapport gouvernemental mensuel sur la situation de l'emploi pour septembre, publié vendredi, le consensus étant de 250 000 créations de postes non-agricoles après 315 000 en août. Le taux de chômage devrait se maintenir à 3,7%. Powell a noté lors de sa conférence de presse du FOMC de septembre que la Fed n'avait vu que de modestes signes de ralentissement sur le marché du travail. La composante emploi de l'enquête ISM manufacturière est tombée plus récemment à 48,7 en septembre contre 54,2 en août, le niveau le plus bas depuis juin. Hier, les ouvertures de postes d'août sont donc tombées quant à elles à près de 10 millions par rapport aux 11,2 millions de juillet, la plus forte baisse mensuelle depuis avril 2020, les taux d'embauche, de séparation et de démission ayant peu changé.

Les valeurs

Apple (-2%) déplace en Inde sa production sur les gammes AirPod et Beats, indique le Nikkei. Des personnes proches du dossier ont précisé au Nikkei que la firme californienne à la pomme avait discuté avec des fournisseurs et que Foxconn se préparait à fabriquer des écouteurs Beats en Inde et aurait l'intention d'y fabriquer éventuellement des AirPod. Des sources ont ajouté que Luxshare Precision Industry avait également l'intention de fabriquer des AirPod en Inde, bien que le groupe se concentre actuellement sur sa production vietnamienne du produit. L'article ne précise pas le calendrier des transferts de production.

Amazon (-2%) gèlerait les recrutements corporate dans le commerce de détail pour le reste de 2022, selon le New York Times. Le NYT cite une annonce interne, selon laquelle Amazon aurait déclaré geler les embauches au niveau mondial pour toutes les fonctions corporate, bien que la division de cloud computing de l'entreprise ne soit pas affectée. L'annonce souligne que toutes les demandes d'emploi ouvertes devraient être fermées dans les prochains jours. De nouvelles ouvertures de postes seront disponibles au début de l'année prochaine.

Selon une déclaration d'un porte-parole d'Amazon, le groupe continuerait d'avoir un nombre important de postes ouverts disponibles dans l'ensemble de l'entreprise, et bien que certaines parties de l'entreprise soient "plus matures que d'autres", Amazon envisagerait de continuer à ajuster ses stratégies d'embauche dans chacune de ses activités.

Uber (-2%) affirme que la pénurie de chauffeurs est enfin terminée, indique le Financial Times. Le FT cite un entretien avec le responsable de la mobilité d'Uber, Andrew Macdonald, qui a déclaré que les dix plus grands marchés de l'entreprise ont tous connu une croissance mensuelle du nombre de conducteurs en août, l'amélioration de l'offre de conducteurs résultant d'incitations en cash, d'améliorations de la plateforme et de pressions inflationnistes. Selon l'article, l'offre mondiale de chauffeurs serait même en hausse de 70% en glissement annuel. Macdonald a ajouté que la résolution du problème de la pénurie de chauffeurs permettrait désormais à Uber de se concentrer sur le traitement d'autres plaintes des clients, portant notamment sur les temps d'attente et les annulations.

ExxonMobil (+2%), le géant pétrolier américain qui doit publier officiellement ses résultats le 28 octobre, a fait état hier d'un copieux bénéfice d'exploitation pour le troisième trimestre, proche de son record absolu de 17,9 milliards de dollars dégagé sur la période trimestrielle antérieure, à la faveur d'une solide performance dans le gaz naturel - qui a compensé des résultats plus faibles dans la chimie ou le raffinage. C'est du moins ce que montre un avis boursier. Le record bénéficiaire d'Exxon était de 17,9 milliards de dollars soit 4,21$ par titre au deuxième trimestre. Le titre s'affiche en progression de 50% depuis le début de l'année à Wall Street et revient désormais à l'approche de ses sommets historiques inscrits sur les 100$ à l'été 2014. La capitalisation boursière du groupe est de près de 400 milliards de dollars.

Blackstone (-3%) étudierait le rachat d'une partie des actifs d'Emerson Electric (stable) pour un montant pouvant aller jusqu'à 10 milliards de dollars, indique l'agence Bloomberg, citant des sources proches de la question. Ainsi, Emerson discuterait avec le géant du private equity d'une opération portant sur certaines parties de sa division dédiée aux solutions commerciales et résidentielles.

Twitter (-2%) s'enflammait finalement de 22,2% hier soir à Wall Street à 52$, après une suspension de cotation en séance. Le réseau social média a annoncé avoir reçu une lettre des équipes d'Elon Musk. L'homme le plus riche du monde va donc bien racheter le groupe, ce nouveau rebondissement intervenant juste avant un procès qui s'annonçait délicat pour lui. L'intention de Twitter est quant à elle confirmée, à savoir finaliser la transaction dans les conditions initiales, à 54,2$ par titre.

Rappelons que Musk avait tenté précédemment d'abandonner l'opération. Il estimait en effet bien trop élevée la proportion des comptes fake et bots sur le réseau social, bien plus élevée que les "moins de 5%" prétendus par le groupe. Mais l'homme d'affaires a donc surpris encore par l'un de ses prompts revirements dont il a le secret. "Acheter Twitter est un accélérateur pour créer X, l'application universelle", a lancé le milliardaire dans un tweet. "Twitter accélère probablement X d'un rapport de 3 à 5, mais je pourrais me tromper", insiste encore Musk.

Musk est donc désormais prêt à procéder au rachat au prix initial de 44 milliards de dollars, ce qui mettrait un terme au conflit entre l'homme d'affaires, patron de Tesla et SpaceX, et le réseau social média à l'oiseau bleu. La lutte entre Musk et Twitter avait écorné ces derniers mois la réputation de la marque Twitter et sans doute aussi un peu celle du tempétueux milliardaire. Musk s'était engagé en avril à acquérir la plateforme, avant de faire volte-face.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Bourse Direct vous souhaite la bienvenue
et vous offre vos frais de courtage*

Découvrir l'offre

Valable jusqu'au 03 janvier
*Voir conditions

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 06/12/2022

La cote américaine fléchit encore ce mardi...

Publié le 06/12/2022

La cote américaine s'affiche incertaine avant bourse ce mardi...

Publié le 05/12/2022

Wall Street a nettement fléchi lundi, le S&P 500 reculant de 1,79% à 3...

Publié le 05/12/2022

Wall Street fléchit ce lundi, le S&P 500 reculant de 0,86% à 4...

Publié le 05/12/2022

Wall Street fléchit avant bourse ce lundi, le S&P 500 reculant de 0,5%, le Dow Jones de 0,5% et le Nasdaq de 0,4%...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2022

Manitou Group espère offrir de nouvelles perspectives innovantes à ses clients, avec une mise sur le marché d'un chariot télescopique 100% hydrogène à horizon 2026...

Publié le 06/12/2022

La société biopharmaceutique Lysogene a demandé l'ouverture d'une procédure de sauvegarde. La cotation est suspendue...

Publié le 06/12/2022

Le risque que le jugement soit confirmé serait faible...

Publié le 06/12/2022

L'amélioration significative des free cash-flows sera une priorité d'Abéo au second semestre de l'exercice 2022-2023...

Publié le 06/12/2022

Airbus SE considère que l'objectif d'atteindre "environ 700" livraisons d'avions commerciaux en 2022 est "hors de portée"...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRES

Impôt sur le revenu : comment le réduire à quelques jours de la fin de l'année ?

Jeudi 08 décembre
de 19h à 20h

M'INSCRIRE GRATUITEMENT