Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 612.76 PTS
-0.32 %
6 615.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
5 172.87
-0.25 %
DAX PTS
15 544.39
-0.61 %
Dow Jones PTS
34 935.47
-0.42 %
14 959.90
-0.59 %
1.187
+0. %

Wall Street marque une pause, les valorisations sont tendues

| Boursier | 1318 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York cède du terrain jeudi soir, les investisseurs adoptant une attitude prudente après un "rally" de près de 40% depuis deux mois et demi.

Wall Street marque une pause, les valorisations sont tendues
Credits Reuters

La Bourse de New York cède du terrain jeudi soir, les investisseurs adoptant une attitude prudente après un "rally" de près de 40% depuis deux mois et demi. Celui-ci a porté les valorisations boursières au plus haut depuis 2002 à Wall Street, malgré les incertitudes sur le rythme de la reprise économique après la récession causée par la pandémie de Covid-19. Les marchés ont néanmoins apprécié l'annonce par la BCE d'une rallonge de 600 milliards d'euros à son programme d'achats d'actifs ciblé sur la pandémie (PEPP).

A deux heures de la clôture, le Dow Jones cède 0,01% à 26.267 points, tandis que l'indice large S&P 500 lâche 0,27% à 3.114 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, fléchit de 0,33% à 9.651 pts. Le Nasdaq a atteint 9.716 pts au plus haut de la séance, se hissant à seulement 1% de son record historique de 9.817 pts atteint le 19 février dernier, avant la crise du Covid-19.

Plus tôt dans la journée, les autres Bourses mondiales ont aussi marqué le pas. Le Nikkei a encore gagné 0,36% mais le Shanghai composite a cédé 0,14%, tandis qu'en Europe, l'EuroStoxx 50 a rendu 0,21%. A Paris, le CAC 40 a cédé 0,2% après un bond de 3,36% mercredi, sauvegardant le niveau psychologique des 5.000 points.

La BCE rallonge son soutien de 600 MdsE

Les Bourses européennes ont fait un bref passage dans le vert à la mi-journée pour saluer la décision de la BCE d'augmenter de 600 milliards d'euros, le montant du "Programme d'achats d'urgence pandémique" (PEPP), alors que les marchés s'attendaient à une rallonge moins élevée, de l'ordre de 500 MdsE. La BCE avait lancé ce PEPP le 19 mars dernier, avec un premier objectif d'achat d'obligations de 750 milliards d'euros, qui est donc porté désormais à 1.350 MdsE.

Sur le marché des changes, l'euro a bondi jeudi de 0,93% à 1,1337$ après les annonces de la BCE, confirmant son retour à ses plus hauts niveaux depuis trois mois. La devise européenne avait déjà regagné près de 5% depuis les annonce de la BCE le 19 mars, suivies du plan de relance de 750 MdsE en préparation par la Commission européenne, qui comprend une forme de mutualisation de la dette européenne.

Le taux de chômage attendu proche de 20% en mai aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, le marché de l'emploi continue de se dégrader bien qu'à un rythme moins rapide que précédemment. En attendant le rapport du mois de mai, qui sera publié vendredi, les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage pour la semaine close au 30 mai ont atteint 1,877 million, contre 1,79 million de consensus et après 2,126 millions la semaine précédente.

Mercredi, le rapport du cabinet ADP avait comptabilisé 2,76 millions d'emplois perdus en mai, alors que le consensus redoutait 8,66 millions de destructions après un mois d'avril catastrophique, avec 19,56 millions d'emplois perdus. Le marché de l'emploi semble donc sur la voie de la convalescence, même si le chemin reste long jusqu'à un retour à la normale...

Le rapport complet et officiel sur l'emploi en mai aux Etats-Unis est donc attendu vendredi. Le consensus Refinitiv table sur la destruction de 8 millions d'emplois et sur un taux de chômage frôlant les 20%.

Jeudi, les marchés ont pris connaissance de la productivité non-agricole au 1er trimestre, qui a fléchi de 0,9% en lecture révisée, contre -2,5% de consensus et -2,5% pour la lecture antérieure. Les coûts unitaires du travail ont grimpé sur un rythme de 5,1%, contre 4,8% de consensus. Enfin, la balance commerciale américaine s'est dégradée en avril, avec un déficit de 49,4 milliards de dollars, contre un consensus de 42 Mds$ et après 42,3 Mds$ en mars.

Un PER de 21 sur le S&P 500

Après le spectaculaire rebond des marchés d'actions, fondé sur les espoirs d'une reprise rapide à la faveur du déconfinement des populations aux Etats-Unis et ailleurs, les investisseurs s'interrogent désormais sur la capacité de la Bourse américaine à poursuivre sur cette lancée. Les marchés d'actions ont en effet atteint une valorisation élevée au regard des anticipations de bénéfices des entreprises, qui ont été révisées en nette baisse en raison de la crise du Covid-19.

Ainsi, le multiple de capitalisation (PER ou rapport cours sur bénéfice par action) du S&P 500 s'est hissé à 21,5 fois les bénéfices attendus dans les 12 prochains mois, comparé à une moyenne à 5 ans de 16,8 fois et une moyenne à 10 ans de 15,1 fois. Le PER du S&P 500 est ainsi logé à son plus haut niveau depuis janvier 2002, il y a plus de 18 ans, selon le consensus établi par le cabinet FactSet.

Le pétrole dans l'attente des décisions de l'Opep+, l'or rebondit

Les cours du pétrole sont hésitants en soirée, sur fond d'incertitudes sur la prolongation de l'accord Opep+ de maîtrise de la production. Le baril de brut léger américain WTI pour livraison juillet a cédé jusqu'à 2,6% en début de séance avant de réduire ses pertes à 0,27% à 37,19$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance août cédait 0,1% à 39,75$.

La Russie et l'Arabie saoudite auraient conclu un accord préliminaire en vue de prolonger l'accord de l'Opep+ de maîtrise de la production pour un mois supplémentaire, jusqu'à la fin juillet. Mais Moscou et Riyad auraient du mal à convaincre certains pays, dont l'Irak, de respecter l'accord en cours. Le suspense se poursuit donc sur la tenue de la réunion de l'Opep+ prévue les 9 et 10 juin.

De son côté, l'or a rebondi jeudi après deux jours de correction. Le contrat à terme d'août a repris 1,28% à 1.726,60$ l'once à la clôture du Comex. Le métal jaune progresse d'environ 11% depuis le début de l'année, faisant office de valeur-refuge face à la multiplication des risques.

VALEURS A SUIVRE

Zoominfo débute ce jour sur le Nasdaq. Les premières cotations du spécialiste des données de marketing seront suivies de près, après le succès de l'IPO de Warner Music hier.

Snap (+1,2%) retire le compte de... Donald Trump de sa sélection de comptes Snapchat proposés aux utilisateurs, suite à des propos jugés déplacés. Cela ne devrait pas améliorer les relations du président américain - déjà fâché avec Twitter - avec les réseaux sociaux.

Carnival (+7,4%). Le géant de la croisière, annonce que Princess Cruises, filiale du groupe, prolonge la suspension partielle de ses croisières en Australie, au Canada et à Taïwan du fait de la pandémie.

Navistar (+9,6%). Le fabricant de poids lourds a annoncé une perte par action moins lourde que prévu et un chiffre d'affaires un peu meilleur que prévu au titre du deuxième trimestre.

Inovio (-2,2%), firme de biotechnologies, prévoit des essais cliniques de son candidat vaccin contre le COVID-19 en Corée du Sud.

Broadcom (-0,3%) ainsi que Slack (-3,7%) publieront quant à eux leurs comptes trimestriels ce soir, après la clôture de Wall Street.

Tiffany (-0,16%). LVMH n'a pas l'intention d'acheter sur le marché des actions du joaillier new-yorkais, a indiqué le géant français du luxe.

Amazon (-0,14%), le géant du e-commerce, est ciblé par une plainte de trois salariés de l'un de ses entrepôts, qui l'accusent d'avoir favorisé la propagation du coronavirus. Le groupe de Jeff Bezos entame par ailleurs des négociations en vue de l'acquisition d'une participation de plus de 2 milliards de dollars dans l'opérateur télécom indien Bharti Airtel, indiquent des sources de Reuters.

JM Smucker (-2%) prévoit un recul de 1% à 2% de son chiffre d'affaires annuel du fait de la faiblesse des ventes dans les restaurants et les écoles.

Ford Motor (+3,3%). Les alliances chinoises du groupe du Michigan ont affiché des revenus en vive hausse en mai, de 130% pour la coentreprise avec Changan et 32% pour Jiangling Motors.

American Airlines (+30% !) va fortement renforcer ses vols le mois prochain, le groupe envisageant des capacités correspondant à 55% de leur niveau de juillet 2019 pour les liaisons domestiques et à 20% pour les vols internationaux.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 juillet 2021 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/07/2021

La Bourse de Paris clôture dans le rouge ce soir après une journée en dents de scie.Le CAC termine à -0.32% Pour s’établir à 6 613 pts.Les…

Publié le 30/07/2021

Le groupe ABC arbitrage procède à la distribution du solde sur dividende 2020 d'un montant de 0,18 euro par action ordinaire...

Publié le 30/07/2021

Le chiffre d'affaires ressort à 12...

Publié le 30/07/2021

Les casinos du groupe ont pu réouvrir à partir du 19 mai 2021

Publié le 30/07/2021

Après un premier semestre 2020 marqué par sa grande résilience, le Groupe Bolloré affiche au premier semestre 2021 une progression à périmètre et taux...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne