En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 042.38 PTS
-0.61 %
5 045.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
3 991.84
-0.51 %
DAX PTS
12 993.71
-0.5 %
Dow Jones PTS
27 934.25
-0.15 %
11 253.96
+0.86 %
1.181
+0.29 %

Wall Street : marque une pause

| Boursier | 396 | Aucun vote sur cette news

Hésitant à l'ouverture, Wall Street pointe désormais assez nettement dans le rouge...

Wall Street : marque une pause
Credits Reuters

Hésitant à l'ouverture, Wall Street pointe désormais assez nettement dans le rouge. L'indice Dow Jones cède actuellement 1,30% à 25.727 points, tandis que l'indice large S&P 500 recule de 0,87% à 3.142 pts. Le Nasdaq Composite, qui évoluait encore dans le vert en début de séance, se replie de 0,23% à 10.4687 pts. Les derniers chiffres de l'emploi semblaient avoir quelque peu rassuré sur la reprise de la première économie mondiale mais la pandémie de Covid-19 continue à gagner en vigueur de l'autre côté de l'Atlantique.

Le coronavirus a en effet désormais fait plus de 132.300 morts aux Etats-Unis pour plus de 3,05 millions de cas, selon le décompte de l'Université américaine Johns Hopkins, qui fait référence.

Sur le front macro, la progression hebdomadaire du nombre de chômeurs s'est maintenue au-dessus de la barre du million aux Etats-Unis, et ce pour la seizième semaine consécutive. Le Département américain au Travail a en effet annoncé, pour la semaine close au 4 juillet, que les inscriptions au chômage ont atteint 1,314 million, en repli de 99.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure de 1,413 million. Elles ressortent légèrement moins élevées qu'anticipé puisque le consensus était positionné à 1,38 million. La moyenne à quatre semaines s'établit à 1,437 million, en recul de 63.000. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 27 juin s'établit à 18,062 millions, en baisse de 698.000 sur sept jours.

Les stocks de grossistes ont par ailleurs reculé de 1,2% en mai en comparaison du mois antérieur, conformément aux attentes. Les ventes de grossistes, quant à elles, ont progressé de 5,4% contre un repli de 4% anticipé par le marché et après une chute de 16,4% le mois précédent.

A noter enfin la légère baisse de l'once d'or après que le métal eut touché un sommet de près de 9 ans hier, au-dessus des 1.800$, et le déclin des cours du pétrole avec un WTI et un Brent qui perdent désormais plus de 2,5%.

Les valeurs

* Cisco Systems gagne 2,4%, la meilleure performance du Dow, après le relèvement de la recommandation de Morgan Stanley sur la valeur à 'surpondérer'.

* Tesla grignote 0,6%. Elon Musk a annoncé ce jeudi que Tesla était très proche du 'stade 5' des véhicules autonomes, celui qui permet à une voiture de se déplacer sur une route sans l'intervention d'un conducteur. "Je suis extrêmement confiant sur l'arrivée du niveau 5, qui est en gros l'autonomie complète, et je pense que cela aura lieu très rapidement", a déclaré le directeur général de Tesla à l'ouverture de la Conférence mondiale sur l'intelligence artificielle (WAIC) à Shanghai. "Je reste persuadé que nous disposerons des fonctionnalités de base pour une autonomie de niveau 5 cette année !"

Pour le moment, Tesla propose sur ses véhicules seulement une aide à la conduite autonome, baptisée Autopilot, qui permet au conducteur dans certaines situations de retirer ses mains du volant. Les clients de Tesla utilisent déjà régulièrement le pilote automatique, bien que la technologie (qui n'est que semi-automatique), ait été liée dans le passé à des accidents que l'entreprise a attribués à des erreurs humaines.

* Bed Bath & Beyond chute de 20%. Le groupe envisage de fermer 200 magasins sur les 955 que compte la chaîne de distribution en Amérique du Nord au cours des deux prochaines années. "Ces fermetures permanentes de magasins font partie du plan de restructuration de Bed Bath & Beyond pour aider à reconstruire et développer l'entreprise en réponse à l'impact de Covid-19 sur la société", a précisé le groupe, qui estime que ces mesures lui permettront d'économiser entre 250 et 350 M$ par an. La firme a vu ses revenus nets chuter de 49% sur le trimestre clos fin mai. Malgré le bond de ses ventes en ligne (+100% en avril et mai), l'entreprise a accusé une perte ajustée par action de 1,96$ sur la période contre un consensus d'environ -1,27$. La marge brute s'est effritée de 780 points à 26,7%.

* Walgreens Boots Alliance trébuche de 8,6% après la publication de résultats inférieurs aux attentes sur son trimestre clos fin mai, conséquence d'une charge de dépréciation de deux milliards de dollars liée à son activité britannique. Sur la période, le groupe de distribution pharmaceutique a accusé une perte de 1,71 milliard de dollars ou 1,95$ par titre contre un profit de 1,03 Md$ ou un bpa de 1,13$ un an plus tôt. Le bpa ajusté est ressorti à 83 cents contre 1,19$ de consensus pour des revenus quasi stables à 34,63 Mds$. Conséquence de la chute de l'activité en raison de la pandémie au Royaume-Uni, le groupe prévoit de supprimer 4.000 emplois au sein de sa chaîne de magasins britanniques Boots. Alors que l'activité a plutôt bien résisté aux Etats-Unis, Walgreens table sur un bpa ajusté 2020 compris entre 4,65 et 4,75$.

* United Airlines abandonne 5,5%. Des milliers de salariés d'United Airlines pourraient perdre leur emploi. Comme pressenti depuis quelques jours, la compagnie aérienne a averti ses employés qu'elle pourrait supprimer jusqu'à 36.000 postes, soit 45% de ses équipes américaines, à partir du 1er octobre, lorsque les restrictions qui accompagnent les 25 milliards de dollars d'aide fédérale accordés au secteur aérien seront levées. "Nous vivons la crise financière la plus perturbatrice de l'histoire de l'aviation commerciale... La réalité est que United ne peut tout simplement pas continuer avec le nombre actuel de salariés après le 1er octobre dans un environnement où la demande de voyages est si déprimée", peut-on lire dans le mémo envoyé aux salariés. "Bien que la demande ait légèrement augmenté depuis son creux d'avril, notre activité devrait s'afficher en baisse de 75% en juillet par rapport à l'an dernier et nous prévoyons une baisse de 65% en août par rapport à l'an dernier".

* Ford Motor (-3,5%) a vu ses ventes de véhicules en Chine grimper de 3% sur la période avril-juin par rapport à la même période de 2019, leur première hausse en près de trois ans sur le plus grand marché automobile mondial.

* Wells Fargo (-2,5%) s'apprêterait à supprimer des milliers d'emplois à partir de la fin de l'année. La banque californienne, qui pourrait dévoiler la semaine prochaine sa première perte trimestrielle en plus de dix ans, pourrait être la première à tailler franchement dans ses effectifs dans un secteur qui a jusqu'ici plutôt bien résisté à la crise liée à la pandémie de coronavirus. Selon les sources de 'Bloomberg', Wells Fargo, le plus grand employeur parmi les banques américaines, ne devrait toutefois pas dévoiler de plan de restructuration d'envergure dès la semaine prochaine. Bien que les tensions chez Wells Fargo soient plus aiguës que chez ses concurrents, toute réduction se répercuterait sur un secteur confronté à des créances douteuses croissantes, souligne l'agence.

Depuis sa prise de fonction en octobre dernier, le PDG de l'établissement qui emploie 263.000 personnes, Charlie Scharf, a déjà fait part de ses préoccupations concernant les coûts, les qualifiant de "beaucoup trop élevés". Le mois dernier, le dirigeant a reconnu que l'entreprise réduirait son dividende en réponse aux tests de résistance de la FED et à ses propres hypothèses pessimistes sur les perspectives économiques, qui, selon lui, ont "beaucoup changé" au cours des derniers mois. Objet de plusieurs scandales au cours des dernières années, Wells Fargo n'a que très peu réduit ses effectifs durant la dernière décennie, au contraire de ses grands rivaux de Wall Street. Une 'anomalie' appelée à être corrigée à plus ou moins court terme.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/08/2020

Saint-Gobain a procédé en date du 13 août 2020 à l’annulation de 6,1 millions d’actions auto-détenues achetées sur le marché. Cette annulation permet de compenser la création, le même…

Publié le 13/08/2020

OncoDNA devient le premier actionnaire d’IntegraGen, détenant 29,99% des actions existantes, à la suite de rachats de titres sur le marché Euronext Growth. Ces acquisitions d’actions…

Publié le 13/08/2020

Au titre du premier trimestre de l’exercice 2020-2021 (du 1er avril au 30 juin 2020), Innelec a enregistré une chiffre d’affaires de 18,94 millions d’euros, en progression de 27,8% par rapport…

Publié le 13/08/2020

(Zonebourse.com) Toujours ancrée dans une tendance de fond baissière, la valeur AXA ne devrait pas connaitre de reprise dans les séances à venir. La valeur se heurte…

Publié le 13/08/2020

Airbus évolue dans les profondeurs du CAC 40 en fin de matinée, avec un recul de 1,48% à 73,81 euros. Les Etats-Unis ont décidé mercredi de maintenir les tarifs douaniers imposés aux avions…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne