Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 568.82 PTS
+1.35 %
6 559.50
+1.25 %
SBF 120 PTS
5 139.37
+1.26 %
DAX PTS
15 669.29
+1. %
Dow Jones PTS
35 061.55
+0.68 %
15 111.79
+1.15 %
1.177
+0. %

Wall Street marque une pause après ses records

| Boursier | 399 | Aucun vote sur cette news

Les prises de bénéfices sont de mise mardi à la Bourse de New York, après le long week-end d'Independence Day.

Wall Street marque une pause après ses records
Credits Reuters

Les prises de bénéfices sont de mise mardi à la Bourse de New York, après le long week-end d'Independence Day, et les records inscrits vendredi. La prudence domine face à un repli de l'indice d'activité dans les services en juin aux Etats-Unis et après l'échec des négociations au sein de l'Opep+ concernant l'évolution de la production pétrolière dans les prochains mois. En outre, la propagation du variant delta du Covid-19 dans de nombreux pays est surveillée de près par les opérateurs.

A deux heures de clôture, l'indice Dow Jones perd 0,79% à 34.510 points, tandis que l'indice large S&P 500 fléchit de 0,44% à 4.333 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, cède 0,11% à 14.623 pts.

La semaine dernière, les trois indices américains avaient fini sur un triple record, affichant des hausses respectives de 1%, 1,7%, et 1,9% en 5 séances.

Du côté des valeurs, le titre du géant chinois des VTC, Didi Global, plonge de plus de 20% quelques jours après son introduction à Wall Street. Les autorités chinoises ont interdit au groupe toute nouvelle inscription d'utilisateurs sur son application mobile, évoquant des problèmes de sécurité. D'autres groupes chinois cotés à Wall Street sont aussi concernés, dont Full Truck Alliance (-15%) et Kanzhun (-17%).

Léger coup de mou dans les services en juin aux Etats-Unis

Mardi, les marchés ont été un peu refroidis par la publication d'un recul plus fort que prévu de l'activité dans les services aux Etats-Unis en juin, après des records en mai. Les indicateurs restent cependant à un niveau très supérieur à 50, le seuil séparant l'expansion de la contraction. L'indice final ISM des services s'est ainsi établi à 60,1 en juin contre 64 en mai, et contre un consensus de 63. L'indice PMI final des services est lui ressorti à 64,6, contre 70,4 en mai et 64,9 de consensus. Enfin, l'indice PMI composite (manufacturier et services) a atteint 63,7, contre 64 de consensus de marché.

Ces données suggèrent que les difficultés pour les employeurs à trouver de la main d'oeuvre, ainsi que la hausse des prix ont commencé à peser sur la reprise économique outre-Atlantique. Cependant, le climat reste globalement optimiste sur les marchés boursiers, où l'on souligne que des prises de bénéfices sont logiques après les récents sommets. La vigueur de la reprise économique, notamment aux Etats-Unis, couplée avec des politiques monétaires toujours très accommodantes devraient permettre aux résultats des entreprises de continuent à progresser dans les prochains trimestres.

5.500 Mds$ de liquidités encore disponibles ?

Selon des gestionnaires de fonds cités par 'Bloomberg', la hausse pourrait se poursuivre à Wall Street dans un contexte d'augmentation des bénéfices des entreprises, de vaccinations et de vents favorables en matière de politique budgétaire et monétaire. Des liquidités importantes seraient encore disponibles avec un record de 5.500 milliards de dollars d'actifs de fonds du marché monétaire, selon ces sources.

Malgré la sous-performance du mois dernier, les dossiers cycliques/value du marché restent soutenus par le rebond de la croissance économique et l'accélération du déploiement des vaccins. Le soutien des banques centrales ne devrait pas pour sa part disparaître de sitôt. Alors que les valorisations tendues pourraient limiter la hausse, la croissance des bénéfices reste forte, près de 50% des sociétés du S&P 500 ayant rehaussé leurs perspectives pour l'exercice au cours des trois derniers mois...

Le pétrole WTI corrige, après un plus haut depuis fin 2014

Les investisseurs surveillent néanmoins avec un peu d'inquiétude l'évolution des cours du pétrole après l'échec, lundi, de la réunion de l'Opep+, qui tentait depuis jeudi dernier de s'accorder sur une hausse progressive de sa production à partir d'août. Cependant les Emirats arabes unis ont bloqué un accord (qui doit être approuvé à l'unanimité), entraînant l'échec des discussions. Aucune date n'a été fixée pour une autre réunion.

Lundi et mardi matin, les cours du brut ont encore grimpé après ces informations, remontant au plus haut depuis novembre 2014 pour le WTI, avant de subir des prises de bénéfices mardi soir. Le baril de WTI cédait en soirée 2,3% à 73,39$ sur le Nymex pour le contrat à terme d'août, après avoir frôlé les 77$ en début de journée. Le baril de Brent de la mer du Nord (contrat de septembre) trébuchait de 3,3% à 74,59$.

Si les dissensions au sein de l'Opep+ faisaient encore grimper les cours du brut, cela pourrait faire dérailler la reprise économique, certains analystes évoquant un possible retour à 100$ le baril, un niveau plus atteint depuis 2014.

Dans un contexte un peu moins favorable aux actions, les marchés obligataires progressent mardi, faisant reculer les taux d'intérêts. Le rendement du T-Bond à 30 ans pointe mardi soir à 2% (-4 points de base) et celui du T-Bond à 10 ans lâche 6 pb à 1,37%. Sur le marché des changes, l'indice du dollar rebondit de 0,4% à 92,58 points face à un panier de 6 devises de référence, tandis que l'euro rend 0,35% face au billet vert à 1,1820$ entre banques.

Sur le marché des cryptomonnaies, le Bitcoin est proche de l'équilibre sur sur 24 heures, autour de 33.970$ sur la plateforme Bitfinex.

VALEURS A SUIVRE

Tesla (-3,4%) a annoncé vendredi avoir produit un nombre record de 206.421 véhicules électriques au 2e trimestre, et en avoir livré 201.250, un chiffre globalement en ligne avec les attentes des marchés, et plus que doublé par rapport aux 91.000 livraisons sur la même période de 2020, marquée par la crise du coronavirus. Vendredi, Tesla a estimé dans un communiqué que "nos équipes ont fait un travail remarquable pour faire face aux défis de la chaîne d'approvisionnement et de la logistique", qui affectent l'ensemble de la filière automobile mondiale depuis la crise du Covid-19.

Pfizer (-1%). Une étude du ministère israélien de la Santé, évoquée notamment par le Financial Times, montre une moindre efficacité du vaccin anti-covid de l'Américain Pfizer et de son partenaire allemand BioNTech contre le variant delta. Les données collectées durant le mois passé suggèrent que le vaccin serait efficace à 64% dans la prévention des infections, parmi ceux qui ont été pleinement inoculés, contre une efficacité estimée de 94% contre les précédentes souches. Cependant, le vaccin Pfizer / BioNTech resterait efficace à 93% dans la prévention des maladies sérieuses et des hospitalisations. Le variant delta est supposé bien plus infectieux, mais ne provoque pas autant de maladies graves et d'hospitalisations que ses prédécesseurs, particulièrement avec l'aide du vaccin.

Didi Global (-20,4%) le service chinois de VTC, équivalent local de la firme Uber Technologies, introduit la semaine dernière à Wall Street, perd un cinquième de sa valeur ce mardi. Les autorités chinoises, qui mènent la vie dure ces derniers mois à leurs leaders technologiques, viennent d'interdire à la compagnie d'accepter de nouveaux utilisateurs. Pékin a par ailleurs exigé des magasins d'applications mobiles qu'ils retirent le service de véhicules avec chauffeur de Didi de leurs plateformes. Les régulateurs chinois s'inquièteraient de l'importante quantité de données d'utilisateurs recueillies par Didi, qui doit par ailleurs se conformer désormais aux exigences de communication de la Securities & Exchange Commission, gendarme financier américain. Le groupe s'est introduit à Wall Street mercredi.

Kanzhun (-15%) et Full Truck Alliance (-17%) comptent également parmi les firmes chinoises cotées à Wall Street visées par Pékin.

Weibo (+9%) grimpe en revanche sur des rumeurs de sortie de la cote, pourtant démenties rapidement par le géant chinois des réseaux sociaux.

Apollo Global Management (-1%), firme américaine de capital-investissement, a précisé étudier une éventuelle offre sur la chaîne britannique de supermarchés Morrisons.

Twitter (+2%), Google (Alphabet) et Facebook pourraient arrêter de proposer leurs services à Hong Kong si une loi sur la protection de la vie privée entrait en vigueur, indique Reuters. En outre, le réseau social média Twitter ne bénéficie plus d'une immunité juridique sur les contenus publiés par ses utilisateurs en Inde...

AMC Entertainment (-3%), la première chaîne américaine de cinémas, rechute à Wall Street à l'annonce de l'abandon de ses plans d'augmentation de capital portant sur 25 millions de titres. Rappelons que le dossier est l'une des vedettes récentes des traders sociaux américains des WallStreetBets.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 juillet 2021 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2021

Dans le cadre du contrat d'émission de Bons d'Emission d'Obligations Convertibles en Actions avec Bons de Souscription d'Actions Attachés (« BEOCABSA ») conclu entre DBT SA et Park Capital en date…

Publié le 23/07/2021

10h00 en AllemagneIndice Ifo du climat des affaires en juillet16h00 aux Etats-UnisVentes de logements neufs en juinsource : AOF

Publié le 23/07/2021

Comme au trimestre précédent, Intel a présenté des résultats meilleurs qu'anticipé, mais les revenus tirés des très rentables puces pour centres de données continuent de baisser. En…

Publié le 23/07/2021

FAURECIAL'équipementier automobile publiera (avant Bourse) ses résultats du premier semestre.ICADELe groupe immobilier publiera (avant Bourse) ses résultats du premier semestre.LAGARDERELe groupe…

Publié le 23/07/2021

Le chiffre d'affaires du groupe JAJ sur l'exercice est en recul de 4,8% sur l'exercice 2020/2021 à 19,2 ME...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne