Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 658.51 PTS
+0.69 %
6 657.50
+0.73 %
SBF 120 PTS
5 208.42
+0.69 %
DAX PTS
15 561.30
+0.11 %
Dow Jones PTS
34 935.47
-0.42 %
14 959.90
+0. %
1.188
+0.14 %

Wall Street : les yeux rivés sur l'emploi

| Boursier | 84 | Aucun vote sur cette news

L'emploi et rien d'autre...

Wall Street : les yeux rivés sur l'emploi
Credits Reuters

L'emploi et rien d'autre. Wall Street, qui a débuté le second semestre du bon pied, attend avec impatience les chiffres mensuels du travail américain publiés en début d'après-midi et qui constituent le juge de paix de la séance du jour. Le consensus des économistes sondés par 'Reuters' table sur 700.000 créations d'emplois, après 559.000 en mai, avec un taux de chômage en légère baisse de 5,8% à 5,7%.

La confirmation de la poursuite du redressement du marché de l'emploi, au lendemain de l'annonce d'une nouvelle baisse des inscriptions au chômage, et après un solide rapport ADP, pourrait relancer les spéculations sur une possible évolution du discours de politique monétaire de la Réserve fédérale à la fin de l'été.

A ce sujet, et alors que les débats sur le prochain 'tapering' font rage de l'autre côté de l'Atlantique, le FMI a indiqué hier que la Réserve fédérale américaine devra probablement commencer à relever ses taux d'intérêt à la fin de 2022 ou au début de 2023, car l'augmentation des dépenses publiques maintient l'inflation au-dessus de son objectif moyen à long terme. La Fed devrait également réduire ses achats d'actifs au cours du premier semestre 2022, selon le FMI.

L'organisation basée à Washington a par ailleurs rehaussé ses prévisions d'activité aux Etats-Unis et voit désormais la croissance américaine atteindre la barre des 7% cette année, du jamais vu depuis 1984. Elle tablait sur une hausse du PIB de 6,4% il y a moins de trois mois. "Le soutien fiscal et monétaire sans précédent, combiné à la diminution du nombre de cas de Covid-19, devrait donner un coup de fouet substantiel à l'activité dans les mois à venir", explique le FMI.

Sur le front macro toujours, la balance commerciale américaine de mai (14h30) et les commandes industrielles du même mois (16h) seront également à suivre ce vendredi.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar prend 0,1% à 92,65 points face à un panier de 6 devises de référence, tandis que l'euro rend 0,2% face au billet vert à 1,183$ entre banques. Sur les marchés obligataires, les taux reculent encore. Le rendement du T-Bond à 30 ans pointe à 2,048% (-1,3 pb) et celui du T-Bond à 10 ans diminue de 0,9 pb à 1,449%.

Sur le marché des cryptomonnaies, le Bitcoin cède encore environ 1,6% sur 24 heures, autour de 32.900$ sur la plateforme Bitfinex.

Enfin, les cours du pétrole consolident légèrement mais restent au plus haut depuis octobre 2018. Le baril de WTI redonne 0,2% à 75,1$ sur le Nymex pour le contrat à terme d'août, alors que le baril de Brent de la mer du Nord (contrat de septembre) se replie de 0,3% à 75,6$. Depuis le début de l'année, le WTI flambe de 55% et le Brent s'adjuge 46%, soutenus par la perspective d'une reprise de la demande de brut à mesure que l'économie mondiale redémarre.

L'Opep+ a fait savoir qu'elle reportait de jeudi à vendredi sa décision sur l'évolution de sa production à partir du mois d'août, faute d'accord entre les participants. Selon 'Bloomberg', le report est lié à des désaccords entre l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis sur le calcul des niveaux de production. Les EAU, membre historique de l'Opep, exigeraient que leurs coupes soient désormais calculées à partir d'une base plus élevée qu'actuellement (la production de 2018).

Avant l'annonce du report, les agences de presse évoquaient un accord entre les membres de l'Opep+, dont la Russie, en vue d'augmenter progressivement leur production de 2 millions de barils par jour (bpj) entre les mois d'août et décembre. Cette hausse représenterait une augmentation mensuelle de l'ordre de 400.000 bpj, un niveau qui devrait être facilement absorbé par le marché, si la reprise économique mondiale se poursuit à un rythme soutenu. L'accord pourrait en outre prolonger l'accord de maîtrise de la production de l'Opep+ jusqu'en décembre 2022, au lieu d'avril comme prévu jusqu'ici.

VALEURS A SUIVRE

* NIO. L'action du constructeur chinois de véhicules électriques a fléchi jeudi à Wall Street, cédant 4,3% à 50,90$ en clôture, malgré la publication de chiffres de ventes record en juin et au 2e trimestre. Le titre a pourtant démarré la séance en hausse de jusqu'à 3,6%, avant de faire l'objet de prises de bénéfices. Il a été multiplié par plus de 5 depuis un an, même s'il a marqué le pas depuis le début de l'année (+4,4% depuis le 1er janvier). Le "Tesla chinois" a ainsi livré 8.083 véhicules en juin, portant le total du 2e trimestre à 21.896 unités, des chiffres plus que doublés par rapport à la même période de 2020.

* Tesla (-0,26% jeudi) est lui aussi attendu, sans doute ce vendredi, sur ses ventes au 2e trimestre, en particulier en Chine, où le constructeur de véhicules électriques a rencontré des obstacles ces dernières semaines. Les analystes financiers sondés par le cabinet FactSet tablent sur des ventes de 207.000 véhicules pour le 2e trimestre, à comparer avec 91.000 livraisons sur la même période de 2020, marquée par la crise du coronavirus.

Au 1er trimestre 2021, Tesla avait surpris agréablement en faisant état de 184.800 ventes, grâce à une "réception positive" du Modèle Y en Chine. Ces dernières semaines, Tesla a cependant connu quelques déboires en Chine, où le groupe va devoir rappeler plus de 285.000 voitures pour un problème logiciel. Par ailleurs, plusieurs collisions mortelles ont impliqué des Tesla au cours des derniers mois, entraînant l'ouverture d'une enquête de la part des autorités chinoises. Début juin, l'action de Tesla avait été attaquée après que le site 'The Information' a rapporté que les commandes de véhicules du constructeur de voitures électriques avaient chuté en Chine au mois de mai, malgré la montée en puissance de sa "gigafactory" de Shanghai.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 septembre 2021 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/08/2021

Netgem a généré au premier semestre 2021 une perte, part du groupe, de 1 millions d'euros, après un bénéfice de 8,5 millions un an plu tôt. Ceci en raison des intérêts minoritaires (Caisse…

Publié le 02/08/2021

Square a annoncé ce lundi avoir accepté l'acquisition d'Afterpay, proposant une prime de 30% dans le cadre d'un accord par échange d'actions...

Publié le 02/08/2021

Axa s'est installé en tête du CAC 40 lundi, progressant de 3,45% à 22,64 euros, à la faveur d'une publication semestrielle très solide. L'assureur a en effet réalisé un bénéfice net de 3,996…

Publié le 02/08/2021

Course contre la montre

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne