5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Wall Street : les paris sont ouverts pour le 4ème trimestre

| Boursier | 127 | Aucun vote sur cette news

Les marchés américains entament cette semaine le 4ème trimestre à leurs plus hauts historiques. Malgré les mises en gardes sur les fortes valorisations, les indices pourraient tarder à corriger, si l'on en croit les statistiques boursières.

Wall Street : les paris sont ouverts pour le 4ème trimestre
Credits Reuters

La Bourse américaine a terminé le 3ème trimestre sur un feu d'artifices de records historiques. Vendredi dernier, le Dow Jones a fini à seulement 7 points de son record, tandis que le S&P 500, le Nasdaq Composite et l'indice Dow Jones des Transports ont terminé à leurs plus hauts historiques. L'indice des valeurs moyennes, le Russell 2000, a lui aussi terminé le trimestre sur un nouveau record absolu.

A la clôture, le Dow Jones a avancé vendredi de 0,11% à 22.405 points (frôlant son record de 22.412 pts), tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 0,37% à 2.519 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a gagné 0,66% 6.496 pts. Sur la semaine, les trois indices ont progressé respectivement de 0,25%, 0,67% et de 1%.

Le troisième trimestre se solde ainsi par un gain de 5% pour le Dow Jones, de 3,9% pour le S&P 500 et de 5,8% pour le Nasdaq. Et depuis le début de l'année, les trois indices grimpent respectivement de 13,3%, 12,5% et de 20,7% ! Les indices américains ont progressé depuis 8ème trimestre sans interruption, malgré une absence notable de volatilité. Celle-ci fait craindre régulièrement une correction boursière, qui ne s'est pas matérialisée pour l'instant.

Le PER du S&P 500 atteint 17,7 fois les bénéfices attendus

Malgré leur récurrence, les tensions géopolitiques entre les Etats-Unis et la Corée du Nord n'ont pas affecté les marchés financiers au-delà de réactions de très courte durée. En outre, les stratégistes qui mettent en garde contre les valorisations élevées du marché, semblent pour l'instant prêcher dans le désert. Le multiple de capitalisation (PER) de l'indice S&P 500 atteint désormais de 17,7 fois les bénéfices attendus sur les 12 prochains mois, selon le cabinet Factset (groupe Dow Jones) contre 14,1 fois en moyenne sur les 10 dernières années et 15,6 fois sur les 5 dernières années.

Si l'on observe l'historique récent de Wall Street, la probabilité d'une correction du marché en fin d'année paraît assez faible : depuis 2009, année de sortie de la crise des crédits "subprimes", les marchés ont progressé 7 années sur 8 pendant le dernier trimestre.

En 2017, les cours ont notamment été soutenus par les spéculations sur une politique pro-croissance de Donald Trump (même si celle-ci tarde à se mettre en place), par une faiblesse du dollar favorable aux exportations américaines et surtout, par un retour à une forte progression des bénéfices des entreprises du S&P 500. Ces derniers ont grimpé de plus de 10% sur les deux premiers trimestres de 2017, ce qui n'était plus arrivé depuis 6 ans. Une nouvelle progression, de l'ordre de 4,2% est attendue pour le 3ème trimestre 2017, selon le cabinet Factset, dont les prévisions s'avèrent souvent conservatrices.

Dollar faible et rebond du pétrole, sur fond de consommation solide

La reprise des cours du pétrole qui ont retrouvé un niveau supérieur à 50$ pour le baril WTI ont entraîné un rebond des résultats des compagnies du secteur, tandis que le secteur bancaire a profité du relèvement, même progressif, des taux d'intérêts directeurs aux Etats-Unis. La bonne tenue de la croissance mondiale a bénéficié à de nombreux secteurs qu'il soient technologiques ou industriels. Enfin, grâce notamment à un taux de chômage faible, la consommation américaine reste bien orientée, en dépit des effets sectoriels liés aux ouragans de la fin de l'été, ce qui laisse la voie ouverte à une bonne saison des ventes de fin d'année.

Sur le marché des changes, le dollar a signé en septembre une légère hausse de 0,5% face à un panier de devises de référence (dont l'euro et le yen), soutenu par la volonté affichée de la Fed de relever une troisième fois ses taux directeurs avant la fin 2017, sans doute lors de sa réunion de décembre. Il s'agit de la première hausse mensuelle depuis février dernier pour l'indice du billet vert, qui affiche encore un recul de 9% depuis le début de l'année. Face à l'euro, le dollar a reculé de plus de 12% depuis le 1er janvier, ce qui a donné un avantage compétitif aux sociétés américaines sur les marchés internationaux.

Pour les prochaines semaines, les marchés pourraient connaître des rotations sectorielles en faveur de sociétés de petite taille et de valeurs sous-évaluées. Les investisseurs seront aussi très attentifs aux débats au Congrès concernant la réforme fiscale de Donald Trump, attendue depuis sa prise de fonction en janvier dernier... Cette réforme, qualifiée de "révolutionnaire" et présentée le 27 septembre par le président, prévoit notamment de réduire le taux de l'impôt sur les sociétés de 35% à 20%.

Décision dans 2 ou 3 semaines sur le sort de Janet Yellen à la Fed

Les marchés suivront aussi de près les changements éventuels à la tête de la Réserve fédérale. Vendredi, des informations de presse ont ainsi révélé que Donald Trump et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin ont rencontré le 28 septembre un ancien gouverneur de la Fed, Kevin Warsh, afin de discuter du rôle du président de la banque centrale américaine. Rien de précis n'a cependant filtré de cet entretien. Le mandat de 4 ans de Janet Yellen s'achève le 31 janvier prochain, et Donald Trump, qui l'a beaucoup critiquée pendant la campagne électorale, laisse planer le suspense au sujet de sa reconduction. Vendredi, le président américain a toutefois indiqué vendredi devant des journalistes à la Maison Blanche qu'il se déciderait "dans deux, trois semaines" sur le renouvellement du poste de président de la Fed.

Les investisseurs ont plutôt bien accueilli les rumeurs d'une possible nomination de Kevin Warsh comme président de la Fed. Politiquement, il est conservateur, alors que Janet Yellen est proche des démocrates. Il est le gendre de l'homme d'affaires Ron Lauder, un proche du président Trump.

M. Warsh, 47 ans, a notamment travaillé à la Maison Blanche comme conseiller du président George W Bush. En tant qu'ancien gouverneur de la Fed, de 2006 à 2011, il était l'un des proches conseillers de Ben Bernanke, le président de l'époque, et connaît donc bien les arcanes de l'institution. Il est décrit comme une personnalité équilibrée, qui ne devrait pas remettre en question le cycle actuel de relèvement progressif des taux et de réduction du bilan de la Fed entamé par Mme Yellen.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS