Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 927.04 PTS
+2.28 %
5 908.00
+2. %
SBF 120 PTS
4 567.44
+1.89 %
DAX PTS
12 644.57
+1.96 %
Dow Jones PTS
30 967.82
-0.42 %
11 779.90
+1.68 %
1.026
-0.07 %

Wall Street : le rebond se poursuit grâce aux "technos" et au "retail"

| Boursier | 801 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York poursuit son vif rebond pour la 2e séance d'affilée, soutenue par les valeurs technologiques et le secteur de la distribution.

Wall Street : le rebond se poursuit grâce aux "technos" et au "retail"
Credits Reuters

La Bourse de New York poursuit son vif rebond pour la 2e séance d'affilée, soutenue par les valeurs technologiques et le secteur de la distribution, rassuré par les comptes meilleurs que prévu des grands magasins Macy's et Nordstrom. La publication, mercredi, des "Minutes" de la dernière réunion de la Fed, n'a pas réservé de mauvaises surprises, ouvrant la possibilité d'une pause dans la hausse des taux à l'automne afin d'en évaluer l'efficacité sur l'inflation.

A deux heures de la clôture, le Dow Jones gagne 1,75% à 32.683 points, tandis que l'indice large S&P 500 gagne 2,08% à 4.061 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, bondit de 2,76% à 11.750 pts.

Plus tôt dans la journée, la plupart des Bourses mondiales ont aussi fini en hausse. L'indice Euro Stoxx 50 a grimpé de 1,72%, le DAX 30 a avancé de 1,59% à Francfort, tandis qu'à Paris, le CAC 40 a gagné 1,78%. En Asie, le Nikkei a cédé 0,27% à Tokyo, mais en Chine, le Shanghai composite a gagné 0,5%.

A Wall Street, la totalité des 11 indices sectoriels du S&P 500 progressent, à commencer par les biens de consommation discrétionnaire (+5% après 2,8% mercredi), les technologiques (+2,5%), les industrielles (+2,3%), les financières (+2,2%) et les services de communication (+2%) qui retrouvent des couleurs après le profit warning de Snap Inc (+4,3%) qui a laminé le secteur mardi. Snap a repris plus de 14% en 2 séances, après son plongeon de 43% mardi. Parmi les "technos", Nvidia progresse de 5,8% malgré des perspectives assombries par les confinements en Chine et les sanctions contre la Russie, tandis que Broadcom (+4%) a confirmé une OPA de plus de 60 milliards de dollars sur VMware (+3,7%).

Les consommateurs américains résistent, mais changent leurs habitudes

Apple (+2,2%) progresse malgré des informations selon lesquelles le groupe ne produirait pas plus d'iPhones cette année que la précédente.

Dans la distribution, où les déboires des distributeurs Walmart (+2,1%) et Target (+3,6%) avaient fait craindre le pire la semaine dernière, les grands magasins Nordstrom (+5,2% après +14% mercredi) et Macy's (+19%) ont au contraire fait état d'un appétit des consommateurs pour leurs produits haut de gamme.

A l'autre bout du spectre, les acteurs du hard discount Dollar Tree (+20,4%) et Dollar General (+14,4%) ont eux aussi connu un afflux d'acheteurs et ont relevé leurs prévisions annuelles. Le champion chinois du ecommerce Alibaba bondit de 15% après avoir limité les dégâts malgré les confinements en Chine.

Des indicateurs "macro" en demi-teinte

Les indicateurs économiques publiés jeudi ont été plutôt rassurants aux Etats-Unis, même si la 2e lecture du PIB des Etats-Unis au 1er trimestre est ressortie inférieure aux attentes, à -1,5% en rythme annuel, contre -1,4% en première lecture et -1,3% de consensus. La composante dépenses personnelles de consommation a cependant été revue à la hausse à +3,1% contre +3% de consensus et +2,7% en première lecture. Quant à l'indice préliminaire des prix rattaché au PIB, il a progressé un peu plus que prévu, de 8,1%, contre 8% de consensus et 8% en lecture initiale.

L'indice d'inflation dit "core PCE", la référence préférée de la Fed, est ressorti en hausse de 5,1% en rythme annuel au 1er trimestre, après une progression de 5,2% sur le trimestre précédent et un consensus attendu à 5,2%.

Après plusieurs semaines supérieures aux attentes, les inscriptions au chômage ont reculé plus que prévu la semaine dernière aux Etats-Unis. Elles sont ressorties à 210.000, en repli de 8.000 par rapport à la semaine antérieure, alors que le consensus était positionné à 215.000.

Le marché immobilier continue de montrer des signes de ralentissement. L'indice américain des promesses de ventes de logements publié par la National Association of Realtors, a ainsi reculé de 3,9% en avril sur un mois, alors que le consensus était de -1,5%. En mars, ces promesses de ventes avaient déjà décliné de 1,6%, sur fond de remontée des taux hypothécaires.

Les taux de la Fed iront-ils au-delà du niveau "neutre" ?

La Réserve fédérale a donc publié mercredi soir les "Minutes" de sa réunion des 3 et 4 mai dernier, dans lesquelles elle a confirmé son intention de poursuivre ses hausses de taux, par paliers d'un demi-point, pendant au moins deux réunions. Le 4 mai, elle avait relevé le taux de "fed funds" d'un demi-point (50 points de base) pour le porter entre 0,75% et 1%.

"Tous les participants ont réaffirmé leur engagement fort et leur détermination à prendre les mesures nécessaires pour restaurer la stabilité des prix", selon le rapport. Les membres du comité de politique monétaire (FMOC) de la Fed ont ainsi estimé que la Fed pourrait avoir besoin de relever rapidement les taux au-dessus du niveau jugé "neutre" pour l'économie (ni stimulant, ni restrictif), dont le niveau est situé autour de 2,5%, selon le experts. Les membres du FOMC ont indiqué qu'une "politique monétaire restrictive pourrait devenir appropriée en fonction de l'évolution des perspectives économiques et des risques liés à ces perspectives".

Les marchés financiers anticipent actuellement un taux des "fed funds" entre 2,5% et 2,75% à la fin 2022, ce qui correspondrait au niveau "neutre". La Fed a cependant indiqué qu'elle irait au-delà si l'inflation ne ralentit pas. La semaine dernière, dans un entretien au 'Wall Street Journal', le président de la Fed, Jerome Powell, avait dit que la Fed continuerait de relever ses taux jusqu'à ce qu'elle constate des "preuves claires et convaincantes" d'une accalmie sur les prix en direction de l'objectif de moyen terme de 2% de la Fed.

VALEURS A SUIVRE

Broadcom (+4%), le concepteur américain de semi-conducteurs, a confirmé ce jeudi comme attendu ou presque le rachat du fournisseur de services dans l'informatique dématérialisée VMware (+3,6%), le montant de cette transaction atteignant 61 milliards de dollars, dans le cadre d'un deal en numéraire et en actions. Il s'agit pour Broadcom de diversifier davantage ses activités dans les logiciels professionnels. L'opération, pressentie depuis plusieurs jours, constituerait la deuxième plus importante acquisition au niveau mondial depuis le début de l'année après le rachat en janvier pour 68,7 milliards de dollars du concepteur de jeux vidéo Activision Blizzard par le géant software Microsoft.

Selon les termes de transaction, chaque actionnaire de VMware recevrait l'équivalent de 142,50 dollars par action, une prime de plus de 48% par rapport à la clôture du 22 mai, date des premières rumeurs sur des discussions entre les deux groupes. Les actionnaires de VMware pourront choisir de recevoir soit cette somme en numéraire, soit 0,2520 action ordinaire de Broadcom pour chaque titre détenu. Broadcom a reçu des engagements d'un consortium bancaire pour 32 milliards de financements.

Broadcom assumerait 8 milliards de dollars de dette de sa proie. Les actionnaires de VMware seraient soumis à un prorata entre cash et actions Broadcom, ce qui entraînerait l'échange d'environ 50% des actions de VMware contre une contrepartie en espèces et l'échange de 50% contre des actions ordinaires de Broadcom.

Le nouveau VMware, au sein de Broadcom, offrirait aux entreprises clientes un plus grand choix et une plus grande flexibilité pour relever les défis d'infrastructure informatique les plus complexes. Le deal accélèrerait l'échelle de la nouvelle entité dans les logiciels et les opportunités de croissance, avec un chiffre d'affaires pro forma de plus de 40 milliards de dollars, dont 49% de chiffre d'affaires logiciel. Broadcom prévoit un impact positif d'environ 8,5 milliards de dollars sur l'Ebitda pro forma de l'acquisition dans les trois ans suivant la clôture.

Nvidia (+5,8%) a publié mercredi soir des résultats trimestriels solides, mais assortis de perspectives décevantes. Le groupe a cité des problèmes d'approvisionnement liés aux nouvelles mesures prises en Chine contre le Covid-19, ainsi que les conséquences de la guerre en Ukraine. Le groupe prévoit pour son 2e trimestre fiscal en cours (mai-juillet) un chiffre d'affaires de 7,94 à 8,26 milliards de dollars, alors que le consensus envisageait un chiffre de l'ordre de 8,4 Mds$ selon le cabinet FactSet. Cette nouvelle prévision inclut "une estimation de réduction d'environ 500 millions de dollars liée à la Russie et aux confinements en Chine", a précisé la direction dans un communiqué.

Au premier trimestre fiscal, achevé fin avril, Nvidia a dégagé un bénéfice net de 1,62 Md$ contre 1,91 Mds$ un an plus tôt (-15%). Ajusté des éléments non récurrents, le bénéfice par action s'est élevé à 1,36$ contre 0,91$ un an plus tôt, et supérieur aux attentes du consensus, placé à 1,30$. Les ventes trimestrielles ont totalisé 8,29 Mds$ en forte de hausse de 46% par rapport à la même période de 2021 (5,66 Mds$) et là aussi, plus que prévu par les analystes (8,12 Mds$).

Alibaba (+15% !) s'affiche en vive hausse à Wall Street, alors que le géant chinois du commerce en ligne vient de publier des comptes supérieurs aux attentes de marché. Sur le trimestre clos, le groupe a affiché des revenus totaux en augmentation de 9% à 204 milliards de yuans, soit environ 30 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 199 milliards de yuans. Le nombre de consommateurs actifs annuels sur la plateforme atteint 1,31 milliard sur l'exercice clos, dont, pour la première fois, plus d'un milliard de Chinois ! Le bénéfice net attribuable aux actionnaires a décliné de 59% en glissement annuel à 61,96 milliards de yuans, sur ce trimestre clos fin mars, quatrième trimestre de l'exercice fiscal. La baisse du profit net provient essentiellement des pertes associées aux investissements equity dans des compagnies cotées.

Le groupe a bénéficié sur le trimestre clos de la forte demande pour certains services de niche de shopping en ligne en Chine. Les principales places de marché du groupe ont quant à elles affiché des performances plus contrastées. Les revenus de la division de cloud computing se sont appréciés de 12% à 18,97 milliards de yuans. L'unité commerciale principale a vu ses revenus augmenter de 8% à 140,3 milliards de dollars.

Baidu (+14%) bondit à Wall Street, alors que le moteur de recherche chinois vient de publier des comptes trimestriels supérieurs aux attentes, malgré une perte nette de 885 millions de yuans sur la période close fin mars 2022, à comparer à un profit de 25,6 milliards de yuans un an avant. Les revenus trimestriels ont augmenté de 1% à 28,4 milliards de yuans, plus faible croissance en six trimestres, mais le consensus était de 27,8 milliards. Depuis mi-mars, l'activité a été affectée par la résurgence de covid en Chine. Les revenus de Baidu Core, qui fournit des services de marketing en ligne et des produits d'intelligence artificielle, ont augmenté de 4% à 20,5 milliards de yuans. Baidu AI Cloud a vu ses revenus s'envoler de 45%. La perte trimestrielle résulte d'une perte exceptionnelle de 3 milliards de yuans sur des investissements de long terme.

Snowflake (-3,6%), le groupe américain d'hébergement de données dans le cloud, dévisse suite à sa publication financière. Le management a confié hier soir que les problèmes macroéconomiques affectaient l'activité de certains clients. Le groupe software a livré ainsi une guidance pour le trimestre entamé inférieure aux attentes de marché. Pour le premier trimestre fiscal 2023, les revenus produits ont été de 394 millions de dollars, en croissance de 84%. Les revenus ont été de 422 millions de dollars, en augmentation de 85%. La marge brute a été de 75% et le bénéfice opérationnel ajusté a atteint 2 millions. Le free cash flow ajusté s'est établi à 181 millions. Pour le deuxième trimestre fiscal, les revenus produits sont anticipés entre 435 et 440 millions, pour une perte opérationnelle ajustée représentant 2% des revenus.

Medtronic trébuche de 5,3%, alors que le fournisseur de technologies médicales vient de manquer le consensus de profit sur le trimestre clos et de livrer des prévisions sans relief. Medtronic se permet néanmoins de renforcer son dividende. Pour l'exercice 2022 juste clos, les revenus ont augmenté de 5% en données consolidées et en organique. Le bénéfice ajusté par action a progressé de 26%. Le dividende annuel est porté à 2,72$, contre 2,52$ auparavant. Le free cash flow annuel a progressé de 22% à 6 milliards. Les revenus du quatrième trimestre fiscal ont toutefois baissé de 1% à 8,1 milliards de dollars. Le bénéfice GAAP par action a été de 1,1$, alors que le bpa ajusté trimestriel a progressé de 2% à 1,52$.

Dollar General (+14,4%) bondit à Wall Street, tout comme Dollar Tree (20,4%). Les chaînes américaines de distribution à très bas prix ont convaincu par leurs derniers trimestriels, là où Walmart ou Target avaient précédemment déçu. Dollar Tree a rehaussé sa guidance annuelle de revenus entre 27,76 et 28,14 milliards de dollars. La maison-mère de Family Dollar a aussi relevé sa guidance de bpa entre 7,8 et 8,2$. Dollar General, pour sa part, a réaffirmé ses estimations 2022 en termes de bpa, tablant en outre sur une expansion à magasins comparables allant de 3 à 3,5% - une révision en hausse.

Macy's (+19%), la chaîne américaine de magasins, s'enflamme à Wall Street, alors que le groupe vient de battre le consensus de bénéfice et de relever ses prévisions financières. Pour le premier trimestre fiscal juste clos, le bénéfice ajusté par action est ressorti à 1,08$, contre 82 cents de consensus et 39 cents un an avant. Les revenus trimestriels ont totalisé 5,35 milliards de dollars, sur ce trimestre clos en avril, légèrement supérieurs aux attentes, à comparer à un niveau de 4,71 milliards de dollars un an auparavant. Jeff Gennette, CEO de l'affaire, constate que les clients continuent à dépenser malgré les pressions macroéconomiques. Le bénéfice ajusté par action de l'exercice est désormais anticipé entre 4,53 et 4,95$.

Apple (+2,2%) prévoit de maintenir la production d'iPhone à un niveau à peu près stable en 2022, une position conservatrice alors que l'année s'annonce assez compliquée pour l'industrie du mobile. La société californienne aurait ainsi demandé à ses fournisseurs d'assembler environ 220 millions d'iPhone, soit à peu près la même quantité que l'année dernière, selon des personnes au courant de ces projections citées par 'Bloomberg'. Les prévisions du marché sont plus proches de 240 millions d'unités, en raison d'une mise à jour majeure de l'iPhone attendue à l'automne.

Dans un environnement marqué par la plus importante inflation depuis des décennies, la guerre en Ukraine et les troubles au niveau de la chaîne d'approvisionnement, les spécialistes du secteur se montrent très prudents. Strategy Analytics mise par exemple sur un déclin allant jusqu'à 2% des expéditions globales de smartphones en 2022. TrendForce a de son côté revu deux fois à la baisse ses prévisions de production pour l'ensemble de l'année au cours des dernières semaines. L'ensemble du secteur technologique se prépare en fait à un ralentissement des dépenses de consommation, la hausse des prix des carburants et des matériaux faisant augmenter le coût des produits de première nécessité.

Twitter (+5,5%). Elon Musk a rassuré sur son intention d'acheter le réseau social, même si son offre de plus de 44 milliards de dollars a été gelée depuis le 13 mai. Le patron de Tesla (+7,4%) et SpaceX a fait savoir mercredi soir dans un document déposé auprès des autorités boursières américaines, qu'il a sécurisé un financement de 6,25 milliards de dollars supplémentaires pour cette acquisition, ce qui portera la part d'apport en capitaux propres à 33,5 Mds$. Musk est aussi en pourparlers avec des actionnaires de Twitter, dont Jack Dorsey, pour obtenir des engagements supplémentaires afin de financer la transaction.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 juillet 2022

CODE OFFRE : SUMMER22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 06/07/2022

Après un weekend de trois jours, les marchés étant restés fermés lundi pour la fête nationale américaine (Independence Day), la reprise a été mitigée pour la bourse de New York. 

Publié le 05/07/2022

Le risque d'une récession continue de plomber le moral des investisseurs

Publié le 05/07/2022

La cote américaine s'affiche nettement dans le rouge ce mardi, mais cette fois, les technologiques du Nasdaq surnagent, et ce sont surtout le Dow...

Publié le 05/07/2022

La cote américaine s'affiche nettement dans le rouge avant bourse ce mardi...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/07/2022

Le CAC 40 ne reprend qu'une partie du terrain perdu hier (-2,68%), progressant de 1,80% à 5...

Publié le 06/07/2022

Air France-KLM a signé un accord avec CFM International portant sur l'acquisition de 200 moteurs LEAP 1-A pour équiper sa future flotte d'Airbus A320neo et A321neo. Cette décision fait suite à la…

Publié le 06/07/2022

Meta Platforms va poursuivre ses plans NFT...

Publié le 06/07/2022

Prodways a annoncé l'acquisition de 100% de la société Auditech Innovations, spécialiste français des protections auditives individuelles sur-mesure...

Publié le 06/07/2022

JCDecaux a noué une alliance stratégique, incluant une prise de participation majoritaire, avec la société Displayce, DSP (Demand Side Platform) leader spécialisée dans l'achat et l'optimisation…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne