En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 858.97 PTS
+2.02 %
4 876.0
+2.57 %
SBF 120 PTS
3 844.68
+2.09 %
DAX PTS
12 021.28
+3.75 %
Dow Jones PTS
25 742.65
+1.05 %
9 657.31
+0.61 %
1.117
+0.01 %

Wall Street : le rebond s'effrite malgré la hausse des pétrolières

| Boursier | 969 | 4 par 1 internautes

La Bourse de New York évolue près de l'équilibre jeudi soir. Les valeurs pétrolière bondissent dans l'espoir d'une réduction de la production mondiale de brut par Riyad et Moscou.

Wall Street : le rebond s'effrite malgré la hausse des pétrolières
Credits Reuters

La Bourse de New York réduit ses gains jeudi soir malgré un vif rebond des valeurs pétrolières, qui saluent l'espoir d'une réduction de la production mondiale de brut par Riyad et Moscou face à la crise du coronavirus. Les marchés s'inquiètent des conséquences de la pandémie sur l'économie, après une nouvelle envolée du chômage aux Etats-Unis. Le nombre de demandeurs d'emplois a ainsi dépassé 6,5 millions la semaine dernière, un nouveau record historique !

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones avance de 0,14% à 20.972 points, tandis que l'indice large S&P 500 gagne 0,39% à 2.480 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, cède 0,08% à 7.354 pts.

Le secteur de l'énergie soutient la cote avec un bond de 7% de l'indice S&P 500 Energy, suivi de loin par les "utilities" (1,7%) et les biens de consommation de base (+1,3%). Parmi les pétrolières, Chevron rebondit de 6,5%, ExxonMobil de 4%, Transocean prend 1,85%, Devon Energy gagne 9,6%, Marathon Oil prend 7,8% et Schlumberger bondit de 6,8%.

Rebond de l'ordre de 20% pour les cours du pétrole

Les cours du pétrole s'offrent un spectaculaire rebond technique après être tombés lundi sous le seuil des 20$ le baril pour le WTI, et après avoir perdu les deux-tiers de leur valeur au 1er trimestre. Jeudi soir, le WTI reprend 21% à 24,60$ pour le contrat à terme de mai sur le Nymex, et le Brent de mer du Nord regagne 20% à 29,67$ (contrat de juin) !

Donald Trump, qui signale depuis deux semaines son intention d'intervenir "au moment approprié" pour soutenir les cours, a mis le feu au marché en annonçant jeudi que l'Arabie saoudite et la Russie ont accepté de réduire leur production de 10 millions de barils par jour (soit environ 10% de la demande mondiale avant la crise du coronavirus).

"Je viens de parler à mon ami MBS (prince héritier) d'Arabie Saoudite, qui s'est entretenu avec le président Poutine de Russie, et je m'attends & j'espère qu'ils réduiront d'environ 10 millions de barils (ndlr : la production), et peut-être bien plus, ce qui, si cela se produit, sera GRAND pour l'industrie du pétrole et du gaz !" a ainsi annoncé le président américain sur son compte Twitter.

La demande mondiale de brut a plongé à cause du Covid-19

Mercredi, le président russe Vladimir Poutine avait lui aussi appelé les pays producteurs et consommateurs de pétrole à trouver une solution, face à l'effondrement des cours, sans faire d'annonce concrète. La chute des cours à des niveaux inférieurs aux prix de revient pour de nombreux producteurs menace la filière dans de nombreux pays, dont la Russie et les Etats-Unis.

La demande mondiale de pétrole a plongé de 20% à 25% ces dernières semaines en raison de la crise du Covid-19, selon les experts. Malgré cela, l'Arabie saoudite et la Russie persistaient dans leur guerre des prix déclenchée début mars, contribuant à augmenter l'offre de brut sur des marchés mondiaux saturés et où les stocks débordent... Ainsi, les stocks américains publiés mercredi pour la semaine close au 27 mars, ont montré une envolée de 13,8 millions de barils à 469,2 mb, contre un consensus de +3,3 mb.

Des inscriptions au chômage multipliées par deux en 7 jours

Malgré le soulagement sur le front du pétrole, les investisseurs ont encaissé des statistiques très inquiétantes sur le front de l'emploi aux Etats-Unis. Le Département américain au Travail vient d'annoncer, pour la semaine close au 28 mars, que les inscriptions au chômage ont atteint le niveau record de 6,548 millions, en hausse de 3,341 millions par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure de 3,283 millions, qui constituait déjà un plus haut historique.

Le consensus Bloomberg était positionné à 'seulement' 3,7 millions. Avant que le coronavirus ne mette à l'arrêt la majeure partie de l'économie américaine, le précédent record datait de 1982 avec 695.000 demandes, soit environ dix fois moins que le niveau de la semaine passée !

Presque anecdotique à côté, le déficit de la balance du commerce international s'est réduit à 39,9 milliards de dollars en février, contre un consensus de place de 40 Mds$ et une lecture de 45,5 milliards de dollars en janvier. Les importations ont reculé de 2,5% alors que les exportations ont diminué de 0,4%, selon les données du Département au Commerce.

Enfin, les commandes industrielles américaines sont ressorties stables en février en comparaison du mois antérieur, contre +0,2% de consensus de place, mais ces chiffres sont antérieurs à la crise du coronavirus.

Jusqu'à 240.000 morts attendus aux Etats-Unis

Sur le plan sanitaire, l'épidémie de Covid-19 continue de se propager rapidement aux Etats-Unis. Le nombre de contaminations par le Covid-19 y dépasse désormais les 226.000 et le nombre de morts était d'au moins 5.300 jeudi soir, selon le décompte de l'université Johns Hopkins, qui fait référence.

Donald Trump a désormais pris la mesure de l'ampleur de la pandémie, après en avoir longtemps minimisé la gravité. Le président américain a prévenu mardi soir que les deux prochaines semaines seraient "très, très douloureuses" aux Etats-Unis.

La Maison Blanche s'attend désormais à entre 100.000 et 240.000 morts aux Etats-Unis, si les mesures actuelles de distanciation sociale, qui ont été prolongées jusqu'au 30 avril, sont correctement appliquées... Si ces mesures n'étaient pas prises, le nombre de morts pourrait atteindre 1,5 à 2,2 millions, a précisé l'administration Trump.

Forte baisse attendue des bénéfices et des dividendes en 2020

Alors que le bilan de la pandémie de Covid-19 continue à gonfler, les conséquences économiques sont de plus en plus concrètes, et dramatiques, de part et d'autre de l'Atlantique. Les analystes commencent ainsi à intégrer le scénario d'une crise durable, qui va non seulement laminer les bénéfices des entreprises mais aussi entraîner une réduction ou une suspension des versements de dividendes et ses programmes de rachat d'actions.

Le marché table désormais sur une baisse de 9,6% des bénéfices du S&P-500 au deuxième trimestre et à un recul de 2% sur l'année, selon le consensus IBES Refinitiv. Des données sans aucun doute appelées à être révisées à la baisse...

VALEURS A SUIVRE

* Boeing (+7,6%) va proposer à ses 161.000 employés un plan de départs volontaires, avec notamment des départs en retraite anticipée, dans l'optique de compenser l'impact financier de la crise sanitaire liée au coronavirus, qui a grandement nui au secteur aérien. "Lorsque le monde sortira de la pandémie, la taille du marché commercial et les types de produits et de services que nos clients veulent et dont ils ont besoin seront probablement différents", a déclaré le PDG David Calhoun dans un message adressé aux salariés. "Il est important que nous commencions dès maintenant à nous adapter à notre nouvelle réalité". "En l'absence de rentrées d'argent, vous devez réduire rapidement vos coûts fixes", explique à 'Bloomberg' Nick Cunningham, analyste chez Agency Partners à Londres. "Aussi douloureux que cela puisse être, Boeing doit réduire ses effectifs. Si vous ne le faites pas, vous détruirez la compagnie".

* Amazon (-0,6%) / Coty (-1%). La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a donné raison jeudi à Amazon dans son différend avec la filiale allemande de Coty, estimant que le géant américain de la vente en ligne n'était pas responsable des produits contrefaits stockés à son insu par des vendeurs tiers.

* Zoom Video Communications (-10,7%). Le groupe SpaceX a interdit à ses employés d'utiliser l'application de vidéoconférence, évoquant de fortes inquiétudes en matière de confidentialité et de sécurité, selon un document interne consulté par Reuters. Le patron et fondateur de Zoom a lui-même déclaré : "nous reconnaissons que nous n'avons pas répondu aux attentes de la communauté - et aux nôtres - en matière de protection de la vie privée et de sécurité. Pour cela, je suis profondément désolé, et je veux partager ce que nous faisons à ce sujet".

* Walgreens Boots Alliance (-8,1%) malgré la présentation de résultats meilleurs que prévu pour son deuxième trimestre. Le détaillant pharmaceutique a néanmoins indiqué que la pandémie de Covid-19 rendait l'avenir incertain. Le groupe a enregistré sur son deuxième trimestre fiscal un profit net de 946 millions de dollars, soit un bpa de 1,07$, contre un résultat net de 1,16 Md$ ou 1,24$ par action un an auparavant. Le bpa ajusté est ressorti à 1,52$ contre 1,46$ de consensus. Les revenus ont atteint 35,82 Mds$, en hausse de 3,7% et supérieurs aux 35,4 Mds$ de consensus. Walgreens mettra à jour ses prévisions annuelles lors de la publication de ses prochains comptes trimestriels. Il visait jusqu'ici une croissance à peu près nulle de son bénéfice ajusté par action.

* CarMax (-4,3%), là aussi en dépit de la publication de résultats trimestriels supérieurs aux attentes de la place. Le vendeur américain de véhicules d'occasion basé dans le comté de Goochland en Virginie a dégagé sur les trois mois clos fin février un profit net de 214,9 millions de dollars ou 1,30$ par titre contre un bénéfice de 192,6 M$ ou un bpa de 1,13$ un an plus tôt. Les revenus nets ont bondi de 14,9% à 4,96 Mds$. Le consensus tablait respectivement sur un bpa de 1,13$ pour des recettes de 4,71 Mds$. La société a souligné qu'au cours des dernières semaines, environ la moitié de ses magasins ont fermé ou fonctionnent de façon limitée, et que la demande des consommateurs s'est "progressivement détériorée" dans les magasins qui restent ouverts.

* Altria (-4,8%). La Commission fédérale du commerce (FTC) a déposé une plainte contraignant Altria, propriétaire entre autres de la marque Marlboro, à vendre son investissement dans le fabricant de cigarettes électroniques Juul Labs, estimant qu'elle portait atteinte à la concurrence.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 juillet 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/06/2020

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 02/06/2020

Dès sa livraison, l'immeuble accueillera le siège parisien de Goldman Sachs et lui donnera la possibilité de poursuivre son développement en France...

Publié le 02/06/2020

Ce système associe la technologie de tête de réseau Flamingo d'Anevia et le service de contenu multimédia en streaming du spécialiste des droits de contenus LicenseProof...

Publié le 02/06/2020

L'ensemble du contrat sera servi depuis la plateforme nord-américaine de Lisi Aerospace...

Publié le 02/06/2020

L'Assemblée générale mixte des actionnaires de Covivio Hôtel, réunie le 7 mai, a approuvé le versement d'un dividende au titre de l'exercice 2019 d'un...