Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 453.48 PTS
+0.67 %
6 419.0
+0.49 %
SBF 120 PTS
4 985.55
+1.73 %
DAX PTS
14 231.29
+1.59 %
Dow Jones PTS
32 637.19
+1.61 %
12 276.79
+2.79 %
1.075
+0.17 %

Wall Street : le Nasdaq entre en correction, les taux se tendent

| Boursier | 1713 | 4 par 5 internautes

La Bourse de New York s'affiche en nette baisse mardi, après un week-end de trois jours qui n'a fait qu'exacerber les inquiétudes concernant le futur durcissement monétaire de la Fed.

Wall Street : le Nasdaq entre en correction, les taux se tendent
Credits Reuters

La Bourse de New York s'affiche en nette baisse mardi, après un week-end de trois jours qui n'a fait qu'exacerber les inquiétudes concernant le futur durcissement monétaire de la Réserve fédérale. Les taux des obligations d'Etat américaines se sont une nouvelle fois nettement tendus mardi, le "2 ans" dépassant 1%, et le "10 ans" grimpant à 1,85%, au plus haut depuis plus de deux ans. Les cours du pétrole grimpent encore, le Brent approchant les 90$ le baril, sur fond de tensions géopolitiques au Moyen-Orient et en Ukraine.

A deux heures de la clôture, le Dow Jones abandonne 1,35% à 35.426 points, tandis que l'indice large S&P 500 perd 1,63% à 4.587 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, chute de 2,12% à 14.578 pts.

Le Nasdaq perd désormais 10,1% par rapport à son plus haut en séance de 16.212 points le 19 novembre dernier, entrant en zone de correction (un perte supérieure à 10%), qu'il avait déjà atteinte brièvement la semaine dernière avant de rebondir.

Microsoft parie sur les jeux vidéo, clés des futurs métavers

Dans l'actualité des entreprises, l'événement majeur est l'OPA amicale de près de 69 milliards de dollars en cash de Microsoft sur Activision Blizzard, l'éditeur notamment des jeux vidéo "Call of Duty", "World of Warcraft" et "Candy Crush". L'annonce de cette acquisition, la plus grosse de l'histoire de Microsoft mais aussi de l'industrie du "gaming", n'a pas suffi à remonter le moral des investisseurs, même si l'action Activision Blizzard flambait de 25,4%. Microsoft en revanche cédait 2% en séance.

La concentration dans les jeux vidéo s'est accélérée la semaine dernière par le rachat de Zynga (-0,7%) par Take-Two (+1,7%) pour 12,7 Mds$. A Paris, le titre Ubisoft a bondi mardi de près de 12%.

Le patron de Microsoft Satya Nadella a justifié cette opération par l'intérêt majeur des métavers pour les futurs jeux vidéos. "Les jeux vidéo sont la catégorie la plus dynamique et la plus enthousiasmante dans le divertissement sur l'ensemble des plateformes et joueront un rôle déterminant dans le développement des plateformes de métavers", a-t-il affirmé.

Les résultats trimestriels de la banque d'affaires Goldman Sachs (-7%) ont déçu, malgré une progression supérieure aux attentes pour les revenus. Comme ses rivaux JP Morgan Chase (-4,1%) et Citigroup (-2,4%) la semaine dernière, Goldman Sachs a vu ses coûts du travail (salaires et primes) augmenter, ce qui a pesé sur ses profits.

Au moins 3 hausses de taux de la Fed attendues cette année

Après une avalanche de déclarations favorables à un cycle de hausse des taux directeurs démarrant en mars, les responsables de la Fed seront silencieux cette semaine, observant les règles de discrétion à l'approche de la réunion des 25 et 26 janvier. Les marchés attendent de cette réunion des précisions sur le rythme et le nombre de hausses des taux, ainsi que sur le calendrier de réduction du bilan de la Fed.

Les marchés s'attendent à au moins 3 hausses de taux cette année, ainsi qu'à un début de réduction du bilan de la Fed, qui a gonflé à un record de 8.700 Mds$. Lors du précédent cycle de hausse des taux, en 2015, la Fed avait attendu deux ans avant de procéder à cette réduction, mais cette fois, elle a signalé qu'elle irait plus vite pour juguler l'inflation (7% aux USA en décembre pour les prix à la consommation).

Ces anticipations ont entraîné une forte tension sur les taux des obligations. Depuis la fin décembre, le taux du T-Bond à 10 ans est passé de 1,5% à 1,85% mardi soir (+7 points de base par rapport à vendredi), au plus haut depuis plus de deux ans, en décembre 2019. Le "2 ans" grimpe mardi de 7 pdb à 1,04%, contre 0,73% le 31 décembre, et revient au plus haut depuis deux ans, fin janvier 2020. En Europe aussi, les taux sont remontés, le Bund allemand à 10 ans passant de -0,18% le 31 décembre à -0,02% mardi, frôlant le terrain positif pour la première fois depuis avril 2019.

Les experts sont divisés sur les potentiels effets négatifs de la normalisation de la politique monétaires sur les actions. Alors que des taux d'intérêts plus élevés font apparaître très chères les valeurs de croissance, notamment les technologiques, la remontée des taux correspond à une période de forte reprise économique (voire de surchauffe), ce qui devrait être favorable aux bénéfices des entreprises, surtout pour les secteurs des matériaux de base et pour les sociétés qui auront la capacité de transférer leurs hausses de coûts sur leurs prix de vente ("pricing power").

Le baril de pétrole Brent au plus haut depuis 2014

Les cours du pétrole poursuivent leur ascension mardi, au lendemain d'une attaque attribuée aux rebelles yéménites houthis visant les Emirats arabes unis, un gros producteur de brut du cartel Opep. Le baril de brut léger américain WTI prend encore 1,1% à 84,73$ (contrat à terme de février sur le Nymex), tandis que le Brent de Mer du nord grimpe de 0,4% à 86,84$ (contrat de mars) après un pic à 87,13$, au plus haut depuis novembre 2014. Les cours du brut viennent d'enchaîner 4 semaines de hausse consécutive, l'offre mondiale de brut étant bridée par des problèmes dans de nombreux pays producteurs et la demande continuant de progresser malgré la vague du variant Omicron du coronavirus.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar fait office de valeur refuge et profite de la remontée des taux d'intérêt. L'indice regagne en soirée 0,58% à 95,80 pts face à un panier de devises de référence, tandis que l'euro lâche 0,76% à 1,1320$ sur le marché interbancaire américain.

L'or a fléchi de 0,2% mardi à 1.812,40$ l'once sur le Comex (contrat de février), après un gain de 1,1% la semaine dernière. Le bitcoin évolue autour de 41.643$, en baisse de 0,6% sur 24h, selon le site Coindesk.

Statistiques en demi-teinte aux Etats-Unis

Sur le front macro-économique aux Etats-Unis, l'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York a surpris à la baisse en janvier, ressortant négatif de -0,7, contre +26 de consensus. L'indicateur traduit donc, de manière très inattendue, une contraction de l'activité manufacturière dans la région considérée.

Par ailleurs, l'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders pour le mois de janvier 2022 s'est établi à 83, contre un consensus de 84 et un niveau de 84 également pour le mois antérieur.

Mercredi, on suivra les permis de construire et les mises en chantier en décembre ainsi que l'indice d'activité de la Fed de Philadelphie en janvier. Les inscriptions hebdomadaires au chômage seront publiées jeudi, ainsi que les ventes de logements existants pour décembre, et les stocks pétroliers (reportés d'un jour, lundi étant férié). Enfin vendredi, l'indice des indicateurs avancés de décembre, publié par le Conference Board, permettra de sonder les perspectives de l'économie américaine.

VALEURS A SUIVRE

Activision Blizzard bondit de 25,4% à Wall Street vers les 82$, alors que Microsoft (-2%) a annoncé un accord pour l'acquisition du colosse des jeux vidéo. Avec trois milliards de personnes jouant activement à des jeux aujourd'hui et alimenté par une nouvelle génération imprégnée des joies du divertissement interactif, le jeu est désormais la forme de divertissement la plus importante et celle qui connaît la croissance la plus rapide, note le géant software américain Microsoft, qui vient donc de révéler son intention d'acquérir Activision Blizzard, un leader dans le développement de jeux et éditeur de contenus de divertissement interactif. Cette acquisition accélérera la croissance de l'activité de jeu de Microsoft sur mobile, PC, console et cloud et fournira des éléments de base pour le métavers.

Microsoft s'offrira Activision Blizzard pour 95$ par action, dans le cadre d'une transaction entièrement en cash évaluée à 68,7 milliards de dollars, y compris la trésorerie nette d'Activision Blizzard. Lorsque la transaction sera finalisée, Microsoft deviendra la troisième plus grande société de jeux au monde en termes de chiffre d'affaires, derrière Tencent et Sony.

L'acquisition prévue comprend des franchises emblématiques des studios Activision, Blizzard et King comme 'Warcraft', 'Diablo', 'Overwatch', 'Call of Duty' et 'Candy Crush', en plus des activités mondiales d'eSport via la Major League Gaming. L'entreprise possède des studios dans le monde entier avec près de 10 000 employés. Bobby Kotick continuera d'occuper le poste de DG d'Activision Blizzard, et lui et son équipe continueront de se concentrer sur les efforts visant à renforcer davantage la culture de l'entreprise et à accélérer la croissance de l'entreprise. Une fois l'accord conclu, l'activité d'Activision Blizzard rendra compte à Phil Spencer, DG de Microsoft Gaming.

La transaction est soumise aux conditions de clôture habituelles et à l'achèvement de l'examen réglementaire, ainsi qu'à l'approbation des actionnaires d'Activision Blizzard. L'accord devrait être conclu au cours de l'exercice 2023 et aura un effet relutif sur le bénéfice par action ajusté à la clôture. La transaction a été approuvée par les conseils d'administration de Microsoft et d'Activision Blizzard.

Goldman Sachs dévisse de 7% après des comptes, fait rare, inférieurs aux attentes de marché. Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires est tombé à 3,81 milliards de dollars sur le trimestre clos fin décembre, contre 4,36 milliards de dollars à la même période un an plus tôt. Le bénéfice par action est ressorti à 10,81 dollars contre 12,08 dollars un an plus tôt. Les analystes s'attendaient en moyenne à un bénéfice d'environ 11,7$ par titre. Les revenus ont totalisé tout de même 12,64 milliards de dollars, contre à peine plus de 12 milliards de consensus. Le management du groupe met en perspective la performance, saluant une année 2021 record pour la banque d'affaires.

Bank of New York Mellon (-2,1%) a publié ce mardi, pour son quatrième trimestre fiscal, un bénéfice net applicable aux actionnaires ordinaires de 822 millions de dollars, contre 881 millions un trimestre auparavant et 702 millions sur la période correspondante de l'an dernier. Le bénéfice dilué par action a été de 1,01$, contre 1,04$ au troisième trimestre et 79 cents un an plus tôt. Les revenus totaux ont atteint 4 milliards de dollars sur la période, en augmentation de 4%. Le consensus était de 1,01$ de bénéfice ajusté par action pour 3,98 milliards de dollars de revenus.

PNC Financial Services (-2%), groupe bancaire américain, a publié pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice net de 1,3 milliard de dollars et 2,86$ sur une base diluée, ou 3,68$ sur une base ajustée. Les revenus annuels sont ressortis à un niveau record, à 19,2 milliards contre 16,9 milliards un an avant. Les revenus trimestriels ont été de 5,13 milliards de dollars, contre 5,2 milliards pour le trimestre antérieur. Le consensus était de 3,16$ de bénéfice ajusté trimestriel par action pour 5,15 milliards de dollars de revenus.

Kohl's (+4,7%) grimpe en bourse, alors que l'investisseur activiste Macellum Advisors GP LLC estime que la chaîne américaine de magasins devrait explorer des alternatives stratégiques, y compris une cession, si elle n'est pas disposée à poursuivre des "améliorations". Macellum possède environ 5% du capital de Kohl's. Le hedge fund juge qu'il existe des acquéreurs potentiels bien capitalisés qui pourraient offrir une prime significative pour reprendre le détaillant, indique Reuters.

Meta Platforms (-3,4%). Les brevets offrent des indices sur la façon dont la maison-mère de Facebook a l'intention de gagner de l'argent dans le métavers. C'est ce qu'indique le Financial Times. Citant un examen de centaines de demandes de brevet, dont beaucoup ont été accordés ce mois-ci, le FT rapporte que Meta s'est donné la capacité d'utiliser des données biométriques pour dicter ce qu'un utilisateur voit et animer son avatar de manière réaliste. Le Financial Times note que le fait d'avoir des brevets ne garantit pas que Meta construira la technologie, mais il rapporte que Meta a proposé de créer un magasin virtuel où des biens numériques peuvent être achetés.

Dans une interview, un dirigeant de Meta déclare au FT que le commerce dirigera le modèle commercial dans le métavers, où les publicités joueront clairement un rôle. Meta tenterait aussi de créer des répliques 3D de personnes, de lieux et de choses réelles d'une manière qui équivaut à "un programme mondial de clonage humain", selon un spécialiste cité par le FT.

Moderna (-7,9%) s'attend à pouvoir partager les données du vaccin spécifique au variant Omicron avec les régulateurs vers le mois de mars. S'exprimant lors d'une conférence virtuelle du Forum économique mondial, le CEO de Moderna, Stéphane Bancel, a déclaré que le vaccin était en cours de finalisation et qu'il devrait entrer en phase clinique dans les semaines à venir, notant que la société espérait pouvoir disposer de données à partager d'ici mars avec les régulateurs pour déterminer les prochaines étapes.

BioNTech (-13%). Des données préliminaires montrent que la quatrième dose de Comirnaty augmente les anticorps mais ne protège pas contre le variant Omicron, indique Bloomberg. Les données préliminaires d'un essai impliquant 154 personnes en Israël montrent ainsi qu'une quatrième dose du vaccin Comirnaty n'offrirait qu'une défense partielle contre le variant Omicron du coronavirus. Lors d'une conférence de presse, le chercheur principal a déclaré qu'il était juste d'administrer une quatrième dose du vaccin aux personnes les plus vulnérables, mais qu'il n'était pas clair qu'une quatrième dose doive être administrée à l'ensemble de la population.

AT&T (+0,17%). La vente aux enchères aux Etats-Unis des licences 5G dans la bande des 3,45 GHz a rapporté au total 22,5 milliards de dollars, dont 9 milliards de dollars déboursés par AT&T... Par ailleurs, les grandes compagnies aériennes américaines jugent que le déploiement mercredi des nouveaux services d'AT&T et Verizon dans la bande C de la 5G pourrait provoquer une 'catastrophe' en raison d'un risque de perturbations dans l'aviation...

Boeing (+0,24%) précise que son usine de Tianjin, en Chine fonctionne normalement malgré le confinement local.

American Airlines (-2,8%), United Airlines (-1,9%), Delta Air Lines (-1,3%) ou Southwest (-0,7%) sur fond de tempête hivernale qui s'est abattue sur une grande partie de l'est des Etats-Unis et du Canada, entraînant l'annulation de plus de 3.000 vols.

Apple (-1,6%), le colosse technologique de Cupertino, va autoriser aux Pays-Bas les développeurs d'applications de rencontre à proposer aux clients de l'App Store un système de paiement tiers, se conformant à la décision de l'autorité néerlandaise de concurrence. En outre, une commission du Sénat américain doit examiner après-demain un projet de loi sur les magasins d'applications.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 mai 2022

CODE OFFRE : INVESTIR22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : INVESTIR22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/05/2022

La FDA a fait un point jeudi soir sur les mesures prises pour fournir du lait infantile aux nourrissons souffrant de certaines allergies ou de conditions de santé critiques. Ce type de préparation…

Publié le 27/05/2022

Maisons du Monde a revu à la baisse ses objectifs annuels, dévoilés début mai, en raison de la dégradation de l’environnement macroéconomique et des conditions d’approvisionnement. Le…

Publié le 27/05/2022

Gap décrochait de 13% hier soir, après bourse à Wall Street...

Publié le 27/05/2022

Jeudi soir, AB Science a annoncé que l'autorité de santé canadienne (Health Canada) avait émis un avis favorable à l'issue de l'examen préliminaire du dossier d'enregistrement du masitinib dans…

Publié le 27/05/2022

Ipsen a annoncé jeudi soir que des données encourageantes seront présentées sur l'inhibiteur multi-cibles de la tyrosine kinase (TKI), Cabometyx (cabozantinib), pour une variété de types de…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne