5 343.86 PTS
-0.25 %
5 348.0
-0.18 %
SBF 120 PTS
4 263.68
-0.24 %
DAX PTS
13 083.94
+0.12 %
Dowjones PTS
24 508.66
+0.00 %
6 389.91
+0.00 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Wall Street : la Réserve fédérale en vedette cette semaine

| Boursier | 128 | Aucun vote sur cette news

La Fed devrait préciser mercredi l'évolution de sa politique monétaire. Les modalités de réduction de son bilan sont notamment attendues par les marchés boursiers.

Wall Street : la Réserve fédérale en vedette cette semaine
Credits Reuters

Les records boursiers de la semaine passée seront mis à rude épreuve cette semaine, à l'occasion de la décision de politique monétaire de la Fed attendue mercredi 20 septembre. Les investisseurs s'attendent à un statu quo sur les taux directeurs, mais le suspense demeure sur une possible 3ème hausse des taux cette année lors de la réunion de décembre.

En outre, les marchés aimeraient en apprendre davantage sur les modalités et le calendrier de la réduction du bilan de la Fed. Ce dernier a été gonflé jusqu'à 4.500 milliards de dollars par les trois programmes successifs d'achats d'actifs menés par la banque centrale américaine de décembre 2008 à octobre 2014.

Vendredi dernier, les indices Dow Jones et S&P 500 ont terminé sur des niveaux record, et le Nasdaq était lui aussi très proche de ses plus hauts historiques. Le DJIA a gagné vendredi 0,29% à 22.268 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,19% à 2.500 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a avancé de 0,3% à 6.448 pts, finissant à peine à 0,2% de son plus haut niveau historique de 6.460 atteint mercredi. Sur la semaine, les trois indices ont effacé leurs pertes de la semaine précédente, en rebondissant de 2,1% pour le DJIA, de 1,6% pour le S&P 500 et de 1,4% pour le Nasdaq.

Le pétrole au rebond, la demande mondiale s'améliore

La semaine passée a notamment profité au pétrole et aux valeurs pétrolières, qui ont été soutenues par une remise en route d'une partie des raffineries du Texas après l'ouragan Harvey, ainsi que par des informations optimistes sur la demande mondiale d'or noir. Le cours du baril de pétrole léger américain (WTI ou light sweet crude) a bondi de 5,1% la semaine dernière pour terminer tout près du seuil de 50$ (à 49,89$) au plus haut depuis la fin juillet dernier.

L'Opep a relevé sa prévision de la demande pour son pétrole en 2018 et a signalé que son accord sur des baisses de production pourrait être prolongé au-delà de mars 2018. De son côté, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a fait état jeudi d'un début de désengorgement du marché mondial, grâce notamment à une croissance de la demande plus forte que prévu en Europe et aux Etats-Unis. Enfin, l'agence américaine d'information sur l'énergie (IEA) voit la consommation mondiale de pétrole et autres carburants liquides augmenter de près de 20% d'ici 2040, grâce aux secteurs des transports et de l'industrie.

A Wall Street, les valeurs pétrolières ont nettement rebondi sur 5 séances : +1,4% pour ExxonMobil, +3,3% pour Chevron, +9,5% pour Transocean et 3,4% pour Schlumberger.

La Fed renoncera-t-elle à une 3ème hausse des taux cette année ?

Le marché obligataire américain, qui avait servi de valeur-refuge début septembre, a nettement reculé la semaine dernière, faisant mécaniquement remonter les taux d'intérêts. Le rendement du T-Bond à 10 ans a ainsi fini vendredi à 2,20%, une hausse de 1 point de base sur la séance, mais un bond de 15 pdb sur 5 jours. Ce taux sera surveillé de près cette semaine à l'aune des annonces de la Fed. Celles-ci pourraient aussi entraîner de la volatilité sur le marché des changes : la semaine dernière, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises) a regagné à 0,4% mais il a abandonné 10,4% depuis début janvier, malgré deux hausses des taux de la Fed, qui ont porté le taux des "fed funds" dans une fourchette de 1% à 1,25%.

Mercredi, la conférence de presse de Janet Yellen, la présidente de la Fed, sera particulièrement suivie. Après l'annonce, jeudi dernier, d'un taux d'inflation un peu plus soutenu que prévu en août (+1,9% sur un an) a relancé les spéculations sur une nouvelle hausse des taux en décembre. Les commentaires de la Fed après les ouragans Harvey et Irma seront aussi très suivis : la banque centrale considérera-t-elle que leurs effets négatifs sur la croissance ne seront que transitoires, ou estimera-t-telle qu'ils seront de nature à lui faire repousser certaines décisions de politique monétaire ?

Par ailleurs, les marchés attendent des détails sur la réduction du bilan de la Fed, porté à 4.500 Mds$ après trois programmes successifs d'achats de bons du Trésor et de titres appuyés sur des créances hypothécaires.
Le long processus qui consiste à cesser de réinvestir dans les titres qui arrivent à maturité devrait dans un premier temps se régler au rythme minime de 10 milliards de dollars par mois et commencer en octobre, selon certains analystes.

Les marchés anticipent une réduction très progressive du bilan de la Fed

La Fed devrait procéder de manière très progressive dans la mesure où la réduction de son bilan correspond techniquement à un resserrement monétaire supplémentaire. En effet, en cessant de réinvestir dans certains types d'obligations, la Fed va favoriser l'accroissement de l'offre obligataire, ce qui est de nature à faire baisser les cours et à faire remonter les taux (qui évoluent à l'inverse des cours).

Sur les marchés d'actions, tout signe haussier de la part de la Fed pourrait entraîner une rotation sectorielle, notamment en faveur des valeurs financières, qui profitent d'un environnement de taux plus élevé. Depuis le début de l'année, l'indice S&P 500 des banques a progressé de moins de 4%, alors que celui du S&P 500 de valeurs à haut dividende a pris 9,2% et que le S&P 500 des "utilities" (services collectifs) a bondi de 12%.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

thierry Ehrmann fondateur et PDG d'Artprice:   "Le vote de la F.C.C. de la nuit dernière est l'événement le plus positif et marquant dans l'Histoire…

Publié le 15/12/2017

"General Electric est en ligne avec les engagements pris en 2014 et que GE mettra tout en œuvre afin d’être en mesure de les tenir, à leur échéance prévue fin 2018. Le prochain comité de…

Publié le 15/12/2017

Qu'il doit tarder au management d'H&M (-13,68% à 172,9 couronnes suédoises) de tourner définitivement la page de ce terrible exercice 2016/2017, clos fin novembre, qui a vu le cours de l'action…

Publié le 15/12/2017

Le rapprochement entre le Groupe PSA et les activités européennes de Général Motors va déboucher sur la mise en place d'une nouvelle organisation des...

Publié le 15/12/2017

Akuo Energy vient de confier à Spie Sud-Ouest l'installation d'une centrale solaire photovoltaïque au sol de 11,9 mégawatts crête (MWc) sur la commune du Bousquet d'Orb (Hérault). Une nouvelle…

CONTENUS SPONSORISÉS