Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 612.76 PTS
-0.32 %
6 615.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
5 172.87
-0.25 %
DAX PTS
15 544.39
-0.61 %
Dow Jones PTS
34 935.47
-0.42 %
14 959.90
-0.59 %
1.187
+0. %

Wall Street : la prudence est de mise, en attendant la Fed

| Boursier | 403 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York cède du terrain mardi, après la publication d'une salve d'indicateurs contrastés aux Etats-Unis et avant les annonces de la Fed, mercredi.

Wall Street : la prudence est de mise, en attendant la Fed
Credits Reuters

La Bourse de New York cède du terrain mardi, après la publication d'une salve d'indicateurs contrastés aux Etats-Unis, montrant que la reprise économique s'accompagne de tensions sur les prix et sur les coûts de construction. Les investisseurs sont globalement peu enclins à la prise de risque avant les annonces de la Fed, qui a entamé mardi une réunion de deux jours. La banque centrale américaine pourrait donner mercredi ses toutes premières indications sur la future réduction de son soutien à l'économie.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones cède 0,2% à 34.323 points, tandis que l'indice large S&P 500 recule de 0,12% à 4.250 pts, après avoir inscrit trois records consécutifs en clôture. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, lâche 0,62% à 14.090 pts, après avoir terminé lundi sur son premier record depuis le 26 avril dernier.

Le pétrole poursuit son ascension, le baril de pétrole brut WTI grimpant de 1,7% à 72,10$ sur le Nymex (contrat à terme d'août), au plus haut depuis près de trois ans, tandis que le Brent de même échéance avance de 1,5% à 73,95$. L'once d'or perd encore 0,5% à 1.856,70$ pour le contrat à terme d'août sur le Comex, de retour au plus bas depuis un mois. L'indice du dollar est proche de l'équilibre (+0,03%) face à un panier de devises, et sur le marché des taux, le rendement du T-Bond à 10 ans est lui aussi stable, à 1,50%, avant les annonces de la Fed.

Le bitcoin, qui a rebondi de plus de 12% depuis dimanche, se stabilise mardi autour de 40.300$ sur la plateforme Bitfinex.

La séance de mardi a été marquée par une avalanche de statistiques aux Etats-Unis, qui ont été diversement appréciées par les investisseurs. Après le bond inattendu de 5% sur un an des prix à la consommation en mai, publié la semaine dernière, les prix à la production ont grimpé plus que prévu le mois dernier. Ainsi, le PPI a grimpé de 0,8% par rapport à avril (contre +0,5% de consensus) et de 6,6% par rapport à mai 2020. Hors alimentation et énergie, il augmente de 0,7% contre 0,5% de consensus (+4,8% sur un an).

La boulimie de consommation se calme aux Etats-Unis

Par ailleurs, les ventes de détail ont reculé plus que prévu en mai, alors que l'effet dopant des chèques d'aide directe ont pris fin et que les Américains ont acheté moins de voitures (-3,9% sur un mois). Les ventes de détail ont ainsi reculé de 1,3% en mai sur un mois (contre -0,8% attendu). A noter cependant que les chiffres d'avril ont été révisés à la hausse, à +0,9% contre une stabilité d'abord annoncée. Hors automobiles, les ventes au détail accusent un repli moins prononcé, de 0,7% en mai, après une baisse révisée à 0,4% en avril (contre -1,5% en première estimation).

Par ailleurs, la production industrielle a augmenté plus que prévu en mai, de 0,8% sur un mois, contre 0,6% de consensus et après +0,1% en avril. La production manufacturière s'est appréciée de 0,9%, contre 0,4% de consensus et -0,1% un mois plus tôt. Les stocks des entreprises ont reculé de 0,2% en avril, contre -0,1% de consensus et +0,2% un mois plus tôt.

L'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York, qui vient également d'être révélé, est ressorti à 17,4 pour le mois de juin contre 22 de consensus.

Enfin, l'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders est ressorti moins élevé que prévu en juin, à 81, contre un consensus de marché de 83 et après 83 aussi en avril. Les professionnels sondés ont fait état d'un sentiment toujours très positif pour le secteur (chiffre supérieur à 50), mais ils ont signalé que la hausse des prix du bois avait fait fortement grimper les coûts de construction, et se plaignent d'un manque de main d'oeuvre qualifiée dans le bâtiment.

La Fed attendue sur le calendrier du retrait des mesures de crise

Le grand rendez-vous de la semaine sera bien sûr mercredi soir, avec le communiqué monétaire de la Fed (20h) suivi de la conférence de presse de son président Jerome Powell (à partir de 20h30). Les marchés s'attendent à un statu quo monétaire, mais le suspense repose sur le phrasé employé par la banque centrale concernant la date à laquelle la Fed commencera à envisager de réduire ses achats d'actifs ("tapering"). La Fed pourrait ainsi distiller quelques indices sur le moment où elle commencera à réduire son soutien à l'économie, la reprise post-Covid étant désormais en bonne voie.

En outre, les investisseurs surveilleront de près les nouvelles projections économiques de la Fed : ils s'attendent à ce qu'elle prévoie désormais une première hausse de ses taux directeurs courant 2023, au lieu de 2024 comme lors de ses projections précédentes. Concernant le "tapering", les économistes sondés par 'Reuters' s'attendent à ce que la Fed attende la fin de l'été pour entamer une réflexion à ce sujet, avant de commencer concrètement à réduire ses achats (120 Mds$ par mois actuellement) à partir de début 2022.

La Fed devrait aussi confirmer mercredi soir sa vision selon laquelle l'inflation serait un phénomène temporaire lié aux effets de base et à la sortie de la crise du coronavirus, qui a provoqué des perturbations des chaînes d'approvisionnement. Elle pourrait néanmoins revoir en hausse ses prévisions de "core PCE", sa mesure favorite de l'inflation.

VALEURS A SUIVRE

Boeing (+1,1%). Washington et Bruxelles ont enfin scellé un accord mettant un terme à 17 années de conflit sur la question des subventions aux constructeurs aéronautiques Boeing et Airbus (+0,7%). Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a confirmé le compromis. Les deux parties vont maintenant s'efforcer de surmonter les différends de longue date afin d'éviter de futurs litiges et de préserver des conditions de concurrence équitables entre nos constructeurs d'avions, et s'efforceront également d'empêcher l'apparition de nouveaux différends.

L'UE et les États-Unis ont également convenu de suspendre, pour une période de cinq ans, l'application de droits de douane préjudiciables d'une valeur de 11,5 milliards de dollars, qui nuisent aux entreprises et aux personnes des deux côtés de l'Atlantique. Les deux parties collaboreront pour analyser et traiter conjointement les pratiques non commerciales de tiers susceptibles de nuire à nos grands secteurs de l'aviation civile.

Biogen (-1,4%) est pénalisé après que le laboratoire américain a fait état de l'échec d'un essai clinique de Phase 3 sur son traitement de la choroïdérémie, une maladie génétique de l'oeil qui affecte la rétine. La semaine dernière en revanche, le titre Biogen avait été dopé par le feu vert de la FDA à son traitement de la maladie d'Alzheimer.

Apple (-0,5%), Alphabet (-0,7%) et Facebook (-0,2%) demeurent sous surveillance, alors que la Cour de justice de l'UE a admis qu'une autorité nationale avait le pouvoir de réguler en termes de violations du Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l'Union devant une juridiction d'un Etat membre, même si elle n'était pas l'autorité initiale. La décision vise en particulier les activités basées en Irlande des géants technologiques américains.

Dans le même temps, la CMA britannique a lancé une étude de marché concernant les écosystèmes mobiles d'Apple et de Google. La CMA dispose de 12 mois pour conclure son étude.

Oracle (-1%), géant américain des logiciels d'entreprises, publiera ce mardi soir après bourse ses derniers comptes trimestriels. Le consensus est actuellement de 1,31$ de bénéfice ajusté trimestriel par action pour 11,04 milliards de dollars de facturations. Il s'agit du trimestre de mai du géant californien, troisième trimestre fiscal.

American Express (+1,7%). Le directeur général du groupe a confié à CNBC que les réservations de voyages et les dépenses des consommateurs se rapprochaient de la pleine recovery.

H&R Block (-0,8%), leader américain de la préparation fiscale, publiera également ce soir ses trimestriels. Le consensus de bénéfice ajusté par action se situe à 5,13$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 septembre 2021 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/07/2021

La Bourse de Paris clôture dans le rouge ce soir après une journée en dents de scie.Le CAC termine à -0.32% Pour s’établir à 6 613 pts.Les…

Publié le 30/07/2021

Le groupe ABC arbitrage procède à la distribution du solde sur dividende 2020 d'un montant de 0,18 euro par action ordinaire...

Publié le 30/07/2021

Le chiffre d'affaires ressort à 12...

Publié le 30/07/2021

Les casinos du groupe ont pu réouvrir à partir du 19 mai 2021

Publié le 30/07/2021

Après un premier semestre 2020 marqué par sa grande résilience, le Groupe Bolloré affiche au premier semestre 2021 une progression à périmètre et taux...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne