En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 378.51 PTS
+0.62 %
4 347.50
+0.09 %
SBF 120 PTS
3 424.75
+0.29 %
DAX PTS
9 815.97
+1.9 %
Dow Jones PTS
22 095.40
+2.12 %
7 830.51
+3.19 %

Wall Street : la baisse s'accélère, pas de répit en vue

| Boursier | 1075 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York accélère sa baisse mercredi en début de soirée, toujours dans l'attente des détails du plan de soutien de Donald Trump.

Wall Street : la baisse s'accélère, pas de répit en vue
Credits Reuters

La Bourse de New York accélère sa baisse mercredi en début de soirée, après une suspension de cotation de 15 minutes provoquée par une chute de 7% des principaux indices. A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones perd 9,66% à 19.171 points, tandis que l'indice large S&P 500 abandonne 8,85% à 2.305 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, plonge de 8,05% à 6.744 pts. Le cours du pétrole WTI sombre de 20% le baril, tombant près de 21$, au plus bas depuis plus de 18 ans, début 2002 !

L'indice Vix de la volatilité, aussi appelé "l'indice de la peur", est reparti vers de nouveaux sommets historiques, en hausse de 12,5% à plus de 85 points. Il est supérieur à ses sommets de la fin 2008, dans le sillage de la faillite de la banque Lehman Brothers, qui avait entraîné la débâcle boursière et entraîné une récession.

Le Dow Jones est désormais revenu au plus bas depuis début 2017, effaçant tous ses gains acquis depuis la prise de fonction de Donald Trump comme président américain en janvier.

Malgré les récentes annonces de plans d'aide de la part des banques centrales et des gouvernements à travers le monde, le coup d'arrêt brutal donné à l'économie mondiale par les mesures anti-Covid-19, continue de paniquer les investisseurs, dont la seule préoccupation est actuellement de se procurer des liquidités.

Toujours pas de détails sur le plan de soutien de l'administration Trump

La cotation des trois principaux indices américains a dû être réservée à la baisse pendant un quart d'heure à 17h55 (heure française), lorsque la chute a atteint 7%. A la reprise de la cotation, les pertes se sont encore accrues, les investisseurs s'inquiétant du manque de précisions données jusqu'ici par l'administration Trump au sujet des mesures de soutien à l'économie pour faire face à la crise du coronavirus. La presse évoque un plan de 1.200 milliards de dollars, mais les détails restent donc encore flous.

Dans sa conférence de presse désormais quotidienne depuis la Maison Blanche, Donald Trump s'est décrit comme un "président en temps de guerre" et a annoncé la quasi-fermeture de la frontière avec la Canada, mais n'a pas encore donné de détails sur le plan de soutien massif tant attendu par les marchés, notamment en aide au secteur aéronautique.

Lors de sa conférence de presse, Donald Trump a déclaré : "je me considère, d'une certaine manière, comme un président en temps de guerre. C'est une guerre que nous menons, c'est une situation très très difficile". Le président américain s'est engagé à prendre des mesures économiques majeures, dont la suspension des expulsions et des saisies immobilières. Il a aussi annoncé la fermeture de la frontière entre les Etats-Unis et le Canada pour tout "voyage non essentiel".

Le dollar bondit de 2%, les taux souverains remontent

Sur le marché des changes, le dollar bondit mercredi, profitant d'un effet de valeur refuge. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à 6 devises de référence (euro, livre sterling, franc suisse, dollar canadien, yen et couronne suédoise) flambe de 2% à 101,57 points, tandis que l'euro perd 1,37% à 1,0845$.

Les obligations d'Etat continuent leur correction entamée la veille. Les annonces de plans de relance massifs, qui vont alourdir la dette publique, ont entraîné des tensions sur les taux souverains. Les taux d'intérêts, qui évoluent en sens inverse des cours, sont ainsi fortement remontés après être tombés la semaine dernière à des plus bas historiques.

Aux Etats-Unis, le rendement du T-Bond a 10 ans reprend encore 6 points de base à 1,14% (après +37 points de base mardi, sa plus forte hausse depuis 1982 !), remontant au dessus de 1%, après être tombé brièvement sous 0,5%, un plus bas historique, le 9 mars dernier. Ce taux était encore logé autour de 1,9% fin 2019 avant la crise du coronavirus...

Même scénario en Europe, où le rendement du Bund allemand à 10 ans a bondi de 20 pdb à -0,25%, celui de l'OAT à 10 ans a grimpé de 12 pdb à 0,33% et celui du Gilt britannique a pris 24 pdb à 0,79%.

Le pétrole en chute libre, s'approche des 20$ le baril

Le pétrole s'effondre littéralement, et s'approche désormais des 20$ le baril, après être passé lundi sous le seuil des 30$ le baril. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) plonge de 20% à 21,57$ pour le contrat à terme d'avril coté sur le Nymex, tombant au plus bas depuis début 2002, il y a plus de 18 ans ! Le Brent de mer du Nord lâche 12,6% à 25,10$ pour le contrat à terme de mai, au plus bas depuis la mi-2002.

Les cours subissent le double effet de l'effondrement de la demande de pétrole dû à la propagation du coronavirus, et de la fin de l'accord Opep+ qui permettait de soutenir les cours depuis 2016...

VALEURS A SUIVRE

* Amazon (-2,3%). Contre la tendance, le géant du net reste proche de ses sommets en bourse. Le groupe a annoncé hier le recrutement de 100.000 employés pour ses entrepôts et ses livraisons aux Etats-Unis afin de faire face à un bond des commandes en ligne, alors que de nombreux consommateurs se sont tournés vers internet depuis le début de l'épidémie de coronavirus.

* GAP (-16%) va fermer tous ses magasins en Amérique du Nord pendant deux semaines afin d'endiguer la propagation du coronavirus.

* FedEx (-1,3%). Le groupe de livraison a renoncé à ses prévisions financières pour 2020, citant l'impact "important" de la crise du coronavirus sur son activité, et a annoncé qu'il allait réduire ses coûts pour faire face aux incertitudes engendrées par la pandémie. Sur les trois mois clos fin février, la firme a dévoilé un bpa ajusté de 1,41$ pour des revenus de 17,5 Mds$. Des données supérieures aux attentes des analystes.

* Boeing plonge de 27,5%. En mal de liquidités, le géant américain cherche à obtenir "des dizaines de milliards" de dollars en garanties de prêts du gouvernement américain et d'autres aides, selon des sources citées mardi soir par 'Reuters'. Le concurrent d'Airbus a déclaré aux législateurs qu'il était dans l'impossibilité de se financer sur des marchés actuellement très chahutés, et qu'il avait besoin d'un soutien gouvernemental important pour répondre à ses besoins de liquidités. Boeing, qui fait face à une double crise, celle du B-737 MAX et celle du Covid-19, a confirmé lundi qu'il était en pourparlers avec l'administration au sujet d'un soutien à court terme. De son côté, Donald Trump a déclaré lundi et a répété mardi que le gouvernement apporterait son soutien au groupe.

* Delta Air Lines (-32,6%), United Airlines (-36%) et American Airlines (-28,5%) plongent encore ! Les compagnies aériennes américaines cherchent à obtenir un plan de sauvetage gouvernemental de plus de 50 milliards de dollars, alors que la Maison blanche prépare dans l'urgence un ensemble de mesures budgétaires face à la forte chute de la demande dans le secteur due au coronavirus.

* MACY'S (-16,4%) a décidé mardi de fermer temporairement tous ses magasins aux Etats-Unis en raison de la pandémie de coronavirus mais a indiqué que son site de commerce en ligne continuait de fonctionner. La fermeture est pour le moment prévue jusqu'au 31 mars.

* General Mills (-6%) a dévoilé, au titre de son troisième trimestre fiscal, un bénéfice net de 454,1 M$ ou 74 cents par titre contre un profit de 446,8 M$ ou un bpa de 74 cents un an plus tôt. Le bpa ajusté est ressorti à 77 cents contre 76 cents de consensus alors que les revenus ont légèrement diminué à 4,18 Mds$ (4,21 Mds$ de consensus). Le groupe, qui a été pénalisé par la faiblesse des ventes en Asie en raison de l'épidémie de coronavirus, a néanmoins relevé la prévision de croissance de son bénéfice ajusté pour 2020, la demande pour ses produits ayant beaucoup augmenté avec le confinement des ménages en Amérique du Nord et en Europe. La société a toutefois précisé qu'elle ne savait pas combien de temps dureraient les commandes plus importantes.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/03/2020

"L'absence de visibilité sur le calendrier de sortie de cette crise sanitaire nous conduit à suspendre notre guidance", indique L'Oréal...

Publié le 30/03/2020

MacPhy Energy rappelle disposer de 13 ME de trésorerie à fin décembre 2019...

Publié le 30/03/2020

Au vu des récents changements mondiaux, il est devenu nécessaire pour Essilor d'accélérer son intégration avec Luxottica pour rendre la société plus...

Publié le 30/03/2020

"La trésorerie fortement positive, nette de toute dette financière du Groupe est un atout majeur pour traverser le ralentissement économique de l'année 2020"...

Publié le 30/03/2020

L'année 2019 a été marquée par le changement de dimension du Groupe grâce à l'acquisition du groupe Boston Limited...