En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 581.61 PTS
-3.15 %
4 572.00
-3.27 %
SBF 120 PTS
3 627.66
-3.32 %
DAX PTS
11 633.90
-3.56 %
Dow Jones PTS
27 463.19
-0.8 %
11 598.95
+0. %
1.172
-0.54 %

Wall Street : l'aéronautique plonge encore, les indices reculent

| Boursier | 1237 | Aucun vote sur cette news

Dans le sillage des places européennes, Wall Street recule à nouveau fortement en début de séance, effaçant une bonne partie du rebond de mardi...

Wall Street : l'aéronautique plonge encore, les indices reculent
Credits Reuters

Dans le sillage des places européennes, Wall Street recule à nouveau fortement en début de séance, effaçant une bonne partie du rebond de mardi. L'indice Dow Jones perd actuellement 5,07% à 20.160 points, tandis que l'indice large S&P 500 recule de 4,44% à 2.417 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, cède 3,53% à 7.076 pts. Les multiples plans de relance annoncés de part et d'autre de l'Atlantique peinent pour le moment à convaincre la communauté financière qui redoute plus que jamais une récession historique alors que les mesures de confinements prises aux quatre coins de la planète sont en train de mettre l'activité économique à l'arrêt.

La Fed a pourtant franchi mardi un nouveau pas dans le soutien aux marchés en annonçant qu'elle allait racheter de la dette à court terme d'entreprise, la BCE a réaffirmé de son côté qu'elle restait prête à prendre des mesures de soutien supplémentaires si nécessaire et plusieurs gouvernements, en Espagne et au Royaume-Uni par exemple, ont présenté ces dernières heures d'important plans de soutien à l'économie.

Washington envisagerait de son côté de faire voter au Congrès un plan de soutien massif de 1.250 milliards de dollars, notamment destiné aux secteurs les plus touchés par l'épidémie, comme les compagnies aériennes, qui pourraient bénéficier d'environ 50 Mds$. Parmi les autres options considérées, figure le versement direct de 1.000$ à presque tous les Américains d'âge adulte.

Signe de la nervosité ambiante, le marché obligataire souverain est sur haute tension depuis le début de la semaine, les opérateurs s'inquiétant de l'énorme montant de dette à émettre au cours des prochaines semaines pour financer les divers plans de relance. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progresse encore ce mercredi après avoir enregistré mardi sa plus forte hausse depuis 1982. "Nous sommes en mode panique", explique Peter Cardillo, économiste en chef chez Spartan Capital Securities à New York. "La peur de voir peut-être la déflation s'installer est probablement l'une des raisons pour lesquelles le marché se comporte de cette façon".

A noter enfin le nouveau décrochage des cours du pétrole avec un WTI qui plonge de 8%, sous les 25 dollars, un niveau plus observé depuis 2002.

D'après le Département américain à l'Energie, les stocks pétroliers domestiques de brut aux Etats-Unis pour la semaine close au 13 mars ont augmenté de 2 millions de barils à 453,7 mb, contre un consensus de +3,3 millions de barils. Les stocks d'essence ont en revanche chuté de 6,2 millions de barils, alors que les stocks de distillés ont décliné de 2,9 millions de barils par rapport à la précédente semaine.

Les valeurs

* Amazon (+1%). Contre la tendance, le géant du net reste proche de ses sommets en bourse. Le groupe a annoncé hier le recrutement de 100.000 employés pour ses entrepôts et ses livraisons aux Etats-Unis afin de faire face à un bond des commandes en ligne, alors que de nombreux consommateurs se sont tournés vers internet depuis le début de l'épidémie de coronavirus.

* GAP (+5%) va fermer tous ses magasins en Amérique du Nord pendant deux semaines afin d'endiguer la propagation du coronavirus.

* FedEx (+1%). Le groupe de livraison a renoncé à ses prévisions financières pour 2020, citant l'impact "important" de la crise du coronavirus sur son activité, et a annoncé qu'il allait réduire ses coûts pour faire face aux incertitudes engendrées par la pandémie. Sur les trois mois clos fin février, la firme a dévoilé un bpa ajusté de 1,41$ pour des revenus de 17,5 Mds$. Des données supérieures aux attentes des analystes.

* Boeing plonge de 18%. En mal de liquidités, le géant américain cherche à obtenir "des dizaines de milliards" de dollars en garanties de prêts du gouvernement américain et d'autres aides, selon des sources citées mardi soir par 'Reuters'. Le concurrent d'Airbus a déclaré aux législateurs qu'il était dans l'impossibilité de se financer sur des marchés actuellement très chahutés, et qu'il avait besoin d'un soutien gouvernemental important pour répondre à ses besoins de liquidités. Boeing, qui fait face à une double crise, celle du B-737 MAX et celle du Covid-19, a confirmé lundi qu'il était en pourparlers avec l'administration au sujet d'un soutien à court terme. De son côté, Donald Trump a déclaré lundi et a répété mardi que le gouvernement apporterait son soutien au groupe.

* Delta Air Lines (-21%), United Airlines (-17%) et American Airlines (-16%) chutent encore ! Les compagnies aériennes américaines cherchent à obtenir un plan de sauvetage gouvernemental de plus de 50 milliards de dollars, alors que la Maison blanche prépare dans l'urgence un ensemble de mesures budgétaires face à la forte chute de la demande dans le secteur due au coronavirus.

* MACY'S (-7%) a décidé mardi de fermer temporairement tous ses magasins aux Etats-Unis en raison de la pandémie de coronavirus mais a indiqué que son site de commerce en ligne continuait de fonctionner. La fermeture est pour le moment prévue jusqu'au 31 mars.

* General Mills (-3,2%) a dévoilé, au titre de son troisième trimestre fiscal, un bénéfice net de 454,1 M$ ou 74 cents par titre contre un profit de 446,8 M$ ou un bpa de 74 cents un an plus tôt. Le bpa ajusté est ressorti à 77 cents contre 76 cents de consensus alors que les revenus ont légèrement diminué à 4,18 Mds$ (4,21 Mds$ de consensus). Le groupe, qui a été pénalisé par la faiblesse des ventes en Asie en raison de l'épidémie de coronavirus, a néanmoins relevé la prévision de croissance de son bénéfice ajusté pour 2020, la demande pour ses produits ayant beaucoup augmenté avec le confinement des ménages en Amérique du Nord et en Europe. La société a toutefois précisé qu'elle ne savait pas combien de temps dureraient les commandes plus importantes.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/10/2020

General Electric a publié un bénéfice par action ajusté de 6 cents au troisième trimestre de son exercice 2020, au-dessus de la perte de 4 cents anticipée par le consensus FactSet. Les revenus…

Publié le 28/10/2020

Fnac Darty plonge encore de 10% à 33,6 euros à la mi-journée à Paris, sur des craintes de nouveau confinement généralisé en France pour faire face à...

Publié le 28/10/2020

Boeing vient de dévoiler ses résultats au titre du troisième trimestre 2020. Ainsi, le géant américain de l’aéronautique a publié une perte nette de 466 millions de dollars sur la période,…

Publié le 28/10/2020

Alten fait partie des victimes du jour à Paris (-10% à 69,5 euros), après avoir dévoilé une baisse de 8,9% de son chiffre d'affaires sur neuf mois,...

Publié le 28/10/2020

Un dossier à suivre

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne