Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 492.15 PTS
+0.25 %
5 534.0
+0.94 %
SBF 120 PTS
4 343.81
+0.22 %
DAX PTS
13 126.97
-
Dow Jones PTS
29 591.27
+1.12 %
11 905.94
+0. %
1.185
+0.11 %

Wall Street : Intel plonge, mais les marchés résistent

| Boursier | 777 | Aucun vote sur cette news

Wall Street est attendu en hausse avant bourse ce vendredi, alors que les places européennes évoluent dans le vert avec les résultats d'entreprises...

Wall Street : Intel plonge, mais les marchés résistent
Credits Reuters

Wall Street est attendu en hausse avant bourse ce vendredi, alors que les places européennes évoluent dans le vert avec les résultats d'entreprises. Le Dow Jones gagne 0,3% en pré-séance, alors que le S&P500 avance de 0,4%. Le Nasdaq s'adjuge 0,3% malgré Intel. Le baril de brut WTI s'accorde 0,4% à 40,8$. L'once d'or gagne 0,5% à 1.914$. L'indice dollar perd 0,3% face à un panier de devises de référence.

Le débat présidentiel télévisé final entre Donald Trump et Joe Biden hier soir n'a pas vraiment fait bouger les lignes. Selon les observateurs les plus impartiaux, les deux candidats se sont bien défendus. Pour l'heure, Biden conserve donc son apparente avance à quelque jour de l'élection. Par ailleurs, les chances restent faibles d'un éventuel accord avant l'élection, entre républicains et démocrates, sur un nouveau plan de relance de l'activité économique face à la pandémie. Pourtant, les deux clans semblent plus ouverts à un compromis...

Sur le front économique aux USA ce jour, l'indice flash PMI composite du mois d'octobre sera communiqué à 15h45 (consensus 54,2, avec un indice manufacturier de 53,2 et un indice des services attendu à 54,6).

Le PMI flash manufacturier de l'eurozone annoncé plus tôt ce jour a agréablement surpris, ressortant même au plus haut de 26 mois à 54,4 (consensus FactSet 53,1), tandis que celui des services s'est en revanche contracté à 46,2 (consensus 47). L'indice flash PMI composite européen est donc ressorti à 49,4, très proche des attentes. L'indice britannique s'est établi à 53,3 pour le secteur manufacturier et 52,3 pour les services, ce qui ressort quelque peu décevant.

L'épidémie inquiète toujours, sur fond de croissance du nombre de cas et d'hospitalisations et de nouvelles restrictions.

Selon l'Université Johns Hopkins ce vendredi, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus recensés dans le monde depuis le début de l'épidémie ressort à 41,8 millions, dont 8,41 millions aux Etats-Unis, 7,76 millions en Inde et 5,32 millions au Brésil. Quatre autres pays auraient dépassé le million de cas confirmés, la Russie avec 1,47 million d'infections, l'Argentine avec 1,05 million de cas, l'Espagne avec 1,03 million de contaminations, et désormais la France avec 1,04 million de cas. De ce point de vue, selon les chiffres de l'Université Johns Hopkins, la France est donc désormais le sixième pays au monde le plus touché par la pandémie et le premier en Europe...

Le virus a fait officiellement 1,14 million de morts au niveau mondial depuis son apparition, dont 223.059 aux Etats-Unis, 155.900 au Brésil et 117.306 en Inde.

Après une nouvelle séance volatile, les actions américaines avaient fini hier dans le vert dans l'espoir d'un accord à Washington sur un nouveau plan de soutien de l'économie américaine. La leader Démocrate Nancy Pelosi a estimé jeudi qu'un accord était "presque" conclu avec la Maison blanche, même si un vote du texte avant l'élection du 3 novembre semble désormais difficile. A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,54% à 28.363 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,52% à 3.453 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, est monté de 0,19% à 11.506 pts.

Les valeurs

Gilead Sciences. La FDA a accordé hier jeudi une autorisation permanente au traitement antiviral remdesivir pour les patients hospitalisés victimes du Covid-19. Ainsi, remdesivir devient le premier et unique traitement approuvé pour la maladie aux USA. Il s'agit d'un des traitements utilisés par le président américain Donald Trump lors de sa récente hospitalisation. L'approbation est intervenue juste avant le débat final entre Trump et Joe Biden en vue de la présidentielle américaine du 3 novembre. Évidemment, la gestion de la crise sanitaire par l'actuel président a été une fois de plus vivement critiquée par son rival démocrate lors du débat.

Le remdesivir n'aurait toutefois que peu ou aucun effet sur la durée d'hospitalisation des patients atteints du Covid-19 ou sur les chances de survie, selon les résultats d'une étude clinique menée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et récemment dévoilés. En début de mois, des données d'une étude américaine sur le remdesivir de Gilead avaient pourtant montré que le traitement permettait de raccourcir de cinq jours le délai de guérison des patients. Gilead a d'ailleurs qualifié les données de l'OMS d'"inconsistantes" par rapport à celles obtenues à l'issue d'études validant les qualités du remdesivir... L'administration américaine du médicament avait autorisé début mai le recours en urgence au remdesivir aux Etats-Unis.

Intel a publié des résultats en nette baisse au 3e trimestre. Les ventes de puces pour serveurs de centres de données ont fortement déçu. Le bénéfice net d'Intel a ainsi chuté de 28% au 3e trimestre, pour revenir à 4,3 milliards de dollars contre 5,99 Mds$ un an plus tôt. Le bénéfice par action est revenu à 1,02$ (contre 1,35$ en 2019), et après ajustements, il est ressorti à 1,11$, conforme aux attentes, contre 1,42$ un an plus tôt.

Les revenus trimestriels ont reculé de 4,6% pour revenir à 18,3 milliards de dollars, un peu supérieur aux attentes. Les revenus de la branche puces pour serveurs de centres de données, censée être la plus porteuse, mais qui pâtit d'une forte concurrence d'Advanced Micro Devices (AMD), ont reculé de 7% à 5,9 Mds$, alors que les analystes attendaient des ventes de 6,21 Mds$. Les ventes de puces pour PC ont progressé de 1% à 9,8 Mds$ contre 9,09 Mds$ de consensus, grâce à une hausse de la demande de PC liée à l'essor du télétravail. Pour l'exercice 2020, Intel a revu ses prévisions en légère hausse avec un bpa ajusté désormais attendu à 4,90$ et des ventes de 75,3 Mds$. Au 4e trimestre, le groupe s'attend à un bpa ajusté de 1,1$ pour des revenus de 17,4 Mds$.

Goldman Sachs a enfin soldé le scandale du fonds malaisien 1MDB. Les rumeurs des derniers jours se sont officialisées jeudi, avec l'annonce par la banque d'affaires américaine d'un accord avec le Département américain de Justice pour mettre un terme à cette affaire. La banque a finalement accepté de plaider coupable (une première dans son histoire ) et de payer une amende de 2,9 milliards de dollars, qui s'ajoutent aux 2,5 Mds$ déjà versés en Malaisie l'été dernier.

Mattel grimpe avant bourse à Wall Street, après des comptes particulièrement solides pour son troisième trimestre, soutenus par la forte demande des consommateurs sur le secteur du jouet, dont ont profité ses produits Barbie et Hot Wheels. Ainsi, sur la période, la firme a réalisé des revenus en progression de 10% à 1,63 milliard de dollars, contre 1,46 milliard de consensus. Le bénéfice ajusté par action a représenté 95 cents, plus du double du consensus, avec également l'effet des mesures de réduction des coûts. Ynon Kreiz, CEO du groupe, anticipe une saison des fêtes plus forte que la normale et juge que Mattel a résolu les questions de stocks. Le groupe avait retiré sa guidance 2020 plus tôt cette année.

American Express a manqué le consensus de place en termes de profits au troisième trimestre, les revenus du groupe s'étant effondrés de 20% avec la chute des dépenses de voyages. Sur le trimestre clos en septembre, le bénéfice par action est ressorti à 1,3$, en vif déclin de 17% en glissement annuel, contre 1,25$ de consensus de marché. Les revenus ont donc reculé d'un cinquième à 8,8 milliards de dollars, alors que le consensus était de 8,6 milliards. Stephen Squeri, CEO du groupe, reconnaît que l'activité demeure significativement impactée par la pandémie, mais juge la stratégie toujours bonne.

Wells Fargo pourrait vendre sa branche de gestion d'actifs. Une opération qui pourrait lui rapporter plus de 3 milliards de dollars. Selon les 'traditionnelles' sources proches du dossier de 'Bloomberg', confirmant une information initialement dévoilée par 'Reuters', la banque de San Francisco a commencé à discuter d'un éventuel accord avec d'autres gestionnaires d'actifs et sociétés de capital-investissement le mois dernier.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne