En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 785.68 PTS
-0.57 %
4 770.5
-0.71 %
SBF 120 PTS
3 798.62
-0.87 %
DAX PTS
10 716.84
-0.66 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.141
+0.22 %

Wall Street : inflation contenue, mais Trump fait encore des siennes

| Boursier | 367 | Aucun vote sur cette news

Wall Street demeure poussif en début de séance ce mercredi, après la sanction de la veille...

Wall Street : inflation contenue, mais Trump fait encore des siennes
Credits Reuters

Wall Street demeure poussif en début de séance ce mercredi, après la sanction de la veille. Le DJIA fléchit actuellement de 0,22% à 24.952 pts, tandis que le Nasdaq prend 0,15% à 7.522 pts. Le S&P500 s'affiche pratiquement stable à 2.765 pts... Les opérateurs demeurent nerveux, inquiets de l'hyperactivité du président Donald Trump, qui s'est donc distingué ces derniers jours en bloquant purement et simplement la fusion technologique géante Broadcom / Qualcomm, puis en se séparant de son chef de la diplomatie Rex Tillerson.

Donald Trump, qui entendrait taxer les importations technologiques et télécoms chinoises, vient de vanter aujourd'hui, sur le réseau social Twitter, les mérites et la solidité des entreprises américaines. "Il n'y a peut-être jamais eu de moment dans l'histoire où les fondamentaux de l'activité des entreprises U.S. ont été meilleurs qu'ils ne le sont aujourd'hui !", a donc lancé Trump sur Twitter.

Taxer les importations 'technos' provenant de Chine

Le feuilleton continue aujourd'hui, Trump envisageant des tarifs douaniers susceptibles de représenter jusqu'à 60 milliards de dollars sur les importations chinoises. La Maison Blanche vise en particulier les secteurs technologiques chinois et les télécommunications, expliquent deux sources de l'agence 'Reuters'. Une troisième source, ayant une connaissance directe des projets, croit savoir que ces taxes, liées à une investigation de 'section 301' sur la propriété intellectuelle lancée en août dernier, pourraient se matérialiser dans un avenir très proche.

Multiples secteurs concernés

Les fameuses taxes viseraient surtout le segment 'IT', l'électronique de consommation et les télécoms, mais elles pourraient s'appliquer à une liste encore plus importante atteignant une centaine de produits, toujours selon l'une des sources de Reuters. Certains lobbyistes plaideraient d'ailleurs pour l'application de ces taxes aux secteurs de l'habillement, des chaussures ou du jouet...

Pratiques injustes de la Chine ?

Washington juge en effet injustes certaines pratiques de la Chine concernant les politiques d'investissement, qui contraignent les sociétés américaines à abandonner certains secrets technologiques pour pouvoir opérer dans le pays. La Maison Blanche étudie aussi d'éventuelles restrictions aux investissements, qui seraient imposées aux compagnies chinoises...

Évidemment, la Chine n'entend pas se laisser faire. Lu Kang, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, a ainsi expliqué : "Si les États-Unis prennent des mesures qui nuisent aux intérêts de la Chine, la Chine devra répliquer par des mesures destinées à protéger fermement nos droits légitimes".

Guerre commerciale en vue ?

Les marchés devraient manifester leur prudence ce jour à Wall Street. Les investisseurs s'inquiétaient en effet déjà d'une potentielle guerre commerciale initiée par l'administration Trump, après les tarifs douaniers sur les importations d'acier et d'aluminium annoncés la semaine dernière.

Trump agité

Rappelons que Donald Trump s'est séparé de son principal diplomate, le Secrétaire d'Etat Rex Tillerson, 65 ans, ancien directeur général d'Exxon Mobil. Les relations entre les deux hommes étaient tendues, en particulier depuis l'affaire des violences de Charlottesville, Virginie, sur lesquelles leurs positions s'étaient heurtées. Ensuite, Trump s'était illustré en taclant publiquement Tillerson sur le dossier nord-coréen. Tillerson, qui s'était donc publiquement opposé à Trump à de nombreuses reprises en tant que Secrétaire d'Etat, sera remplacé par le directeur de la CIA Mike Pompeo. Trump estime que Pompeo fera "un travail fantastique" dans ses nouvelles fonctions. Le président américain a remercié pour la forme Tillerson, et confirmé par ailleurs que Gina Hapsel, directrice adjointe de la CIA, allait prendre la tête de l'agence. C'est la première femme à accéder à ce poste.

Pompeo, outre ses fonctions à la tête de la CIA, est un vétéran de l'armée et un ancien congressiste. Trump pense qu'il sera en mesure de défendre les États-Unis au niveau international, de renforcer leurs alliances et de se confronter à leurs adversaires, tout en recherchant une dénucléarisation de la Corée. La nomination de Pompeo doit encore être confirmée par le Sénat. L'audience de confirmation se tiendra le mois prochain.

Consommation en berne

Les ventes de détail aux États-Unis pour le mois de février 2018 sont ressorties en retrait de 0,1% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place logé à +0,4% sur la période. Ces derniers chiffres de la consommation américaine ressortent donc particulièrement décevants. Le repli des ventes de détail pour le mois de janvier 2018 a par ailleurs été révisé à -0,1%, contre -0,3% précédemment estimé. Hors automobile, ces ventes de détail du mois de février se sont appréciées de 0,2%, mais le consensus était de +0,4% sur cette période. En janvier, les ventes hors automobiles avaient augmenté de 0,1%.

Pour finir, hors automobile et essence, les ventes de détail du mois de février sont annoncées en croissance de +0,3%, contre +0,4% de consensus de place et -0,1% en janvier.

Prix à la production 'en ligne'

L'indice américain des prix à la production pour le mois de février 2018 est ressorti en progression de 0,2% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus de place, après un gain de 0,4% pour le mois de janvier. Le 'PPI' hors alimentation et énergie a grimpé de 0,2%, ce qui ressort également conforme aux attentes de marché. En glissement annuel, le PPI progresse de 2,8% (+2,5% hors alimentaire et énergie).

L'autre indicateur d'inflation du jour est une mesure prévisionnelle à un an. Il s'agit de l'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour le mois de mars 2018. Il ressort à +2,1%, contre +2% pour sa précédente lecture. Cet indice mesure les anticipations d'inflation à un an du point de vue des firmes.

Progression des stocks des entreprises

D'après le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis, les stocks des entreprises pour le mois de janvier 2018 sont ressortis en progression de 0,6% en comparaison du mois antérieur, alors que le consensus était de +0,5%. Ces stocks s'étaient déjà appréciés de 0,6% en décembre 2017, selon les révisions du jour.

Vive croissance des stocks domestiques US de brut

Selon le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont progressé de 5 millions de barils lors de la semaine close au 9 mars, à 430,9 millions de barils. Le consensus tablait sur une hausse limitée à 2 millions de barils. Les stocks d'essence ont eux reculé de 6,3 millions de barils, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont diminué de 4,4 millions de barils.

Broadcom jette l'éponge

Broadcom (-1%) a officiellement abandonné ce mercredi son offre de 117 milliards de dollars pour l'acquisition de Qualcomm (-1%). Broadcom a donc plié devant l'opposition de Donald Trump, qui avait bloqué le 'deal', évoquant des motifs de sécurité nationale. L'opération aurait constitué la plus importante acquisition technologique de l'histoire. Broadcom avait initialement contesté la décision de la Maison Blanche, mais semble finalement se résoudre à la 'défaite', avec ce retrait formel, après avoir mené pourtant une lutte agressive ces derniers mois pour conclure la transaction. Broadcom retire également ses propositions de nominations au conseil d'administration de Qualcomm.

Le groupe singapourien se dit évidemment déçu de l'issue de cette affaire, et maintient quoi qu'il en soit son projet de 'relocalisation' de son siège social aux États-Unis. Une assemblée extraordinaire des actionnaires est attendue le 23 mars... Donald Trump avait signé lundi soir un décret interdisant le rapprochement entre le fabricant américain de puces et Broadcom, basé à Singapour. Trump disait alors disposer de "preuves crédibles" que l'opération éventuelle puisse nuire à la sécurité des USA...

Boeing (-2%) a livré son 10.000ème 737 ! Lors d'une cérémonie organisée à l'usine de Renton pour célébrer l'occasion, Kevin McAllister a admis que le groupe pourrait encore accroître la cadence de production de son best-seller pour faire face à la demande. "Cet appareil est très demandé, donc nous étudions toujours nos options", a indiqué le directeur général de Boeing Commercial Airplanes. Commercialisé depuis 1968, le 737 a transporté au total plus de 23 milliards de personnes. La chaîne d'approvisionnement doit être en mesure de faire face à de nouvelles augmentations de production "dans sa totalité" avant que Boeing ne prenne la décision d'accroître ou non la cadence, a précisé le dirigeant. Ce dernier a ajouté que Boeing réfléchissait encore à la possibilité de lancer un nouvel appareil de 220 à 270 places.

Boeing et Airbus mènent une bataille sans merci avec leur best-seller respectif, en l'occurrence le 737 pour la firme de Seattle et l'A320 pour le groupe européen. Les deux acteurs ont déjà commencé à préparer leurs fournisseurs à d'éventuelles hausses de production, qui pourrait dépasser l'objectif de 57 B787 par mois en 2019 pour Boeing et de 60 appareils de la famille A320 pour Airbus.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

BNP Paribas Chine a obtenu une licence pour souscrire aux obligations d'entreprise 'Panda Bonds' pour les émetteurs étrangers...

Publié le 10/12/2018

Le dérapage n'a pas tardé...

Publié le 10/12/2018

    Société Européenne au capital de 151.508.201,70 euros Siège social : 22, avenue Montaigne - 75008 Paris 775 670 417 RCS PARIS   Articles L.233-8 II du Code de…

Publié le 10/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre a stoppé sa correction sur le niveau de support clé des 91.9 euros, niveau qui soutient les cours en clôture depuis avril 2017. Du côté des indicateurs…

Publié le 10/12/2018

  Luxembourg, 10th December 2018   SHARES REPURCHASE PROGRAMME Authorized by the shareholders' meeting held on 28th June 2017 Implemented upon the decision of…