En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.64 PTS
+1.2 %
4 913.50
+1.35 %
SBF 120 PTS
3 894.66
+1.14 %
DAX PTS
12 645.75
+0.82 %
Dow Jones PTS
28 335.57
-0.1 %
11 692.57
+0.25 %
1.186
+0. %

Wall Street incertain, en manque de catalyseur

| Boursier | 348 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine, qui avait terminé hier soir en mode consolidation (-0,55% sur le DJIA et -0,10% sur le Nasdaq), hésite ce mercredi...

Wall Street incertain, en manque de catalyseur
Credits Reuters

La cote américaine, qui avait terminé hier soir en mode consolidation (-0,55% sur le DJIA et -0,10% sur le Nasdaq), hésite ce mercredi. Le DJIA progresse timidement de 0,09% à 28.706 pts, le S&P500 de 0,05% à 3.514 pts. Le Nasdaq consolide de 0,05% à 11.858 pts. Le baril de brut WTI avance de 1,9% sur le Nymex à 41$. L'once d'or s'accorde 1% à 1.913$. L'indice dollar perd 0,2% face à un panier de devises de référence.

Nancy Pelosi, 'speaker' démocrate de la Chambre des représentants, a rejeté la proposition de Mitch McConnell, leader républicain de la majorité au Sénat, en vue d'un plan de relance à plus petite échelle. McConnell avait indiqué que la priorité du Sénat le 19 octobre allait être de voter sur un package ciblé de soutien d'environ 500 milliards de dollars, comprenant de nouveaux financements pour le Paycheck Protection Program (PPP) accordant des prêts et subventions d'urgence aux petites entreprises exerçant aux États-Unis. Pelosi estime qu'une telle proposition ignore les priorités démocrates. Elle fait par ailleurs référence au tweet du président américain Donald Trump hier mardi en appelant à un "grand" plan de relance. Nancy Pelosi repousse par ailleurs toujours la proposition d'environ 1.800 milliards de dollars de la Maison blanche, compte tenu notamment de ses carences supposées concernant l'aide aux Etats et aux gouvernements locaux, le financement des tests, ainsi que l'aide aux petites entreprises. L'espoir d'un accord à court terme - et donc avant l'élection du 3 novembre - semble donc assez réduit.

Sur le front économique aux Etats-Unis ce mercredi, la progression des prix à la production aux États-Unis pour le mois de septembre 2020 a dépassé les attentes de marché. Le PPI a grimpé de 0,4% en comparaison du mois antérieur, contre +0,2% de consensus de place. Hors alimentaire et énergie, la hausse ressort également à 0,4% contre 0,2% de consensus. En glissement annuel, l'indice des prix à la production augmente de 0,4% (+1,2% hors alimentation et énergie).

L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour le mois d'octobre 2020 est ressorti à +1,8%, contre +1,6% pour sa lecture antérieure. Cet indicateur mesure les anticipations d'inflation à un an du point de vue des firmes.

La balance budgétaire américaine du mois de septembre sera communiquée à 20 heures par le Département au Trésor (consensus -115 milliards de dollars de déficit).

Thomas Barkin et Robert Kaplan de la Fed s'exprimeront durant la journée.

Selon l'Université Johns Hopkins, 38,2 millions de cas confirmés du nouveau coronavirus ont été recensés dans le monde depuis le début de l'épidémie, dont 7,86 millions aux Etats-Unis, 7,24 millions en Inde et 5,11 millions au Brésil. Le virus a fait 1,087 million de morts depuis son apparition, dont 215.955 aux USA, 150.998 au Brésil et 110.586 en Inde.

Après Johnson & Johnson, le laboratoire américain Eli Lilly a à son tour annoncé mardi soir avoir suspendu l'essai clinique de son traitement expérimental aux anticorps contre le Covid-19 pour des raisons de sécurité non détaillées. J&J avait précédemment annoncé mettre en pause ses essais cliniques sur un candidat-vaccin contre le Covid-19, en raison d'une maladie non expliquée qui a frappé un participant à cet essai. Cette maladie est en cours d'analyse par un panel externe ainsi que par des médecins en interne, a précisé J&J, qui a souligné que ce genre de "pause" était normal lors d'essais cliniques majeurs pouvant inclure des dizaines de milliers de personnes.

Début septembre, le groupe britannique AstraZeneca avait lui aussi suspendu son essai de Phase 3 du vaccin expérimental contre le Covid-19 après l'apparition d'une maladie inexpliquée chez un participant. Cet essai a pu reprendre depuis, sauf aux Etats-Unis, où l'autorité sanitaire FDA poursuit son enquête.

Pour Eli Lilly, le traitement concerné est similaire à celui que le président américain Donald Trump a reçu lors de son hospitalisation pour cause de coronavirus la semaine dernière. Il s'agit d'anticorps de synthèse injectés en intraveineuse, et qui sont fabriqués spécifiquement pour neutraliser le coronavirus responsable de la maladie, remplaçant de facto le système immunitaire... Trump a reçu des anticorps fabriqués par la société américaine Regeneron, dont il a vanté l'efficacité après sa sortie d'hôpital, promettant de les autoriser pour l'ensemble des malades et de les distribuer gratuitement.

Regeneron, comme Eli Lilly ont demandé la semaine dernière à l'Agence américaine des médicaments (FDA) une autorisation de leurs traitements via la procédure d'urgence. Cette autorisation est soumise à la vérification de la sécurité des traitements et de l'éventualité d'effets secondaires graves.

Joseph Wolk, directeur financier de J&J interrogé par le Wall Street Journal, confie qu'il prévoit de savoir d'ici quelques jours si le groupe pourra reprendre son étude. Malgré la "pause", Johnson & Johnson continue d'étendre ses capacités de production et espère rendre un vaccin disponible en début d'année prochaine. Reuters croit de son côté savoir que la FDA aurait critiqué en novembre dernier le contrôle qualité du site d'Eli Lilly produisant sa thérapie Covid-19. Cela pourrait donc compliquer la demande du laboratoire en vue d'une autorisation d'urgence.

Cette semaine est également marquée par le retour des cas de transmission locale en Chine, le pays ayant recensé 20 nouveaux cas confirmés au cours des vingt-quatre dernières heures, dont 14 cas concernant des personnes arrivées de l'étranger et six autres infections par transmission locale dans la province de Shandong, dans l'est du pays. Selon les chiffres officiels, 85.661 cas ont été confirmés en Chine continentale. L'épidémie de coronavirus a causé 4.634 décès dans le pays. Aucun nouveau décès n'a été signalé ce jour.

Quelques signes positifs sont tout de même relevés. Ainsi, le ralentissement de l'épidémie au Brésil se confirme. Le pays a fait état mardi de 10.220 cas supplémentaires sur 24 heures, ce qui marque un rythme quotidien beaucoup moins élevé que celui des semaines antérieures. Les autorités sanitaires locales ont fait état de 309 décès supplémentaires en 24 heures.

Dans l'actualité des entreprises à Wall Street, la saison des publications financières trimestrielles du troisième trimestre débute. Goldman Sachs, UnitedHealth, Wells Fargo, US Bancorp, Bank of America et Alcoa publient ce jour. Demain jeudi, Morgan Stanley, BB&T et Walgreens Boots Alliance seront de la partie. Enfin, Schlumberger, VF Corp., State Street, Bank of New York Mellon et JB Hunt annoncent vendredi.

Les valeurs

Boeing (+1%) a annoncé mardi n'avoir reçu aucune nouvelle commande en septembre dans un marché aéronautique sinistré par la crise du coronavirus. Quant aux livraisons, elles se sont limitées à 11 avions en septembre contre 25 en septembre 2019, et après 12 en août. L'avionneur américain en outre signalé trois nouvelles annulations de commandes pour son B-737 MAX le mois dernier, ce qui porte le nombre total de commandes annulées, y compris celles où les acheteurs ont converti le MAX en un modèle différent, à 436 depuis le début de l'année.

Bank of America (-4%) a publié un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes, mais des revenus jugés un peu courts. Sur le troisième trimestre fiscal, la banque de Charlotte a réalisé un bénéfice net de 4,9 milliards de dollars et 51 cents par action, contre 5,8 milliards de dollars soit 56 cents par titre un an auparavant. Le consensus FactSet était de 49 cents. Les revenus totaux du trimestre ont reculé de 11% environ en glissement annuel à 20,34 milliards de dollars, alors que le consensus de marché se situait quant à lui à 20,81 milliards de dollars.

Wells Fargo (-4%) a dévoilé pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice divisé par deux et inférieur aux attentes de marché. Ses revenus ont en revanche dépassé le consensus. Le bénéfice net trimestriel a régressé à 1,72 milliard de dollars, 42 cents par titre, contre 4,04 milliards de dollars un an plus tôt, à la même époque. Le consensus de bénéfice par action était de 45 cents. Les revenus ont totalisé 18,9 milliards de dollars, contre moins de 18 milliards de dollars de consensus. Les provisions pour pertes de crédit se sont établies à 769 millions de dollars, contre 1,76 milliard de dollars de consensus FactSet.

Goldman Sachs (stable). La banque d'affaires new-yorkaise a publié pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice par action de 9,68$, contre 5,45$ de consensus. Le bpa a d'ailleurs plus que doublé en glissement annuel ! Les revenus de la firme ont totalisé 10,78 milliards de dollars, en vive croissance de 30% en comparaison de l'an dernier, alors que le consensus se situait à 9,4 milliards de dollars. Les revenus de banque d'investissement sont ressortis à 1,97 milliard de dollars. Les revenus de trading equities ont atteint 2,05 milliards (+10%). Les provisions pour pertes de crédit ont reculé à 278 millions de dollars. David Solomon, CEO, souligne la capacité de la banque à servir ses clients dans un environnement incertain.

US Bancorp (+1%) a publié pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice par action de 99 cents à comparer à un consensus de marché de 88 cents. Les revenus trimestriels se sont établis à 5,96 milliards de dollars, alors que le consensus se situait à 5,69 milliards de dollars. Le bénéfice net consolidé trimestriel a représenté 1,58 milliard de dollars. Andy Cecere, président du groupe, estime que ces résultats dans une période économique difficile témoignent du mix diversifié d'activités et de l'approche adaptée de la gestion du risque crédit.

UnitedHealth (-2%) a publié des comptes du troisième trimestre supérieurs aux attentes de marché et rehaussé sa guidance 2020. Sur le trimestre clos en septembre, le groupe a réalisé ainsi un bénéfice par action en retrait de 10% à 3,51$, contre 3,10$ de consensus de marché. Les revenus ont augmenté de 8% à 65,1 milliards de dollars, contre 63,9 milliards de dollars de consensus. le groupe envisage désormais un bénéfice par action 2020 allant de 16,50 à 16,75$ sur une base ajustée, contre une fourchette antérieure allant de 16,25 à 16,55$.

Tiffany (stable). La Commission européenne devrait donner son feu vert au projet d'acquisition du joaillier new-yorkais Tiffany par le géant français du luxe LVMH, un mariage hypothétique à 16 milliards de dollars désormais remis en cause par la bataille juridique entre les deux groupes, a appris Reuters de sources proches du dossier.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2020

Le chiffre d’affaires du troisième trimestre 2020 de Nanobiotix s’élève à 14 700 euros, contre 11 400 euros un an plus tôt. Le chiffre d’affaires sur une période de 9 mois terminée le 30…

Publié le 23/10/2020

Focus Home Interactive a annoncé que Jürgen Goeldner se retire de son mandat de Président du Directoire pour des raisons personnelles, à compter du 31 octobre 2020. Il deviendra Senior Advisor…

Publié le 23/10/2020

COFACELa société d'assurance-crédit publiera (après Bourse) ses résultats du troisième trimestre.EUROPCARLe spécialiste de la location de véhicules publiera (avant Bourse) ses résultats du…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne