Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 965.88 PTS
-0.82 %
7 014.00
-0.1 %
SBF 120 PTS
5 381.05
-0.78 %
DAX PTS
15 318.95
-1.32 %
Dow Jones PTS
34 725.47
+1.65 %
14 454.61
+3.22 %
1.115
0. %

Wall Street incertain, après Yellen et les chiffres de l'emploi

| Boursier | 2072 | Aucun vote sur cette news

Après une nouvelle purge hier soir (-1,34% sur le DJIA et -1,83% sur le Nasdaq), la cote américaine tente de reprendre ses appuis ce jeudi, le Dow...

Wall Street incertain, après Yellen et les chiffres de l'emploi
Credits Reuters

Après une nouvelle purge hier soir (-1,34% sur le DJIA et -1,83% sur le Nasdaq), la cote américaine tente de reprendre ses appuis ce jeudi, le Dow Jones se redressant de 1,19% à 34.425 pts et le S&P 500 de 0,68% à 4.544 pts, contre un repli de 0,16% sur le Nasdaq à 15.229 pts. Le baril de brut WTI avance de 1% vers les 66$. L'once d'or consolide de 1%. L'indice dollar fléchit de 0,1% face à un panier de devises. Le bitcoin retombe de 4% désormais vers les 56.000$.

Notons que Janet Yellen, Secrétaire américaine au Trésor et ex-patronne de la Fed, a indiqué ce jour qu'elle était prête à retirer le terme "transitoire" dans sa description de l'inflation. "Je peux convenir que cela n'a pas été une description appropriée de ce à quoi nous avons affaire", a ainsi lancé Yellen, confirmant en cela les récents commentaires de Powell qui avaient secoué les marchés plus tôt cette semaine. Yellen ajoute qu'il incombe à la Fed d'éviter toute spirale haussière sur les salaires et des prix. S'exprimant virtuellement ce jour à l'occasion d'une conférence organisée par Reuters, elle dit par ailleurs comprendre le raisonnement derrière la volonté de la Fed de procéder au tapering. Les comportements des salaires et des prix seront à suivre de près selon Yellen, afin de détecter une éventuelle surchauffe de l'économie américaine. Elle note que l'abaissement de certains tarifs douaniers hérités de l'ère Trump pourrait diminuer quelque peu les pressions inflationnistes, sans que cela ne fasse réellement la différence.

Les opérateurs, très concentrés ces derniers jours sur les nouveaux développements concernant Omicron, l'inflation américaine et la Fed, étudient en cette fin de semaine les chiffres de l'emploi. Après un rapport d'ADP plutôt réconfortant hier concernant l'emploi privé, l'étude Challenger relative aux annonces de licenciements pour le mois de novembre et les inscriptions au chômage ont rassuré aujourd'hui.

D'après la dernière étude de la firme Challenger sur le sujet, les annonces de licenciements pour le mois de novembre aux États-Unis ont concerné 14.875 postes, contre 22.822 un mois auparavant. Ainsi, ces annonces de suppressions d'emplois ressortent en recul de 77% en glissement annuel et au plus bas depuis 1993 !

Selon le Département américain au Travail ce jeudi, les inscriptions au chômage aux USA pour la semaine close au 27 novembre sont ressorties au nombre de 222.000, contre 245.000 de consensus et 194.000 pour la lecture révisée de la semaine antérieure, qui constituait... un plus bas de 62 ans !

Demain vendredi, l'attention se portera sur le rapport mensuel gouvernemental sur la situation de l'emploi (consensus 543.000 créations de postes et 4,5% de taux de chômage).

Raphael Bostic, Randal Quarles, Mary Daly et Thomas Barkin de la Fed, interviennent durant la journée ce jeudi.

Au moment où le président de la Fed, Jerome Powell, a renoncé à qualifier l'inflation de "transitoire", le dernier Livre Beige de la Fed, publié mercredi soir, relève que les hausses de prix se sont "généralisées dans tous les secteurs de l'économie" aux Etats-Unis au cours des dernières semaines. Dans cette enquête publiée deux semaines avant la tenue de sa prochaine réunion de politique monétaire, les 14 et 15 décembre, la banque centrale américaine fait état d'"augmentations considérables des coûts en raison de la forte demande de matières premières, les difficultés logistiques et la tension du marché du travail".

L'enquête réalisée en octobre et au début du mois de novembre auprès d'entreprises américaines par les antennes régionales de la Fed, donne des arguments supplémentaires à la Fed pour accélérer le rythme de réduction de son programme d'achat d'actifs. Auditionné mardi et mercredi par le Congrès américain, Jerome Powell a d'ailleurs affirmé que le "tapering" (qui a démarré en novembre au rythme de 15 Mds$ par mois) sera bien au menu de la réunion de la mi-décembre.

Selon les experts de Goldman Sachs, ce rythme pourrait monter à 30 Mds$ par mois, en vue d'achever les achats d'actifs dès la fin du 1er trimestre 2022. L'étape suivante sera la remonté des taux directeurs (proches de zéro depuis mars 2020), qui pourrait intervenir dès juin, voire mai, selon les projections des marchés à terme.

Le Livre Beige décrit une économie américaine qui a continué de croître à un rythme "modeste à modéré" en octobre et début novembre, mais la croissance reste entravée par les perturbations sur les chaînes d'approvisionnement et les pénuries de main d'oeuvre. Certaines entreprises ont toutefois fait part d'une "plus grande disponibilité" de certains produits, notamment sidérurgiques et de semi-conducteurs, ce qui a permis "d'atténuer certaines pressions sur les prix" dans ces secteurs. La forte demande a généralement permis aux entreprises d'augmenter leurs prix, hausse qui s'est ainsi reportée sur les consommateurs, même "si les obligations contractuelles" ont empêché certaines sociétés d'en faire de même.

Globalement, les perspectives de l'activité économique sont "positives dans la plupart des régions", bien que l'incertitude demeure quant au moment où les difficultés logistiques et de main-d'oeuvre vont s'atténuer.

A noter que cette enquête a été réalisée avant que le nouveau variant Omicron ne soit connu. Cependant, dans ses intervention devant le Congrès, Jerome Powell a donné le sentiment que cette nouvelle donne ne modifiait pas pour le moment la politique de la Fed. Mardi, il a même laissé entendre qu'Omicron pourrait contribuer à faire monter les prix en aggravant les problèmes de chaîne logistique et mercredi, il a estimé que la Fed devait se préparer à toutes les évolutions possibles, y compris au fait que "l'inflation pourrait ne pas ralentir au second semestre 2022", même si ce n'est pas son scénario central.

"Presque tous les prévisionnistes s'attendent à ce que l'inflation ralentisse nettement dans la seconde moitié de l'année prochaine (...) Le fait est que nous ne pouvons pas agir comme si nous étions certains de cela... Nous devons mener notre politique monétaire afin de répondre à toutes les évolutions possibles, et pas seulement en fonction de la plus probable", a ainsi déclaré M. Powell devant la commission des services financiers de la chambre des représentants.

Les valeurs

Apple (-3%), dont le titre atteignait ses sommets historiques à Wall Street pour une capitalisation boursière vertigineuse d'environ 2.700 milliards de dollars, retombe un peu. Le groupe californien de Cupertino aurait indiqué à ses fournisseurs que la demande pour son iPhone 13 faiblissait. C'est du moins ce que rapporte Bloomberg. Apple aurait déjà réduit de 10 millions d'unités l'objectif de production annuelle de son dernier smartphone en raison de la pénurie de puces, avait précédemment relaté le journal Nikkei. L'agence Bloomberg, citant des personnes proches du dossier, croit savoir que le groupe à la pomme espérait combler ce retard en 2022 grâce à l'amélioration de l'approvisionnement, mais a informé ses fournisseurs de composants que ces commandes pourraient ne pas se matérialiser.

Tesla (-2%), leader de l'automobile électrique, a lancé un quad électrique pour enfants aux États-Unis proposé pour 1 900$, deux ans après que le constructeur a présenté le véhicule tout-terrain (ATV) avec son pick-up Cybertruck. Le VTT à quatre roues, un 'Cyberquad' pour enfants, est inspiré du modèle Cybertruck et commencera à être expédié dans 2 à 4 semaines, selon le site Web du groupe d'Elon Musk. Le quad ne peut néanmoins être expédié à Hawaï, en Alaska ou à Porto Rico, remarque Reuters.

Square (-4%), le groupe de services de paiement de Jack Dorsey - qui vient de démissionner de ses fonctions à la tête de Twitter pour se concentrer sur cette activité -, va changer de nom et devenir Block Inc., en référence à sa volonté de diversification dans de nouveaux segments tels que la musique, les transferts d'argent et bien entendu la blockchain. Il s'agit d'un changement d'identité corporate, la marque Square restant intacte. Cette évolution ne devrait pas non plus conduire à des changements opérationnels. Le symbole 'SQ' de cotation à Wall Street subsiste également.

Moderna (-3%) pourrait disposer d'un 'booster' (rappel) contre le variant Omicron du covid, testé et prêt à une demande d'autorisation aux USA, dès le mois de mars, affirme Stephen Hoge, président du laboratoire. Hoge juge que des injections de rappel portant sur des gènes ciblant spécifiquement les mutations du variant Omicron récemment découvert seraient le moyen le plus rapide de remédier à toute réduction anticipée de l'efficacité vaccinale. "Nous avons déjà commencé ce programme", a déclaré le dirigeant à Reuters, précisant que Moderna travaille également sur un vaccin multivalent qui couvrirait jusqu'à quatre variants du coronavirus, dont Omicron.

Vir Biotechnology (-2%). Le laboratoire britannique GlaxoSmithKline a indiqué qu'une analyse préliminaire avait montré l'efficacité de son traitement contre le Covid-19 à base d'anticorps développé avec Vir Biotechnology contre le nouveau variant Omicron.

Boeing (+3%) rebondit à Wall Street, suite à la publication par l'autorité chinoise de l'aviation de nouvelles directives de navigation qui ouvrent la voie à une possible levée de l'interdiction de vol en Chine du 737 MAX, appareil impliqué dans deux accidents meurtriers en 2018 et 2019 en Ethiopie et Indonésie.

Uber (+4%) entend lancer en Inde une nouvelle fonctionnalité qui permettra aux clients d'effectuer leurs réservations de véhicule via la messagerie WhatsApp de Meta Platforms, l'ex-Facebook, qui compte plus de 500 millions d'utilisateurs.

Digital World Acquisition (+6%). Trump Media and Technology Group (TMTG), qui doit fusionner avec le SPAC (véhicule d'investissement) Digital World Acquisition, entend lever jusqu'à un milliard de dollars supplémentaires pour le réseau social de l'ancien président américain Donald Trump, ont précisé des sources à Reuters.

Grap, géant VTC asiatique, qui a fusionné pour 40 milliards de dollars avec un SPAC dirigé par le fonds Altimeter Growth, doit faire ses débuts boursiers ce jeudi sur le Nasdaq Composite.

Dollar General (-3%) trébuche à Wall Street après un avertissement sur les ventes. Le détaillant discount américain dit s'attendre à une décroissance des ventes à comparable pour l'exercice fiscal allant de 2,5% à 3,5%. Sur le troisième trimestre clos fin octobre, les ventes totales ont augmenté de 3,9% à 8,5 milliards, pour un profit opérationnel de 666 M$ et un bpa de 2,08$.

Kroger (+12%) bondit à Wall Street après avoir relevé ses estimations, soutenu par la cuisine à domicile et les produits d'épicerie. Les ventes du troisième trimestre ont augmenté de 7,2% à 31,9 milliards, pour un bpa ajusté de 78 cents à comparer aux 66 cents de consensus. Le bpa ajusté annuel est attendu désormais entre 3,4 et 3,5$, alors que les ventes à comparable devraient se tasser de 0,2 à 0,4%.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

PLUS QUE QUELQUES JOURS POUR BÉNÉFICIER DE NOTRE OFFRE ASSURANCE VIE

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 janvier 2021 inclus.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/01/2022

Suite au protocole d'accord signé le 13 décembre 2021, ID Logistics, un des leaders Européens en logistique contractuelle annonce ce jour la...

Publié le 28/01/2022

Dans le cadre de la forte croissance de ses activités dans le Jardin, EXEL Industries a conclu un accord, le 28 janvier 2022, pour l'acquisition de...

Publié le 28/01/2022

Suite au protocole d’accord signé le 13 décembre 2021, ID Logistics a annoncé vendredi la finalisation de l’acquisition de 100% de Colisweb, spécialiste français de l’organisation de la…

Publié le 28/01/2022

Dans le cadre de la forte croissance de ses activités dans le Jardin, Exel Industries a conclu un accord vendredi pour l’acquisition de 100% de l’entreprise GF Garden cédée par le groupe…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne