Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 518.55 PTS
-1.42 %
5 487.0
-1.83 %
SBF 120 PTS
4 366.64
-1.39 %
DAX PTS
13 291.16
-0.33 %
Dow Jones PTS
29 638.64
-0.91 %
12 268.32
+0.08 %
1.193
-0.01 %

Wall Street hésite, l'accord commercial pas encore finalisé

| Boursier | 753 | Aucun vote sur cette news

Les investisseurs jouent la prudence, lundi, alors que l'accord commercial annoncé vendredi entre la Chine et les Etats-Unis semble loin d'être finalisé...

Wall Street hésite, l'accord commercial pas encore finalisé
Credits Reuters

Les marchés américains commencent la semaine sur un note indécise, après avoir salué positivement vendredi l'annonce d'un l'accord commercial partiel entre les Etats-Unis et la Chine. Toutefois, cet accord de principe doit encore être détaillé, et la Chine souhaiterait encore en négocier certains points, selon la presse... Les cours du pétrole sont repartis en nette baisse, lundi, de même que la livre sterling, tandis que les marchés obligataires américains étaient fermés pour Colombus Day.

A deux heures de la clôture, les indices américains étaient très proches de l'équilibre. L'indice Dow Jones avançait de 0,08% à 26.837 points, tandis que l'indice large S&P 500 fléchissait de 0,08% à 2.968 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologies et biotechnologiques, lâchait 0,04% à 8.053 pts.

La semaine dernière, les trois indices américains avaient regagné respectivement 0,9%, 06% et 0,9%, après trois semaines de baisse consécutive pour le DJIA et le S&P 500, et deux baisses en trois semaines pour le Nasdaq.

Vendredi soir, Donald Trump a annoncé depuis la Maison Blanche que les Etats-Unis et la Chine étaient parvenus à un accord commercial partiel "très important". Présenté comme la "Phase 1" d'un processus en cours, l'accord comprend un forte hausse des achats de biens agricoles américains par la Chine, mais aussi des éléments concernant la propriété intellectuelle et les services financiers, ainsi qu'un volet sur les taux de change, a précisé président américain.

Les contours de l'accord sont flous, et Pékin veut encore négocier

En signe de trêve, les Etats-Unis ont suspendu la hausse des droits de douanes prévue le 15 octobre sur 250 milliards de dollars de marchandises chinoises importées. En revanche, pour l'instant, aucune décision n'a été prise sur les tarifs douaniers de 15% sur les produits de grande consommation qui doivent entrer en vigueur en décembre.

Les marchés apprécient peu que les contours de l'accord soient encore très flous. L'administration Trump a estimé qu'il faudrait encore 3 à 5 semaines pour le finaliser, l'objectif étant que Donald Trump et le président chinois Xi Jinping le signent en novembre, en marge du sommet de l'Association des pays riverains du Pacifique (APEC) qui se tiendra au Chili.

Cependant, selon des sources citées par 'Bloomberg', la Chine souhaite mener un nouveau round de négociations dès la fin octobre pour établir les détails de l'accord de "Phase 1". Comme les précédentes, les discussions seraient menées par le vice-Premier ministre chinois Liu He. Selon des sources citées par 'Bloomberg', Pékin souhaite désormais obtenir la suspension des droits de douane qui doivent entrer en vigueur en décembre.

En attendant, l'économie chinoise a donné de nouveaux signes de faiblesse, son commerce extérieur s'étant dégradé en septembre. Les exportations ont ainsi diminué de 3,2% par rapport à septembre 2018, contre -3% attendu par le consensus Reuters, et après -1% en août. Les importations ont plongé de 8,5%, contre -5,2% de consensus et après -5,6% en août, témoignant de l'affaiblissement de la consommation intérieure et des effets de la montée des tarifs douaniers.

Intenses négociations pour éviter un Brexit sans accord

Sur le marché des changes, la livre sterling, qui avait bondi de près 4% en 48h en fin de semaine dernière, s'est repliée lundi après de nouveaux doutes sur la possibilité d'aboutir à un accord sur le Brexit avant la date-butoir du 31 octobre. Lundi soir, la devise britannique cédait 0,8% à 1,2568$.

Des négociations intensives se sont tenues à Bruxelles pendant le week-end entre les Britanniques et l'Union européennes, mais les deux parties se sont montrées prudentes dimanche sur leurs chances d'éviter un Brexit sans accord. Les négociateurs butent toujours sur la question clé de la frontière irlandaise.

Lundi, vice-premier ministre irlandais Simon Coveney s'est toutefois montré prudemment optimiste, en jugeant qu'"un accord est possible et c'est possible ce mois-ci. C'est peut-être même possible cette semaine, mais nous n'y sommes pas encore".

L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à 6 devises de référence, progressait de 0,19% à 98,49 points, tandis que l'euro cédait 0,1% à 1,1030$. Sur les marchés obligataires (fermés lundi aux Etats-Unis), le rendement du T-Bond à 10 ans avait fini la semaine dernière en hausse de 7 points de base à 1,73%.

Les cours du pétrole sont repartis en baisse lundi après une fin de semaine en forte hausse. Sur le Nymex, le brut léger américain WTI cédait lundi soir 2,38%, à 53,40$ (contrat à terme de novembre), tandis que le Brent lâchait 2,33% à 59,10$.

L'or en revanche reprenait du terrain, en progression de 0,58% à 1.497,30 l'once, pour le contrat à terme de décembre coté sur le marché Comex.

VALEURS A SUIVRE

Boeing (+0,09%). Dennis Muilenburg perd sa double casquette de directeur général et de président chez Boeing. L'avionneur américain a surpris vendredi soir en annonçant la dissociation des deux fonctions quelques heures après les critiques émises par un comité d'experts sur la certification du 737 MAX. Si le patron de Boeing conserve, pour l'heure, son poste de directeur général, la fonction de président non-exécutif est désormais occupée par l'administrateur David Calhoun, cadre de Blackstone Group.

"Cette décision est la dernière d'une série de mesures prises par le conseil d'administration et la haute direction de Boeing pour renforcer les processus de gouvernance et de gestion de la sécurité de l'entreprise", explique le groupe.

Cette annonce intervient alors que les 737 MAX sont cloués au sol depuis la mi-mars après deux accidents qui ont fait 346 morts en Ethiopie et en Indonésie à cinq mois d'écart, plongeant Boeing dans l'une des plus graves crises de son histoire. La prolongation de cette immobilisation pendant encore de longs mois mettrait sans aucun doute encore davantage la pression sur Dennis Muilenburg qui pourrait finir par perdre son poste de dirigeant.

Facebook (-0,37%). Nouveau revers de taille pour le Libra. Le projet de Facebook de créer une nouvelle monnaie numérique a subi un coup dur vendredi avec les défections des géants du paiement Mastercard et Visa (+0,26%). Les deux groupes ont annoncé leur intention de quitter l'association portant le projet, emboîtant le pas d'EBay et du groupe de paiement sud-américain Mercado Pago. PayPal Holdings, a lui quitté le groupement il y a une semaine.

"Visa a décidé de ne pas rejoindre l'association Libra à ce stade", déclare la société dans un communiqué. "Nous allons continuer notre évaluation et notre décision finale sera déterminée par un certain nombre de facteurs, dont la capacité de l'association à satisfaire pleinement aux attentes des régulateurs". Le responsable du projet, l'ancien dirigeant de PayPal David Marcus, a relativisé la portée de cette annonce tout en reconnaissant que "ce n'est pas une bonne nouvelle à court terme".

L'association Libra se trouve désormais dépourvue de spécialistes de premier plan du paiement parmi ses membres, ce qui veut dire qu'elle ne pourra plus compter sur un acteur mondial pour aider les consommateurs à convertir leurs devises en Libra et pour faciliter les transactions. Les autres membres de l'association, parmi lesquels Lyft (+1,6%) et Vodafone (-0,1%) sont constitués pour l'essentiel de sociétés de capital investissement, de groupes de télécommunication et de technologies, de spécialistes de la blockchain ou d'associations à but non lucratif.

Le secteur bancaire, qui donnera cette semaine le coup d'envoi de la saison des résultats du 3e trimestre progresse dans son ensemble ce lundi. JP Morgan Chase (+0,2%), Citigroup (+0,5%), Wells Fargo (+0,35%), et Goldman Sachs (+0,46%) publieront leurs résultats demain mardi. Bank of America (-0,6%) suivra mercredi et Morgan Stanley (+0,67%) fera de même jeudi.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/11/2020

Le CAC 40 est toujours dans le rouge avant l’ouverture des marchés américains malgré plusieurs tentatives de revenir vers l’équilibre.Les indices américains sont attendus en ordre dispersés…

Publié le 27/11/2020

Lors de sa réunion du 26 novembre, le Conseil d'administration a pris acte du départ de Monsieur Géry Robert-Ambroix en qualité de Directeur Général...

Publié le 27/11/2020

Touax a procédé au rachat et à l'annulation d'une partie des titres super-subordonnés à durée indéterminée (TSSDI) émis en août 2013, novembre 2013 et...

Publié le 27/11/2020

Le conseil d’administration de la Compagnie des Alpes envisage qu’à l’expiration du mandat de PDG de Dominique Marcel, la présidence du conseil d’administration et la direction générale…

Publié le 27/11/2020

Le groupe de médias ADL Partner a réalisé au troisième trimestre 2020 un chiffre d’affaires de 34,2 millions d'euros, en croissance de 3,2% par rapport à la même période de 2019, pour un…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne