En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 168.54 PTS
-
5 168.50
+0.34 %
SBF 120 PTS
4 100.41
+0.39 %
DAX PTS
11 299.20
-0.01 %
Dowjones PTS
25 883.25
+1.74 %
7 055.18
+0.00 %
1.131
-0.00 %

Wall Street : hésite avec Amazon, malgré l'emploi

| Boursier | 69 | Aucun vote sur cette news

Le DJIA gagne actuellement 0,30% à 25.074 pts, le Nasdaq recule de 0,06% à 7.277 pts, et le S&P500 monte de 0,11% à 2.706 pts...

Wall Street : hésite avec Amazon, malgré l'emploi
Credits Reuters

Wall Street se maintient en territoire positif ce vendredi à trois heures de la clôture, soutenu par les fortes créations de postes du mois de janvier. Sur le front des publications trimestrielles, les perspectives prudentes d'Amazon déçoivent en cette fin de semaine. Les opérateurs se montrent par ailleurs assez optimistes en ce qui concerne les questions commerciales. A l'issue de deux jours de discussions à Washington avec la Chine, Donald Trump a fait part de sa confiance. Le président américain a toutefois souligné qu'aucun accord définitif ne devrait être conclu avant sa rencontre, dans un proche avenir, avec son homologue chinois Xi Jinping... Le DJIA gagne actuellement 0,30% à 25.074 pts, le Nasdaq recule de 0,06% à 7.277 pts, et le S&P500 monte de 0,11% à 2.706 pts.

Sur le seul mois de janvier, les trois indices ont affiché un vif rebond : de 7,1% pour le DJIA, de 7,8% pour le S&P 500, et de 9,7% pour le Nasdaq !

Les créations d'emplois non-agricoles aux États-Unis pour le mois de janvier 2019 sont ressorties au nombre de 304.000, près du double d'un consensus logé à 158.000 ! Notons tout de même que les créations d'emplois du mois de décembre 2018 ont quant à elles été révisées à 222.000, contre 312.000 précédemment évalué. Le taux de chômage américain ressort à 4% en janvier 2019 selon le rapport du jour, contre un consensus de place de 3,9% et un niveau de 3,9% également pour le mois antérieur. Les créations de postes dans le secteur privé ont agréablement surpris au mois de janvier 2019, à 296.000, contre 160.000 de consensus et 206.000 un mois plus tôt. Les créations d'emplois manufacturiers sont ressorties à 13.000, contre 15.000 de consensus et 20.000 pour la lecture révisée du mois antérieur. Le salaire horaire moyen de janvier a augmenté de 0,1% en comparaison du mois antérieur (+3,2% en glissement annuel). Le taux de participation à la force de travail est ressorti à 63,2%. Le département au Travail américain précise qu'il n'y a pas eu d'impact tangible de la fermeture gouvernementale partielle (shutdown) sur les créations d'emploi, qui ressortent ainsi au plus haut en 11 mois. Le shutdown a mis 380.000 employés au chômage, mais Trump a signé une loi garantissant leur salaire, ce qui a permis de les inclure dans les chiffres de l'emploi de janvier, explique Reuters. Cependant, ces fonctionnaires ont été classés comme chômeurs temporaires dans l'enquête permettant le calcul du taux de chômage, ce qui explique sa légère remontée à 4%.

L'indice IHS Markit PMI manufacturier final américain du mois de janvier 2019 est ressorti conforme aux attentes de marché à 54,9, par ailleurs en ligne avec son estimation initiale. Chris Williamson, chief business economist chez IHS Markit, évoque une vigueur renouvelée de l'industrie manufacturière américaine au début de l'année, ainsi qu'une confiance accrue dans les perspectives, "même si de nombreuses compagnies restent clairement préoccupées par l'impact des guerres commerciales et du protectionnisme accru".

L'indice ISM manufacturier du mois de janvier 2019, qui vient également d'être publié ce jour, est ressorti à 56,6, contre 54 de consensus de place et 54,3 pour sa lecture révisée du mois antérieur.

Les dépenses de construction du mois de novembre se sont quant à elles appréciées de 0,8% en comparaison du mois précédent, contre +0,2% de consensus et -0,1% pour la lecture révisée du mois d'octobre.

Les stocks de grossistes du mois de novembre, également publiés aujourd'hui, ont augmenté de 0,3% par rapport au mois précédent, contre +0,4% de consensus et +0,9% en octobre.

Les mauvais chiffres de l'activité industrielle chinoise alimentaient plus tôt ce jour les craintes de ralentissement global. L'indice manufacturier chinois Caixin/Markit est tombé ainsi au plus bas depuis le mois de février 2016.

VALEURS A SUIVRE

Amazon abandonne 4% à Wall Street ce vendredi, au lendemain des comptes trimestriels du géant du e-commerce. Sur le trimestre clos fin décembre 2018, le groupe de Jeff Bezos a pourtant dégagé un copieux bénéfice net de plus de 3 milliards de dollars, 6,04$ par action, contre 1,86 milliard de dollars et 3,75$ par action un an auparavant. Les revenus du quatrième trimestre se sont appréciés quant à eux de 20% à 72,4 milliards de dollars, témoignant d'une belle dynamique durant la saison des fêtes, ainsi que de solides revenus publicitaires et de services cloud. Le consensus était de 71,9 milliards de revenus pour 5,56$ de bénéfice par action. Les revenus d'AWS (Amazon Web Services) se sont envolés de 45% à 7,4 Mds$. Pour le premier trimestre fiscal, période juste entamée, le groupe se montre relativement prudent, dévoilant des perspectives de revenus allant de 56 à 60 milliards de dollars, contre un consensus de 61 milliards. Les difficultés rencontrées en Inde et l'augmentation globale des coûts ont par ailleurs inquiété certains opérateurs. Le groupe de Seattle anticipe un bénéfice opérationnel du premier trimestre allant de 2,3 milliards de dollars à 3,3 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 2,99 Mds$. Le directeur financier Brian Olsavsky a également laissé entendre que les dépenses allaient augmenter cette année, affirmant la nécessité pour le groupe de maintenir ses investissements en personnel et installations.

Symantec (+11%) a publié ses résultats du troisième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 65 M$ (0,10$ par action), contre 1,34 Md$ (2,01$ par action) un an avant. Le bénéfice par action ajusté ressort à 0,44$. Les revenus s'élèvent à 1,21 Md$, stables par rapport à l'an passé. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,39$, pour des revenus de 1,18 Md$. Sur le quatrième trimestre fiscal, le groupe vise un bpa compris entre 0,37 et 0,41$, pour des revenus entre 1,19 et 1,22 Md$. Symantec annonce par ailleurs le départ, dans les prochains mois, de son CFO Nicholas Noviello.

McKesson (-1%) a présenté ses comptes du troisième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 469 M$ (2,40$ par action), contre 903 M$ (4,33$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 3,40$. Les revenus s'élèvent à 56,2 Mds$, contre 53,6 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 3,15$, pour des revenus de 55 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise désormais un bpa compris entre 13,45 et 13,65$, contre une précédente fourchette de 13,20/13,80$.

Merck (+3%) a annoncé ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 1,83 Md$ (0,69$ par action), contre une perte de 1,05 Md$ (0,39$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 1,04$, contre 0,98$ sur la même période de l'exercice précédent. Les ventes grimpent de 5% à 11 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,03$, pour des ventes de 10,9 Mds$. Sur 2019, les ventes sont attendues par le groupe entre 43,2 et 44,7 Mds$ (contre 42,3 Mds$ en 2018), pour un bpa entre 4,57 et 4,72$ (contre 4,34$ zn 2018).

Honeywell (+2%) a publié ses comptes du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 1,72 Md$ (2,31$ par action), contre une perte de 2,52 Mds$ (3,32$ par action) un an plus tôt. Le bpa ajusté ressort à 1,91$. Les ventes baissent de 10% à 9,73 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,89$, pour des revenus de 9,7 Mds$. Sur 2019, le groupe vise un bpa compris entre 7,80 et 8,10$ (contre 8,01$ en 2018), pour des ventes entre 36 et 36,9 Mds$ (contre 32,45 Mds$ en 2018).

ExxonMobil (+4%) a réalisé pour son quatrième trimestre un bénéfice largement supérieur aux prévisions des analystes de la place. Le groupe d'Irving, Texas, a affiché ainsi un résultat net de 6 milliards de dollars sur ce quatrième trimestre fiscal, 1,41$ par action, contre 8,4 milliards un an auparavant. Le consensus de place se situait à 1,18$ de bénéfice par action. La production du groupe a connu une légère progression à 4 millions de barils équivalent pétrole / jour (3,9 millions un an avant), avec la production du Bassin permien et ses extractions de schiste. Le bénéfice trimestriel hors impacts de la réforme fiscale et des dépréciations a grimpé à 6,4 Mds$, contre 3,7 Mds$ un an auparavant.

Chevron (+4%) a annoncé ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 3,73 Mds$ (1,95$ par action), contre 3,11 Mds$ (1,64$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 42,4 Mds$, contre 37,6 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,87$, pour des revenus de 42,5 Mds$.

Illinois Tool Works (-3%) a présenté ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 607 M$ (1,83$ par action), contre une perte de 76 M$ (0,22$ par action) un an avant. Les revenus sont de 3,58 Mds$, contre 3,63 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,82$, pour des revenus de 3,6 Mds$. Sur le T1, le groupe vise un bpa compris entre 1,73 et 1,83$, contre 1,94$ de consensus.

Tesla (+2%), constructeur californien vedette de véhicules électriques, a annoncé aujourd'hui le lancement des prises de commandes de la version la moins chère de son Model 3 'grand public' en Chine, premier marché automobile mondial sur lequel le groupe d'Elon Musk affiche de grandes ambitions.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/02/2019

L'étude clinique FASST n'a pas atteint son critère d'évaluation principal...

Publié le 18/02/2019

Le partenariat signé fin octobre avec Naturalia devrait porter ses fruits en 2019...

Publié le 18/02/2019

Georges Chodron de Courcel est atteint la limite d'âge...

Publié le 18/02/2019

COMMUNIQUE DE PRESSE proposition à l'Assemblée Générale du 15 mai 2019 D'ELIRE Jean Mouton en qualité d'administrateur, dans la perspective de sa…

Publié le 18/02/2019

Orapi recentre ses activités sur son 'core business'...