En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

Wall Street : hésitations avant les résultats trimestriels

| Boursier | 221 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York fait une pause non loin de ses sommets annuels, avant le début de la saison des résultats trimestriels. Le marché de l'emploi US confirme son dynamisme.

Wall Street : hésitations avant les résultats trimestriels
Credits Reuters

Les marchés américains peinent à trouver des catalyseurs depuis quelques jours, à l'approche de la saison des résultats trimestriels, qui débutera vendredi avec les comptes de JP Morgan Chase et de Wells Fargo, avant une montée en charge progressive de publications les semaines suivantes. Le marché de l'emploi américain reste en pleine forme avec des demandes d'indemnisation chômage au plus bas depuis 50 ans... Les marchés attendent les modalités d'introduction en Bourse d'Uber Technologies, qui pourraient être publiées ce jeudi. Le pétrole corrige après un rapport de l'Agence internationale de l'Energie qui s'inquiète d'une baisse de la demande mondiale de brut...

Deux heures avant la clôture, l'indice Dow Jones cédait jeudi 0,25% à 26.091 points, tandis que l'indice large S&P 500 reculait de 0,11% à 2.884 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, lâchait 0,26% à 7.943 pts.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de devises de référence, regagnait jeudi 0,18%à à 97,12 points, tandis que l'euro cédait 0,12% à 1,1260$, au lendemain d'une réunion de la BCE. A cette occasion, Mario Draghi le président de la banque centrale européenne a un peu déçu, en indiquant qu'il était encore trop tôt pour savoir si des mesures destinées à atténuer l'effet des taux négatifs sur les banques se justifiaient.

La livre sterling fléchissait de 0,2% à 1,3060$ après le report de six mois, au 31 octobre 2019, de la date du Brexit à l'issue du sommet européen extraordinaire de mercredi. Le risque de Brexit sans accord se réduit donc, mais l'avenir reste incertain, alors que la classe politique britannique reste profondément divisée sur les modalités du divorce avec l'UE.

L'économie américaine en passe de vivre sa plus longue phase de croissance

Sur les marchés obligataires américains, le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans, rebondissait de 4 points de base à 2,51%, après la publication des minutes de la Fed, mercredi soir, qui ont confirmé la pause dans le cycle de hausse des taux, tout en signalant que la banque centrale pourrait revoir sa position en fonction de l'évolution de la conjoncture.

Le vice-président de la Fed, Richard Clarida, s'est montré prudemment optimiste jeudi pour l'économie américaine, la jugeant "en bonne forme" et ajoutant que la Fed était proche de remplir son double mandat de stabilité des prix et de plein emploi. Dix ans après être sortie d'une récession profonde, l'économie américaine devrait ainsi battre un record en réalisant sa plus longue phase d'expansion jamais observée, selon le numéro deux de la Fed, qui a tout de même souligné des risques importants qui se profilent à l'international. Ces perspectives plus mitigées, couplées à une inflation faible, justifient selon lui la posture actuelle de la Fed et son approche "patiente" en matière monétaire...

Les indicateurs "macros" restent bien orientés outre-Atlantique

Sur le marché de l'emploi américain, les inscriptions au chômage ont chuté à 196.000 la semaine dernière, leur plus bas niveau depuis près de 50 ans, en octobre 1969 ! Par ailleurs, les prix à la production ont grimpé plus vite que prévu, de 0,6% en mars sur un mois, contre +0,3% de consensus et +0,1% en février. Cependant, hors éléments volatils, les prix sont restés sages. La hausse est essentiellement liée à celle des prix de l'énergie, les cours du pétrole WTI ayant flambé de 40% depuis le début de l'année.

Le pétrole reculait jeudi après la publication du dernier rapport mensuel de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) qui s'est inquiétée d'un ralentissement à venir de la demande mondiale de pétrole, en raison des signes d'affaiblissement de la croissance. Les investisseurs réagissent aussi à retardement à l'annonce, mercredi, d'une forte hausse des stocks hebdomadaires de pétrole brut aux Etats-Unis.

Le contrat à terme de mai sur le brut léger américain WTI perdait jeudi en soirée 1,67% à 63,53$ le baril sur le Nymex, tandis que le Brent de même échéance chutait de 1,34% à 70,77$.

Les résultats d'entreprises, baromètres de la conjoncture

Le rebond boursier du 1er trimestre a été largement alimenté par la volte-face de la Réserve fédérale en matière de taux d'intérêts, et par les espoirs d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Ce dernier semble désormais intégré dans les cours, même si les discussions commerciales bloquent encore dans leur dernière phase, et qu'aucune date n'a encore été fixée pour la signature d'un accord.

L'attention des marchés va désormais se focaliser sur les résultats des entreprises et sur leurs prévisions pour les trimestres à venir, afin de juger de l'impact du ralentissement de la croissance mondiale, dont le FMI s'est notamment fait l'écho cette semaine en révisant en baisse ses prévisions.

Pour la première fois depuis près de 3 ans, au 2è trimestre 2016, les bénéfices des entreprises américaines sont attendues en baisse au 1er trimestre par rapport à la même période de 2018. Le consensus compilé par Factset (groupe Dow Jones), s'attend ainsi à une baisse de 4,2% de bénéfices des sociétés du S&P 500 sur un an, tandis que le consensus du cabinet Refinitiv table sur un recul plus modeste de 2%. Or, la croissance des bénéfices est, avec les taux d'intérêts bas, l'un des principaux moteurs de la hausse des marchés boursiers.

VALEURS A SUIVRE

Bed Bath & Beyond (-8,1%) a annoncé pour le trimestre clos un bénéfice ajusté par action de 1,20$, dépassant amplement le consensus. Le détaillant américain a également dégagé des revenus supérieurs aux attentes et fourni des prévisions assez solides pour l'exercice 2019. Le titre dévisse néanmoins à Wall Street, le marché sanctionnant une baisse plus importante que prévu de l'activité à comparable, ainsi que la perte annuelle consolidée du groupe.

Tesla (-3,3%) souffre quelque peu ce jour, alors que selon le 'Nikkei' japonais, le groupe d'Elon Musk et son partenaire Panasonic auraient suspendu leurs plans d'expansion de la gigafactory, face à un affaiblissement supposé de la demande pour les véhicules du groupe.

Costco (-1,7%) a réalisé sur le mois de mars 2019 une croissance des ventes à comparable de 5,9%, hors effets de change et prix de l'essence. Cette croissance ressort plus faible que celle du mois précédent.

Rite Aid (-10%), distributeur pharmaceutique américain, a affiché une légère perte d'un cent par action sur le trimestre clos, contre -2 cents de consensus de place. Les revenus sont en revanche ressortis moins bons que prévu. Le groupe va procéder à un regroupement à 1 action contre 20. La cotation des titres regroupés débutera le 22 avril.

Marriott (+0,28%). La chaîne hôtelière américaine a signé un nouvel accord de plusieurs années avec le voyagiste en ligne Expedia.

JPMorgan Chase (+0,9%), la plus grande banque américaine en termes d'actifs, publiera ses résultats du premier trimestre demain, avant l'ouverture de Wall Street. Elle sera la première à se livrer à cet exercice délicat, au moment où les marchés financiers s'inquiètent des effets sur les comptes des banques du ralentissement de la croissance et d'un environnement de taux moins porteur. Le bénéfice par action est attendu quasi-stable par rapport au premier trimestre 2018, à 2,37$.

Amazon (-0,2%) et Microsoft (stable) sont toujours en concurrence sur un contrat 'cloud' du Pentagone dont le montant total pourrait approcher des 10 milliards de dollars. En revanche, d'après le Département américain de défense, IBM (+0,2%) et Oracle (-0,3%) sont écartés du processus.

IBM (+0,2%) réagit peu après une recommandation d'achat des analystes de Crédit Suisse, à quelques jours de la publication des résultats trimestriels du géant des services informatiques, prévus pour le mardi 16 avril.

Boeing (+0,5%) aura besoin du feu vert de régulateurs étrangers pour faire voler de nouveau son 737 MAX. Le 'Wall Street Journal' croit ainsi savoir que des clients auraient demandé au géant aéronautique de faire valider la sécurité de l'appareil par des régulateurs autres que la Federal Aviation Authority. Le groupe n'a pas enregistré la moindre commande pour son 737 MAX en mars.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…