Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 781.19 PTS
+0.52 %
6 777.50
+0.48 %
SBF 120 PTS
5 295.32
+0.6 %
DAX PTS
15 744.67
+0.33 %
Dow Jones PTS
35 064.25
+0.78 %
15 181.64
+0.65 %
1.183
-0.03 %

Wall Street hésitant sur les sommets

| Boursier | 420 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine s'affiche incertaine avant bourse ce mardi...

Wall Street hésitant sur les sommets
Credits Reuters

La cote américaine s'affiche incertaine avant bourse ce mardi. Le DJIA rend 0,1%, le S&P 500 se stabilise et le Nasdaq grappille 0,1%. Quelques prises de bénéfices sont donc attendues après le triple record des indices à Wall Street vendredi. Hier, la cote US marquait une pause au lendemain de l'Independence Day.

L'hésitation persiste, face aux craintes de durcissement monétaire outre-Atlantique et alors que le variant delta menace par ailleurs. Sur le front économique, la fin de semaine dernière était marquée à Wall Street par les chiffres de l'emploi, avec des créations de postes robustes en juin à 850.000 mais un taux de chômage en légère hausse à 5,9%. Ces données quelque peu contradictoires ne devraient donc pas influencer grandement la Fed.

Ce mardi, les opérateurs suivront à 15h45 l'indice PMI composite final américain de juin (consensus 64 pour le composite et 64,8 pour les services), puis à 16 heures l'ISM des services du même mois (consensus 63).

Demain mercredi, le rapport JOLTS du Département au Travail concernant les ouvertures de postes sera publié. Les Minutes de la dernière réunion monétaire de la Fed seront communiquées dans la soirée de mercredi, alors que les investisseurs craignent un resserrement monétaire, par l'intermédiaire du 'tapering', un peu plus rapide que prévu compte tenu de la reprise économique et du risque d'inflation. Jeudi, les inscriptions au chômage et le rapport sur les stocks pétroliers domestiques américains seront annoncés.

Ailleurs dans le monde ce mardi, les commandes manufacturières allemandes de mai ont déçu (-3,7% en comparaison du mois antérieur et en données ajustées), alors que la production industrielle espagnole a augmenté plus que prévu sur le même mois. Le PMI allemand de la construction pour le mois de juin a raté le consensus, à 47 contre 48,9. L'indice ZEW allemand du sentiment économique a été de 63,3, contre 75 de consensus. Les ventes au détail, corrigées des variations saisonnières, ont rebondi de 4,6% dans la zone euro en mai, contre une hausse de 4,3% attendue par le marché.

Les minutes de la BCE sont attendues jeudi. Les récents commentaires provenant des officiels européens montrent une généreuse tolérance face à l'inflation, alors que l'économie se reprend. Ceci laisse espérer une poursuite de la politique très accommodante en Europe, encore plus durable que celle des USA.

Dans l'actualité des entreprises à Wall Street, Tesla a dévoilé des chiffres très solides de ventes. Amazon aborde sereinement une nouvelle phase de son expansion avec l'arrivée de son CEO Andy Jassy, qui prend la tête des opérations tandis que Jeff Bezos conserve la présidence. Amazon et Tata Group ont prévenu le gouvernement indien que leurs modèles pourraient être affectés par des règles plus dures concernant le commerce en ligne. Facebook est visé pour sa part par des leaders du Congrès, qui demandent que la FTC poursuive de nouveau le géant des réseaux sociaux.

Bloomberg cite le point de vue de gestionnaires de fonds selon lequel la reprise des marchés boursiers pourrait se poursuivre dans un contexte d'augmentation des bénéfices des entreprises, de vaccinations et de vents favorables en matière de politique budgétaire et monétaire. Des liquidités importantes seraient encore disponibles avec un record de 5.500 milliards de dollars d'actifs de fonds du marché monétaire. Malgré la sous-performance du mois dernier, les dossiers cycliques/value du marché restent soutenus par le rebond de la croissance économique et l'accélération du déploiement des vaccins. Le soutien des banques centrales ne devrait pas pour sa part disparaître de sitôt. Alors que les valorisations tendues pourraient limiter la hausse, la croissance des bénéfices reste forte, près de 50% des sociétés du S&P 500 ayant rehaussé leurs perspectives pour l'exercice au cours des trois derniers mois...

Le WTI retrouve ses niveaux de novembre 2014 ! En hausse de 0,8% à 75,7 dollars sur le Nymex, le baril de brut léger américain est boosté depuis hier par l'annulation de la réunion de l'Opep+, faute de consensus entre ses membres sur la remontée progressive de la production. De quoi nourrir le spectre d'une lutte intestine néfaste pour le marché de l'or noir. Dans un contexte inflationniste, la stabilité de la reprise économique mondiale pourrait en effet être remise en cause, tout comme la capacité de l'alliance à conserver son contrôle durement acquis sur le marché du pétrole. "Nous ne voulons pas d'une guerre des prix", a tenté de rassurer le ministre irakien du pétrole, Ihsan Abdul Jabbar. "Et nous ne voulons pas que les prix du brut augmentent au-delà des niveaux actuels". Après plusieurs jours de négociations tendues, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés ont abandonné leurs discussions entamées jeudi dernier, puis prolongées à deux reprises, sans parvenir au moindre accord.

En cause notamment, les dissensions entre l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unies sur le niveau de production d'huile. Abou Dhabi aurait exigé un relèvement de son niveau de référence, c'est-à-dire le niveau de production par rapport auquel les réductions sont calculées, selon une source citée par 'Reuters'. Un relèvement de la base actuelle (la production d'octobre 2018) aboutirait concrètement à permettre à Abou Dhabi de produire davantage, tout en respectant les coupes sur le papier. Un aménagement que l'Arabie saoudite, mais aussi la Russie, auraient refuseraient de cautionner. Le différend, rendu public, reflète également une divergence de vues croissante entre l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Aucune nouvelle date pour la reprise des pourparlers n'a de plus été fixée. La conséquence immédiate de l'échec des pourparlers est que l'augmentation de la production prévue pour le mois d'août n'aura pas lieu, laissant le marché à court d'or noir au moment même où l'économie mondiale se remet de la pandémie de Covid-19... Très attentive à l'évolution des cours du brut, la Maison Blanche "suit de près les négociations de l'Opep+ et leur impact sur la reprise économique mondiale", a déclaré un porte-parole. Le ministre irakien du pétrole a indiqué à la presse qu'il espérait "être témoin d'une date" dans les dix prochains jours pour une nouvelle réunion du cartel et de ses alliés qui devrait permettre de trouver un accord satisfaisant pour tous.

Face à la crise du coronavirus, l'Opep+ avait réduit l'année dernière sa production de près de 10 millions de barils par jour (bpj), avant de progressivement alléger ses réductions qui se situent actuellement à environ 5,8 millions de bpj. La reprise économique actuelle a stimulé la demande et a fait reculer les stocks mondiaux de brut, une situation qui nécessiterait de continuer à ouvrir les vannes pour alimenter une demande qui dépasse désormais l'offre.

Les trois principaux indices boursiers américains avaient fini vendredi en terrain record, à la veille d'un week-end de trois jours pour Independence Day aux Etats-Unis, le 4 juillet. Vendredi, les investisseurs ont salué l'annonce de 850.000 créations d'emplois en juin aux Etats-Unis, un chiffre bien plus élevé que les attentes des économistes. L'hôtellerie et les loisirs ont embauché massivement à la faveur de la réouverture de l'économie, après la levée des restrictions liées au coronavirus.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,44% à 34.786 points, son premier record depuis le 7 mai dernier, tandis que l'indice large S&P 500 a encore progressé de 0,75% à 4.352 pts, enchaînant non moins de 7 séances de records d'affilée ! Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a grimpé de 0,81% à 14.639 pts. Les chiffres de l'emploi américain se sont donc avérés globalement solides en juin. Les créations de postes non-agricoles du mois sont ressorties au nombre de 850.000, bien supérieures au consensus 'Bloomberg' qui était placé à 720.000. La lecture du mois antérieur a été révisée de 559.000 à 583.000. Le taux de chômage progresse en revanche de 0,1 point en juin, à 5,9%, contre 5,6% de consensus, alors que le taux de participation est stable à 61,6%. Les créations de postes dans le privé se sont établies au nombre de 662.000, contre 615.000 de consensus et 516.000 un mois plus tôt.

Très surveillé dans un environnement inflationniste, le salaire horaire moyen a quant à lui augmenté de 0,3% en comparaison du mois antérieur, comme anticipé par les économistes. La hausse du mois de mai a par ailleurs été revue à +0,4% contre +0,5% annoncé précédemment. En glissement annuel, le salaire horaire moyen progresse de 3,6%, en ligne avec les attentes.

Les valeurs

Tesla a annoncé vendredi avoir produit un nombre record de 206.421 véhicules électriques au 2e trimestre, et en avoir livré 201.250, un chiffre globalement en ligne avec les attentes des marchés, et plus que doublé par rapport aux 91.000 livraisons sur la même période de 2020, marquée par la crise du coronavirus. Vendredi, Tesla a estimé dans un communiqué que "nos équipes ont fait un travail remarquable pour faire face aux défis de la chaîne d'approvisionnement et de la logistique", qui affectent l'ensemble de la filière automobile mondiale depuis la crise du Covid-19.

Pfizer. Une étude du ministère israélien de la Santé, évoquée notamment par le Financial Times, montre une moindre efficacité du vaccin anti-covid de l'Américain Pfizer et de son partenaire allemand BioNTech contre le variant delta. Les données collectées durant le mois passé suggèrent que le vaccin serait efficace à 64% dans la prévention des infections, parmi ceux qui ont été pleinement inoculés, contre une efficacité estimée de 94% contre les précédentes souches. Cependant, le vaccin Pfizer / BioNTech resterait efficace à 93% dans la prévention des maladies sérieuses et des hospitalisations. Le variant delta est supposé bien plus infectieux, mais ne provoque pas autant de maladies graves et d'hospitalisations que ses prédécesseurs, particulièrement avec l'aide du vaccin.

Didi Global, le service chinois de VTC, équivalent local de la firme Uber Technologies, introduit la semaine dernière à Wall Street, perd un cinquième de sa valeur en pré-séance ce mardi. Les autorités chinoises, qui mènent la vie dure ces derniers mois à leurs leaders technologiques, viennent d'interdire à la compagnie d'accepter de nouveaux utilisateurs. Pékin a par ailleurs exigé des magasins d'applications mobiles qu'ils retirent le service de véhicules avec chauffeur de Didi Chuxing de leurs plateformes. Les régulateurs chinois s'inquièteraient de l'importante quantité de données d'utilisateurs recueillies par Didi, qui doit par ailleurs se conformer désormais aux exigences de communication de la Securities & Exchange Commission, gendarme financier américain. Le groupe s'est introduit à Wall Street mercredi. Kanzhun et Full Truck Alliance comptent également parmi les firmes chinoises cotées à Wall Street visées par Pékin.

Apollo Global Management, firme américaine de capital-investissement, a précisé étudier une éventuelle offre sur la chaîne britannique de supermarchés Morrisons.

Twitter, Google (Alphabet) et Facebook pourraient arrêter de proposer leurs services à Hong Kong si une loi sur la protection de la vie privée entrait en vigueur, indique Reuters. En outre, le réseau social média Twitter ne bénéficie plus d'une immunité juridique sur les contenus publiés par ses utilisateurs en Inde...

AMC Entertainment, la première chaîne américaine de cinémas, grimpe avant bourse à Wall Street à l'annonce de l'abandon de ses plans d'augmentation de capital portant sur 25 millions de titres.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 septembre 2021 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 05/08/2021

Selon les IFRS, Euro Ressources a enregistré un bénéfice net de 3,3 ME (0,054 euro par action) pour le semestre clos le 30 juin 2021, (8,3 ME ; 0,132...

Publié le 05/08/2021

Visiomed Group annonce l'acquisition de l'intégralité du capital de Smart Salem, l'unique centre médical digitalisé et accrédité par le Ministère de...

Publié le 05/08/2021

La trésorerie et les équivalents de trésorerie de la société biotech Abionyx Pharma s'établissent au 30 juin à 4,8 millions d'euros (7,3 ME au 31 mars...

Publié le 05/08/2021

L'Assemblée générale de Néovacs s'est tenue, le mercredi 4 août, au siège de l'entreprise...

Publié le 05/08/2021

Robertet prend une participation majoritaire dans la société Astier Demarest basée à Grasse (France)...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne