En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 571.71 PTS
-0.76 %
5 573.50
-0.72 %
SBF 120 PTS
4 391.03
-0.75 %
DAX PTS
12 341.03
-0.72 %
Dowjones PTS
27 287.03
-0.18 %
7 921.24
-0.07 %
1.122
+0.11 %

Wall Street grimpe, dans l'espoir d'une rencontre Xi-Trump "productive"

| Boursier | 302 | Aucun vote sur cette news

Wall Street progresse avant bourse ce vendredi, le S&P500 s'accordant 0,2% et le Nasdaq 0,1%...

Wall Street grimpe, dans l'espoir d'une rencontre Xi-Trump "productive"
Credits Reuters

Wall Street progresse avant bourse ce vendredi, le S&P500 s'accordant 0,2% et le Nasdaq 0,1%. Les opérateurs demeurent confiants, pour ce premier jour du sommet du G20 à Osaka, au Japon. Ils n'attendent certes pas d'accord commercial imminent entre les USA et la Chine, mais une rencontre productive entre Trump et Xi marquant symboliquement la reprise des pourparlers suffirait à satisfaire les intervenants.

Sur le marché des changes, l'indice dollar s'affiche en retrait de 0,1% à 96,1. Du côté des matières premières, le baril de brut WTI gagne 0,3% à 59,6$ sur le Nymex avant la réunion des pays membres de l'Opep puis de l'Opep+ prévue en début de semaine prochaine.

Le commerce, préoccupation majeure de Trump ?

Donald Trump a insisté ce vendredi sur l'importance du commerce, "préoccupation majeure" du sommet du G20. Le dirigeant chinois Xi Jinping a prévenu pour sa part des risques que faisaient peser les mesures protectionnistes .Xi a souligné que de telles mesures 'ravageaient' l'ordre commercial au niveau mondial. Arbitre discret, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a lui affirmé son soutien au multilatéralisme et au commerce "libre et équitable".

"Nous allons avoir de très grandes choses à annoncer", a lancé Trump avant de rencontrer Shinzo Abe puis Narendra Modi, Premier ministre indien. En attendant son rendez-vous tant espéré avec Xi, le président américain a évoqué selon l'agence Reuters un accord commercial de "très grande ampleur" avec l'Inde...

Rencontre au sommet demain

La rencontre officielle entre Trump et Xi est programmée demain samedi à 11h30 heure locale (4h30 à Paris). Il s'agira de la première rencontre entre les deux présidents depuis novembre. Les discussions entre les deux superpuissances avaient précédemment échoué près du but. Les Etats-Unis avaient en effet accusé la Chine d'être revenue sur ses engagements. Trump avait alors décidé début mai de relever les droits de douane sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises importées.

A l'occasion de l'ouverture du sommet du G20, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker y est également allé de son petit mot, déplorant l'escalade du conflit commercial et son impact économique adverse. Selon lui, l'UE, les Etats-Unis, la Chine et le Japon travailleraient sur une réforme de l'Organisation mondiale du commerce...

Espoir d'une trêve dans la guerre commerciale

Hier, la cote américaine avait bien tenu, le Nasdaq terminant sur un gain de 0,73% et le S&P500 sur une progression de 0,38%, avec la rumeur d'une probable trêve de la guerre commerciale entre Washington et Pékin, qui devrait être officialisée et détaillée peu avant la rencontre entre les deux dirigeants. Trump ne mettrait donc pas pour l'heure à exécution sa menace de surtaxer les 300 milliards de dollars de marchandises chinoises importées aux USA qui n'avaient pas encore été victimes de la guerre des tarifs douaniers. Le South China Morning Post a confirmé ces informations et croit savoir que Washington et Pékin ont bel et bien accepté une trêve provisoire à l'approche du G20.

D'après le bien renseigné South China Morning Post, citant plusieurs sources ayant connaissance de la question, cet accord provisoire était une exigence de Xi préalable à son entretien avec Trump.

Trump a toutefois démenti avoir promis de suspendre pour six mois la mise en oeuvre de nouvelles taxes sur ces 300 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires, relate Reuters. Le président américain espère tout de même que l'entretien avec Xi sera "productif".

Selon le Wall Street Journal hier jeudi, Xi pourrait présenter à Trump les termes et conditions d'un règlement potentiel du conflit commercial. Le WSJ cite à ce sujet des responsables chinois. Parmi les prérequis, Pékin insisterait sur la levée de l'interdiction des ventes de technologies américaines au géant télécom chinois Huawei Technologies, précédemment placé sur liste noire par l'administration Trump. La Chine désirerait également que les USA lèvent l'ensemble des 'tarifs' douaniers punitifs et abandonnent leurs efforts visant à lui faire acheter encore plus de produits américains que cela n'avait été prévu en décembre.

Le négociateur en chef américain, Robert Lighthizer, et son homologue chinois, Liu He, ont parlé cette semaine par téléphone des moyens de remettre les négociations sur les rails et espèrent se rencontrer avant la réunion des présidents samedi en marge du sommet d'Osaka, ont déclaré des personnes au fait des discussions citées par le journal...

En dépit de ses exigences préalables, M. Xi ne devrait pas selon le WSJ adopter le ton de la confrontation avec Trump. Le journal cite à ce sujet des responsables chinois. Au contraire, disent-ils, il esquissera son idée de la relation bilatérale optimale, qui inclut l'aide de la Chine sur des questions de sécurité qui dérangent les États-Unis, en particulier l'Iran et la Corée du Nord.

Pour leur part, les responsables américains ont déclaré qu'ils se présentaient à la réunion pour voir si leurs homologues chinois étaient disposés à reprendre les négociations là où ils les avaient rompu.

Le meilleur mois de juin du Dow Jones en 80 ans

Dopée par les espoirs monétaires et commerciaux, la cote américaine pourrait afficher son meilleur mois de juin depuis... 1938 ! Ainsi, l'indice historique Dow Jones se dirige vers le mois de juin le plus 'juteux' des 80 dernières années, alors que les opérateurs demeurent optimistes à la veille de la confrontation tant attendue entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping. consolidant ces derniers jours, l'indice historique n'en demeure pas moins en hausse de 7% ce mois. Le S&P500 prend plus de 8% depuis le début du mois, sa meilleure performance depuis 1955 d'après MarketWatch, citant Dow Jones Market Data.

Trump n'avait pas attendu la fin du mois pour revendiquer l'entière responsabilité de cette belle performance boursière. Il tweetait ainsi mardi : "Le Marché Boursier se dirige vers l'un des meilleurs mois (Juin) de l'histoire de notre Pays. Merci Monsieur le Président!" Le leader de la Maison blanche en remet une couche ce vendredi : "Le Marché Boursier a progressé massivement à partir du lendemain de ma victoire à l'Élection, jusqu'au jour de mon entrée en fonction, en raison de l'enthousiasme suscité par le fait que j'allais être Président. Cette importante hausse du Marché Boursier doit m'être attribuée. Si Hillary avait gagné - un Grand Krach!", assure Trump avec toute la modestie et la retenue qui le caractérisent.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux Etats-Unis, les revenus personnels des ménages pour le mois de mai 2019 sont ressortis en progression de 0,5% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus de place. Les dépenses de consommation ont quant à elles augmenté de +0,4%, en ligne avec le consensus, après une progression de +0,6% un mois auparavant. L'indice des prix 'core PCE' rattaché aux dépenses s'est amélioré de +0,2% contre +0,1% de consensus.

L'indice manufacturier PMI de Chicago du mois de juin sera annoncé à 15h45 (consensus 53,6, ce qui marquerait un léger ralentissement sans gravité).

L'indice final du sentiment des consommateurs américains pour le mois de juin 2019, mesuré par l'Université du Michigan, sera communiqué à 16h (consensus 97,9).

Les valeurs

Nike a publié jeudi soir des résultats en demi-teinte pour son 4ème trimestre fiscal, achevé fin mai. Les bénéfices ont manqué le consensus des analystes, mais les revenus sont ressortis meilleurs que prévu. Au 4ème trimestre de l'exercice, le bénéfice net du groupe a atteint 989 millions de dollars (62 cents par action), en baisse de 13% par rapport à la même période de 2018. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 10,18 Mds$, en croissance de 4% par rapport aux 9,79 Mds$ de l'an passé. Les analystes s'attendaient à un bpa de 66 cents pour des ventes de 10,16 Mds$.

Sur l'ensemble de l'exercice achevé le 31 mai, le bénéfice net du groupe a atteint 4 Mds$ (2,49$ par action), plus que doublé par rapport à 2018 (1,93 Md$). Les ventes ont totalisé 39,1 Mds$, en hausse de 7% (+11% à taux de change constants).

La compagnie a expliqué l'érosion des bénéfices au 4ème trimestre par un taux d'imposition plus élevé et par des investissements menés pour augmenter la part de ses ventes directes plutôt que via des distributeurs tiers, qui font face à une baisse de leur clientèle. Ainsi, la chaîne Sports Authority s'est déclarée en faillite et les grands magasins n'attirent plus autant, face à la concurrence du e-commerce.

La vente directe a représenté 11,8 Mds$ sur l'ensemble de l'exercice 2019 (soit 30% du chiffre d'affaires total), en hausse de 16% à taux de change constant, grâce à un bond de 35% des ventes en ligne et de 6% des ventes dans ses propres magasins sur un an (à magasins comparables).

Au 4ème trimestre, les ventes de la marque Nike (hors Converse) ont bondi de 10% sur un an, à 9,7 Mds$, tandis que celles de la marque Converse ont stagné à 491 M$. Les ventes en Amérique du Nord ont augmenté de 8% hors effets de change à 4,17 Mds$, et celles en Chine ont bondi de 22% à 1,70 Md$.

Apple. Le designer en chef de la firme à la pomme, Jony Ive, est sur le point de quitter le groupe pour fonder son propre studio de design. A la tête du design des produits d'Apple depuis 1996, Jony Ive va quitter l'entreprise cette année, mais sa future société va continuer à travailler en étroite collaboration avec Apple, assure le géant des smartphones.

Pour l'analyste de la firme Cowen, Krish Sankar, il s'agit d'"une perte pour Apple, Ive étant la principale influence en design" du groupe depuis plus de 20 ans. Mais il souligne que la compagnie est dans un processus de transition vers un modèle basé moins sur les produits et davantage sur les services et le contenu. Cowen maintient sa recommandation de surperformance avec un objectif de cours de 220$ pour l'action Apple. De son côté, Wedbush se dit "pas excessivement inquiet" du "départ surprise" de Jony Ive, même si "ça laisse un vide dans la compagnie".

Jony Ive était un ami proche de feu Steve Jobs, avec lequel il a contribué à la renaissance d'Apple, grâce à des produits comme l'iMac, qui a permis au groupe de se relancer en 1998. Il a aussi été l'artisan du look des iPhones et même du nouveau siège d'Apple, l'Apple Park. Ive ne sera pas remplacé dans son poste de "Chief Design Officer" chez Apple. Deux autres responsables du groupe, Evans Hankey, vice-président du design industriel, et Alan Dye, vice-président du design de l'interface humaine se partageront ses tâches, sous l'autorité de Jeff Williams, le directeur de l'exploitation.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2019

Le chiffre d'affaires IFRS15 du premier trimestre 2019-20 d'Ubisoft s'élève à 363,4 ME, en baisse de 9,2% par rapport aux 400 ME réalisés au premier...

Publié le 17/07/2019

Voltalia a réalisé au deuxième trimestre 2019 des revenus dans les ventes d'énergie de 24,1 millions d'euros, en baisse de 15% à taux de change constants par rapport au deuxième trimestre 2018,…

Publié le 17/07/2019

Hausse séquentielle des ventes de 17% par rapport au T1

Publié le 17/07/2019

Groupe Parot annonce être entré en négociations en vue de céder ses concessions de Blois (41), Bourges (18) et Orléans Nord et Sud (45)...

Publié le 17/07/2019

Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) a donné ce jour son agrément à l'opération de rachat de la chaîne Gulli par le Groupe M6. "Toutes les conditions suspensives sont à présent…