Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 611.69 PTS
-1.22 %
5 595.00
-1.42 %
SBF 120 PTS
4 456.08
-1.11 %
DAX PTS
13 787.73
-1.44 %
Dow Jones PTS
30 814.26
-0.57 %
12 803.93
-0.73 %
1.207
0. %

Wall Street grimpe dans l'espoir d'un vaste plan de relance

| Boursier | 388 | 3 par 2 internautes

Wall Street progresse nettement jeudi, au lendemain d'une séance marquée par de graves incidents politiques à Washington, qui n'ont toutefois pas fait dérailler la Bourse.

Wall Street grimpe dans l'espoir d'un vaste plan de relance

Wall Street progresse nettement jeudi, au lendemain d'une séance marquée par de graves incidents politiques à Washington, qui n'ont toutefois pas fait dérailler la Bourse ni le fonctionnement du Congrès américain. Après l'irruption dans le Congrès de militants pro-Trump, le Sénat est parvenu à se réunir tard dans la nuit de mercredi à jeudi pour certifier l'élection de Joe Biden comme prochain président des Etats-Unis. Le Sénat a en outre basculé dans le camp démocrate à l'occasion des élections de mardi en Géorgie, renforçant les attentes d'un vaste plan de relance face au coronavirus par la future administration Biden.

Jeudi soir, à deux heures de la clôture, les principaux indices américains évoluent en terrain record. L'indice Dow Jones gagne 0,74% à 31.057 points, au dessus des 31.000 points, qu'il avait déjà brièvement franchis mercredi avant les incidents au Congrès. L'indice large S&P 500 bondit de 1,4% à 3.801 pts, un nouveau record, et l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, bondit de 2,34% à 13.039 pts, là aussi un nouveau sommet historique.

9 des 11 indices sectoriels du S&P 500 sont en hausse, dont les technologiques (+2,4%), les services de communication (+1,2%), ainsi que les financières (+1,5%) les matériaux de base et l'énergie (+0,8%). Les cycliques et les bancaires poursuivent leur rattrapage dans l'espoir de nouvelles mesures de relance qui permettraient de surmonter la crise du coronavirus. Au sein du DJIA, les plus fortes hausses sont Walgreens Boots Alliance (+5,5%), JP Morgan (+3,1%), Microsoft (+2,8%), Apple (+3%) et Goldman Sachs (+2,8%).

Chaos à Washington, Joe Biden certifié président

Joe Biden a donc été officiellement certifié par le Congrès en tant que 46e président des Etats-Unis, la nuit dernière, quelques heures après des émeutes et des scènes chaotiques à Washington, où des militants pro-Trump sont parvenus à s'introduire dans le Congrès, entraînant son évacuation.

Le président sortant a semé le chaos en affirmant mercredi devant ses supporters venus nombreux à Washington qu'il ne concèderait jamais sa défaite. "Nous n'abandonnerons jamais. Nous ne concéderons jamais la défaite", a-t-il martelé, appelant même ses partisans à marcher vers le Capitole.

Plus tard dans la soirée, Donald Trump a cependant voulu calmer le jeu, en publiant un tweet demandant à ses partisans de "rester pacifiques". Il les a ensuite appelés à "rentrer à la maison maintenant", tout en continuant de dénoncer une "élection volée".

Twitter et Facebook ont suspendu temporairement le compte de Donald Trump, tandis que le président-élu Joe Biden a qualifié d'"insurrection" les violences au Capitole. "A cette heure, notre démocratie est attaquée comme jamais auparavant depuis les temps modernes", a ajouté le leader démocrate.

Jeudi, des voix s'élevaient pour réclamer la destitution du président sortant avant la fin officielle de son mandat le 20 janvier prochain.

"Vague bleue" confirmée au Congrès américain

La Bourse américaine est cependant restée sereine, face à ces événements dramatiques, et a salué l'élection de deux sénateurs démocrates en Géorgie, qui fait basculer le Sénat dans le camp des Démocrates, qui contrôlent déjà la Chambre des représentants.

Le Sénat, qui compte 100 membres (2 par Etat) sera désormais partagé à 50/50 sièges entre les deux partis, mais il passera de facto dans le camp démocrate, car la règle veut que la vice-présidente (la Démocrate Kamala Harris) apporter une voix prépondérante lors du vote des lois.

Ce scénario a des conséquences importantes pour les marchés financiers, en donnant plus de latitude à Joe Biden pour faire passer des mesures de gauche (hausses d'impôts, hausse des taxes sur les plus-values, réglementations accrues...) Les marchés estiment cependant qu'en raison de la crise économique et sanitaire actuelle, Joe Biden ne se pressera pas pour remettre en cause les fortes baisses d'impôts sur les sociétés mises en place en 2017 par Donald Trump.

En revanche, à court terme, la "vague bleue" est synonyme de soutien budgétaire accru face à la crise du coronavirus, une perspective que les marchés applaudissent. Ainsi, la perspective d'un nouveau plan de relance a fait remonter brusquement depuis mercredi les anticipations d'inflation et les taux d'intérêts souverains aux Etats-Unis.

Les taux à 10 ans au-dessus de 1%, le pétrole WTI au dessus des 50$

Soutenu par les espoirs de plan de relance, le rendement du T-Bond à 10 ans a ainsi franchi mercredi le seuil de 1% pour la première fois depuis des mois, et continue de grimper jeudi à 1,07% (+4 points de base). Les valeurs bancaires, qui profitent d'une remontée des taux d'intérêts, grimpent jeudi pour la 2e séance, à l'instar de Bank of America (+2,9%), JP Morgan (+3,1%) ou encore Morgan Stanley (+2,2%) et Goldman Sachs (+2,8%).

L'indice du dollar rebondit de 0,3% à 89,80 points, tandis que l'euro est revenu sous 1,23$, à 1,2273$ (-0,4%), mais reste près de ses plus hauts depuis près de 3 ans face au billet vert.

Sur les marchés pétroliers, les cours continuent leur "rally" dans l'espoir d'une reprise de la demande en 2021 et après l'accord surprise de l'Opep+, lundi, pour prolonger ses coupes de production en février et mars. Le cours du pétrole brut léger américain WTI gagne 0,5% à 50,88$ le baril pour le contrat à terme de février sur le Nymex, confirmant son retour au-dessus des 50$ pour la première fois depuis 11 mois. Le Brent de la Mer du Nord d'échéance février avance de 0,25% à 54,44$.

L'or se ressaisit, au lendemain d'un plongeon de 2,4%. Jeudi soir, le cours du métal jaune reprend ainsi 0,4% à 1.916,80$ l'once pour le contrat à terme de février sur le Comex.

En attendant les chiffres de l'emploi en décembre

Sur le front macro-économique, le derniers chiffres émanant des Etats-Unis sont ressortis mitigés, ce qui a renforcé les attentes des marchés en matière de nouvelles mesures de soutien budgétaire.

Les inscriptions au chômage ont légèrement reculé la semaine passée, à 787.000, en repli de 3.000 par rapport à la semaine antérieure, contre un consensus de 800.000. Par ailleurs, la dernière étude Challenger fait état d'une augmentation des licenciements en décembre à 77.030 contre 64.797 un mois auparavant. Les chiffres complets de l'emploi en décembre aux Etats-Unis seront publiés vendredi.

L'indice ISM des services est ressorti meilleur que prévu à 57,2 en décembre, contre 54,6 de consensus de marché et 55,9 en novembre.

Les Minutes de la Fed, publiées mercredi soir, sont passées totalement inaperçues dans le contexte politique chaotique à Washington. Le compte-rendu de la dernière réunion de la Fed n'a pas apporté de grandes surprises. Les participants ont globalement maintenu leurs positions concernant la composition des achats d'actifs de la banque centrale. Certains ont évoqué l'éventualité ultérieure d'une réduction des achats en cas de progrès substantiels supplémentaires concernant l'inflation et l'emploi. Les participants se sont montrés toutefois prudents concernant l'expansion économique, qui dépendra évidemment de l'évolution de la crise sanitaire.

Enfin, le déficit du commerce international de biens et services aux Etats-Unis est ressorti à 68,1 milliards de dollars en novembre, contre 66,8 milliards de consensus et 63,1 milliards en octobre.

VALEURS A SUIVRE

Twitter (-2,9%) et Facebook (+2%) ont donc suspendu temporairement hier le compte de Donald Trump suite aux événements du Capitole, dans le cadre de mesures destinées à réprimer les accusations répétées sur l'élection présidentielle américaine de novembre.

Alibaba (+0,6%). Un ordre exécutif de Trump interdit les transactions avec les applications chinoises Alipay, CamScanner, QQ Wallet, SHAREit, Tencent QQ, VMate, WeChat Pay et WPS Office de la part d'Américains. La mesure prend effet dans 45 jours. En outre, l'administration Trump entend ajouter Alibaba et Tencent (-2,4%) à sa liste noire des entreprises soupçonnées de liens avec l'armée chinoise.

AmerisourceBergen (+2,6%) va racheter Alliance Healthcare auprès de Walgreens Boots Alliance (+5,5%) pour environ 6,5 milliards de dollars, ou 6,275 milliards de cash et 2 millions de titres AmerisourceBergen.

Amazon (+2%) assouplit temporairement les règles précédemment annoncées de livraison pour les vendeurs tiers. CNBC explique qu'Amazon en a informé les revendeurs, du fait des contraintes de l'industrie logistique liées au coronavirus.

Moderna (-3,5%). Le directeur général du laboratoire estime que son vaccin contre le nouveau coronavirus devrait protéger les vaccinés jusqu'à environ deux ans. Le vaccin a obtenu le feu vert européen, après l'accord de la FDA un peu plus tôt. Notons par ailleurs que les autorités japonaises ne devraient pas approuver le vaccin avant mai du fait des exigences locales, selon le distributeur Takeda Pharmaceutical.

CureVac (+17,8%) s'associe à l'Allemand Bayer pour accélérer la validation de son candidat vaccin contre le Covid-19 et l'aider dans la distribution.

DXC Technology (+8%) est orienté en vive progression à Wall Street. Selon les sources de Reuters, Atos (-13% à Paris !) aurait proposé de racheter son concurrent américain DXC pour plus de 10 milliards de dollars. Atos travaillerait avec des conseils concernant cette acquisition potentielle de l'ex-filiale de Hewlett Packard Enterprise. Le Français aurait approché l'Américain en début de semaine.

ConAgra (-4%), le groupe alimentaire américain, a livré une guidance de profits supérieure aux attentes pour le trimestre en cours, avec la demande en snacking. Le bénéfice ajusté trimestriel est anticipé entre 56 et 60 cents sur le troisième trimestre fiscal, contre un consensus de 57 cents. Pour le trimestre clos fin novembre, la croissance organique était ressortie supérieure à 8%. Elle est attendue entre 6 et 8% sur le trimestre suivant.

Constellation Brands (+3%) a dépassé les attentes pour le troisième trimestre fiscal. Le groupe a dégagé ainsi un bénéfice net trimestriel de 1,28 milliard de dollars et 6,55$ par action sur la période close fin novembre, contre 360 millions de dollars un an avant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 3,09$.

Albemarle (+5%) va doubler la production de lithium de son usine du Nevada pour faire face à la demande attendue du métal utilisé dans les batteries légères de véhicules électriques.

Tesla (+7%), dopé hier par Morgan Stanley qui avait porté son objectif de cours à 810$ à Wall Street, profite ce jeudi des faveurs de RBC. Le broker a rehaussé ainsi sa recommandation sur la valeur vedette de l'automobile électrique de 'sous-performance' à 'performance en ligne'... Elon Musk est d'ailleurs devenu ce jour l'homme le plus riche du monde devant Jeff Bezos à la faveur de ce "rally" boursier, selon le classement Bloomberg des milliardaires.

JP Morgan (+3,1%) et Wells Fargo (+2,6%) sont soutenues par Jefferies, qui vient de relever ses conseils de 'conserver' à 'achat' sur les deux banques. Visiblement, la 'vague bleue' démocrate inspire les grands courtiers de la place.

IBM (stable), le colosse américain des services technologiques, fait part de la nomination de son ancien directeur financier Martin Schroeter au poste de directeur général de l'entité nouvelle dédiée aux activités de services d'infrastructures.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/01/2021

Sogeclair, concepteur et producteur de solutions innovantes à forte valeur ajoutée pour la mobilité, annonce avoir conclu l'opération d'entrée de...

Publié le 15/01/2021

L'Administrateur Provisoire, assisté de l'Administrateur Judiciaire ont arrêté les états financiers sociaux et consolidés du groupe EEM le 15 janvier...

Publié le 15/01/2021

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies infectieuses générant d'importants besoins médicaux, a annoncé aujourd'hui une...

Publié le 15/01/2021

A la suite de l'ordonnance de référé du 9 octobre 2020 et de l'arrêt de la Cour d'appel du 19 novembre 2020, ayant ordonné la suspension des effets de...

Publié le 15/01/2021

Valneva a annoncé une modification des termes de son accord de financement avec les fonds américains spécialisés dans le secteur de la santé Deerfield Management Company et OrbiMed. Compte tenu…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne