Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 650.91 PTS
-
6 654.00
-
SBF 120 PTS
5 212.26
-
DAX PTS
15 573.88
-
Dow Jones PTS
34 869.37
+0.21 %
15 204.82
-0.81 %
1.169
-0.05 %

Wall Street grimpe, avec Pfizer... et de mauvais indices PMI

| Boursier | 530 | 2.67 par 3 internautes

La cote américaine progresse encore ce lundi, le DJIA s'adjugeant 0,64% à 35...

Wall Street grimpe, avec Pfizer... et de mauvais indices PMI
Credits Reuters

La cote américaine progresse encore ce lundi, le DJIA s'adjugeant 0,64% à 35.346 pts et le S&P 500 0,82% à 4.478 pts, contre une hausse de 1,2% sur le Nasdaq à 14.891 pts. Le baril de brut WTI remonte de 5,3% sur le Nymex à 65,5$. L'once d'or prend 1,1% sur les 1.800$. L'indice dollar recule de 0,4% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin grimpe de près de 3% sur 24 heures autour des 50.000$, avec la décision de PayPal de lancer un service 'cryptos' au Royaume-Uni.

L'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago pour le mois de juillet est ressorti à 0,53, amplement supérieur au consensus de marché qui se situait à seulement 0,10. L'indicateur révisé du mois de juin s'établit à -0,01, contre +0,09 auparavant.

La déception est importante ce jour sur le PMI composite américain. L'indice ressort à 55,4 pour sa lecture flash, alors qu'il était anticipé à plus de 59. Il s'affiche en forte baisse en comparaison du mois antérieur, ce qui traduit un net ralentissement de la croissance économique. C'est surtout l'indicateur préliminaire des services qui déçoit, à 55,2 contre 59,7 de consensus, tandis que l'indice manufacturier s'établit à 61,2 contre près de 63 de consensus de marché... Néanmoins, ces 'mauvais' indices PMI ont une contrepartie positive pour les marchés boursiers, puisqu'ils militent pour un 'timing' un peu moins proche du 'tapering'.

Sur un rythme de 5,99 millions d'unités au mois de juillet, les reventes US de logements existants ont dépassé assez nettement les attentes de marché, avec un consensus qui se situait à 5,83 millions. La National Association of Realtors américaine avait annoncé un mois avant des ventes au rythme de 5,86 millions pour le mois de juin - révisées à 5,87 millions ce jour.

Par ailleurs, les investisseurs attendent désormais le symposium économique de Jackson Hole, qui se tient du 26 au 28 août. Ils surveilleront toute éventuelle précision de Jerome Powell, patron de la Fed, concernant le timing du tapering. Cet allègement du soutien monétaire de la Fed par le biais des achats d'actifs obligataires (120 milliards dollars mensuels pour l'heure) pourrait intervenir avant la fin de l'année, mais il est probable qu'une annonce officielle n'intervienne qu'en septembre, à l'occasion de la prochaine réunion monétaire.

Janet Yellen, Secrétaire américaine au Trésor et ex-patronne de la Fed, s'est exprimée en faveur d'une reconduction de Jerome Powell à la tête de la banque centrale américaine pour un nouveau mandat, croit savoir Bloomberg. Elle aurait exprimé son opinion favorable à des conseillers seniors de la Maison blanche. Le mandat actuel de Powell expire en février 2022. Le président Joe Biden devrait annoncer son choix vers le 6 septembre (Labor Day). Il devra être confirmé par le Sénat, où certains démocrates estiment Powell un peu trop souple concernant la régulation bancaire. Lael Brainard, qui siège au Conseil des gouverneurs de la Fed, est quant à elle toujours perçue comme un potentielle candidate à la direction de la banque. Ses positions sont assez alignées sur les priorités politiques de Biden...

Les débats se précisent autour du 'tapering', alors que les Minutes de la Fed publiées la semaine dernière laissent entendre que cet allègement du soutien de la Fed pourrait intervenir dès le quatrième trimestre de cette année. C'est surtout la réunion de la Fed des 21 et 22 septembre qui devrait se révéler déterminante.

Le 'tapering', qui pourrait donc être annoncé en septembre en vue d'une application en fin d'année ou en début d'année prochaine, devrait représenter selon les spécialistes une baisse de plusieurs milliards de dollars des achats obligataires mensuels de la Fed, actuellement logés à 120 milliards. Une réduction à un rythme de 15 milliards de dollars par mois est fréquemment évoquée, ce qui voudrait dire que la banque centrale américaine pourrait mettre un terme en huit mois environ à ses achats d'actifs. La Fed pourrait ensuite progressivement durcir encore sa politique, si la vigueur de l'économie le justifie, en remontant ses taux toujours logés proches de zéro depuis mars 2020 (entre 0 et 0,25%) et le début de la crise sanitaire.

La situation demeure enlisée aux USA du point de vue de la politique budgétaire. Le WSJ explique comment les dirigeants de la Chambre des représentants et un groupe de démocrates modérés restent dans l'impasse avant le vote de cette semaine sur un cadre de résolution budgétaire de 3.500 milliards de dollars qui poserait les bases d'un projet de loi de réconciliation axé sur les priorités démocrates telles que la garde d'enfants, l'éducation, les soins de santé et le climat. Les 'centristes' continuent d'insister pour que la Chambre vote sur le projet de loi bipartite sur les infrastructures qui a déjà été adopté par le Sénat et ont menacé de suspendre leur soutien au budget.

Cependant, sans un accord sur le projet de loi de réconciliation au Sénat, les progressistes de la Chambre ont déclaré qu'ils ne voteraient pas pour le projet de loi sur les infrastructures. Axios a rapporté la semaine dernière que Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, pourrait chercher à apaiser les centristes en promettant de tenir un vote sur le projet de loi sur les infrastructures d'ici la fin septembre, ce qui signifierait qu'il arriverait sans avoir à attendre que le Sénat se prononce sur les détails du plan de réconciliation.

Les valeurs

Pfizer (+3%). La Food & Drug Administration (FDA), autorité américaine de santé, a comme attendu accordé ce jour une autorisation formelle au vaccin contre le Covid-19 de l'Américain Pfizer et de son partenaire allemand BioNTech (+11% !). La FDA a fait particulièrement vite, alors que le vaccin ne disposait que d'une autorisation d'utilisation d'urgence. Il s'agit notamment de convaincre les hésitants, alors que la majeure partie de la population américaine est déjà vaccinée. Selon le New York Times, qui avait rapporté précédemment la très probable approbation complète du vaccin Pfizer, l'accord formel de la FDA concernant le vaccin anti-covid de Moderna (+6% tout de même à Wall Street ce jour) ne devrait pas en revanche intervenir avant plusieurs semaines.

L'approbation formelle du vaccin de Pfizer / BioNTech était auparavant attendue vers le 6 septembre, jour du 'Labor Day'. La FDA a donc accéléré le mouvement, ouvrant aussi la voie aux organisations pour éventuellement imposer des obligations. L'accord FDA constitue, selon l'autorité américaine de santé, "une étape clé en matière de santé publique". Il s'agit du premier vaccin anti-covid officiellement validé par l'agence américaine, qui n'avait accordé que des autorisations d'urgence. Le vaccin commercialisé sous le nom de Comirnaty, est destiné à la prévention du Covid-19 chez les personnes de plus de 16 ans. Le vaccin continue d'être autorisé par ailleurs dans le cadre d'une autorisation d'utilisation d'urgence, pour les adolescents de 12 à 15 ans, et pour l'administration d'une troisième dose dans certains cas immunodéprimés.

CNN note pour sa part à quel point l'augmentation du nombre de cas de coronavirus et d'hospitalisations incite déjà plus d'Américains à se faire injecter, les données du CDC montrant que plus d'un million de doses ont été administrées jeudi, une première depuis début juillet. Le rythme moyen des injections de première dose est plus de 70% plus élevé qu'il y a un mois. Dans le même temps, le virus se propage rapidement et fait de nombreuses victimes, en particulier en Floride. Les hospitalisations pédiatriques aux USA sont au plus haut, selon le Wall Street Journal, de nombreux patients ne présentant pas d'affection sous-jacente.

Le ministère israélien de la Santé a indiqué que la troisième dose de rappel du vaccin Pfizer / BioNTech contre le Covid-19 avait significativement amélioré la protection des infections et des maladies sévères chez les personnes âgées de 60 ans et plus, en comparaison de ceux n'ayant reçu que deux doses. Israël vient par ailleurs d'étendre l'éligibilité à la dose de rappel Pfizer aux personnes âgées de plus de 40 ans et aux enseignants.

Pfizer a par ailleurs annoncé un accord pour l'acquisition de la firme biotechnologique canadienne Trillium Therapeutics, afin de renforcer son leadership en oncologie avec l'ajout d'immunothérapies expérimentales de nouvelle génération pour les hémopathies malignes. Pfizer évoque une expansion de son pipeline, renforçant potentiellement la croissance sur la période allant de 2026 à 2030 et au-delà. Selon les termes de l'accord, Pfizer va acquérir tous les titres Trillium qu'il ne détient pas encore pour une valeur equity de 2,26 milliards de dollars, 18,5$ par titre en cash. Cela représente une prime de 118% sur le cours moyen pondéré à 60 jours et une prime de 204% sur la clôture de vendredi de Trillium sur le marché canadien.

JD.com (-2%), l'un des géants chinois du e-commerce, coté à Wall Street, a annoncé pour son second trimestre fiscal des profits en déclin mais supérieurs aux attentes. Le bénéfice net a représenté l'équivalent de 123 millions de dollars, 0,50 yuan par ADR, en très forte baisse en glissement annuel, mais le bénéfice ajusté par action a été de 2,90 yuans, contre 3,51 un an avant et 2,60 de consensus de marché. Les revenus totaux ont progressé de 26% en glissement annuel et totalisent 39,3 milliards de dollars / 254 milliards de yuans, contre 248 milliards de yuans de consensus. Les revenus produits ont grimpé de 23% et les revenus de services de 49%. Le nombre de clients actifs annuels a progressé de 27% à près de 532 millions, sur la période de douze mois se terminant fin juin.

PayPal (+1%). Le Bitcoin poursuit son ascension sur la barre des 50.000$, entraînant avec lui de nombreux altcoins. Il faut dire que PayPal, le géant américain des services de paiement en ligne, va permettre à ses utilisateurs au Royaume-Uni d'utiliser des cryptomonnaies. Le nouveau service lancé permettra aux clients britanniques d'acheter, conserver et vendre des cryptomonnaies avec PayPal. Le déploiement débute cette semaine, vient d'annoncer le groupe. Le service permettra l'accès aux 'cryptos' de manière "sécurisée et responsable", encouragera les clients à faire des recherches et se renseigner sur les opportunités et risques avant d'effectuer des transactions, et marquera la première expansion internationale du service de cryptomonnaie au-delà des Etats-Unis.

Les clients pourront choisir entre quatre types de crypto-devises : Bitcoin, Ethereum, Litecoin et Bitcoin Cash. En accédant à leur compte PayPal via le site Web ou l'application mobile, ils pourront consulter les prix des cryptomonnaies en temps réel, accéder à du contenu éducatif pour aider à répondre aux questions fréquemment posées et en savoir plus sur les cryptomonnaies.

Uber (stable) et Lyft (-1%) pourraient souffrir en bourse ce jour, un juge californien ayant déclaré inconstitutionnel un référendum qui avait permis à ces entreprises de continuer à déclarer leurs chauffeurs en tant qu'entrepreneurs indépendants, leur évitant de requalifier ces conducteurs en employés.

General Motors (-3%) fléchit à Wall Street, le constructeur américain ayant suspendu les ventes de sa Chevrolet Bolt électrique après un nouveau rappel du véhicule du fait de potentiels risques d'incendie sur les batteries. GM va dépenser un milliard de dollars pour le rappel d'environ 73.000 véhicules électriques Chevrolet Bolt du fait des risques d'incendie et entend demander un remboursement à son fournisseur de batteries.

Walt Disney (+1%) gagne un peu de terrain, alors que le géant américain du divertissement a généré 125 millions de dollars de revenus en ligne avec le film Marvel 'Black Widow'. Rappelons que l'actrice Scarlett Johansson poursuit Disney du fait de ce lancement en streaming simultané du film, qui aurait réduit les recettes en salles sur lesquelles est indexée sa rémunération.

Boeing (+2%) prend un peu de hauteur, alors que selon le Wall Street Journal, le constructeur aéronautique prévoit un investissement dans la SPAC de 3,2 milliards de dollars de la compagnie de Richard Branson, Virgin Orbit.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 2.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/09/2021

A compter du 1er janvier 2022, Pascal Bantegnie est nommé Directeur Financier Groupe et membre du Comex de Safran, également en charge des fusions &...

Publié le 27/09/2021

La stratégie "Ancrage 2023" poursuit son développement et les comptes 2021 du Groupe Bernard Loiseau permettront d'en mesurer les premiers effets...

Publié le 27/09/2021

L'ANR d'ADC SIIC ressort à 0,3634 euro...

Publié le 27/09/2021

Colas a réduit les moyens affectés au contrat de liquidité de 650 kE...

Publié le 27/09/2021

Cette obligation verte financera le portefeuille énergétique existant du groupe, actuellement composé de projets de gaz de mine et de projets solaires dans le Nord de la France et en Wallonie...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne