Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 703.22 PTS
-1.39 %
5 705.50
-
SBF 120 PTS
4 509.46
-1.38 %
DAX PTS
13 786.29
-0.67 %
Dow Jones PTS
30 932.37
-1.5 %
12 909.44
+0.63 %
1.207
-0.01 %

Wall Street grimpe avec les trimestriels, en attendant Amazon et Alphabet

| Boursier | 423 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine confirme ses meilleures dispositions avant bourse ce mardi, le DJIA remontant de 0,8% et le S&P 500 de 0,9%, contre un gain de 0,9%...

Wall Street grimpe avec les trimestriels, en attendant Amazon et Alphabet
Credits Reuters

La cote américaine confirme ses meilleures dispositions avant bourse ce mardi, le DJIA remontant de 0,8% et le S&P 500 de 0,9%, contre un gain de 0,9% sur le Nasdaq. Les opérateurs jouent essentiellement le 'stimulus' économique outre-Atlantique, en attendant les comptes d'Amazon et d'Alphabet (ce soir), puis le rapport sur l'emploi (vendredi). Le président Joe Biden et un groupe de sénateurs républicains ont discuté hier soir de leurs propositions pour soutenir l'économie en cette période de pandémie. Cette potentielle coopération bipartisane à Washington satisfait les marchés, alors que Biden a insisté pour conserver le montant de 1.900 milliards de dollars de son package déjà présenté. Il semble désormais probable que ce projet voit rapidement le jour et offre un utile soutien à la première économie mondiale.

Dans le même temps, sur le front épidémique, la vaccination se poursuit au niveau mondial malgré les lenteurs de l'Europe, qui s'est fâchée avec AstraZeneca / Oxford et semble donc désormais opter pour Pfizer / BioNTech et Johnson & Johnson, qui assureraient l'essentiel de l'effort. Selon l'Université Johns Hopkins ce jour, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de la pandémie se chiffre à 103,5 millions, dont 26,3 millions aux USA, 10,8 millions en Inde et 9,2 millions au Brésil. Le virus a fait 2,24 millions de morts à l'échelle mondiale, dont 443.613 uniquement aux États-Unis.

Les marchés sont également rassurés depuis hier par le fait que l'agitation autour des 'WallStreetBets' semble se calmer, alors que la lutte féroce entre petits actionnaires 'sociaux' et hedge fund vendeurs à découvert avait suscité quelques inquiétudes en fin de semaine dernière...

Le baril de brut WTI rebondit de 2,8% sur le Nymex à 55$. L'or recule de 1,6% et l'argent retombe de 6,4% à 27,5$ l'once, effaçant son récent rallye spéculatif. L'indice dollar gagne 0,2% face à un panier de devises de référence.

Le programme économique et financier sera encore étoffé à Wall Street cette semaine. Robert Kaplan, John Williams et Loretta Mester de la Fed, s'exprimeront dans la journée. Demain mercredi, les marchés seront attentifs au rapport d'ADP sur l'emploi privé américain (consensus 50.000 créations), ainsi qu'au PMI composite final américain de janvier (consensus 58), à l'ISM des services (consensus 56,8) et au rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers.

Jeudi, l'étude Challenger sur l'emploi, les inscriptions hebdomadaires au chômage, les chiffres de la productivité et les commandes industrielles retiendront l'attention. Enfin, vendredi, le rapport sur la situation de l'emploi pour janvier sera communiqué à 14h30 (consensus 50.000 créations de postes, après 140.000 destructions en décembre ; taux de chômage attendu stable à 6,7%). La balance du commerce international des biens et services sera publiée à la même heure.

Le calendrier des publications trimestrielles d'entreprises est lui aussi étoffé. Ce mardi, Alphabet (après bourse), Alibaba (pré-séance) et Amazon (après bourse) sont de la partie, avec notamment Electronic Arts, Amgen, Chubb, ExxonMobil, Marathon Petroleum, Eaton, McKesson, Sysco, Waters, Sanmina, Harley-Davidson, Marvell, Sirius XM, HCA, Pfizer, ManpowerGroup, UPS (...).

Demain mercredi, Abbvie, Allstate, Adtran, Biogen, Cognizant, KLA Corp, Madison Square Garden, Coty, eBay, Humana, Qualcomm, Spotify ou IAC/Interactivecorp, publieront leurs derniers chiffres trimestriels.

Après avoir vécu sa pire semaine depuis la fin octobre, la Bourse de New York est repartie de l'avant hier lundi au cours d'une séance moins volatile, marquée par un reflux de la vague de spéculation observée la semaine dernière sur GameStop et d'autres petites valeurs ciblées par les fonds vendeurs à découvert. La spéculation s'est déplacée sur les matières premières, faisant bondir l'argent de près de 10%. Cette semaine sera à nouveau chargée en résultats de sociétés, avec une centaine de membres du S&P 500, dont Alphabet et Amazon.

A la clôture, le Dow Jones a repris 0,76% à 30.211 points (après -2% vendredi), alors que l'indice large S&P 500 a regagné 1,61% à 3.773 pts (-1,9% vendredi), et que le Nasdaq a rebondi de 2,55% à 13.403 pts (-2% vendredi). La semaine dernière, les trois indices avaient perdu respectivement 3,2%, 3,3% et 3,5%. Le mois de janvier, qui avait commencé en fanfare dans l'espoir de vaincre le Covid-19 grâce à la vaccination, s'est terminé sur un recul de 2% pour le DJIA, de 1,1% pour le S&P 500 et de 1,7% pour le Nasdaq.

Hier, les titres qui avaient fait l'objet d'une frénésie spéculative ont corrigé pour la plupart. GameStop, qui avait flambé de 400% la semaine passée, a reperdu 30,7%, tandis qu'AMC Entertainement (+277% la semaine dernière) a fini quasi stable (+0,3%). Koss (+1.816% la semaine passée) a rechuté de 45%... La tendance avant bourse ce mardi sur ces valeurs reste très négative, GameStop dévissant de 43%, AMC de 31% et Koss de 27%...

Ces titres, cibles de fonds vendeurs à découvert, avaient été massivement achetés directement ou via des options par des petits porteurs, qui s'étaient organisés via les réseaux sociaux boursiers, notamment le forum WallStreetBets sur Reddit. Les day traders avaient ainsi fait s'envoler les cours, ce qui avait forcé les hedge funds à racheter leurs positions vendeuses au prix de lourdes pertes. Pour compenser ces pertes et répondre à des appels de marges, les fonds ont aussi été amenés à vendre des titres d'entreprises de premier plan, comme Apple ou d'autres grandes "technos", ce qui a entraîné la baisse des marchés la semaine dernière, et fait craindre un effet de contagion plus sérieux.

En fin de semaine, les brokers en ligne, dont le courtier sur mobile Robinhood, privilégié par les petits porteurs actifs, ont bloqué les transactions sur certaines valeurs, provoquant la colère des investisseurs particuliers. Robinhood a ainsi interdit les transactions sur 50 valeurs la semaine dernière, et continue de les restreindre sur certaines valeurs cette semaine.

La situation sanitaire semble se calmer depuis une semaine aux Etats-Unis, mais les experts redoutent que les cas de Covid ne repartent à la hausse en raison de la propagation du variant britannique, plus contagieux, qui n'est pas encore très répandu outre-Atlantique. Plusieurs Etats, dont la Californie, ont commencé à lever progressivement leurs mesures de restriction.

Sur la semaine passée, le nombre de nouveaux cas de Covid-10 s'est élevé à 148.460 par jour, en baisse de 32% par rapport à la moyenne des deux semaines précédentes, selon les données publiées par le 'New York Times'. Le nombre de patients hospitalisés a aussi diminué, à 95.013 dimanche, au plus bas depuis le 29 novembre. Le nombre de décès par jour recule lui aussi, mais le bilan continue de grimper... Dans le même temps, la campagne de vaccination monte en puissance aux Etats-Unis malgré des problèmes de distribution que l'administration Biden tente de résoudre. Depuis ce week-end, une tempête de neige dans le nord-est a forcé les autorités à interrompre la campagne, notamment dans la région de New York.

Les valeurs

Harley-Davidson. Le fabricant de motos de Milwaukee a annoncé pour son quatrième trimestre une perte nette inattendue de 96 millions de dollars soit 63 cents par titre, contre un bénéfice net de 13 millions de dollars et 9 cents par action un an auparavant. Hors éléments, la perte par action a représenté 44 cents, contre un bpa positif de 20 cents un an plus tôt et un consensus de +21 cents selon FactSet. Le groupe explique cette faiblesse par les difficultés du marché moto, alors que dans le même temps les résultats des services financiers s'affichent positifs. Les revenus trimestriels ont décroché de 32% à 725 millions de dollars, contre un consensus FactSet de 723 millions.

Pfizer a quelque peu déçu ce mardi par ses trimestriels, publiant en effet un bénéfice inférieur aux attentes de marché à 42 cents par titre, contre 46 cents de consensus. Les revenus ont totalisé en revanche 11,68 milliards de dollars, alors qu'ils étaient attendus à 11,4 milliards. Le groupe se montre extrêmement confiant en termes de perspectives, et table notamment sur 15 milliards de dollars de revenus cette année provenant des vaccins covid développés avec l'Allemand BioNTech. La guidance de bénéfice annuel par action est révisée en hausse entre 3,10 et 3,20$, contre 3 à 3,1$ auparavant. Les revenus 2021 sont attendus entre 59,4 et 61,4 milliards de dollars.

UPS. Pour son quatrième trimestre 2020, le groupe a réalisé des revenus consolidés en vive hausse de 21% à 24,9 milliards de dollars, avec une croissance sur tous les segments. Le bénéfice opérationnel consolidé a progressé de 1,6% à 2,2 milliards de dollars. Il grimpe même de 26% sur une base ajustée. Le bpa dilué est ressorti négatif de 3,75$, mais le bpa ajusté a progressé de 26% à 2,66$. Sur l'année, UPS a ainsi livré les meilleurs revenus et profits ajustés de toute son histoire. Notons que la perte nette consolidée trimestrielle provient d'une charge de pension de 4,9 milliards de dollars. Les revenus ont quant à eux battu de... 2 milliards de dollars le consensus, alors que le bpa ajusté dépasse les attentes de 52 cents.

Alibaba, le colosse chinois du e-commerce coté à Wall Street, a dépassé les attentes de marché sur le trimestre clos. Ainsi, le groupe fondé par Jack Ma, qui fait face aux foudres des régulateurs chinois, a tout de même progressé sur un rythme impressionnant. Les revenus se sont appréciés de 37% sur le trimestre clos en décembre, représentant l'équivalent de 34,2 milliards de dollars. Le bénéfice net attribuable aux actionnaires a grimpé de 52% à plus de 12 milliards de dollars. Le groupe a par ailleurs établi une taskforce spéciale pour conduire des revues internes, et communique activement avec les régulateurs antitrust.

ExxonMobil a affiché sa première perte annuelle en 40 ans avec les dépréciations, mais ses résultats trimestriels ajustés ont dépassé les attentes. Le groupe a passé 19,3 milliards de dollars de dépréciations d'actifs. En dehors de ces éléments, le groupe a renoué avec la rentabilité au quatrième trimestre, dégageant un bénéfice par action de 3 cents, contre un consensus de 2 cents. Le cash flow des opérations a représenté 4 milliards de dollars sur le quatrième trimestre. Le groupe explique par ailleurs qu'il maintiendra son dividende de 3,7 milliards par trimestre. Après dépréciations, la perte trimestrielle nette ressort à 20,1 milliards de dollars, 4,7$ par titre, contre un profit net de 5,7 milliards un an avant. Le déficit net annuel s'élève à 22,4 milliards.

McKesson, fournisseur américain de services de santé et détaillant pharmaceutique, a annoncé une perte nette pour le troisième trimestre fiscal représentant plus de 6 milliards de dollars avec des charges exceptionnelles de 8,1 milliards suite au litige sur les opioïdes, mais le bénéfice ajusté trimestriel a dépassé les attentes de marché. Les revenus ont également battu le consensus. Sur la période close, McKesson a réalisé des revenus totaux de 62,6 milliards de dollars, en croissance de 6%. Le bénéfice dilué ajusté par action a représenté 4,60$, en augmentation de 21%. Le groupe renforce sa guidance annuelle de bpa ajusté entre 16,95 et 17,25$.

Sysco, le distributeur américain de services alimentaires, a déploré pour le trimestre clos une chute de 82% de ses bénéfices. Sur le second trimestre fiscal, le bénéfice net est ressorti à 67 millions de dollars soit 13 cents par action, contre 383 millions de dollars et 74 cents par titre un an avant. Le bénéfice ajusté par action a été de 17 cents, contre 68 cents un an avant et 34 cents de consensus FactSet. Les revenus sont ressortis à 11,6 milliards de dollars environ, contre 15 milliards un an avant et 12,2 milliards de consensus. Le groupe se prépare toutefois à une reprise de la demande et se dit bien positionné.

ManpowerGroup a annoncé pour le quatrième trimestre des revenus en déclin de 3% (-6% à devises constantes), mais évoque une reprise progressive de la tendance mois après mois. Le bénéfice net dilué par action a représenté 1,33$ sur le trimestre clos en décembre, contre 2,33$ un an avant. Le bénéfice net trimestriel s'est établi à 76 millions de dollars, contre 139 millions un an avant. Les revenus sont ressortis à 5,1 milliards de dollars.

HCA, le groupe hospitalier américain, a dépassé les attentes pour le quatrième trimestre. Le groupe a dégagé un bénéfice de 1,4 milliard de dollars et 4,13$ par titre, contre 1,1 milliard et 3,09$ par action un an avant. Le consensus était de 3,57$ selon FactSet. Les revenus ont totalisé 14,3 milliards de dollars, contre 13,5 milliards sur la période correspondante de l'an dernier et 13,9 milliards de consensus. Pour 2021, le groupe envisage des revenus allant de 53,5 à 55,5 milliards, alors que le bénéfice par action est anticipé entre 12,1 et 13,1$.

Warner Music Group a publié des profits trimestriels conformes aux attentes et des revenus meilleurs que prévu. La croissance à deux chiffres des revenus digitaux a permis au groupe de renforcer ses revenus totaux de plus de 6% malgré la pandémie. Mieux encore, le groupe a généré ses revenus trimestriels les plus importants en tant que compagnie indépendante. Sur le trimestre clos fin décembre, les revenus se sont améliorés de 6% dont 4% à devises constantes. Les revenus digitaux ont augmenté de 17%. Le bénéfice net a représenté 99 millions de dollars, contre 122 millions un an plus tôt. L'OIBDA ajusté a grimpé de 18% à 282 millions de dollars. L'EBITDA ajusté a augmenté de 19% à 297 millions de dollars.

DXC Technology, le groupe technologique américain né du rapprochement de CSC et de la division Enterprise Services de HPE, reculait de 3% hier après bourse à Wall Street, après avoir décroché de 9,6% en fin de séance. La baisse correspond évidemment à l'abandon des discussions avec le Français Atos. L'opération aurait été la plus importante acquisition jamais effectuée par Atos avec une valorisation de plus de 10 milliards de dollars selon Reuters. DXC a indiqué que l'offre avait été jugée insuffisante et que les deux entreprises étaient convenues de ne pas poursuivre.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/02/2021

Le chiffre d'affaires 2019/2020 de Televerbier s'est établi à 49,4 MCHF (46,2 ME), en diminution de 13,3% par rapport à l'exercice précédent...

Publié le 26/02/2021

Le Groupe Bel annonce un Chiffre d'affaires annuel de 3...

Publié le 26/02/2021

Bic annonce la finalisation de la cession de PIMACO, son activité d'étiquettes adhésives au Brésil, à Grupo CCRR pour un montant de 40 millions de...

Publié le 26/02/2021

Le Groupe Hiolle Industries a prouvé au cours de l'exercice 2020 sa capacité à s'adapter et sa résilience face à une crise majeure...

Publié le 26/02/2021

L'Union Financière de France a publié un Produit Net Bancaire de 179,1 millions d'euros, en baisse de 11% sur l'année après un repli de 18% au premier semestre 2020. Le résultat d'exploitation a…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne