En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 062.30 PTS
-
6 084.50
-
SBF 120 PTS
4 794.12
+0. %
DAX PTS
13 664.00
-
Dow Jones PTS
29 219.98
-0.44 %
9 627.83
+0. %

Wall Street fléchit d'environ 1%, la crainte du coronavirus revient

| Boursier | 349 | Aucun vote sur cette news

La Bourse américaine a effacé ses gains vendredi soir, après l'annonce d'un 2è cas de coronavirus sur le sol américain...

Wall Street fléchit d'environ 1%, la crainte du coronavirus revient
Credits Reuters

La crainte d'une propagation du coronavirus chinois a regagné les esprits, vendredi à Wall Street, après l'annonce d'un 2e cas avéré de la maladie sur le sol des Etats-Unis. Compte-tenu des valorisations boursières élevées, les marchés sont nerveux à l'idée que le virus chinois ne devienne le catalyseur d'une correction boursière. Les principaux indices devraient ainsi reculer sur l'ensemble de la semaine pour la première fois depuis plusieurs semaines. Malgré ce contexte difficile, l'action Intel se distingue par un bond de plus de 8%, le fabricant de "puces" ayant publié des résultats et des prévisions très supérieurs aux attentes du marché.

Vendredi, à deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones cède 0,81% à 28.923 points, tandis que l'indice large S&P 500 lâche 1,04% à 3.291 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, recule de 1,03% à 9.305 pts, au lendemain d'un nouveau sommet historique.

2e cas de coronavirus aux USA, l'OMS surveille "minute par minute"

Les indices, qui pointaient tous trois en hausse en début de journée, ont inversé la tendance lorsque les autorités sanitaires américaines ont fait état d'un 2e cas de coronavirus aux Etats-Unis, dans la ville de Chicago. La personne affectée est une femme sexagénaire revenue de Wuhan le 13 janvier. Une cinquantaine d'autres cas suspects sont en cours d'analyse outre-Atlantique. Le premier cas s'était déclaré près de Seattle sur un homme en provenance lui aussi de Wuhan, la ville chinoise d'où à démarré le virus. Ce dernier, proche du SRAS qui avait fait 800 morts en 2003, provoque des syndromes grippaux avec de possibles complications pulmonaires.

Jeudi soir, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué qu'il était "trop tôt" pour déclarer une "urgence de santé publique de portée internationale" au sujet du virus. Cette décision a été prise en raison du nombre de cas limités à l'étranger et des efforts faits par la Chine pour le juguler.

L'organisation basée à Genève précise cependant qu'elle surveille "minute par minute" l'évolution de la maladie dans le monde. Vendredi, le bilan s'est alourdi à 26 morts en Chine, avec plus de 800 personnes infectées, a annoncé la commission nationale chinoise de la Santé. Pékin a intensifié ses efforts pour lutter contre l'expansion du virus. Plus de 40 millions de personnes sont désormais confinées et de nombreux sites populaires comme la Cité interdite, le parc Disneyland de Shanghai et des sections de la célèbre Grande Muraille ont été fermés.

Obligations et or recherchés en tant que valeurs-refuge, le pétrole chute

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de 6 grandes devises) progresse vendredi de 0,16% à 97,85 points (+0,16%), tandis que l'euro perd 0,2% à 1,1025$ après la publication d'indices d'activité plus dynamiques aux Etats-Unis que dans la zone euro. En outre, le statu quo de la BCE sur ses taux jeudi, et des commentaires jugés très accommodantes de sa présidente Christine Lagarde, ont aussi favorisé un tassement de l'euro depuis 48 heures.

Les obligations sont restées recherchées en tant que valeurs-refuge, faisant reculer les taux d'intérêts (qui évoluent en sens inverse des cours). Le rendement du T-Bond à 10 ans a encore reculé de 5 points de base à 1,68%. En Europe, le rendement du Bund à 10 ans a cédé 3 pdb à -0,34%.

Les cours du pétrole se sont enfoncés pour la 4e séance d'affilée, alors que le marché mondial reste en situation d'offre excédentaire, et dans la crainte de répercussions négatives de l'épidémie de coronavirus en Chine. Le baril de brut léger américain (WTI) perd encore 2,4% à 54,24$ sur le Nymex (contrat à terme de mars), tandis que le Brent de la mer du Nord abandonne 2,2% à 60,65$ (contrat à terme de mars).

L'or retrouve son statut de refuge, progressant de 0,5% à 1.579,30$ l'once, pour le contrat à terme de février coté sur le Comex. Le métal jaune a progressé de 1,2% sur la semaine.

L'activité reste plus dynamique aux Etats-Unis qu'en Europe

Sur le plan macro-économique, la publication des indices "flash" PMI d'activité en janvier ont confirmé l'avantage des Etats-Unis par rapport à la zone euro. Dans la zone euro, l'indice d'activité manufacturière Flash PMI est remonté de 46,3 en décembre à 47,8 en janvier, mais il reste sous le seuil de 50, qui traduit une contraction de l'activité. L'indice PMI des services a quant à lui déçu en reculant de 52,8 à 52,2, alors que les marchés attendaient une stabilité à 52,8. Au final, l'indice "flash" PMI composite est resté atone en janvier à 50,9, tout juste en expansion...

Par contraste, aux Etats-Unis, le secteur des services a continué de tirer l'activité globale en janvier, compensant la faiblesse persistante dans le secteur manufacturier. L'indice flash PMI composite est ainsi ressorti à 53,1, contre 52,3 de consensus de place et après 52,2 en décembre. L'indice manufacturier a pourtant déçu à 51,7 contre 52,2 de consensus. L'indicateur des services est en revanche progressé plus que prévu à 53,2, contre 52,5 en décembre.

VALEURS A SUIVRE

Intel grimpe de plus de 8% en direction de ses sommets historiques de la bulle Internet inscrits en 2000 à Wall Street, après la publication de résultats supérieurs aux attentes pour le 4ème trimestre 2019, assortis de prévisions elles aussi meilleures que prévu. Les ventes de micro-processeurs pour serveurs de centres de données (date centers) ont dépassé les attentes, de même que celle des puces pour PC.

Le bénéfice net du géant des micro-processeurs basé à Santa Clara en Californie, s'est élevé à 6,91 milliards de dollars (1,58$ par action) au 4e trimestre, en hausse de 33% par rapport à la même période de 2018 (5,2 Mds$ et 1,12$ par action). En termes ajustés des éléments exceptionnels, le bénéfice par action (bpa) a atteint 1,52$, bien supérieur au 1,25$ attendu par les analystes du consensus du cabinet Factset. Les ventes du trimestre ont totalisé 20,21 Mds$, en hausse de 8,3% par rapport aux 18,66 Mds$ dégagés un an plus tôt, et là aussi supérieurs aux 19,23 Mds$ attendus par les marchés.

Pour le 1er trimestre en cours, Intel s'attend à un bpa de 1,30$ et des revenus de 19 Mds$, et pour l'ensemble de l'exercice, le groupe table sur un bpa de 5$ et des ventes d'environ 73,5 Mds$. Ces prévisions sont plus élevées que les attentes, logées à 1,04$ de bpa et 17,25 Mds$ de ventes pour le T1 et à 4,66$ de bpa et 72,41 Mds$ de ventes pour l'ensemble de 2020. "En 2019, nous avons gagné des parts dans un marché adressable en expansion, qui réclame plus de performance pour traiter, déplacer et stocker les données", a déclaré le directeur général d'Intel, Bob Swan. "A l'issue de la première année de notre plan financier de long terme, nous sommes en avance tant sur les revenus que le bpa. Pour l'avenir, nous investissons pour être en tête dans les inflexions technologiques du futur, pour jouer un plus grand rôle dans le succès de nos clients et en vue de l'amélioration des revenus de nos actionnaires", a-t-il ajouté.

American Express gagne 2,3% sur les 135$, au plus haut de son histoire boursière, après la publication de profits trimestriels supérieurs aux attentes des analystes. Le géant des cartes de crédit et voyages a donc annoncé pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice net de 1,69 milliard de dollars soit 2,03$ par titre, contre 2,01 milliards de dollars et 2,32$ par action un an auparavant. Hors éléments non récurrents, le bénéfice ajusté par action a représenté 2,03$ contre 1,74$ un an avant, alors que le consensus était logé à 2,01$. Les revenus totaux nets de dépenses d'intérêt ont progressé de 9% à 11,37 milliards de dollars, en ligne quant à eux avec le consensus de marché. Les recettes de services de consommation ont grimpé de 10% à 6,2 milliards, alors que les revenus de services commerciaux ont augmenté de 7% en glissement annuel à 3,5 milliards.

Walt Disney (-1,9%) souffre, le groupe ayant choisi de fermer son parc à thème de Shanghai jusqu'à nouvel ordre, afin de prévenir l'éventuelle contagion du coronavirus chinois. Il s'agit pour Disney d'une décision assez lourde, puisque cette période cruciale de vacances est généralement propice au parc financièrement. L'an dernier, le Shanghai Disney Resort avait même été contraint d'arrêter de vendre des billets, victime de son succès durant cette période habituellement très active. "En réponse à la prévention et au contrôle de l'épidémie et afin d'assurer la santé et la sécurité de nos visiteurs et employés, Shanghai Disney Resort ferme temporairement Shanghai Disneyland, Disneytown (...)", explique le groupe dans un communiqué. La fermeture débute demain.

Air Products & Chemicals (+2,2%) a battu le consensus de profits sur le trimestre clos, mais ses revenus sont ressortis un peu légers. Pour le premier trimestre fiscal de son exercice, le fournisseur américain de gaz industriels a dégagé un bénéfice net de 475,6 millions de dollars soit 2,14$ par titre, contre 347,5 millions et 1,57$ par titre un an auparavant. Hors éléments, le bénéfice ajusté s'est établi à 2,14$ contre 2,10$ de consensus. Les revenus ont grimpé de 1,4% à 2,25 milliards de dollars, alors que le consensus était de 2,29 milliards. Pour l'exercice, le groupe table toujours sur un résultat allant de 9,35 à 9,60$ par action.

Broadcom (+0,5%) profite de son accord de 15 milliards de dollars avec le géant de Cupertino Apple (-0,15%). Il s'agit en fait de deux deals de composants avec le groupe à la pomme, susceptibles de générer un total de 15 Mds$ de recettes sur trois années pour des composants wireless haute performance et des modules. Les informations transmises par le groupe à la Securities and Exchange Commission sur le sujet, suggèrent que les revenus annuels générés pourraient totaliser 4,3 milliards de dollars.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2020

Création d'un leader français des services du numérique dédiés au secteur de l'assurance et de la protection socialeSopra Steria a signé un accord...

Publié le 21/02/2020

Sécurisation en cours de préparation d'une deuxième source d'approvisionnement européenne, issue de dons de sang, pour la production étendue de...

Publié le 21/02/2020

Bluelinea annonce d'ores et déjà l'exercice de 30% des bons de souscription d'actions J (BSA J) attribués gratuitement à tous les actionnaires de la...

Publié le 20/02/2020

Genfit souhaite à incorporer les derniers commentaires de la FDA attendus à la fin du mois de mars...

Publié le 20/02/2020

Les équipes de Thermador Groupe ont redoublé d'efforts pour améliorer la rotation des stocks ce qui se traduit par une baisse de 22 jours...