Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 647.31 PTS
-0.2 %
6 655.0
-0.13 %
SBF 120 PTS
5 098.00
-0.16 %
DAX PTS
14 264.56
+0.02 %
Dow Jones PTS
33 707.26
+0.33 %
11 593.75
+0.84 %
1.055
+0.42 %
PRIME DIRECT

Althéora - FR0000061244

Éligible : Action, PEA, PEA/PME
Augmentation de capital

1.29 € -9.3% *
1.17 € PARTICIPER

Wall Street flambe après les chiffres des prix à la production

| Boursier | 649 | Aucun vote sur cette news

Wall Street accélère avant bourse ce mardi...

Wall Street flambe après les chiffres des prix à la production
Credits Reuters

Wall Street accélère avant bourse ce mardi. Le S&P 500 gagne 1,5%, le Dow Jones 0,9% et le Nasdaq 2,4%. Les chiffres des prix à la production dopent les indices. Ils confirment en effet le ralentissement de l'inflation américaine, offrant plus de marge de manoeuvre à la Fed. Le baril de brut WTI abandonne 1,1% sur le Nymex à 84,9$. L'once d'or avance de 0,4% à 1.785$. L'indice dollar perd 0,7% face à un panier de devises de référence. Du côté des valeurs, Walmart se distingue après ses résultats. TSMC profite pour sa part de l'investissement de Berkshire...

L'indice américain des prix à la production pour le mois d'octobre 2022 s'est établi en augmentation de 0,2% seulement en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place de +0,5%. Hors alimentaire et énergie cette fois, l'inflation des prix américains à la production pour octobre ressort à... zéro par rapport au mois de septembre, contre 0,4% de consensus de marché. Sur un an, le 'PPI' grimpe de 8% (consensus 8,3%) et de 6,7% hors alimentaire et énergie (consensus 7,2%). Il s'agit donc d'une nouvelle très bonne surprise du côté de l'inflation américaine, ce qui fournit un argument de plus à la Fed pour modérer le rythme de ses hausses de taux, après quatre augmentations consécutives de 75 points de base. Au mois de septembre, l'indice des prix à la production aux USA avait grimpé de 0,4% par rapport au mois précédent et de 8,5% sur un an (+0,3% et +7,2% respectivement, hors alimentaire et énergie).

Rappelons que l'indice américain des prix à la consommation du mois d'octobre, publié la semaine dernière, s'était établi en augmentation de 0,4% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus FactSet de 0,6%. Hors alimentaire et énergie, le CPI avait augmenté de 0,3% par rapport au mois précédent, contre 0,5% de consensus. Sur un an, l'indice des prix à la consommation s'affichait donc en hausse de 7,7%, contre 7,9% de consensus et 8,2% un mois auparavant. Cette excellente nouvelle avait dopé Wall Street la semaine dernière, alimentant les espoirs de 'pivot de la Fed'. Hors alimentaire et énergie, l'indice américain des prix à la consommation a progressé de 6,3% sur un an.

L'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York, qui vient lui aussi d'être publié, est ressorti positif de 4,5 en novembre, contre -7 de consensus et -9,1 un mois auparavant. Cela signale un retour à l'expansion de l'activité manufacturière dans cette région.

Selon l'outil FedWatch du CME Group ce mardi, la probabilité d'une hausse de taux plus modérée de la Fed, de 50 points de base, à l'issue de sa prochaine réunion monétaire le 14 décembre, se situe à plus de 85%.

La réunion de trois heures entre Joe Biden et Xi Jinping en marge du G20 de Bali n'a résolu aucun problème majeur, mais a reflété la volonté mutuelle d'améliorer les relations. Les gestes de bonne volonté comprennent la reprise des pourparlers sur le changement climatique, la stabilité économique et l'allégement de la dette, ainsi que la santé et la sécurité alimentaire. Le secrétaire d'État Antony Blinken effectuera une visite de suivi en Chine. Biden a déclaré que les États-Unis concourraient vigoureusement mais ne chercheraient pas le conflit. Biden a mis en garde Xi au sujet de la Corée du Nord, bien que les activités défensives alliées dans la région ne soient pas dirigées contre la Chine. Biden a fait part de ses inquiétudes concernant le Xinjiang, le Tibet et Hong Kong, et les droits de l'homme plus largement. Biden a soulevé des objections face aux actions coercitives et de plus en plus agressives de la Chine à l'égard de Taïwan. Xi a déclaré pour sa part que Taïwan était la "première ligne rouge à ne pas franchir". Le président américain a également fait part de ses préoccupations persistantes concernant les pratiques économiques chinoises...

Les valeurs

Walmart n'a pas déçu pour son troisième trimestre fiscal. Le titre s'enflamme de plus de 6% avant bourse à Wall Street, suite à la publication des comptes. Pour la période trimestrielle close, le géant américain de la grande distribution a livré une solide croissance des revenus de 8,7% et un bénéfice ajusté par action de 1,5$. Walmart se permet même de rehausser ses prévisions financières sur l'exercice décalé 2023. Les revenus trimestriels totaux ont été de 152,8 milliards de dollars, contre 148 milliards de dollars de consensus. La croissance à devises constantes a été de 9,8%. Walmart US a affiché à comparable une croissance de 8,2%, portant à 17,4% sa performance sur deux ans. La progression dans le commerce en ligne se chiffre à 16% en glissement annuel et 24% sur deux ans. Sam's Club a progressé de 10% à comparable. Walmart International a affiché une croissance de 7,1% à 25,3 milliards de dollars, malgré des effets de change adverses de 1,5 milliard de dollars. Les activités publicitaires mondiales ont grimpé de 30%, avec Walmart Connect et Flipkart Ads. Le bénéfice opérationnel consolidé a été de 2,7 milliards de dollars sur le trimestre, en déclin de 53%, mais le profit opérationnel ajusté a augmenté de 4% à 6 milliards. Le bpa ajusté de 1,5$ exclut les effets nets d'imposition de 1,11$ pour les pertes equity et investissements et ceux de 1,05$ par titre des accords légaux sur les opioïdes. Le groupe va débourser 3,1 milliards de dollars pour régler les procès sur les opioïdes. Le consensus de bpa ajusté était de 1,32$.

Walmart a par ailleurs approuvé un nouveau programme de rachat d'actions de 20 milliards de dollars se substituant à la précédente autorisation. Les prévisions annuelles de ventes sont révisées en hausse. Le bénéfice ajusté par action sur l'exercice 2023 est attendu en retrait de 6 à 7%, contre une guidance antérieure allant de -9 à -11%. Les revenus sur ce même exercice sont anticipés en augmentation de 5,5%, alors que l'estimation antérieure était de 4,5%. Plus prudemment, néanmoins, Walmart anticipe sur le trimestre des fêtes de fin d'année une croissance US à comparable et hors essence, de 3% environ contre 3,4% de consensus. Le bpa ajusté du quatrième trimestre est attendu en repli de 3 à 5%, soit une baisse un peu moins prononcée que prévu.

Home Depot, le géant américain de la distribution de produits d'équipement de la maison, a annoncé pour le trimestre clos des profits et ventes supérieurs aux attentes de marché, confirmant par ailleurs ses perspectives 2022. Le bénéfice net sur le troisième trimestre fiscal clos fin octobre a été de 4,34 milliards de dollars soit 4,24$ par action, contre 4,13 milliards de dollars un an plus tôt. Le consensus FactSet était de 4,12$ de bpa. Les revenus trimestriels ont augmenté de 5,6% à 38,9 milliards de dollars, à comparer à un consensus légèrement inférieur à 38 milliards. La croissance à comparable a été de 4,3%, largement supérieure aux anticipations de marché. Le groupe a par ailleurs bénéficié de la hausse des prix et d'une demande résistante de la part des professionnels. Home Depot confirme tabler, pour l'exercice 2022, sur une croissance voisine de 3% à comparable.

Krispy Kreme, le géant du donut, a annoncé pour son troisième trimestre fiscal des revenus de 377,5 millions de dollars en augmentation de 10,1% en glissement annuel. La croissance organique a accéléré à 12%. La perte nette GAAP a été de 11,8 millions de dollars, tandis que le bénéfice net ajusté s'est établi à 5,9 millions de dollars, 3 cents par titre. L'Ebitda ajusté trimestriel s'est élevé à 38,5 millions de dollars, comprenant un impact négatif de 3,1 millions du dollar fort. Le groupe maintient sa guidance 2022 et évoque une forte dynamique au début du quatrième trimestre fiscal.

Estée Lauder se rapprocherait d'une acquisition de Tom Ford dans le cadre d'une opération de près de 2,8 milliards de dollars, indique le Wall Street Journal, selon lequel le groupe new-yorkais de production et distribution de produits de soins et cosmétiques l'emporterait ainsi en devançant Kering. L'accord pourrait donc bien être imminent entre Estée Lauder et Tom Ford, selon les personnes familières de la question citées par le WSJ. Ce deal s'appuierait sur un accord de licence de longue date et marquerait la plus grande acquisition jamais réalisée par le géant américain des cosmétiques, selon des personnes proches du dossier. Le Français Kering était pourtant sur le point de remporter l'enchère au début du mois, ajoute le Wall Street Journal. Le Financial Times avait précisé quant à lui vendredi qu'Estée Lauder était désormais favori pour ce rachat de Tom Ford.

Taiwan Semiconductor (TSMC) bondit avant bourse à Wall Street, alors que la firme de Warren Buffett, Berkshire Hathaway, vient de déclarer une participation de 4,1 milliards de dollar au capital du géant taïwanais de la fonderie de semi-conducteurs. Ainsi, les déclarations à la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine de Berkshire montrent que la firme détenait à fin septembre environ 60,1 millions des ADS (American depositary shares) de TSMC. Le mois dernier, le 'fondeur' de Taïwan avait livré ses meilleurs bénéfices en deux ans, tout en affichant par ailleurs des prévisions mitigées et en réduisant ses estimations 2022 de dépenses de capitaux à environ 36 milliards de dollars. Le groupe de Buffett ne semble donc pas intimidé par le fait que Taiwan Semi demeure soumis aux challenges de la chaîne d'approvisionnement et aux conditions économiques difficiles, dans un contexte de ralentissement de la demande mondiale.

Tesla, désormais rentable, est-il en mesure de racheter ses propres actions, alors que le cours de bourse a perdu plus de la moitié de sa valeur sur ses sommets historiques ? Elon Musk, le directeur général du constructeur de véhicules électriques, a indiqué par un tweet qu'un éventuel programme de rachat d'actions du groupe dépendait du conseil d'administration. Le mois dernier, Musk avait déjà laissé entendre, après la chute boursière, qu'un plan de rachat d'actions de Tesla n'était pas exclu. Il évoquait alors l'étude d'un plan allant de 5 à 10 milliards de dollars. Hier lundi, en réponse à un actionnaire, Leo KoGuan, qui se présente comme le troisième actionnaire individuel de Tesla et se plaint notamment des ventes d'actions du milliardaire, Musk a donc simplement répondu que cette responsabilité des rachats d'actions incombait au conseil d'administration.

Amazon prévoit de se séparer d'environ 10.000 personnes, selon le 'New York Times', qui cite des personnes "proches du dossier"... Les licenciements pourraient être effectifs dès cette semaine et toucheraient la division dédiée aux appareils d'Amazon, y compris l'assistant vocal Alexa, mais aussi les fonctions de vente au détail et les ressources humaines. Cela représenterait environ 3% des employés d'Amazon et moins de 1% de sa main-d'oeuvre mondiale (plus de 1,5 million de personnes), principalement composée de travailleurs payés à l'heure...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Bourse Direct vous souhaite la bienvenue
et vous offre vos frais de courtage*

Découvrir l'offre

Valable jusqu'au 03 janvier
*Voir conditions

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 08/12/2022

Wall Street tente un sursaut ce jeudi...

Publié le 08/12/2022

Wall Street tente une timide hausse avant bourse ce jeudi...

Publié le 07/12/2022

Wall Street est restée sous pression mercredi, le S&P 500 reculant encore de 0,19% à 3...

Publié le 07/12/2022

Wall Street reste sous pression ce mercredi, le S&P 500 grappillant 0,11% à 3...

Publié le 07/12/2022

Wall Street est encore attendu dans le rouge avant bourse ce mercredi, le S&P 500 abandonnant 0,4%, le Dow Jones 0,2% et le Nasdaq 0,6%...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/12/2022

POMA est un acteur français du transport par câble, implanté au coeur du Territoire alpin...

Publié le 08/12/2022

Des mouvements de la société Capriona SAS et de son président Pascal Leandri...

Publié le 08/12/2022

ALTHEORA, société française, spécialiste de la transformation des matériaux composites cotée sur Euronext Growth Paris, annonce le lancement d'une...

Publié le 08/12/2022

Une étape importante dans l'accompagnement de la forte croissance du portefeuille de whiskeys américains premium...

Publié le 08/12/2022

Verimatrix, fournisseur leader de solutions de sécurité au service des utilisateurs pour un monde connecté plus sûr, annonce ce jour annonce la...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne