5 390.63 PTS
-1.10 %
5 411.00
-0.59 %
SBF 120 PTS
4 323.31
-1.01 %
DAX PTS
12 677.97
-1.22 %
Dowjones PTS
24 700.21
-1.15 %
7 228.04
-0.32 %
Nikkei PTS
22 278.48
-

Wall Street : encore des records, avant la saison des résultats

| Boursier | 202 | Aucun vote sur cette news

Le DJIA prend encore 0,33% à 25.158 pts, le Nasdaq s'accorde 0,57% à 7.118 pts, et le S&P500 monte 0,31% à 2.732 pts...

Wall Street : encore des records, avant la saison des résultats
Credits Reuters

Wall Street progresse encore, sur ses meilleurs niveaux historiques ce vendredi soir à trois heures de la clôture, malgré les chiffres mitigés de l'emploi américain. Rappelons que le DJIA a franchi hier, pour la première fois, les 25.000 pts, peu de temps après l'incursion du Nasdaq sur les 7.000 pts. La saison des résultats du quatrième trimestre débutera dès la semaine prochaine aux Etats-Unis, avec notamment les comptes de JP Morgan et Wells Fargo vendredi prochain. Le DJIA prend encore 0,33% à 25.158 pts, le Nasdaq s'accorde 0,57% à 7.118 pts, et le S&P500 monte 0,31% à 2.732 pts.

Les créations d'emplois non-agricoles ressortent particulièrement décevantes au mois de décembre 2017 aux États-Unis, à seulement 148.000, contre un consensus de place de 191.000. Néanmoins, les créations d'emplois du mois de novembre ont été révisées en hausse à 252.000, contre 228.000 précédemment estimé. Le taux de chômage américain s'établit à 4,1%, comme prévu, en décembre, stable en comparaison du mois antérieur. Les créations de postes dans le privé déçoivent également, puisqu'elles ne sont que de 146.000 en décembre selon le rapport gouvernemental, contre 185.000 de consensus et 239.000 un mois avant. Le salaire horaire moyen a augmenté de 0,3% en décembre, en comparaison du mois antérieur, conformément au consensus des économistes, après un gain de +0,1% en novembre. Sur une base annualisée, l'inflation salariale a atteint 2,5% en décembre.

Selon le Département américain au commerce ce vendredi, le déficit commercial du mois de novembre 2017 est ressorti à 50,5 Mds$, contre un consensus de place voisin de 50 Mds$ et un niveau révisé à 48,9 Mds$ pour le mois d'octobre.

L'indice ISM américain des services est ressorti à 55,9 au mois de décembre 2017, contre 57,6 de consensus de place et 57,4 un mois auparavant. L'indicateur du jour signale toujours une vive expansion, mais régresse donc quelque peu, de manière inattendue, en comparaison du mois antérieur.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis, les commandes industrielles du mois de novembre 2017 se sont établies en croissance de 1,3% en comparaison du mois antérieur, contre +1,1% de consensus de place et +0,4% pour la lecture révisée du mois précédent.

LES VALEURS

Cal-Maine Foods (-8%) a présenté ses comptes du second trimestre fiscal. La perte nette ressort à 26,1 M$ (0,54$ par action), contre une perte de 23 M$ (0,48$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'élève à 0,55$. Les ventes montent de 42% à 361 M$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,68$. Pour des revenus de 364 M$.

Constellation Brands (-3%), le producteur et distributeur de boissons alcoolisées, a annoncé ses résultats du troisième trimestre fiscal. Les ventes nettes baissent de 1% en glissement annuel, à 1,8 Md$. Les profits s'affichent à 491 M$, contre 406 M$ un an avant. Le bénéfice par action ressort à 2,44$, en croissance de 23%. Le bpa ajusté est quant à lui de 2$, en hausse de 2%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,89$, pour des ventes de 1,87 Md$. Sur l'exercice 2018, le groupe vise désormais un bpa compris entre 8,40 et 8,50$, contre une précédente fourchette de 8,25/8,40$. Constellation Brands annonce par ailleurs que son conseil d'administration a autorisé la mise en place d'un nouveau programme de rachat d'actions de 3 Mds$.

Facebook (+1%). 2018 sera l'année de la lutte pour rendre Facebook plus sûr et moins manipulé par les Etats, a annoncé Mark Zuckerberg, le fondateur du réseau social, dans un post de rentrée. L'année dernière, il a ainsi visité la totalité des Etats américains, lu 25 livres, appris le mandarin, couru 365 miles (un peu plus de 587 km) et créé un système d'intelligence artificielle pour son domicile... Mais en 2018, ses résolutions sont toutes centrées sur la protection de la communauté Facebook : contre les abus et la haine, contre la manipulation des Etats et, plus étonnant, en faveur du temps utile passé sur le réseau social. "Cela ne semble pas constituer un challenge personnel à première vue", écrit-il, mais "je pense que j'en apprendrais plus en me concentrant sur ces questions qu'en faisant des choses indépendantes les unes des autres. Ces problèmes relèvent à la fois de l'histoire, du civisme, de la philosophie politique, des médias, des affaires publiques et évidemment de la technologie". Cette technologie toujours paradoxale, poursuit Zuckerberg dans son billet... "Dans les années 1990 et 2000, beaucoup de gens pensaient que la technologie serait une force de décentralisation", qui contribuerait à remettre le pouvoir entre les mains des individus. Mais aujourd'hui, à cause "d'un nombre restreint de grandes sociétés internet et des Etats", les gens pensent au contraire que la technologie ne fait que centraliser la puissance, selon le patron de Facebook.

Goldman Sachs (-1%). Les actionnaires de Weinstein Co., à savoir Harvey et Bob Weinstein, ainsi que la banque d'affaires américaine Goldman Sachs, le géant publicitaire britannique WPP ou le groupe japonais SoftBank, devraient perdre la totalité de leur mise... C'est du moins ce qu'affirme le bien renseigné 'Wall Street Journal', selon lequel Weinstein Co., mis en vente après l'éclatement de l'affaire Harvey Weinstein, serait proche d'une cession pour moins de 500 M$. Parmi les repreneurs potentiels, on retrouve des investisseurs privés, des firmes de divertissement, ou encore des sociétés d'investissement. D'après les sources 'proches des discussions' citées par le WSJ, environ 20 offres auraient été reçues fin décembre. Les propriétaires et le conseil d'administration de Weinstein ont réduit la liste à six. Un groupement mené par la femme d'affaires Maria Conteras-Sweet, la société production Killer Content, les studios Lions Gate, ainsi que les firmes d'investissement Vine Alternative Investments et Shamrock Capital Investments, seraient sur les rangs. Les offres ne dépasseraient donc pas les 500 M$, et près de la moitié du montant correspondrait à la dette assumée. Compte tenu, par ailleurs, de dépenses opérationnelles accrues et de frais légaux, les actuels propriétaires pourraient ne rien recevoir pour leurs participations. Pire encore, si Weinstein Co. ne parvenait pas rapidement à un accord de cession, le studio pourrait être contraint au 'chapitre 11' de la loi sur les faillites.

Sears Holdings (-2%) a annoncé hier jeudi les fermetures programmées de 64 magasins Kmart et 39 magasins Sears. Les fermetures débuteront en mars ou en avril.

Apple (+1%). Jimmy Iovine, le dirigeant d'Apple Music, pourrait quitter le groupe californien de Cupertino au mois d'août, selon 'Billboard', qui cite ses propres sources.

Xilinx (+4%). Goldman Sachs a rehaussé son conseil sur le dossier du concepteur de 'semis' de 'neutre' à 'achat' à Wall Street. Le broker évoque des perspectives d'amélioration de la demande, en particulier dans les activités de communication. L'objectif de cours de Goldman sur la valeur est porté par ailleurs de 72 à 78$.

Morgan Stanley (-1%). La banque d'affaires américaine passera dans ses comptes du quatrième trimestre fiscal une charge exceptionnelle chiffrée à 1,25 Md$, du fait de l'impact de la baisse du taux d'imposition sur ses actifs différés d'impôts.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2018

Le prix de souscription des actions nouvelles est de 5,1 euros par action...

Publié le 19/06/2018

verture aux Etats-Unis ABID vise 5,55 euros par action...

Publié le 19/06/2018

Le produit net de l'augmentation de capital permettra de financer une partie de l'acquisition d'un portefeuille de 14 hôtels...

Publié le 19/06/2018

U10 va être transféré sur Euronext Growth...

Publié le 19/06/2018

Plan mondial d'actionnariat salarié 'Link 2018'...