En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 024.26 PTS
+0.88 %
5 994.00
+0.44 %
SBF 120 PTS
4 743.30
+0.77 %
DAX PTS
13 576.68
+1.41 %
Dow Jones PTS
28 989.73
-0.58 %
9 141.47
-0.82 %
1.102
+0. %

Wall Street en retrait, après la Fed et la BCE

| Boursier | 439 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine est attendue en repli avant bourse ce jeudi, suite aux annonces de la Fed puis de la BCE...

Wall Street en retrait, après la Fed et la BCE
Credits Reuters

La cote américaine est attendue en repli avant bourse ce jeudi, suite aux annonces de la Fed puis de la BCE. Les banquiers centraux n'ont pas vraiment surpris, ce qui occasionne donc assez logiquement quelques ventes prudentes, d'autant que la question du conflit commercial sino-américain demeure épineuse. Le S&P500 recule de 0,1% et le Nasdaq de 0,2% en pré-séance. L'indice dollar avance de 0,1% à 97,2. Le baril de brut WTI progresse de 0,1% à 58,8$ et le Brent de la mer du Nord de 0,4% à 63,9$.

Donald Trump doit statuer avec l'aide de ses conseillers seniors sur la question des tarifs douaniers devant entrer en vigueur le 15 décembre. Le ministère chinois au Commerce a affirmé que les USA et la Chine étaient en contact étroit sur les questions commerciales. L'éditeur du Global Times a lui indiqué que Pékin entendait répliquer en cas d'implémentation des taxes douanières de l'administration Trump le 15 décembre. Par ailleurs, la Chine entend maintenir une politique fiscale 'proactive' et une politique monétaire prudente...

Le président américain rencontre ses principaux conseillers ce jeudi afin de s'entretenir avec eux sur les questions commerciales, croit savoir Reuters. Il s'agit d'évaluer l'intérêt de mettre en application de nouvelles surtaxes douanières portant sur près de 160 milliards de dollars de marchandises importées de Chine. Les opinions divergeraient parmi les conseillers. Peter Navarro aurait même récemment fait circuler des notes mettant en avant le fait que les tarifs douaniers n'auraient pas réellement pesé sur la croissance américaine ou sur les marchés actions. Évidemment, c'est le président américain qui aura le mot de la fin. Il reste probable que les USA suspendent ces nouvelles taxes afin de pouvoir poursuivre sereinement les pourparlers avec Pékin.

Sur le front économique ce jeudi outre-Atlantique, les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 7 décembre sont ressorties au nombre de 252.000, ce qui constitue une très mauvaise surprise puisque le consensus était de 213.000. Les inscriptions sont en progression de 49.000 en comparaison de la semaine antérieure. L'indice des prix à la production pour le mois de novembre 2019 est pour sa part resté stable en comparaison du mois antérieur, contre +0,2% de consensus. Hors alimentation et énergie, le 'PPI' américain a reculé de 0,2% par rapport au mois précédent, alors que le consensus était de +0,2%. En glissement annuel, cet indice des prix à la production a grimpé de +1,1% (+1,3% hors alimentation et énergie).

A l'issue d'une séance hésitante hier, la Bourse de New York avait fini en hausse, après les annonces de la Fed, qui n'a pas modifié sa politique monétaire et a signalé qu'elle maintiendrait ce statu quo accommodant pendant toute l'année 2020. Le cours du pétrole était reparti en baisse, après une hausse inattendue des stocks de pétrole aux Etats-Unis la semaine dernière.

La Réserve fédérale américaine a donc maintenu mercredi soir le taux des "fed funds", son principal taux directeur, à son niveau actuel, dans la fourchette de 1,5% à 1,75%. La Fed a en outre laissé entendre qu'elle ne comptait pas modifier le niveau de ce taux d'ici à la fin 2020, après l'avoir abaissé trois fois depuis juillet pour soutenir la croissance américaine face aux risques liés notamment à la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. "Nous considérons que l'orientation actuelle de la politique monétaire est appropriée pour soutenir une expansion durable de l'activité économique, une situation solide sur le marché du travail et une inflation proche de l'objectif symétrique de 2% fixé par le Comité", a expliqué la Fed dans son communiqué.

La Fed s'est montrée plutôt optimiste pour la croissance américaine. "Le marché du travail reste solide et (...) l'activité économique croît à un rythme modéré", a-t-elle estimé, tout en précisant que l'investissement des entreprises et les exportations restent ralenties. Lors de sa conférence de presse, le président de la Fed, Jerome Powell, a souligné que si les incertitudes actuelles sur la politique commerciale étaient levées, l'économie américaine en bénéficierait.

Pour le patron de la Fed, la politique monétaire est "assez accommodante", et il faudrait assister à un "mouvement haussier significatif et persistant" de l'inflation pour justifier une hausse de taux.

Les nouvelles projections économiques de la Fed, publiées hier, montrent que la grande majorité de ses membres ne prévoient aucune modification des taux d'intérêt d'ici à 2021. Ainsi, 13 des 17 responsables de la politique monétaire de la Fed anticipent un statu quo et seuls quatre tablent sur une hausse l'année prochaine pour remonter entre 1,75% et 2%. En revanche, aucun d'eux n'a estimé qu'une nouvelle baisse de taux serait nécessaire en 2020. Au-delà, pour 2021, les projections médianes prévoient une seule hausse de taux d'un quart de point.

Comme anticipé, la BCE a décidé que le taux d'intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt demeureront inchangés, à respectivement 0,00%, 0,25% et -0,50%. Le Conseil des gouverneurs prévoit que les taux d'intérêt directeurs de la BCE resteront à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas jusqu'à ce qu'il ait constaté que les perspectives d'inflation convergent durablement vers un niveau suffisamment proche de, mais inférieur à 2% sur son horizon de projection, et que cette convergence se reflète de manière cohérente dans la dynamique d'inflation sous-jacente.

Le 1er novembre, les achats nets d'actifs ont repris dans le cadre de son programme de rachat (asset purchase programme, APP) à un rythme mensuel de 20 milliards d'euros. Le Conseil des gouverneurs prévoit d'y avoir recours aussi longtemps que nécessaire pour renforcer les effets accommodants de ses taux d'intérêt directeurs et d'y mettre fin peu avant qu'il ne commence à relever les taux d'intérêt directeurs de la BCE.

Le Conseil des gouverneurs entend poursuivre les réinvestissements, en totalité, des remboursements au titre du principal des titres arrivant à échéance acquis dans le cadre de l'APP pendant une période prolongée après la date à laquelle il commencera à relever les taux d'intérêt directeurs de la BCE et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire pour maintenir des conditions de liquidité favorables et un degré élevé de soutien monétaire.

Les valeurs

Ciena, concepteur d'équipements de réseaux et de logiciels, a annoncé pour le quatrième trimestre fiscal un bénéfice de 80 M$ et 51 cents par titre, contre 64 M$ un an avant. Le bpa ajusté a représenté 58 cents, contre 63 cents de consensus. Les revenus sont ressortis à 968 millions de dollars, contre 899 M$ l'an dernier et 964 M$ de consensus.

Delta Air Lines. La compagnie aérienne, qui organise une journée investisseurs à son siège d'Atlanta, table désormais sur un bénéfice ajusté par action compris entre 6,75$ et 7,75$ en 2020, là où le consensus était jusqu'ici positionné à 7,06$. Les revenus sont attendus en hausse de 4 à 6%. Les free cash-flow devraient atteindre 4 milliards de dollars tandis que 70% de ce montant sera redistribué aux actionnaires via des dividendes et des rachats de titres.

Le partenaire d'Air France KLM continue par ailleurs à anticiper une hausse des coûts unitaires hors carburant comprise entre 2 et 3% et note que l'incertitude concernant le retour en service du Boeing 737 Max va peser sur les capacités, la tarification et les coûts.

Boeing. L'Administration chinoise CAAC de l'aviation civile s'est inquiété de la fiabilité des évolutions apportées par Boeing à son fameux 737 MAX, sans fournir d'indications concernant une possible remise en service.

Lululemon Athletica table sur un bénéfice trimestriel très inférieur au consensus. Le spécialiste des vêtements de yoga peine, après avoir investi lourdement dans de nouveaux lancements.

Twitter, le réseau social média, désire constituer un groupe de chercheurs indépendants en charge de la création d'un système standardisé et ouvert sur la modération de contenus dans les réseaux sociaux.

Costco Wholesale et Adobe annoncent également leurs comptes ce jour.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2020

Au 1er février 2020, les tarifs réglementés hors taxe d'Engie baissent de 3,3% par rapport au barème en vigueur applicable depuis le 1er janvier 2020...

Publié le 24/01/2020

METabolic EXplorer a fait le point vendredi soir sur le litige lié à l'abandon de son projet en Malaisie en 2014. Ainsi, la Cour d'Appel de Douai a rendu le 23 janvier 2020 un arrêt aux termes…

Publié le 24/01/2020

Le titre Alstom gagnait finalement 1,4% en clôture ce vendredi à 47,12 euros, Bloomberg ayant indiqué que Bombardier aurait eu des discussions...

Publié le 24/01/2020

L’Olympique Lyonnais a annoncé le transfert de l’attaquant international zimbabwéen Tino Kadewere, en provenance du Havre AC, pour un montant de 12 millions d’euros, auquel pourra s’ajouter…

Publié le 24/01/2020

À l'issue de l'offre publique d'achat simplifiée initiée par Coyote System visant les actions de la société Traqueur non détenues par lui, au prix...