En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 055.85 PTS
-0.49 %
6 054.00
-0.52 %
SBF 120 PTS
4 790.67
-0.47 %
DAX PTS
13 674.34
-0.79 %
Dow Jones PTS
29 398.08
-0.09 %
9 623.58
+0. %
1.082
-0.17 %

Wall Street en ordre dispersé, Tesla impassible

| Boursier | 474 | Aucun vote sur cette news

Wall Street s'affiche en ordre dispersé ce vendredi, le S&P500 grappillant 0,06% à 3...

Wall Street en ordre dispersé, Tesla impassible
Credits Reuters

Wall Street s'affiche en ordre dispersé ce vendredi, le S&P500 grappillant 0,06% à 3.376 pts et le DJIA perdant 0,04% à 29.413 pts. Le Nasdaq gagne 0,17% à 9.728 pts. L'indice dollar se stabilise à 99. Le baril de brut WTI prend 1% à 52$ environ sur le Nymex. Les marchés américains tiennent relativement bon, proches de leurs sommets historiques, après avoir légèrement consolidé hier soir sur de nouvelles inquiétudes concernant les derniers chiffres relatifs au coronavirus Covid-19.

En ligne avec le consensus des économistes, les ventes de détail aux Etats-Unis pour le mois de janvier 2020 ont augmenté de 0,3% en comparaison du mois antérieur, après une hausse révisée à +0,2% (contre +0,3% précédemment) sur le mois de décembre 2019. Hors automobile, les ventes de détail ressortent également en progression de 0,3%, en ligne avec les attentes, après un gain de +0,6% pour le mois de décembre. Enfin, hors automobile et essence, les ventes ont grimpé de 0,4%, contre +0,3% de consensus.

Les prix à l'import du mois de janvier 2020, qui viennent également d'être publiés, sont ressortis stables en comparaison du mois antérieur, contre -0,2% de consensus. Les prix à l'export se sont appréciés de 0,7%, alors que le consensus était celui d'une stabilité.

Les chiffres de la production industrielle américaine publiés par la Fed pour le mois de janvier n'ont pas surpris. La production a reculé de 0,3% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus, après une baisse de 0,4% un mois avant. La production manufacturière a régressé de 0,1% contre -0,2% de consensus (+0,1% pour la lecture révisée de décembre). Le taux d'utilisation des capacités s'est établi à 76,8%, en ligne avec le consensus.

Les stocks des entreprises pour le mois de décembre 2019 aux USA sont ressortis en augmentation de 0,1% par rapport au mois antérieur, en ligne avec le consensus de place.

L'indice préliminaire du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan pour le mois de février 2020 est enfin ressorti à 100,9, contre 99,7 de consensus de place et 99,8 pour la lecture finale de janvier.

L'indice boursier composite chinois SSE a terminé ce matin en hausse de 0,38% à 2.917 pts, mais les opérateurs demeurent nerveux, à l'écoute de données peu claires concernant l'évolution du coronavirus, suite au changement de méthodologie intervenu concernant la province du Hubei.

Selon la National Health Commission chinoise, 121 nouveaux décès ont été dénombrés hier, liés au virus Covid-19, ainsi que 5090 nouveaux cas. Depuis le début de l'épidémie, le virus a donc fait 1.380 morts selon la commission chinoise de santé, alors que près de 64.000 cas d'infection sont maintenant recensés. Bloomberg relève que ces derniers chiffres traduisent une forte baisse en comparaison des 14.840 nouveaux cas rapportés une journée auparavant par la province de Hubei, foyer initial de l'épidémie, qui avait alors revu sa méthodologie de calcul des cas contaminés.

Le Japon a également fait part d'un décès hier lié au virus, ce qui constituerait le troisième décès causé par le Covid-19 en dehors de la Chine continentale.

Ce vendredi, l'Organisation mondiale de la santé, qui demeure en alerte, a constaté qu'il n'y avait pas de changement majeur dans la trajectoire de l'épidémie.

Selon le dernier consensus Reuters sur le sujet, résultant d'une étude conduite du 7 au 13 février, le PIB chinois devrait augmenter sur un rythme de 4,5% au premier trimestre 2020, contre +6% sur le trimestre antérieur. Il s'agirait alors de la plus faible croissance en Chine depuis la crise financière. La croissance attendue sur l'année 2020 ressort à 5,5% désormais contre 6,1% en 2019, d'après la même étude. Il s'agirait pour l'économie chinoise de la plus mauvaise performance depuis 1990 au moins.

Sur le front économique en Europe ce vendredi, le PIB allemand préliminaire du quatrième trimestre est ressorti inférieur aux attentes, mauvaise surprise en partie compensée par des révisions antérieures. Le PIB trimestriel allemand est donc ressorti stable, contre +0,1% de consensus. Le PIB 'flash' européen, également publié ce jour, a fait ressortir comme prévu une expansion de +0,1%.

Dans l'actualité des entreprises à Wall Street ce jour, Newell Brands ou Sohu.com annoncent leurs derniers comptes.

Les valeurs

Nvidia (+8%) a publié des résultats et un chiffre d'affaires supérieurs aux attentes des analystes pour le 4ème trimestre 2019. Le bénéfice par action de Nvidia, ajusté des éléments non récurrents, s'est établi à 1,89$, supérieur au 1,66$ attendu par les marchés, et plus que doublé par rapport à la même période de 2018 (0,92$).

Les revenus ont atteint 3,11 milliards de dollars contre 2,21 Mds$ un an plus tôt (+41% !) et 2,96 Mds$ attendu. Dans le détail, les ventes de processeurs pour serveurs de centres de données ont augmenté plus que prévu pour atteindre 968 millions de dollars (+43% sur un an) contre 825,8 M$ de consensus, tandis que les ventes de puces pour jeux vidéo ont bondi de 56% à 1,49 Md$, mais sont un peu inférieures aux attentes (1,52 Md$).

Pour le 1er trimestre 2020 en cours, le groupe basé à Santa Clara en Californie prévoit des ventes de 2,94 Mds$ à 3,06 Mds$, contre 2,85 Mds$ attendus par Wall Street. Nvidia a précisé que cette prévision a été révisée en baisse de 100 M$ pour tenir compte des effets négatifs probables du coronavirus chinois.

Amazon (stable) a remporté jeudi une première manche dans sa bataille judiciaire contre Microsoft au sujet du méga-contrat "JEDI" avec le Pentagone. La justice américaine a ainsi suspendu jeudi la mise en oeuvre de ce contrat de gestion de données dans le "cloud", décroché par Microsoft fin octobre 2019. Amazon, longtemps donné favori pour ce contrat, a contesté fin 2019 son attribution devant les tribunaux, accusant le président Trump d'avoir fait pression pour l'écarter, en raison de ses mauvaises relations avec Jeff Bezos, le patron d'Amazon.

Jeudi, une juge fédérale américaine a donc accordé à Amazon une injonction temporaire, interdisant ainsi au Pentagone d'avancer sur ce contrat, d'après un résumé des documents juridiques disponible en ligne. Les détails de la décision n'ont toutefois pas été rendus publics.

Lundi, Amazon Web Services (AWS), la filiale cloud d'Amazon, avait annoncé vouloir faire témoigner Donald Trump, le président américain, et son secrétaire à la Défense, Mark Esper, afin de faire la lumière sur cette affaire.

Le contrat JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure), qui s'étend sur une durée de dix ans, est estimé à 10 milliards de dollars. Il vise à moderniser la totalité des systèmes informatiques des forces armées américaines dans un système géré par intelligence artificielle. Amazon, géant du commerce en ligne, est aussi le leader mondial du "cloud computing" (informatique dématérialisée), dont il détient un tiers des parts de marché mondial, contre 14,5% pour Microsoft et 5,6% pour Google (Alphabet).

Facebook (stable). Mark Zuckerberg a admis que le projet de réforme fiscale internationale signifiait que le réseau social californien devrait payer davantage d'impôts dans plusieurs pays, selon Politico, qui cite des extraits de discours. Fin janvier à Paris, les autorités fiscales de 137 pays s'étaient engagées à poursuivre des discussions visant à adapter le système fiscal international au numérique.

Mattel (-2%), le géant américain du jouet, a dépassé les attentes de profits pour le trimestre clos, bénéficiant de ses actions de réduction des coûts. Les ventes de Barbie en Amérique du Nord ont pourtant souffert de la concurrence des poupées 'Frozen 2' d'Hasbro. Le groupe a amplement dépassé, de 35%, son objectif initial de réduction des charges de 650 M$. Pour le quatrième trimestre fiscal clos fin décembre 2019, Mattel a réalisé un bénéfice ajusté par action de 11 cents, contre un consensus de 10 cents. Les revenus sur cette cruciale période des fêtes ont décliné de 3% en glissement annuel pour ressortir à 1,47 milliard de dollars, contre 1,50 milliard de dollars de consensus. L'activité en Amérique du Nord a reculé de 1% en comparaison de l'an dernier.

Newell Brands (+4%) a battu le consensus de profit. Le bénéfice net trimestriel a atteint 794 M$ soit 1,87$ par titre, contre 184 M$ un an plus tôt. Le bpa ajusté a atteint 42 cents contre 37 cents de consensus. Les revenus ont reculé de 3% à 2,62 Mds$, contre 2,58 Mds$ de consensus de place. Le bpa 2020 est attendu entre 1,46 et 1,56$, contre 1,55$ de consensus.

Roku (+2%) grimpe à Wall Street ce jour, le fournisseur d'appareils de streaming ayant publié une perte du quatrième trimestre moins lourde que prévu, une croissance de ses revenus et des chiffres d'abonnements solides. La perte trimestrielle par action a représenté 13 cents, pour des revenus totalisant 411 millions de dollars. Le consensus était de 14 cents de déficit par titre et 392 M$ de recettes. Les plateformes du groupe ont désormais conquis 36,9 millions d'abonnés.

Expedia (+10%) bondit à Wall Street après sa publication du quatrième trimestre. Le groupe anticipe une croissance à deux chiffres de l'Ebitda cette année. Il a dégagé pour le trimestre clos un bénéfice de 76 M$ soit 52 cents par titre, contre 17 M$ un an avant. Le bpa ajusté a représenté 1,16$, contre 1,18$ un an plus tôt. Les revenus se sont améliorés de 8% à 2,63 Mds$. Ces chiffres sont inférieurs aux attentes, mais le marché se montre clément après avoir anticipé une mauvaise surprise du fait du coronavirus.

eBay (+2%) a finalisé la vente de StubHub (pour plus de 4 Mds$) et dopé ses plans de rachat d'actions. Le géant du e-commerce prévoit par ailleurs un solide premier trimestre. eBay renforce donc de 3 Mds$ son programme de rachat d'actions pour 2020, à 4,5 Mds$. Il vise désormais un bpa ajusté du premier trimestre allant de 72 à 75 cents, contre 72 cents de consensus. Sur l'exercice, le bpa est anticipé entre 3 et 3,10$.

Royal Caribbean Cruises (stable) a sans grande surprise lancé un avertissement, après avoir annulé plusieurs de ses croisières en Asie du fait de l'épidémie de coronavirus. 18 croisières ont ainsi été annulées dans le sud-est asiatique, et de nombreux itinéraires ont été modifiés. Les changements devraient avoir un impact chiffré à 65 cents sur le bénéfice par action 2020. Un impact supplémentaire de 55 cents est envisagé dans l'éventualité de l'annulation des départs restants en Asie.

Tesla (stable) annonce le prix de son augmentation de capital précédemment dévoilée, qui sera donc de 767$ par titre, une décote de moins de 5% sur les cours de la veille. Le concepteur californien de véhicules électriques offre 2,65 millions de titres au prix de 767$ pièce, 4,6% de moins que le cours de clôture d'hier. Le groupe d'Elon Musk va ainsi lever environ 2,03 milliards de dollars. Goldman Sachs et Morgan Stanley disposent d'options pour acquérir 397.500 titres additionnels. En cas d'exercice des options de surallocation, le groupe serait en mesure de lever 2,34 milliards de dollars. Elon Musk a indiqué un intérêt préliminaire pour l'achat de 13.037 titres dans le cadre de l'offre, pour un montant de 10 M$ environ. Larry Ellison, membre du conseil d'administration, souscrira à hauteur de 1 million de dollars (1.303 titres).

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/02/2020

CARREFOUR (+ 1,84% à 16,06 euros)Carrefour est soutenu par Goldman Sachs qui a relevé sa recommandation de Neutre à Acheter et son objectif de cours de 15,9 euros à 20 euros. Le bureau d'études…

Publié le 18/02/2020

Plus forte baisse de l'indice FTSE 100, HSBC (-(5,98% à 555,40 pence) est lesté par l'annonce d'une vaste restructuration, dont les coûts entraineront la suspension des rachats d'actions en 2020 et…

Publié le 18/02/2020

Walmart, le géant américain de la grande distribution, a déçu pour le quatrième trimestre fiscal...

Publié le 18/02/2020

EDF monte de 0,8% à 13,30 euros ce mardi, alors que le groupe a dévoilé la semaine passée des résultats annuels de bonne facture, portés par des...

Publié le 18/02/2020

Airbus se stabilise sur les 131 euros ce mardi après plusieurs séances de doute, alors que les Etats-Unis ont annoncé vendredi qu'ils allaient relever...