En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 832.07 PTS
-0.23 %
4 813.00
-0.59 %
SBF 120 PTS
3 825.63
-0.33 %
DAX PTS
12 825.82
-0.35 %
Dow Jones PTS
27 386.48
-0.72 %
11 330.85
-0.3 %
1.171
+0.44 %

Wall Street : en ordre dispersé

| Boursier | 408 | Aucun vote sur cette news

Après l'intervention de Jerome Powell, seul le DJIA se maintient en territoire positif...

Wall Street : en ordre dispersé
Credits Reuters

Après l'intervention de Jerome Powell, seul le DJIA se maintient en territoire positif à Wall Street. L'indice s'accorde une nouvelle hausse de 0,38% à 28.439 pts. Cet optimisme est tempéré par le Nasdaq et le S&P500 qui abandonnent respectivement 0,61% (11.594 pts) et 0,01% à 3.478 pts. Le baril de brut WTI et le Brent cèdent 1,9%, à respectivement 42,69 et 44,9$. L'once d'or gagne 1,1% et l'argent 0,2%. L'indice dollar reprend 0,17% face à un panier de devises de référence.

Le PIB américain s'est effondré sur un rythme de -31,7% pour le second trimestre 2020, contre -32,9% de consensus de marché et -32,9% pour l'estimation antérieure. Les dépenses de consommation ont plongé de 34,1%, selon cette lecture préliminaire du PIB du second trimestre. La lecture dite préliminaire correspond à la deuxième des trois évaluations du gouvernement. Les chiffres du jour ne surprennent donc pas, puisque les marchés tablaient sur une absence de révision et donc une chute comparable à celle précédemment estimée.

L'évolution du nombre de chômeurs aux Etats-Unis atteste d'un marché du travail encore très détérioré bien qu'en légère amélioration. Le Département américain au Travail vient en effet d'annoncer, pour la semaine close au 22 août, que les inscriptions au chômage ont atteint 1,006 million, en repli de 98.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure de 1,104 million. Elles ressortent globalement conformes aux attentes puisque le consensus était positionné à 1 million.

L'indice des promesses de ventes de logements aux États-Unis pour le mois de juillet 2020, mesuré par la National Association of Realtors, est ressorti en hausse de 5,9% en comparaison du mois antérieur, contre +1,5% de consensus de place et +15,8% un mois auparavant (lecture révisée). L'indicateur ressort ainsi à 122,1 en juillet, alors que les promesses de ventes avaient déjà dépassé leur niveau 'd'avant-covid' en juin.

Les opérateurs surveillent surtout ce jour le discours de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, pour le symposium virtuel organisé par la Fed de Kansas City en remplacement de la réunion des banquiers centraux de Jackson Hole. Le patron de la Fed souligne aujourd'hui que la Banque visera désormais 2% d'inflation moyenne. La nouvelle stratégie de la Fed passe par une forme flexible d'objectif moyen d'inflation, ajoute le dirigeant, selon lequel la Banque sera grandement concentrée sur la promotion d'un fort marché de l'emploi. La Fed entend revoir sa stratégie de politique monétaire tous les cinq ans. Elle n'hésitera pas à agir si l'inflation augmente au-dessus de niveaux correspondant à son objectif.

Ainsi, Powell trace les grands axes du nouveau cadre de politique monétaire, après deux ans de réflexion et d'échanges. Il précise que ces changements sont motivés par les évolutions sous-jacentes de l'économie, comprenant un plus faible potentiel de croissance, des taux d'intérêt plus bas de manière persistante et une inflation basse.

La Fed insistera sur le caractère large et inclusif de l'emploi. Dans sa nouvelle stratégie, la Banque entend placer l'emploi avant l'inflation. Le Comité de politique monétaire de la Banque (FOMC) juge par ailleurs que les risques à la baisse sur l'emploi et l'inflation se sont accrus. Le Comité est ainsi prêt à utiliser tous les instruments à sa disposition pour atteindre son double objectif d'emploi maximum et de stabilité des prix.

La Fed visera un taux moyen d'inflation de 2% sur la durée, et compensera les périodes de faible inflation par une inflation de plus de 2% durant un certain temps. La banque centrale américaine entend ramener les USA au plein emploi et favoriser la remontée de l'inflation.

Powell souligne "les bienfaits d'un marché du travail fort, particulièrement pour beaucoup de membres des catégories à revenus bas ou modérés", alors que le marché du travail peut être, selon lui, "durablement soutenu sans provoquer une augmentation indésirable de l'inflation".

La nouvelle stratégie monétaire de la Fed devrait la conduire à conserver des taux très bas et quasiment nuls de manière durable. C'est du moins ce qu'anticipent bon nombre d'opérateurs, sans que Powell n'ait été explicite sur le sujet.

Les incertitudes persistent par ailleurs concernant la situation sanitaire mondiale, même si le nouveau coronavirus montre quelques signes d'essoufflement dans certaines régions. Selon l'Université Johns Hopkins, 24,2 millions de cas ont été confirmés dans le monde depuis le début de l'épidémie, dont 5,82 millions aux USA, 3,72 millions au Brésil et 3,31 millions en Inde, où la situation est assez alarmante ces derniers jours. Le virus a fait 826.743 morts dans le monde, dont 179.770 aux Etats-Unis et 117.665 au Brésil. L'Inde a recensé 75.760 nouveaux cas en 24 heures et 1.023 morts, portant le bilan à 60.472 décès depuis l'émergence du virus.

Les valeurs

Abercrombie (+9,57%) a annoncé des revenus trimestriels supérieurs aux attentes de marché, le détaillant en vêtements ayant bénéficié d'une belle envolée des ventes en ligne.

Box (+7,9%), le groupe software, grimpe à Wall Street après des trimestriels convaincants. Pour le second trimestre, le groupe a profité de l'accélération de la transition digitale. La guidance de revenus ressort par ailleurs robuste.

Abbott (+7,3%) a obtenu l'autorisation de mettre sur le marché un test portable de dépistage du covid de la taille d'une carte de crédit, que le laboratoire pharmaceutique américain prévoit de vendre 5$.

NetApp (+4,2%) a annoncé des trimestriels supérieurs aux attentes, avec la croissance des activités dans le cloud. Pour le trimestre entamé, celui d'octobre, le groupe envisage des revenus allant de 1,225 à 1,375 milliard de dollars, pour un bpa de 66 à 74 cents. Sur la période close, le bpa a grimpé de 12% à 73 cents, contre 41 cents de consensus. Les revenus se sont élevés à 1,3 milliard (+5%), contre 1,15 milliard de consensus de marché...

Microsoft (+1,8%). La vente des activités américaines de TikTok devrait être annoncée dans les prochains jours. Microsoft et Oracle seraient toujours au coude à coude pour s'offrir la branche américaine de l'application chinoise. Selon les sources de 'CNBC', Walmart travaille avec SoftBank sur une éventuelle offre, mais le géant de la distribution aurait peu de chances de rafler la mise. Cette information intervient quelques heures après l'annonce du départ du PDG de TikTok, Kevin Mayer. TikTok devrait aussi se séparer de ses filiales au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Tiffany (+1,7%), le joaillier new-yorkais, a affiché une chute de 29% de ses revenus trimestriels. Sur ce trimestre clos fin juillet, le groupe, qui doit être racheté par LVMH, est tout de même parvenu à renouer avec la rentabilité, avec la flambée des ventes en ligne sur les marchés clés. Les ventes trimestrielles mondiales sont ressorties à 747 millions de dollars. La décroissance à comparable ressort à 24%. Le bénéfice net est positif de 32 millions de dollars sur la période, en baisse de 77% en comparaison de l'an dernier. Le bpa dilué représente 26 cents.

Tesla (+0,9%), le groupe californien d'Elon Musk, n'en finit plus lui non plus d'aligner les sommets boursiers. Il pèse désormais plus de 400 milliards de dollars ! Hier, Jefferies a dopé la valeur en portant son objectif de cours à 2.500$ (ce qui donnera une cible de 500$ après le split par cinq de l'action).

Coty (-8,7%). Le groupe de luxe majoritairement détenu par l'Allemand JAB Holding Co, a publié une perte trimestrielle plus lourde que prévu, avec l'impact du coronavirus. La perte nette part du groupe ressort à 773 millions de dollars et 1,01$ par action sur le quatrième trimestre fiscal clos fin juin, contre 2,8 milliards de dollars un an plus tôt. La perte ajustée par action a représenté 51 cents, contre -12 cents de consensus. Les revenus ont trébuché à 922 M$, contre 1,34 Md$ de consensus.

Dollar Tree (-6,4%) perd du terrain à Wall Street. Le groupe a pourtant battu le consensus sur le trimestre clos. Les opérateurs prennent néanmoins note d'une baisse des visites des clients.

Alibaba (-2,7%), géant chinois du commerce en ligne coté à Wall Street, a suspendu un projet d'investissement dans des firmes indiennes sur fond de tensions entre la Chine et l'Inde au sujet de leur frontière himalayenne, a appris l'agence Reuters de deux sources bien informées.

Apple (-1,5%), qui va bientôt 'splitter' (division du titre par quatre le 31 août), pèse désormais 2.164 milliards de dollars à Wall Street, du jamais vu pour une société cotée en bourse. Le 'split' permettra à un plus grand nombre d'investisseurs de se lancer sur la valeur.

Dollar General (-1,3%), le détaillant discount américain, a battu le consensus de profits et de ventes sur la période close. Pour le second trimestre, le bénéfice net a grimpé à 788 millions de dollars soit 3,12$ par titre, contre 427 millions de dollars un an avant et 2,47$ par titre de consensus. Les revenus ont totalisé quant à eux 8,7 milliards de dollars, contre 6,9 milliards un an avant, à la même époque.

Amazon (-1,28%) surprend encore. Le groupe de Jeff Bezos va ouvrir un supermarché à Los Angeles disposant de chariots équipés d'une technologie dispensant les client de passer en caisse. En outre, Amazon lance un service par abonnement de bien-être et santé autour d'un bracelet connecté et d'une application. Le bracelet Halo dispose d'une autonomie de sept jours, de capteurs de température et de fréquence cardiaque. Il sera commercialisé à 99,99$ et l'abonnement au service reviendra à 3,99$ par mois.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 29/09/2020

Le groupe Aurea a réalisé au 1er semestre 2020 un chiffre d’affaires de 73,5 millions d'euros, en retrait de 28% par rapport à l'an passé, fortement affecté par les conséquences de la crise…

Publié le 29/09/2020

L'Arcep a précisé que quatre tours d’enchère se sont déroulés durant la journée du 29 septembre 2020 (elle s’est donc terminée sur le tour n° 4). L'autorité de régulation souligne qu'à…

Publié le 29/09/2020

L’ensemble des résultats d'Evolis au premier semestre a été impacté par la baisse significative de son activité. Le fournisseurs de solutions de personnalisation et de systèmes d'impression…

Publié le 29/09/2020

L’Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire de Novacyt s’est tenue lundi après-midi. La société de biotechnologie a indiqué que le quorum, tant pour l’Assemblée Générale Ordinaire…

Publié le 29/09/2020

Bouygues conservera une participation d'environ 9,7% du capital social d'Alstom

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne