Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 765.52 PTS
-0.44 %
6 773.0
-0.26 %
SBF 120 PTS
5 259.98
-0.46 %
DAX PTS
15 169.98
-0.61 %
Dow Jones PTS
34 580.08
-0.17 %
15 712.04
-1.74 %
1.131
+0. %

Wall Street en légère baisse, préoccupé par l'inflation

| Boursier | 372 | Aucun vote sur cette news

Wall Street fléchit légèrement mercredi, les investisseurs affichant la prudence sur fond de crainte croissantes sur l'inflation.

Wall Street en légère baisse, préoccupé par l'inflation
Credits Reuters

Wall Street fléchit légèrement mercredi, les investisseurs affichant la prudence sur fond de craintes croissantes concernant l'inflation, qui pourrait freiner la reprise mondiale et amener les banque centrales à relever leurs taux directeurs plus tôt que prévu. L'inflation dans la zone euro a accéléré en octobre pour atteindre 4,1% sur un an, a confirmé mercredi l'institut Eurostat, et aux Etats-Unis, les prix ont grimpé de 6,2%. L'action Target chute de 4,5% malgré des résultats supérieurs aux attentes, mais la direction fait face à une hausse des coûts. Walmart perd 0,6% après -2,5% mardi, lui aussi plombé par la crainte que l'inflation ne pèse sur les ventes de fin d'année.

A deux heures de la clôture, le Dow Jones cède 0,43% à 35.987 points, tandis que l'indice large S&P 500 lâche 0,11% à 4.695 pts après avoir terminé mardi à un seul point de son record du 8 novembre. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, recule de 0,10% à 15.958 pts, après avoir frôlé mardi son record du 8 novembre.

Plus tôt dans la journée, le Nikkei a cédé 0,4% à Tokyo, et les Bourses européennes ont encore progressé légèrement, à l'instar du CAC 40, qui a grapillé 0,6% à 7.656 pts, se hissant à son 3e record consécutif.

Les marchés de taux et des devises ont retrouvé le calme mercredi, même si les opérateurs continuent de tabler sur un resserrement monétaire plus rapide que prévu de la Fed, courant 2022. Le rendement du T-Bond à 10 ans cède 3 points de base à 1,60% et celui du "30 ans" recule de 2 pb à 2%. Fin décembre 2020, le "10 ans" américain rapportait 0,9% et le "30 ans" 1,64%, avant les spéculations sur des hausses de taux de la Fed en 2022.

Côté devises, l'indice du dollar cède 0,13% à 95,79 points après avoir atteint la veille un nouveau plus haut depuis juin 2020 face à un panier de devises. L'euro est stable (-0,02%) à 1,1317$.

Signes de ralentissement dans le bâtiment

Du côté des statistiques américaines, les mises en chantier de logements ont reculé en octobre à 1,52 million, contre 1,59 million de consensus et 1,53 million en septembre. Des chiffres qui pourraient signaler que les entreprises du bâtiment ont du mal à mener à bien leurs projets en raison de la hausse des prix des matériaux et d'une pénurie de main d'oeuvre. Les permis de construire ont en revanche été plus nombreux que prévu à 1,65 million en octobre, contre 1,63 million de consensus et 1,59 million en septembre.

Mardi, les marchés boursiers avaient terminé en hausse, soutenus par l'annonce de ventes de détail plus élevées que prévu en octobre (+1,7% par rapport à septembre). Cette hausse des ventes est la conséquence de la hausse des prix mais elle montre que pour le moment, les Américains n'ont pas été découragés de consommer... Cependant, la fin d'année pourrait être plus difficile, si l'on en croit l'enquête de l'Université du Michigan sur le sentiment des consommateurs américains. Publié vendredi dernier, l'indice préliminaire de novembre montrait que le moral des consommateurs était tombé au plus bas depuis 10 ans, et qu'un quart des sondés affirmaient avoir réduit leur train de vie à cause des prix élevés.

Les résultats des distributeurs Walmart mardi et de Target mercredi, bien que supérieurs aux attentes, ont inquiété les investisseurs en raison d'une érosion de la marge brute qui témoigne de la hausse des coûts. Ainsi, la marge brute de Target a reculé de 2,6 points de pourcentage pour tomber à 28%, alors que les analystes espéraient 30%.

Turbulences de marché à prévoir ?

Cette baisse reflète la pression exercée par la hausse des coûts des marchandises et du fret, en raison de l'augmentation des rémunérations et des effectifs dans les centres de distribution de la société. Les coûts devraient continuer a grimper, Target ayant déclaré avoir réalisé d'importants investissements pour assurer les ventes de fin d'année. Comme beaucoup d'autres détaillants, le groupe a pris des mesures pour contourner les goulots d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement, notamment en affrétant ses propres navires.

Cette situation devrait pousser les distributeurs à répercuter leurs coûts croissants sur leurs prix de vente, alimentant l'inflation, au risque de décourager les acheteurs et d'entraîner un ralentissement économique.

Interrogé sur les risques pesant sur l'économie américaine, le patron de Goldman Sachs, David Solomon, a indiqué à Bloomberg que les marchés pourraient connaître des turbulences pendant que l'économie mondiale émerge du choc abrupt asséné par la pandémie de coronavirus. Si les taux d'intérêts remontent, "cela privera certains marchés d'une partie de leur exubérance", a-t-il déclaré à l'occasion du New Economy Forum organisé par Bloomberg à Singapour.

Dans l'actualité des banque centrales, la BCE s'est inquiétée mercredi de l'éclatement d'une bulle spéculative dans l'immobilier dans la zone euro, tandis qu'aux Etats-Unis, le président Joe Biden, a indiqué mardi soir que son choix pour la direction de la Fed serait annoncé d'ici quelques jours. Une reconduction de Jerome Powell constitue toujours la plus forte probabilité, mais une nomination surprise de la gouverneure Lael Brainard n'est pas totalement exclue.

Les opérateurs suivront par ailleurs ce mercredi des interventions des responsables de la Fed John Williams, Loretta Mester, Christopher Waller, Mary Daly et Charles Evans.

Sur le plan budgétaire, Janet Yellen, la secrétaire US au Trésor, a fixé au 15 décembre la nouvelle échéance pour éviter un défaut éventuel des Etats-Unis sans action pour relever le plafond de la dette. Les démocrates devraient utiliser la 'réconciliation' pour éviter d'en arriver là.

Le pétrole corrige de plus de 3%, l'or rebondit de près de 1%

Les cours pétroliers restent sous la pression, malgré l'annonce d'une forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis. Le baril de WTI chute de 3,7% à 77,80$, tandis que le Brent perd 3% à 79,92$, retombant sous le seuil psychologique des 80$ (contrat de janvier). Les stocks de pétrole US ont reculé de 2,1 millions de barils à 433 mb pour la semaine close le 12 novembre, alors que le consensus tablait sur une progression de 1,2 mbj.

Après un gain, de plus de 70% depuis le début de l'année, les cours cours de l'or noir subissent une correction depuis deux semaines, sous l'effet d'une accumulation de vents contraires : un dollar fort, une 5e vague de Covid-19 en Europe, des rumeurs de déblocage des réserves stratégiques de pétrole (SPR) par les Etats-Unis, et des rapports de l'Opep et de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) suggérant que l'offre pourrait dépasser la demande en 2022.

Enfin, l'or a vivement rebondi, de 0,9%, pour finir à 1.870,20$ l'once pour le contrat à terme de décembre sur le Comex. Après 2 séances de repli, le métal jaune retrouve la faveur de ceux qui entendent se protéger de l'inflation et retrouve ses plus hauts niveaux depuis juin dernier.

VALEURS A SUIVRE

Target (-4,5%), le détaillant discount américain, a publié des profits trimestriels supérieurs aux attentes mais des marges affectées par les contraintes de supply chain. Le groupe se montre tout de même confiant et revoit en hausse sa guidance avant la saison des fêtes. Sur le trimestre clos, les revenus se sont appréciés de 13,3% à 25,65 milliards de dollars, ce qui dépasse les attentes du consensus. Le bénéfice ajusté par action a lui aussi été meilleur que prévu, à 3,03$. Néanmoins, la marge brute s'est tassée à 28%, contre 30,6% sur la période comparable de l'an dernier. La croissance des coûts salariaux et de fret a donc pesé.

Target a par ailleurs relevé ses estimations de croissance des ventes à comparable. Alors que cette métrique a augmenté de 12,7% sur le trimestre clos fin octobre, contre 8,4% de consensus, le détaillant table désormais sur une expansion voisine de 10% sur l'exercice. Le groupe maintient sa guidance de marge opérationnelle, malgré les pressions actuelles.

Lowe's (+1,8%), le challenger américain de Home Depot (+1,2%), a dégagé sur le trimestre clos un bénéfice et des revenus supérieurs aux attentes, ainsi qu'une croissance inattendue de ses ventes à comparable. Le titre est attendu sur ses sommets historiques à Wall Street. Le détaillant américain en produits pour la maison a révélé pour le troisième trimestre fiscal, clos fin octobre, un bénéfice net de 1,9 milliard de dollars et 2,73$ par titre, contre 692 millions de dollars un an plus tôt. Le consensus FactSet de bpa était de 2,35$. Les revenus se sont améliorés de près de 3% en glissement annuel à 22,92 milliards de dollars, contre 22,06 milliards de consensus. La croissance à comparable a été de 2,2%.

Lowe's rehausse dans la foulée ses prévisions de revenus sur l'exercice. Le groupe table désormais sur des ventes totales de 95 milliards de dollars environ, contre une guidance antérieure de 92 milliards.

Baidu (-6,1%) vient de publier des bénéfices (ajustés) supérieurs aux attentes de marché pour son troisième trimestre fiscal. Considérés en dollars, les revenus ont atteint 4,95 milliards, en croissance de 13% en glissement annuel et de 2% en comparaison du trimestre antérieur. Le bénéfice opérationnel a régressé de plus de 60% à 358 millions de dollars en GAAP, alors que la perte nette consolidée a atteint 2,57 milliards. Sur une base ajustée, le bénéfice opérationnel a été de 731 millions de dollars et le bénéfice net de 790 millions, soit un bpa dilué non-GAAP par ADS de 2,28$. Le consensus était logé à 2$ de bpa ajusté et 4,96 milliards de recettes.

Manchester United (+0,4%) réduit ses pertes à la faveur de la levée des restrictions liées à la pandémie de coronavirus. Sur les trois premiers mois de son exercice financier, le club britannique essuie un déficit de 15,5 millions de livres ou 9,53 pence par titre contre une perte de 30,3 M£ et 18,9 pence par action un an plus tôt. Les revenus ont augmenté de 16,1% à 126,5 M£. L'Ebitda ajusté recule en revanche de 46% sur un an à 11,2 M£. Le retour des supporters à Old Trafford a notamment permis au groupe d'enregistrer des revenus de 18,8 M£ les jours de match.

Tesla (+3,8%) rebondit. Elon Musk, le CEO de Tesla, poursuit comme attendu ses ventes de titres, qui se chiffrent désormais à 8,8 milliards de dollars sur sept jours. Le leader du constructeur de véhicules électriques est quasiment à mi-chemin, si l'on se réfère à sa promesse de vendre 10% de ses actions, formulée... suite à un sondage Twitter sur le sujet. Le milliardaire ne s'était plus séparé d'actions depuis 5 ans.

Visa (-6,1%) souffre après la décision d'Amazon (+0,8%) de ne plus accepter les cartes de crédit du groupe au Royaume-Uni, du fait des commissions jugées trop élevées sur les paiements.

Biogen (-0,5% après -4% en début de séance). La biotech résiste en Bourse après avoir indiqué que le panel de l'Agence européenne du médicament avait voté contre la demande de mise sur le marché de son traitement de la maladie d'Alzheimer. Le médicament avait au contraire été autorisé aux Etats-Unis il y a quelques mois.

Vir Biotechnology (stable). Washington a signé deux contrats d'un montant d'environ un milliard de dollars pour une commande du traitement covid à base d'anticorps monoclonaux sotrovimab, développé par le laboratoire britannique GSK et la biotech américaine Vir.

Pfizer (+,3%) a demandé aux Etats-Unis d'autoriser son traitement antiviral expérimental du covid, après qu'un essai clinique a montré qu'il réduisait de 89% les risques d'hospitalisation ou de décès chez les personnes susceptibles de développer des formes graves de la maladie. La FDA devrait par ailleurs autoriser la dose de rappel de Pfizer / BioNTech pour tous les Américains adultes dès demain jeudi. Bref, tout va pour le mieux pour le groupe.

Lucid (-5,8%). Le constructeur de voitures électriques a annoncé mardi que les réservations avaient atteint 13.000 unités au troisième trimestre. La capitalisation boursière du groupe est désormais supérieure à celle de Ford (+0,8%), à près de 90 milliards de dollars. Rivian (-17,8%) vaut pour sa part plus de 124 milliards, malgré son plongeon de ce mercredi, qui fait suite à un doublement du cours depuis son IPO de la semaine passée.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/12/2021

Le Conseil d’administration d'Advicenne a décidé de soumettre à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires du 21 janvier 2022, les projets de transfert de cotation de ses titres du…

Publié le 03/12/2021

Pharmagest a annoncé que Dominique Pautrat quittera ses fonctions de Directeur Général pour prendre la Présidence du Directoire de La Coopérative Welcoop, maison-mère de Pharmagest, à compter…

Publié le 03/12/2021

Suite à la survenance d’un problème qualité ayant affecté certaines de ses prothèses, Carmat a pris la décision de suspendre temporairement, à titre préventif, les implantations de son cœur…

Publié le 03/12/2021

Le Président du Conseil d'Administration de Pharmagest a proposé au Conseil d'Administration, réuni le 03 décembre 2021, la nomination suivante...

Publié le 03/12/2021

La société Foncière Volta envisage le rachat de tout ou partie de l'emprunt obligataire émis par la Société en deux tranches le 28 décembre 2017 et le...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne