En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 552.34 PTS
+0.03 %
5 543.00
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 380.30
+0.15 %
DAX PTS
12 260.07
+0.26 %
Dowjones PTS
27 154.20
-0.25 %
7 834.90
-0.88 %
1.122
+0.00 %

Wall Street en demi-teinte, mais toujours proche des records

| Boursier | 250 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York cherche sa direction lundi, partagée entre l'espoir de baisses de taux et la crainte de voir l'économie mondiale ralentir.

Wall Street en demi-teinte, mais toujours proche des records
Credits Reuters

Après un bond de 2 à 3% la semaine dernière, Wall Street marque le pas lundi, mais reste proche de ses niveaux records atteints il y a quelques jours par le S&P 500 et le Dow Jones. La Bourse américaine hésite sur la direction à prendre, partagée entre l'espoir de baisses de taux et la crainte de voir l'économie mondiale ralentir. Les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran continuent aussi de préoccuper les marchés. Parmi les valeurs à suivre, Bristol-Myers Squibb (-7,2%) chute après avoir exclu un de ses médicaments phare de sa fusion avec Celgene (-5,2%) pour des questions de concurrence. En Europe, le "profit warning" de Daimler (-3,7% à Francfort) a jeté un froid sur le secteur automobile

Vers 20h à Paris, deux heures avant la clôture, l'indice Dow Jones progressait de 0,08% à 26.739 points, tout près (à 0,3%) de son record de 26.828 pts inscrit en octobre 2018. L'indice large S&P 500 cédait 0,07% à 2.948 pts et le Nasdaq Composite lâchait 0,19% à 8.016 pts, ce qui le place à 1,6% de son précédent record du 3 mai dernier. En Europe, l'EuroStoxx 50 a cédé lundi 0,33% et à Paris, le CAC 40 a reculé de 0,12% à 5.521 pts.

Les banques centrales passent en mode assouplissement

La semaine dernière, les indices ont inscrit une troisième hausse hebdomadaire consécutive, avec un bond de 2,4% pour le Dow Jones, de 2,2% pour le S&P 500 et de 3% pour le Nasdaq en 5 séances. C'est la Réserve fédérale qui a soutenu cette hausse, en ouvrant la voie à de futures baisses de ses taux directeurs. La BCE et la Banque du Japon ont elles aussi signalé la semaine dernière de possibles nouveaux assouplissements à venir, en cas de ralentissement prononcé de l'économie mondiale

Sur le marché des changes, le dollar a poursuivi lundi son recul. L'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) cédait en soirée 0,15% à 96,08 points, ce qui porte son recul à 1,6% depuis les annonces accommodantes de la Fed mercredi dernier. L'euro grimpait lundi soir de 0,28% à 1,1389$.

Sur les marchés obligataires, les taux d'intérêts ont repris leur chute après une pause vendredi. Le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans, a cédé lundi 3 points de base à 2,03%. Ce taux était tombé jeudi dernier sous les 2% en séance, à 1,97%, pour la première fois depuis octobre 2016. En Europe, le taux du Bund allemand à 10 ans a fini lundi à -0,31% (-2 pdb), approchant de son plancher historique du 18 juin à -0,35%...

De nouvelles sanctions américaines contre l'Iran

Le pétrole a repris son souffle lundi, après un gain de près de 10% pour le brut léger américain (WTI) la semaine dernière. Le contrat à terme de juillet sur le WTI était proche de l'équilibre lundi soir (+0,05%) à 57,46$ sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance août cédait 0,9% à 64,59$.

Dans le cadre du bras de fer entre l'Iran et les Etats-Unis, Washington a annoncé lundi une série de sanctions supplémentaires contre des dirigeants iraniens. Celles-ci visent notamment le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, et son bureau, et pourraient durer "des années", a indiqué Donald Trump. Les Etats-Unis vont geler des milliards d'actifs iraniens supplémentaires, a précisé le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

La semaine dernière, l'Iran avait abattu un drone de surveillance américain dans le Golfe, ce qui a failli entraîner une riposte militaire des Etats-Unis, annulée jeudi soir au tout dernier moment, selon le président américain. Il a répété qu'il ne souhaitait pas la guerre, tout en martelant à l'attention du régime de Téhéran que Washington ne tolérerait "pas d'arme nucléaire, pas de soutien au terrorisme!"

Dans ce contexte toujours très tendu, l'or a poursuivi son "rally", montant lundi à 1.418,30$ l'once (+1,3%) pour le contrat à terme d'août sur le Comex, après un bond de 4,2% sur la semaine dernière. Le métal jaune est désormais remonté au plus haut depuis près de 6 ans, en mai 2013, profitant des tensions géopolitiques, mais aussi du plongeon des taux d'intérêts et de la faiblesse du dollar, qui redonnent du lustre à la valeur-refuge.

Même si l'or n'offre pas de rendement, une part croissante des placements obligataires n'en fournit désormais plus non plus... Dans le monde, ce sont plus de 13.000 milliards de dollars d'obligations dont les rendements sont désormais devenus négatifs.

Avant sa rencontre avec Xi, Trump étrille encore la Fed

D'une manière générale, les marchés sont attentistes avant une série de réunions prévues cette semaine, à commencer par le sommet du G20 d'Osaka, au Japon, qui sera notamment le théâtre d'une rencontre cruciale entre Donald Trump et Xi Jinping pour tenter de tirer de l'impasse les négociations commerciales entre les deux plus grandes puissance économiques mondiales.

Par ailleurs, le patron de la Fed, Jerome Powell, s'exprimera mardi en public, et pourrait détailler les projets de la Fed en matière de baisses de taux. Donald Trump s'en est une nouvelle fois pris à la Fed lundi dans deux tweets cinglants. Le président américain a accusé la Fed de "ne pas savoir ce qu'elle fait", d'être "un enfant têtu" et d'"avoir tout raté !"

Il a reproché à l'institut d'émission d'avoir augmenté les taux d'intérêt "beaucoup trop vite" et a affirmé que si elle avait pris les bonnes décisions, l'indice Dow Jones "afficherait des milliers de points de plus et le PIB de 4 voire 5%".

VALEURS A SUIVRE

Bristol-Myers Squibb (-7,2%) a fait part de son intention de désinvestir du traitement du psoriasis Otezla afin de convaincre les autorités antitrust de valider son projet d'acquisition de Celgene pour 74 milliards de dollars. La finalisation de la transaction est espérée en fin d'année ou au début de l'an prochain. BMS a aussi annoncé aussi l'échec d'un essai d'Opdivo dans le cancer du foie.

Eldorado Resorts (-13,2%), exploitant de casinos basé à Reno, Nevada, a conclu le rachat de son voisin de Las Vegas Caesars Entertainment (+14,4%) pour un montant de 17,3 milliards de dollars dette comprise. Selon les termes de la transaction, Eldorado va racheter la totalité des titres Caesars à un prix de 12,75 dollars pièce en cash et actions. L'offre présente une prime de 28% sur les cours de clôture de vendredi sur la cote américaine. La valorisation equity ressort quant à elle à 8,5 milliards de dollars environ. Il s'agit pour Caesars d'une belle performance, puisque le groupe était sorti de la protection de la loi américaine sur les faillites il y a seulement deux ans. Le groupe gère des casinos sous les marques Harrah's et Horseshoe. Sa dette long terme était proche de 8,8 milliards au dernier décompte.

Une fois le rapprochement finalisé, les actionnaires actuels d'Eldorado détiendraient 51% du nouvel ensemble, contre 49% pour ceux de Caesars. L'offre d'Eldorado comprend 8,4$ en cash et 0,0899 titre pour chaque action Caesars Entertainment.

FedEx (-2,4%), géant américain de la livraison, a reconnu une erreur opérationnelle l'ayant empêché de livrer un colis expédié par l'équipementier chinois Huawei Technologies aux USA. L'incident a valu une fois de plus des critiques au groupe en Chine, et pèse sur la valeur ce jour sur la cote boursière américaine.

Chevron (-0,12%) a signé avec le Qatar pour la construction de ce qui devrait être le plus important complexe pétrochimique du Moyen-Orient.

ExxonMobil (-0,8%) étudierait la cession de l'ensemble de ses participations dans des actifs pétroliers ou gaziers au large de la Norvège, croit savoir le journal norvégien Dagens Naeringsliv. Reuters, qui relaye l'information, évoque une valorisation potentielle allant de 3 à 4 milliards de dollars pour ces actifs.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2019

Le chiffre d'affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31,9 KE...

Publié le 19/07/2019

Derichebourg a signé un contrat de prêt de 130 millions d’euros avec la Banque européenne d’investissement, destiné à contribuer au financement à long terme d’un programme pluriannuel…

Publié le 19/07/2019

Le chiffre d’affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31 900 euros contre 77 300 un an plus tôt. Il provient de la refacturation des frais partagés liés à l’organisation…

Publié le 19/07/2019

Les investissements de ce programme pluriannuel concerneront principalement l'amélioration des taux de valorisation des matières traitées

Publié le 19/07/2019

Le mnémonique deviendra ALUNT